Qui est le plus jeune joueur important de mon club ?

La semaine prochaine, la rédaction de MLSsoccer.com publiera son classement annuel des 24 meilleurs joueurs de moins de 24 ans évoluant dans notre championnat, connu en anglais sous le nom « 24 under 24 ». Histoire de vous mettre l’eau à la bouche, et de vous aider à établir votre propre hiérarchie (ou en tout cas à choisir ceux que vous considérez comme les meilleurs), voici un tour d’horizon, club par club, des jeunes les plus utilisés.

J’en ai choisi un par club, en fonction du temps de jeu cette saison. S’il y a plus d’un titulaire indiscutable, j’ai opté pour le plus jeune, afin de comparer les âges du plus jeune joueur important de chaque club, mais tous les autres sont également cités dans ce texte. Observation : parmi cette trentaine de noms, on ne retrouve aucun gardien, mais une pléthore de médians défensifs. Les joueurs évoluant sur les côtés (au milieu ou en défense) sont également nombreux.

Chicago : Matt Polster (22 ans / 85% du temps de jeu). Arrivé au club cette année après le SuperDraft, il est l’un des néo-professionnels à s’être le plus mis en valeur cette saison. Titulaire indiscutable, il est en outre polyvalent puisqu’en plus du poste de milieu défensif, il peut être aligné dans l’axe ou à droite de la défense. À Chicago, il ne faut pas non plus oublier Harry Shipp, qui joue encore davantage mais a deux ans de plus.

Colorado : Lucas Pittinari (24 / 68%). Arrivé cette année fort de 70 rencontres sous le maillot de Belgrano, l’Argentin est très peu connu du grand public, certainement à cause de la petite visibilité de son club, toujours en bas de classement. Malgré sa taille moyenne (1,79 m), il accomplit énormément de travail devant la défense, aidant bien son équipe à faire partie de celles qui encaissent le moins. 

Colorado : Will Trapp (22 / 45%). Il n’a pas joué la moitié du temps cette saison car il a longtemps été écarté sur blessure. Mais ce milieu central à vocation défensive est depuis plusieurs saisons un grand espoir du soccer américain, certains voyant en lui un des futurs piliers de l’équipe nationale. À noter aussi à Columbus, Jack McInerney, 23 ans, arrivé de Montréal cet été et déjà auteur de 37 buts depuis ses débuts en MLS.

DC United : Perry Kitchen (23 / 95%). Eh oui, il a 23 ans à peine, pourtant il semble faire partie des meubles dans son club et est une valeur sûre du championnat. Il faut dire que pour la cinquième saison consécutive, il est titulaire indiscutable au poste de milieu défensif. Doté d’un bon jeu de tête, il s’en sert tant pour être à la retombée des dégagements adverses que pour monter sur phases arrêtées.

Dallas : Victor Ulloa (23 / 94%). Arrivé la saison dernière, ce médian défensif n’a mis que quelques semaines à s’imposer, et dès qu’il a conquis sa place, il ne l’a plus lâchée. Se concentrant avant tout sur ses tâches défensives, il est aussi source de motivation pour tous les jeunes du club. N’oublions évidemment pas non plus Fabian Castillo, même âge et à peine moins de temps de jeu : arrivé à l’âge de 18 ans, le Colombien marque depuis deux ans tous les buts qu’on attend de lui.

Houston : Erick Torres (22 / 9%). Il convient de dire qu’à Houston, on ne fait pas vraiment jouer les jeunes. Il devrait constituer l’exception : le buteur mexicain est revenu en MLS cet été après un près d’une demi-saison dans son pays, et a déjà fait ses preuves sous le maillot de Chivas USA. À part lui, on peut citer le Hondurien Alexander López, qui joue à peine plus du tiers du temps disponible, ce qui est déjà nettement plus que lors de ses deux premières saisons au Texas.

LA Galaxy : Sebastian Lletget (23 / 40%). Détenteur de la Coupe MLS, regorgeant de joueurs expérimentés, stable et à l’équipe bien rôdée, le champion en titre oblige les jeunes à être très forts pour percer. Lletget y est parvenu. Revenu de West Ham en mai, il a saisi sa chance dès sa première titularisation en juin, est devenu titulaire et a déjà inscrit 7 buts cette saison. Jose Villarreal, son cadet d’un an, avait pris avec succès la place du retraité Landon Donovan en début de saison avant de se blesser.

Montréal : Donny Toia (23 / 85%). Les Québécois ont réussi un des meilleurs coups, si pas le meilleur, quand il a fallu recruter les joueurs de feu Chivas USA. L’arrière gauche y avait été solide la saison dernière, et a confirmé cette année. Discret, il passe rarement à côté d’une rencontre : s’il n’est presque jamais celui qui se met le plus en valeur, il fait souvent partie des meilleurs joueurs sur le terrain. Une régularité aussi rassurante pour son entraîneur que pour les supporters.

New England : Andrew Farrell (23 / 91%). Troisième saison en MLS, troisième saison où il est titulaire indiscutable. À quel poste ? Difficile de choisir entre d’un côté une vitesse et de bonnes montées qui lui donnent de la valeur ajoutée au back droit, ou de l’autre un physique et un jeu de tête qui en font un redoutable arrière central. Autre jeune qui s’illustre à New England, Diego Fagundez, 20 ans, 55% du temps de jeu cette saison mais déjà à sa cinquième année chez les pros, et la troisième où il joue régulièrement.

New York City : Angelino (18 / 32%). La jeunesse n’est pas la force de cette équipe qui se cherche et avait été bâtie sur une expérience qui se voit cependant trop peu. Pourtant, certains gamins se font remarquer, comme Poku. La palme revient à l’arrière droit espagnol, prêté par Manchester City en juin et qui a été titulaire lors de 9 des 10 dernières rencontres de son équipe. C’est le plus jeune joueur repris dans cet article.

New York : Matt Miazga (20 / 77%). Il a pointé le bout du nez en fin de saison dernière… quelques mois après avoir encore joué avec les jeunes du club en USSF. Formé au club, il a décidé d’y rester fidèle afin de commencer sa carrière professionnelle dès que possible. Avec raison, puisque cette année, il est titulaire au poste d’arrière central au sein d’une défense solide malgré l’absence de grandes vedettes. Et s’il en devenait lui-même une au fil des ans ?

Orlando : Rafael Ramos (20 / 68%). Arrivé de Benfica avec lequel il avait gagné l’équivalent pour les équipes de jeunes de la Ligue des champions européenne, cet arrière droit s’est mis en valeur en début de saison avant de connaître une baisse de régime, comme toute son équipe, au cours des dernières semaines. Pas facile de s’imposer à son âge dans un club qui fait ses débuts en MLS. On peut en dire autant de Cristian Higuita, qui joue lui aussi régulièrement, au poste de médian défensif.

Philadelphie : Richie Marquez (23 / 57%). Les jeunes ne sont guère à la fête dans l’équipe pennsylvanienne. Cet arrière droit arrivé la saison dernière – durant laquelle il n’a pas joué la moindre minute – fait figure d’exception. Il a notamment profité de la blessure de Steven Vitoria pour recevoir sa chance, et a prouvé qu’il avait l’étoffe d’un titulaire potentiel. À confirmer avec le temps.

Portland : Alvas Powell (21 / 91%). Arrivé de Jamaïque durant l’été 2013, cet arrière droit très offensif a dû patienter avant de s’imposer. Espoir dans son pays, il a profité de ses quelques apparitions l’an dernier pour attirer l’attention de son sélectionneur national. Il a franchi un nouveau palier cette saison en gagnant sa place de titulaire, grâce notamment à d’impressionnants progrès dans son jeu défensif qui lui permettent de transformer le côté droit de son équipe en véritable muraille infranchissable.

Salt Lake : Luis Gil (22 / 55%). On peut rajouter Olmes Garcia, qui a un an de plus et a à peine joué davantage cette saison. Ce sont deux grands espoirs du club, qui ont montré des signes très encourageants au cours des dernières années. Cette saison, on attendait d’eux qu’ils en prennent plus sur leurs épaules. Mais la confirmation n’est pas venue. Cela explique en partie la saison décevante de leur équipe.

San José : Fatai Alashe (22 / 75%). Arrivé en début de saison, il s’est immédiatement imposé au poste de médian défensif, rendant sa formation encore moins perméables aux attaques adverses. Depuis peu, il joue en défense centrale : même s’il n’a pas un gabarit aussi impressionnant, il a dû remplacer Victor Bernardez au pied levé, et a immédiatement convaincu son entraîneur qu’il était l’homme de la situation. S’il dit devoir améliorer sa relance, son calme dans le jeu sans ballon impressionne ses coéquipiers.

Seattle : Cristian Roldan (20 / 42%). De tous les clubs de MLS, Seattle est celui qui laisse le moins de place aux jeunes cette saison. Roldan est l’exception et il sauve quelques peu les apparences grâce à son âge. Il a profité des nombreuses absences en juin et en juillet pour accumuler les minutes, mais avait déjà joué auparavant. Comme quoi, ce milieu central plus offensif que défensif a du potentiel, et l’expérience accumulée au cours des derniers mois devrait lui être profitable.

Kansas City : Amadou Dia (22 / 47%). L’arrière latéral né à Nantes et arrivé aux États-Unis à l’âge de 7 ans joue à Kansas City depuis cette saison. On l’attendait comme solution de rechange à Sinovic à gauche, mais c’est sur la droite qu’il s’est illustré, remplaçant souvent l’infortuné Myers avec succès. La défense du Sporting, inamovible depuis des années, a pris un sérieux coup de jeune cette saison. On y retrouve aussi Kevin Ellis, 24 ans et à près de 75% de temps de jeu, mais ce dernier n’est pas dans la pré-sélection de « 24 under 24 ».

Toronto : Jonathan Osorio (23 / 71%). Les jeunes ont régulièrement reçu leur chance à Toronto, mais la concurrence est bien plus rude cette année. Ce milieu de terrain créatif a réussi à se tailler une place dans le onze de base dès son arrivée en 2013, et surtout à la conserver cette saison. Doté d’une bonne vitesse d’exécution, il est aussi capable de s’infiltrer pour se retrouver devant le but. Certains se demandent pourquoi il ne reçoit pas davantage sa chance en équipe nationale.

Vancouver : Kekuta Manneh (21 / 75%). Les jeunes et Vancouver, cette saison, c’est une combinaison qui marche. Manneh est le cadet des titulaires indiscutables : sa vitesse lui permettant de passer dans le dos des défenses est ce qui impressionne le plus. À ses côtés, deux éléments à peine plus vieux qui jouent encore davantage : Octavio Rivero, 23 ans, buteur uruguayen redoutable arrivé du Chili en début de saison, et Matias Laba, milieu défensif de 24 ans dont la renommée en MLS n’est plus à faire. Derrière, la file des jeunes est longue : emmenée par le déjà chevronné Russel Teibert, elle comprend entre autres Cristian Techera, Tim Parker ou Kianz Froese.

Series: 

Toronto FC MLS Cup gear | mlsstore.com

Shop mlsstore.com for Toronto FC jerseys, shirts, hats, hoodies and more.

Stay connected: Get access to breaking news, videos, and analysis from North America's best soccer reporters via "This Week in MLS" newsletter or using our FREE mobile app.