Landon Donovan MVP award
Gabriel de los Rios / MLSsoccer.com

Tour complet des trophées de fin de saison

Les jours qui précèdent la finale de la Coupe MLS font toujours la part belle aux remises de récompenses individuelles. Vous avez sans doute suivi tout ça de près, mais je voulais toutes les regrouper sur la même page, histoire d’être sûr que les passionnés de manquent rien et que ceux qui suivent cela d’un regard moins intéressé (ce qui peut aussi se comprendre) puissent avoir tous les lauréats en un clin d’œil.

Ces trophées sont pour la plupart décernés suite à un vote des médias, des joueurs de MLS et des dirigeants des clubs de MLS sur base des prestations durant la saison régulière si celles-ci peuvent entrer en ligne de compte (ce n’est par exemple pas le cas pour le prix humanitaire annuel). Quant aux trophées de l’esprit sportif, ils sont décernés par la MLS sur base de critères objectifs comme le plus petit nombre de fautes commises et de cartons reçus, ainsi que d’une évaluation subjective de la sportivité. Le but et l’arrêt de l’année sont, eux, choisis par les supporters.

Joueur de l’année et Nouveau venu de l’année : Sebastian Giovinco

À l’issue d’une première campagne historique en MLS, Giovinco a permis au Toronto FC de se hisser en phase finale pour la première fois de l’histoire du club. Impliqué dans 38 des 58 buts de son club, un record en MLS, il a terminé ex æquo en tête du classement des buteurs avec 22 buts et seul en tête de celui des pourvoyeurs avec 16 passes décisives. Il est ainsi devenu le premier joueur de l’histoire de la compétition à marquer plus de 20 buts et à donner plus de 10 passes décisives lors de la même saison. Giovinco a eu un pied dans deux buts ou plus lors de douze rencontres de la saison régulière 2015 – un record dans l’histoire de la MLS. Ses bonnes prestations de Giovinco à Toronto lui ont permis d’être convoqué pour quatre rencontres de l’équipe nationale italienne en 2015.

But de l’année : Krisztian Nemeth

À Portland, l’international hongrois s’est emparé du ballon dans l’entrejeu, nous a gratifiés d’un slalom spécial entre les défenseurs adverses tout en traversant presque un demi-terrain, avant d’envoyer un tir croisé imparable qui fut le seul but du match.

Défenseur de l’année : Laurent Ciman

Membre de la sélection belge quart de finaliste de la Coupe du monde 2014, Ciman a rallié Montréal en janvier en provenance du Standard de Liège, club de D1 belge, et s’est directement imposé pour solidifier la défense. Son influence derrière a permis à Montréal d’encaisser 14 buts de moins en 2015 qu’en 2014, d’atteindre la finale de la Ligue des champions et de se qualifier pour la phase finale de la Coupe MLS. Ciman a également inscrit deux buts de sa position de défenseur central lors de sa première saison en MLS durant laquelle il a tiré 35 fois, ce qui en fait le cinquième joueur de son équipe à avoir tenté sa chance le plus souvent. Depuis son arrivée en MLS, il a été convoqué en équipe nationale belge pour des rencontres des éliminatoires de l’Euro 2016.

Gardien de l’année : Luis Robles

Il a aidé New York à avoir la meilleure défense de la Conférence Est, non seulement en réalisant des arrêts spectaculaires mais aussi en solidifiant l’arrière-garde de son équipe grâce à son influence, à son calme et à son leadership. Il a montré sa faculté d’adaptation puisque devant lui, pas moins de 10 joueurs différents ont été titulaires en défense lors de cinq rencontres ou plus. N’ayant pas manqué la moindre minute dans le but de New York en plus de trois ans, le gardien de 31 ans est devenu le premier joueur de MLS à commencer plus de 100 rencontres consécutives pour le même club.

Arrêt de l’année : Adam Kwarasey

31 août 2015, toujours 0-0 à Salt Lake - Portland. Les visiteurs pensent s’être dégagés mais Mulholland reprend le ballon d’une parfaite volée lointaine qui se dirige vers la lucarne. Vif comme l’éclair, Kwarasey se détend pour dévier le ballon de sa trajectoire et l’envoyer en corner.

Onze idéal

Au sein du Onze idéal 2015 de la MLS, on retrouve des représentants de huit clubs de MLS différents qui ont porté le maillot de sept équipes nationales différentes. En voici la composition : Luis Robles (New York), Laurent Ciman (Montréal), Kendall Waston (Vancouver), Matt Hedges (Dallas), Benny Feilhaber (Kansas City), Fabian Castillo (Dallas), Dax McCarty (New York), Ethan Finlay (Columbus), Sebastian Giovinco (Toronto), Kei Kamara (Columbus), Robbie Keane (LA Galaxy).

Entraîneur de l’année : Jesse Marsch

Pour sa première année à la tête des New York Red Bulls, Marsch a permis au club de terminer la saison régulière avec 60 points (18 victoires, 10 défaites, 6 nuls) et de remporter le Supporters Shield, pour la deuxième fois en trois ans. À l’issue de la saison régulière, New York possédait la meilleure attaque du championnat, avec 62 buts marqués, et la défense la moins perméable de la Conférence Est, avec 43 buts encaissés. Avec son pressing haut et sa mentalité offensive, l’équipe s’est classé dans les deux premiers de plusieurs classements particuliers : les buts marqués, les passes décisives, les tirs, les tirs cadrés, les hors-jeu et les corners.

Recrue (néo-professionnel) de l’année : Cyle Larin

Le jeune international canadien a rapidement montré ses capacités à ses adversaires, inscrivant son premier but lors de sa première titularisation chez les pros, une victoire 2-0 d’Orlando le 12 avril contre Portland. Le joueur de 20 ans a ensuite confirmé en réussissant l’une des premières saisons en MLS les plus percutantes, inscrivant un nombre record de buts pour un néo-professionnel, avec 17 réalisations en 27 rencontres lui permettant de terminer cinquième ex aequo du classement des buteurs. Orlando a pris 25 points (8 victoires, 2 défaites, 1 nul) lorsque l’attaquant de 1,88 m a marqué.

Retour de l’année : Tim Melia

Avant le début de la saison, le gardien de but de 29 ans n’avait disputé que six rencontres de MLS en six ans, toutes sous le maillot de Chivas USA. Fin 2014, il était relégué au rang de gardien sans club mais sous contrat avec la MLS afin d’aider si nécessaire un club en difficultés extrêmes. C’est ainsi qu’il a passé un peu de temps à Kansas City avant d’y signer un contrat en bonne et due forme en décembre dernier. Lorsque Luis Marin est parti subitement au cours de la saison, Melia est devenu titulaire. Il a joué 24 rencontres de championnat et fut un des héros de la séance de tirs au but qui a permis au Sporting d’aller battre Philadelphie sur son terrain en finale de la Coupe des États-Unis.

Arbitre de l’année : Alan Kelly – Arbitre assistant de l’année : Corey Parker

Kelly, né en Irlande, en est à sa deuxième année d’arbitrage en MLS et a été arbitre central lors de 21 rencontres de saison régulière en 2015, ce qui en fait le deuxième arbitre le plus actif. Ce type d’honneur ne lui est pas étranger puisque lorsqu’il officiait en Irlande, où il a sifflé plus de 350 rencontres, il a reçu le premier trophée d’Arbitre de l’année, remis en 2006, avant d’obtenir à nouveau le prix lors des quatre saisons suivantes. Arbitre Fifa depuis 2002, il a officié lors de plusieurs rencontres de niveau international. Parker est Arbitre assistant de l’année pour la première fois, après avoir été parmi les finalistes en 2012. Pour sa cinquième année le long de la touche, Parker a été arbitre assistant lors de 19 rencontres de saison régulière de la MLS. Depuis le début de la saison, il fait partie des 24 officiels américains sur la liste des arbitres Fifa pour 2015.

Prix individuel de l’Esprit sportif : Darlington Nagbe

Le joueur de Portland a une fois de plus fait preuve de sa correction sur le terrain en remportant son deuxième Prix de l’Esprit sportif en trois ans. En 2842 minutes de jeu au cours des 33 rencontres de saison régulière qu’il a disputées, Nagbe n’a commis que 11 fautes et n’a reçu ni carton jaune ni carton rouge d’un bout à l’autre de la saison. Il était en revanche le deuxième joueur de MLS à avoir subi le plus de fautes, 87, après Sebastian Giovinco, sur qui 90 fautes ont été commises.

Prix d’équipe de l’Esprit sportif : Philadelphie

Pour une deuxième année consécutive, Philadelphia a été récompensé pour sa sportivité car l’équipe totalisait le moins de points de discipline (calculés sur base des fautes, des cartons et des mesures disciplinaires) à l’issue de la saison régulière. Les 374 fautes commises par l’Union ont constitué le total le moins élevé de MLS, et seul un club a reçu moins que ses 54 cartons jaunes.

Prix humanitaire annuel MLS WORKS : Kei Kamara

Ses efforts humanitaires ont sans le moindre doute été bénéfiques non seulement dans la région de Columbus mais aussi dans son pays natal. Depuis quelques années, Kamara est impliqué dans le projet Schools for Salone (des écoles pour Salone) qui a permis de reconstruire des écoles dans des villages détruits par la guerre civile qui a ravagé le Sierra Leone. À ce jour, seize écoles et deux bibliothèques ont été construites grâce au projet. Kamara a également mis sur pied un programme de causeries mensuelles dans les écoles et les maisons des jeunes de la région de Columbus où il parle de son parcours et de l’importance d’effectuer les bons choix dans la vie.

Series: 

Stay connected: The all-new, completely redesigned, FREE official MLS app is your best mobile source for scores, news, analysis and highlights. Download:  App Store  |  Google Play