Tesho Akindele - Canada national team
Anne-Marie Sorvin/USA Today Sports

Rouges qui rient, rouges qui stressent

Le fait que les États-Unis et le Canada jouaient tous deux un important match des éliminatoires de la Coupe du monde n’a pas empêché six rencontres de MLS d’être au programme du week-end. Dallas en a profité pour encore creuser l'écart en tête, comptant désormais sept points d’avance sur New York City, son nouveau dauphin, à la tête d’un important groupe de poursuivants. Quant au Canada, il s’est incliné au Honduras mais entretient encore un mince espoir de se qualifier pour le dernier tour menant à la Russie.

À en croire Caleb Porter, le successeur de Portland est tout trouvé : l’entraîneur du détenteur de la Coupe MLS a en effet déclaré que Dallas était la meilleure équipe du championnat, après la défaite au Texas de ses hommes qui n’ont toujours pas gagné à l’extérieur cette saison. Régulier, le leader creuse tranquillement son avance en tête semaine après semaine. Il ne souffre pas du départ de Castillo, Diaz respire la forme et l’équipe ne cache pas son objectif de remporter au moins un trophée, elle qui peut encore viser le triplé Supporters Shield - Coupe MLS - Coupe des États-Unis.

Longtemps dans la course au premier rang, Colorado marque le pas. La révélation de la saison n’a remporté que deux de ses onze derniers duels, et n’a pas pu compter sur Howard, avec son équipe nationale, pour le déplacement à New England. C’est au contraire Knighton, le portier local, qui s’est illustré. Rapidement menés, les visiteurs ont buté sur le gardien adverse aux moments clefs alors que leur adversaire fêtait la fin de longues disettes : 374 minutes sans but et une première victoire depuis le 23 juillet.

Du coup, l’identité du premier poursuivant a changé et, pour la première fois depuis de très longues semaines, il nous provient de la Conférence Est. Il s’agit de New York City, qui a pourtant mal joué et a été mené par DC United, mais s’est imposé dans les derniers instants des arrêts de jeu grâce à Lampard, auteur d’un doublé. Les visiteurs regrettaient les occasions manquées qui font mal, mais promettaient de rapidement oublier cette douleur.

Les deux équipes de New York étaient, à vrai dire, dans un état d’esprit similaire. Celle qui joue à l’ouest de la rivière Hudson avait effectué un long voyage sur les bords du Pacifique, à Vancouver où, eh oui, son adversaire pleurait ses occasions ratées. Et elles n’ont pas manqué, dans le chef d’Hurtado notamment. Il a en revanche suffi d’une possibilité à Bradley-Wright Phillips pour inscrire le seul but du match et offrir à ses couleurs une victoire que Jesse Marsch qualifie de « laide ».

Ces trois points placent temporairement New York au cœur d’un groupe de cinq équipes qui comptent un point de retard sur New York City. Parmi elles, Toronto et Salt Lake, qui étaient au repos ce week-end, Colorado, battu, et le LA Galaxy, qui a remporté sa première victoire en plus d’un mois malgré de nombreuses absences en battant Columbus, privé de beaucoup trop de monde, même si Gregg Berhalter ne voulait pas s’en servir comme excuse, trouvant cela insultant pour les joueurs sur le terrain.

En cas de victoire, Philadelphie aurait grossi les rangs de ce groupe de poursuivants mais l’Union, sans son gardien fétiche Blake qui se produisait pour la Jamaïque, est passée à côté de son sujet à Chicago : sans s’inquiéter outre mesure, son entraîneur Jim Curtin insiste sur les rendez-vous à venir et l’importance de chaque point. Ayant joué un rôle très important dans cette victoire 3-0, le gardien Sean Johnson pense que son équipe, pourtant mal classée, peut encore terminer au-dessus de la ligne rouge.

Il faudra encore attendre sept semaines pour le savoir. Le verdict de l’avant-dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde dans la zone Concacaf tombera, lui, dès ce mardi. En fait, quatre des six qualifiés sont déjà officiellement connus : le Mexique, le Costa Rica, le Panama ainsi que Trinité-et-Tobago. Il faudrait un énorme concours de circonstances pour que les États-Unis n’en soient pas. Ils se sont imposés 0-6 à Saint-Vincent-et-Grenadines, une victoire entre autres marquées par le retour réussi de Kljestan en équipe nationale.

La dernière place se jouera entre le Honduras et le Canada. Le premier est actuellement en ballottage favorable, comptant trois points d’avance sur son adversaire qu’il a battu 2-1. Menant à la marque, les Canadiens ont cru qu’ils allaient exorciser leurs vieux démons mais rapidement, la pression adverse est devenue trop forte. Tout n’est cependant pas perdu. Il reste un match à jouer et le Honduras (=) se déplace au Mexique alors que le Canada (-5) reçoit le Salvador. En cas d’égalité de points, ça se jouera à la différence de buts. Le Canada croit au miracle, mais il faudra que le Mexique empile les buts et que Larin et ses partenaires soient enfin efficaces offensivement.

LES RÉSULTATS
New York City - DC United
Vancouver - New York
New England - Colorado
Chicago - Philadelphie
Dallas - Portland
LA Galaxy - Columbus
 
3-2
0-1
2-0
3-0
3-1
2-1
Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo
Series: