Sebastian Giovinco - Toronto FC - Screams after goal
USA Today Sports Images

Les Canadiens maîtres de New York, Colorado asphyxie le LA Galaxy

Montréal - Toronto et Seattle - Colorado : voilà les affiches des finales de Conférence après un dimanche très animé qui a vu les deux équipes canadiennes confirmer leur victoire du match aller en s’imposant à New York, et Colorado être seul à profiter de l’avantage du terrain pour renverser la vapeur et se qualifier.

C’est d’ailleurs dans les Rocheuses que la journée a commencé avec, comme annoncé par Pablo Mastroeni, une partie d’échecs entre Colorado et le LA Galaxy. À ce détail près que l’entraîneur local avait prévu qu’elle dure 90 minutes mais, puisque le marquoir affichait 1-0 à l’issue du temps réglementaire (exactement le même score qu’au match aller), on eut droit à une prolongation et à une séance de tirs au but (résumé vidéo). Et c’est là que Tim Howard a joué les héros, offrant la qualification à ses couleurs avant de rouvrir le débat sur le manque de gardiens ayant le statut de Joueur désigné.

Bien entendu, il avait fallu 120 minutes pour en arriver là. Reconnaissons que le spectacle s’est longtemps fait désirer, mais le but de Gashi (qui avait déjà marqué plus tôt cette saison d’un tir de loin contre le LA Galaxy) en fin de première mi-temps a ravivé le suspense. Plutôt que de chercher à reprendre l’avance, les visiteurs ont trop reculé, ce qu’ils reconnaissent eux-mêmes, alors que sans leur buteur, sorti blessé au repos, Colorado est monté en puissance. Il a d’ailleurs fallu un grand Van Damme pour empêcher le LA Galaxy de finir asphyxié dans l’altitude qui, selon Bruce Arena, a compliqué la tâche de ses hommes. Alors que le rêve de Colorado se poursuit, la carrière de l’une ou l’autre vedette du LA Galaxy pourrait prendre fin. Ce ne sera pas le cas de celle de Robbie Keane, qui a confirmé sa présence en MLS la saison prochaine.

Colorado jouera sa place en finale de la Coupe MLS face à Seattle, battu 2-1 à Dallas (résumé vidéo) mais qualifié puisqu’il s’était imposé 3-0 au match aller. L’exploit était pourtant dans l’air pour les Texans, qui ont directement pris à la gorge un adversaire qui a refusé le combat et repoussé les occasions qui s’enchaînaient rapidement. Mais l’écart était trop important, et malgré l’ouverture du score d’Akindele en milieu de première mi-temps, Frei et sa défense ont tenu bon jusqu’à ce qu’une perte de balle de Zimmerman mène à l’égalisation de Lodeiro. Urruti a fixé les chiffres à 2-1 deux minutes plus tard, mais le miracle n’était plus à l’ordre du jour.

Vainqueur du Supporters Shield et de la Coupe des États-Unis, Dallas voit s’envoler ses rêves de triplé. Le sentiment d’échec régnait au sein d’une équipe qui reste cependant sur une superbe saison, et retrouvera sans doute bientôt une fierté légitime. Plus que la défaite et les deux buts encaissés de la tête, le goût amer laissé à Seattle vient de la blessure de Morris, au sujet de laquelle on attend des précisions avec impatience. Heureusement, il reste plus de deux semaines avant le prochain match.

Bien des observateurs estimaient que New York - Montréal serait le match dominical le plus indécis. Remporté 1-2 par les visiteurs (résumé vidéo) déjà victorieux 1-0 à l’aller, il n’a en effet pas manqué de rebondissements. Premier moment clef après 20 minutes, quand un penalty de Kljestan a été repoussé par Bush, aidé sur ce coup par… son suppléant Kronberg. La soirée maudite de l’ancien Anderlechtois ne faisait que commencer puisque, crachant du sang suite à un contact avec Donadel, il a dû quitter le jeu 12 longues minutes en première mi-temps alors que ses coéquipiers devaient jouer à court d’un homme. Ce qui n’a pas empêché son équipe de dominer tant et plus… sans succès.

Il faut dire que Montréal adore quand son adversaire est favori et assume le poids de la créativité. Dans leur rôle préféré, les Québécois ont une fois de plus appliqué à la perfection la maxime « défendre et contrer ». Et, alors que deux finalistes prétendant au titre de Joueur de l’année étaient sur le terrain (Kljestan et Bradley Wright-Phillips), Piatti leur a volé la vedette en inscrivant deux buts. Le premier, en tout début de deuxième mi-temps, sur un contre parfaitement lancé par Oduro. Le second, en toute fin de match, dans des circonstances identiques auxquelles il faut ajouter une participation de Drogba. Entre temps, Wright-Phillips avait égalisé, New York intensifié sa pression mais le verrou québécois avait une fois de plus tenu bon.

Non loin de là, Toronto, le futur adversaire de Montréal, a rapidement montré comment faire sauter un verrou (bien moins solide, il est vrai), comment convertir un penalty et comment jouer en déplacement avec la volonté de marquer un but à l’extérieur ô combien important quand on attaque mieux qu’on ne défend. Verdict : une victoire 0-5 à New York City (résumé vidéo), confirmant le succès 2-0 acquis à l’aller. Les mines étaient évidemment déconfites dans le vestiaire local, après une soirée où rien n’a été et une élimination sans gloire. Reste que les commentaires redevenaient positifs au moment de dresser le bilan de la saison. Avec raison.

De match, il ne fut guère question : d’un côté, une équipe qui passait complètement à côté de son sujet, de l’autre, une équipe qui marchait sur l’eau emmenée par un Giovinco et un Altidore en état de grâce. Les chiffres, un score de forfait, ne semblent même pas forcés. Mais au tour suivant, il faudra tout recommencer face à un adversaire bien différent, et les Torontois en sont conscients. Contre Montréal, ils comptent poursuivre sur leur lancée victorieuse. À cette fin, ils misent sur un état d’esprit positif et insistent sur l’osmose du collectif qui part des vedettes de l’équipe et se répand jusqu’aux jeunes moins expérimentés.

Montréal recevra Toronto au Stade olympique le mardi 22 novembre et se déplacera en Ontario le mercredi 30. Seattle accueillera Colorado le mardi 22 novembre et jouera dans les Rocheuses le dimanche 27. La finale de la Coupe MLS aura lieu le samedi 10 novembre.

Series: