Droit dans le mur : les deux pires attaques de la compétition

Ah, Houston et San José, deux clubs qui ont beaucoup de choses en commun : l’un est à l’origine de l’autre, tous deux ont été entraînés par Dominic Kinnear… et cette année, ils ont eu leur lot de manquements offensifs et figurent côte à côte dans notre classement des déceptions de l’année. Si dans le nord de la Californie, les supporters ont surtout dû déplorer un manque de spectacle criant, au Texas, ce ne fut pas le seul problème.

6. Reconstruction éternelle à Houston

La campagne des transferts hivernale avait été animée à Houston. Départs de Brad Davis, Luis Garrido et Kofi Sarkodie ; arrivées de Cristian Maidana, Andrew Wenger et des Espagnols Agus et Rocha. Sans succès. S’en suivit un mercato estival lui aussi très animé. Exit Rocha, mais aussi Leonel Miranda et le capitaine Giles Barnes. Bienvenue à Eric Alexander et, surtout, à trois joueurs en prêt arrivés d’Amérique latine. Ce qui en disait long sur les plans à long terme.

Résultat des courses : malgré un départ canon (11 buts marqués en 3 matchs !), l’équipe a terminé avec la deuxième plus mauvaise attaque du championnat (34 buts, donc 23 lors de ses 31 dernières rencontres), l’entraîneur Owen Coyle a cédé sa place à Wayne Barrett fin mai, on n’a presque jamais entendu parler de Cubo Torres, et l’équipe fut rarement compétitive. Si l’annonce de l’arrivée de Wilmer Cabrera est source d’un souffle d’espoir, elle laisse aussi planer une énième reconstruction consécutive cet hiver.

5. San José, sans buts, sans plaisir

Lors de la saison régulière 2012, Chris Wondolowski avait inscrit 27 buts à lui tout seul. Cette saison, San José, avec Wondolowski titulaire à 30 reprises, a inscrit le maigre total de 32 buts ! Pourtant, son buteur a trouvé le fond des filets 12 reprises, franchissant ainsi la barre des 10 buts pour la septième saison consécutive. Et on a même pensé un moment qu’il avait trouvé une bonne aide en la personne d’Alberto Quintero.

Oui mais voilà, les buteurs ont faibli et, surtout, ont été extrêmement mal alimentés. San José fut une des équipes les moins agréables à regarder cette saison. Décourageant pour les supporters du club, à l’image du penalty tiré sans grande conviction par Wondolowski à Montréal. Ce n’est cependant pas à lui qu’il faut jeter la pierre pour cet ennui (vidéo). Heureusement que le stade de son équipe possède le plus grand bar extérieur des États-Unis pour le noyer…

Droit dans le mur : les flops de l’année 2016
7. L’effondrement de fin de saison de Vancouver
8. La fin de Sigi Schmid à Seattle
9. Kansas City a arrêté de jouer
10. La défense de New York City pleine de trous

Series: