MLS Cup 2016 - Roster DL Image

Toronto - Seattle : l’heure de la gloire a sonné

Tout le monde est prêt pour le grand jour ! Ce samedi 10 décembre à 20h00, la finale de la Coupe MLS 2016 opposera Toronto à Seattle (direct FOX, UniMás, TSN, RDS, Eurosport et dans plus de 170 pays à travers le monde). Un des deux clubs soulèvera le trophée pour la première fois de son histoire à l’issue d’un match qui s’annonce spectaculaire.

Et pour cause ! Toronto a déjà battu des records offensifs depuis le début de cette phase finale. De son côté, Seattle est une équipe qui « aime avoir le ballon et attaquer ». Les mots de Greg Vanney, qui a bien étudié son adversaire, correspondent à ce que l’on voit depuis plusieurs semaines. Ce sera d’ailleurs certainement l’un des intérêts du match : les visiteurs tenteront-ils d’imposer leur jeu en déplacement ou préféreront-ils une prudence qui leur réussit beaucoup moins ?

Ce match sera aussi un duel à distance entre quelques-unes des plus grandes vedettes du championnat. À commencer par Sebastian Giovinco et Nicolas Lodeiro qui, hormis leur taille et leur impact sur le jeu de leur équipe, n’ont pas grand-chose en commun. On peut en dire autant des attaquants Jozy Altidore et Jordan Morris, que l’on compare en raison de leur puissance mais dont le style est néanmoins relativement différent. À côté de ces joueurs qui contribuent au spectacle et aux buts, il y aura un élément que le grand public remarque moins mais qui fait partie des meilleurs en MLS cette saison, Osvaldo Alonso.

Sa mission ? Protéger une défense qui, dans l’axe, compte sur la taille du duo Chad Marshall - Roman Torres pour fermer la porte et dominer le trafic aérien. Il ne fait aucun doute qu’elle sera mise à rude contribution. Derrière eux, un gardien pour qui cette finale aura une saveur particulière : ancien de Toronto, Sebastian Frei se dit que les temps ont bien changé, tant pour lui que pour le club de ses débuts en MLS.

Et pour cause ! Le Toronto FC nouveau, entraîné par Greg Vanney, est bâti autour de Giovinco, Altidore et Michael Bradley. Mais on a vu l’an dernier que ça ne suffisait pas. Pour passer un pallier, le club a conservé ses bases et s’est renforcé avec des joueurs d’expérience. Parmi eux, les arrières latéraux Steven Beitashour et Justin Morrow, qui avaient connu du succès ensemble à San José, mais aussi Drew Moor, qui a contribué à la solidification de la défense. Cette montée en puissance est aussi due à la confiance retrouvée d’Altidore, qui a pris une nouvelle dimension.

Montée en puissance : l’expression convient d’ailleurs très bien à cette équipe de Toronto, qui commence ses mi-temps en douceur avant d’y aller crescendo. La saison de Seattle a suivi une courbe bien plus drastique : au fond du trou en juillet, l’équipe a redressé la situation de manière aussi subite que spectaculaire. Avec pour point d’orgue la Coupe MLS ?

Le 3-5-2 que Toronto propose depuis octobre est désormais connu : l’axe du jeu est aussi bien la force offensive que la faiblesse défensive de l’équipe. C’est lui, grâce entre autres à la mobilité de Morris et aux combinaisons entre ses joueurs offensifs, que Seattle tentera d’écarteler. Mais d’autres points seront à surveiller au cours du match, comme le comportement des arrières latéraux et les phases arrêtées, spécialité travaillée par les Torontois depuis le début de l’année.

L’autre donne intéressante du match concerne les conditions de jeu : la température pourrait descendre à -4°. « Pas de quoi en faire une montagne », relativise néanmoins Bobby Warshaw, qui a connu une telle météo en Scandinavie et explique comment les joueurs s’y préparent. Le froid n’a en tout cas pas effrayé les supporters, puisque tous les billets pour cette finale ont été vendus en trois minutes !

Series: