Andrew Wenger - Houston Dynamo - makes a disappointed face on the field
USA Today Sports Photos

SuperDraft : que deviennent Andrew Wenger et ses camarades ?

Ce vendredi aura lieu le traditionnel SuperDraft annuel de la MLS, lors duquel les 22 clubs recruteront des jeunes venant pour la plupart du championnat universitaire. Quel impact auront-ils en 2017, et quelles sont leurs perspectives de carrière à plus long terme ? Pour apporter un éclairage à cet éternel débat, nous nous sommes penchés sur la « promotion 2012 ».

Pourquoi 2012 ? Parce que ces joueurs ont eu cinq saisons pour faire leurs preuves, ce qui est suffisant pour estimer leur apport et leur parcours. En outre, ceux d’entre vous qui supportent Montréal (et nous vous savons nombreux) avaient suivi de plus près le premier SuperDraft du club en MLS, et cela rendra certains noms plus familiers et rappellera quelques souvenirs…

Premier point : quel impact les 38 joueurs choisis lors des deux premiers tours de l’époque ont-ils eu lors de leur première année en MLS ? Sept d’entre eux (Austin Berry, Nick DeLeon, Luis Silva, Matt Hedges, Kelyn Rowe, Tony Cascio et Ryan Meara) avaient alors eu plus de 50% de temps de jeu, six autres plus de 15%, douze avaient disputé des bribes de match, et treize pas la moindre minute.

Aujourd’hui, ils sont cinq à être devenus titulaires indiscutables en MLS : DeLeon (DC United), Hedges (Dallas), Rowe (New England), mais aussi Ethan Finlay (Columbus) et Dom Dwyer (Kansas City), qui avaient à peine joué en 2012. Fait remarquable, tous sont encore sous contrat au club qui les avait recrutés il y a cinq ans. Saison après saison, on remarque d’ailleurs que les plus grandes réussites à moyen terme du SuperDraft sont les joueurs ne déménageant pas.

Trois autres joueurs portent encore le même maillot qu’en 2012, avec des fortunes diverses. Calum Mallace a eu 26% de temps de jeu l’an dernier à Montréal, à peu près trois fois plus que lors de sa première saison. Ryan Meara, alors titulaire la moitié du temps à New York, est toujours au club mais même plus sur le banc, passant le plus clair de son temps en équipe réserve. Raymon Gaddis avait régulièrement joué pendant quatre ans à Philadelphie avant de reculer dans la hiérarchie l’an dernier.

Quatre autres joueurs ont joué en MLS la saison dernière. Sans être titulaires indiscutables, ils ont quand même passé pas mal de temps sur le terrain. Parmi eux, les deux premiers choix de 2012, Andrew Wenger (Houston) et Darren Mattocks (Portland), mais aussi le 37e choix, Warren Creavalle (Philadelphie), ainsi qu’Aaron Maund (Salt Lake).

Quatre des sept joueurs les plus utilisés de 2012 ont donc disparu des terrains de MLS. Que sont-ils devenus ? Meara, déjà évoqué plus haut, a croisé deux de ses compagnons sur les terrains en USL, Cascio (Arizona) et Berry, néo-professionnel le plus actif en 2012 et portant aujourd’hui le maillot de Cincinnati. Quant à Silva, il défend désormais les couleurs de Tigres, au Mexique, pour qui il n’a cependant pas disputé la moindre minute de jeu en un an.

Parmi les joueurs à avoir dépassé les 15% de temps de jeu en 2012, il nous manque Casey Townsend, coéquipier à Cincinnati de Berry et de… deux autres joueurs issus du SuperDraft 2012, ainsi que Tommy Meyer, qui a passé 2016 dans l’effectif de l’équipe réserve de Kansas City. En tout, 12 des 38 joueurs recrutés à l’époque portent aujourd’hui le maillot d'un club d'une division inférieure aux États-Unis.

Peu sont partis à l’étranger : hormis Silva, il y a Andrew Jean-Baptiste, à Nyköping en D3 suédoise, et Lucky Mkosana, qui s’en tire bien puisqu’il vient de signer à Mariehamn, champion de Finlande en titre, alors qu’il n’a jamais disputé la moindre minute en MLS. C’est l’un des joueurs n’ayant pas joué en MLS en 2012 à être encore sur les radars, en compagnie entre autres de Greg Jordan, qui jouait à Minnesota l’an dernier mais ne montera pas à l’étage supérieur avec son club cette saison puisqu’il a signé à San Francisco (NASL).

Seul un des 25 joueurs ayant eu du temps de jeu en MLS en 2012 a complètement disparu de la circulation, Hunter Jumper, que l’on avait vu à quelques reprises sous le maillot de Chicago. Huit des treize autres n’ont tout simplement pas effectué leur apparition sur la scène du soccer senior d’un certain niveau.

Le bilan sur 38 joueurs recrutés lors des deux premiers tours du SuperDraft 2012 est donc le suivant : aujourd’hui, 5 sont titulaires indiscutables en MLS, 4 jouent régulièrement, 2 jouent de temps en temps, 1 ne joue jamais, 3 sont à l’étranger sans y connaître la gloire, 14 militent dans les divisions inférieures américaines ou dans l’équipe réserve d’un club de MLS et 9 ne sont plus sur les terrains de soccer.

Series: