blog

Toronto FC

12 December 5:39 de la tarde

Moins d’une semaine s’est écoulée depuis la finale de la Coupe MLS, mais le marché des transferts est déjà en pleine effervescence. Entraîneurs, gardiens, joueurs de renom, départs, retraites, échanges et j’en passe : voilà un point de la situation.

Deux postes sont susceptibles de provoquer une cascade de dominos au moindre changement important quelque part : ceux de gardien et d’entraîneur. Il y aura pas mal de nouveaux visages la saison prochaine à la tête des clubs, mais personne n’a été « voler » le coach d’un concurrent. Pour 2014 du moins, puisque Jason Kreis a quitté Salt Lake pour prendre la direction de New York City, qui fera son entrée dans la compétition en 2015. L’entraîneur des finalistes malheureux a expliqué que pour une fois dans sa carrière, il ne voulait pas faire le choix de la facilité.

Kansas City, le champion en titre, est touché par la valse des portiers puisque Jimmy Nielsen a annoncé sa retraite. Il y a donc une place à prendre. Ce n’est pas le cas à New England, où Matt Reis raccroche lui aussi les crampons (pour devenir entraîneur des gardiens du LA Galaxy), puisque le club a immédiatement embauché Brad Knighton (Vancouver) qui sera en concurrence avec Bobby Shuttlweorth, longtemps titulaire cette saison. Seattle n’a pour sa part pas levé l’option sur Michael Gspurning, très solide pendant un an avait de connaître une fin de saison 2013 particulièrement difficile. Là aussi, le poste a été rapidement comblé puisque Stefan Frei quitte Toronto pour rejoindre les bords du Pacifique. Parmi les joueurs de champ, Pablo Mastroeni (Colorado) s’est joint à la liste des retraités sur laquelle figuraient déjà Brian Ching (Houston) et Ramiro Corrales (San José).

La campagne des transferts a été lancée par Toronto, qui a été chercher Jackson à Dallas, club qui annonce un grand ménage. À Seattle aussi, il devrait y avoir beaucoup de changement. Le transfert le plus marquant pour le moment est celui de Mauro Rosales à Chivas USA. Tristan Bowen effectue le chemin inverse et Sigi Schmid a aussi attiré l’arrière central Chad Marshall (Columbus). Autre mouvement notable : le passage du capitaine de Montréal, Davy Arnaud, à DC United. Le club de la capitale américaine a continué de se renforcer ce jeudi, profitant de la première étape du Processus de repêchage pour aller chercher Sean Franklin (LA Galaxy) et Bobby Boswell (Houston) pendant que Portland mettait le grappin sur Steve Zakuani (Seattle). Quelques heures plus tôt, l’équipe de Caleb Porter avait effectué un échange Jorge Vallafaña - Andrew Jean-Baptiste avec Chivas USA et avait appris que le Bayern Munich affronterait les vedettes de la MLS lors du Match des étoiles 2014 à Jeld-Wen Field.

Rendez-vous ici pour avoir la liste complète des transferts déjà effectués en vue de la saison prochaine mais aussi des joueurs que les clubs ne souhaitent pas conserver.

14 November 3:34 de la tarde

Comme la saison dernière, je vous ai préparé mon « top 10 » et mon « flop 10 » de l’année en MLS. Voilà donc le retour des rubriques « Pleine lucarne » et « Droit dans le mur » dont je vous dévoilerai le classement en alternance les jours où l’actualité est plus calme. On commence aujourd’hui avec les n°9 et 10 de « Droit dans le mur ».

10. Reculer, une mauvaise idée à Vancouver
Tout le monde s’accorde pour dire que Vancouver a de très beaux atouts offensifs et créatifs : Camilo, Miller, Kobayashi ou encore les jeunes Manneh et Teibert. Et pourtant, souvent cette saison, l’équipe a fait preuve d’attentisme. Mauvaise idée : c’est en laissant ses adversaires prendre la direction des opérations et en leur permettant d’envoyer des centres à profusion que les hommes de Martin Rennie ont encaissé de nombreux buts, ratant régulièrement leurs débuts de mi-temps. Conséquence : élimination prématurée et nouvel entraîneur en 2014.

9. Improductivité sur phases arrêtées = derniers
L’importance des phases arrêtées est tellement soulignée qu’elle en est devenue un cliché du « soccer moderne ». Marquer beaucoup de la sorte (comme Dallas) n’est pas une garantie de succès, on peut éviter l’échec en étant friable dans ce domaine (comme Portland) mais il semble impossible de sortir la cave du classement en inscrivant peu de buts sur phases arrêtées. Ainsi, les trois cancres de la saison, Chivas USA, DC United et Toronto, ont aussi été les trois équipes les moins productives dans cet aspect du jeu. Bonne chance si vous cherchez un autre corner qui a bien tourné pour DC United en dehors de celui ci-dessus.

12 September 11:56 de la mañana

Il y avait un match de championnat au programme hier soir : Toronto et Chicago ont partagé l’enjeu 1-1 (résumé vidéo), un verdict qui ne convient à aucune des deux équipes. Les visiteurs reconnaissent avoir effectué une mauvaise opération dans la course à une place en phase finale. Quant aux Ontariens, ils auraient pu prendre les trois points s’ils avaient mieux négocié leurs face à face avec Johnson.

Les Torontois ont quand même découvert leur nouveau renfort, Bright Dike, échangé à Portland contre Maximiliano Urruti. Certains d’entre vous m’ont demandé si le passage d’un club canadien à un club américain (et vice-versa) était bien réglementaire alors que la période des transferts internationaux était terminée… Excellente question ! Je me suis donc renseigné en haut lieu.

Voilà la réponse venue en ligne droite des bureaux de la MLS à New York : « Il n’a pas besoin de Certificat International de Transfert (CIT) car le Canada n’a pas de championnat de Division 1 – raison pour laquelle des clubs canadiens sont autorisés à jouer en MLS. Cependant, s’il y avait une D1 canadienne, il aurait eu besoin de son CIT pour aller de celle-ci en MLS (dans laquelle il n’y aurait alors pas de club canadien). » J’espère que c’est désormais plus clair pour vous.

Ce matin, la Fifa a également publié son classement mondial mis à jour. Les États-Unis grimpent à la treizième place et espèrent continuer leur ascension pour avoir la chance d’être tête de série lors du tirage au sort de la Coupe du monde début décembre : certains se demandent même s’il s’agit de la meilleure équipe nationale américaine de l’histoire. Quant au Canada, il poursuit sa chute et pointe désormais au 106e rang (13e de la Concacaf).

05 September 12:03 de la tarde

Un mauvais début de saison et moins de matchs que les autres : Seattle a longtemps regardé le haut du classement de loin mais voilà que suite à sa victoire d’hier 1-0 contre Chivas USA (résumé vidéo), il se retrouve deuxième ! Sans convaincre, l’équipe gagne et la chance lui sourit, comme quand l’arbitre siffle la fin du match au lieu d’un coup franc menaçant. Cette dernière décision faisait aussi beaucoup parler les Californiens qui, sans la contester, la trouvent à l’image de leur saison.

Il est sûrement trop tard pour sauver sa saison, mais Columbus a pleinement recueilli les fruits de son changement d’entraîneur en battant Houston 2-0 (résumé vidéo). Brian Bliss a admis qu’en un court laps de temps, les changements qu’il a apportés étaient plus mentaux que tactiques et pense qu’ils ont permis à ses joueurs d’accélérer le jeu au bon moment pour remporter les trois points. Houston a eu le tort de ne pas profiter de ses occasions durant les premières minutes et de laisser son adversaire rentrer dans le match.

Et à Toronto, le vent va-t-il tourner ? Chaque année, un entraîneur et/ou un haut dirigeant du club passe à la trappe, dans l’espoir que le suivant obtiendra de moins mauvais résultats. Cette saison ne fait pas exception et le président-directeur général Kevin Payne a été congédié. Dire que certains pensaient qu’il était l’homme de la situation en raison de son passé à DC United… Le Toronto FC a expliqué qu’il préparait la saison 2014 et y partirait dans une autre direction. Encore…

03 September 11:13 de la mañana

Hier, Columbus a donc décidé de congédier son entraîneur Robert Warzycha, serviteur de très longue date puisqu’il était en poste depuis 2009 dans le club où il a joué de 1996 à 2002. Entre temps, il était resté au club, en tant qu’entraîneur adjoint.

J’ai l’impression qu’en MLS, les entraîneurs sont moins sur un siège éjectable qu’ailleurs. J’ai donc voulu le vérifier, en comparant avec les cinq grands championnats européens, qui viennent de reprendre. À vous d’en tirer vos conclusions.

Entraîneur
Dominic Kinnear
Jason Kreis
Schellas Hyndman
Bruce Arena
Sigi Schmid
Peter Vermes
Ben Olsen
Frank Klopas
Óscar Pareja
Jay Heaps
John Hackworth
Martin Rennie
José Luis Real
Marco Schällibaum
Mike Petke
Caleb Porter
Ryan Nelsen
Mark Watson
Brian Bliss

Club
Houston
Salt Lake
Dallas
LA Galaxy
Seattle
Kansas City
DC United
Chicago
Colorado
New England
Philadelphie
Vancouver
Chivas USA
Montréal
New York
Portland
Toronto
San José
Columbus

Arrivée
2006
2007
2008
2008
2009
2009
2010
2011
2012
2012
2012
2012
2013
2013
2013
2013
2013
2013
2013

MLS
Entraîneur le plus ancien : Dominic Kinnear (Houston), 8e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 7/19
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 5
Entraîneurs remplacés en cours de saison : 2

France
Entraîneur le plus ancien : Christian Gourcuff (Lorient), 11e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 6/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 5

Allemagne
Entraîneurs les plus anciens : Torsten Lieberknecht (Braunschweig) et Jürgen Klopp (Dortmund), 6e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 4/18
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 3

Angleterre
Entraîneur le plus ancien : Arsène Wenger (18e saison)
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 2/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 5

Italie
Entraîneurs les plus anciens : Stefano Colantuono (Atalanta), Andrea Mandorlini (Hellas Vérone), Massimiliano Allegri (AC Milan), Francesco Guidolin (Udinese), 4e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 4/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 6

Espagne
Entraîneur le plus ancien : Pepe Mel (Betis Séville), 4e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 1/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 12

15 August 3:27 de la tarde

Le LA Galaxy a donc offert un nouveau contrat à son défenseur central Omar Gonzalez, revu à la hausse et donnant à l’international américain de 24 ans le statut de joueur désigné. Seuls deux autres défenseurs (que l'on a aussi vus dans l'entrejeu) l’avaient obtenu avant lui : Torsten Frings et Rafael Marquez. Contrairement à eux, il ne découvre pas la MLS mais reçoit une promotion qui n’a plus rien d’exceptionnel.

Il y a six ans, quand David Beckham est arrivé, beaucoup pensaient que ce nouveau statut servirait à attirer des grands noms. Force est de constater qu’il a bien évolué. Signe que le niveau de la compétition monte (et que le budget salarial n’est pas assez élevé, rajouteront certains), il y a de plus en plus de joueurs désignés parmi les éléments avec qui le public de MLS est familier.

Tout d’abord, en permettant de faire revenir au bercail des internationaux aux émoluments élevés. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que ça se produise, puisque l’international américain Claudio Reyna (New York) a été attiré dès la première année du nouveau règlement. Idem pour Julian de Guzman deux ans plus tard à Toronto, puis Freddy Adu en 2011 à Philadelphie. Des retours guère impérissables… Revenu cet été, Clint Dempsey (Seattle) espère marquer davantage les mémoires grâce à de bonnes prestations.

Mais la tendance marquée par Gonzalez, c’est d’offrir une promotion à un joueur déjà là afin de pouvoir le conserver. Le meilleur exemple est son coéquipier Landon Donovan, arrivé au LA Galaxy en 2005 et qui a un contrat de joueur désigné depuis 2010 : il a aussi pu arrondir ses fins de mois avec des prêts hivernaux en Allemagne et en Angleterre. Tous les sympathisants de MLS connaissaient aussi Dwayne De Rosario et Shalrie Joseph depuis longtemps quand leur statut a été revu à la hausse. Dernier exemple en date : l’attaquant de San José Chris Wondolowski, multiple meilleur buteur du championnat, joueur désigné depuis cette saison.

Enfin, il y a ceux dont on n’en attendait pas tant et qui ont agréablement surpris. Salt Lake et Seattle sont spécialistes en la matière. Arrivé dans l’Utah en 2010, Alvaro Saborio y a réussi une tellement bonne saison qu’un an plus tard, il était promu joueur désigné ; Javier Morales a dû patienter plus longtemps, lui qui défend les couleurs de l’actuel leader depuis 2007. Douze mois après Saborio, Mauro Rosales a vécu exactement la même expérience à Seattle, qui a par ailleurs loué Freddy Montero deux saisons au Deportivo Cali avant de l’acquérir et de lui offrir un tel contrat.

18 July 10:22 de la mañana

En battant Toronto, Chivas USA a enfin gagné, après 14 rencontres sans victoire. Ce succès était marqué du sceau de ses nouveaux venus : Carlos Bocanegro a pu célébrer avec succès son retour en MLS mais c’est surtout le jeune prodige Erick Torres qui a marqué les esprits, tant en disputant un match de qualité qu’en inscrivant le but de la victoire. Et pourtant, Toronto a joué à onze contre dix pendant plus d’une heure mais a été incapable de saisir sa chance et déplore que l’arbitre n’ait pas osé siffler un penalty contre l’équipe locale après en avoir exclu un joueur.

À Colorado, l’arrivée gagnante fut celle de la mi-temps : la montée au jeu d’Atiba Harris a métamorphosé l’équipe. Menée à la marque à la pause, elle a retourné la situation pour s’imposer contre New England, qui est passé à côté de son sujet. Et l’entraîneur Jay Heaps a eu l’honnêteté de reconnaître que ce fut aussi son cas.

Alors qu’on arrive aux quarts de finale de la Gold Cup, quatre nouveaux joueurs se joignent à l’équipe nationale américaine, comme le permet le nouveau règlement de la compétition. Quatre autres prennent la direction opposée et quittent le groupe dans lequel figure évidemment toujours Chris Wondolowski, à qui fifa.com a consacré un article. Autre arrivée à noter : celle du milieu offensif argentin de 22 ans Mauro Diaz à Dallas. Son style explosif doit amener davantage de punch offensif aux Texans.

LES RÉSULTATS
Colorado - New England
Chivas USA - Toronto

 
2-1
1-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

17 July 2:51 de la tarde

Deux rencontres sont au programme de ce soir, mettant aux prises quatre équipes dont on parle peu. Ces dernières semaines, Chivas USA ne s’en plaint pas, tant le club a eu de presse négative en ce début de saison. Il veut revenir à la une avec des nouvelles plus réjouissantes, comme un retour réussi de Carlos Bocanegra. Ce dernier espère recevoir son Certificat International de Transfert à temps pour affronter Toronto ce soir. Les Ontariens sont toujours en quête de stabilité et viennent de laisser partir un autre élément chevronné en la personne de Darren O’Dea : pour faire plus de place dans le budget salarial

Colorado - New England verra s’opposer deux équipes du ventre mou du classement qui ont chacune leur raison d’être jalousée par les formations du top. Le club des Rocheuses compte en ses rangs deux des meilleures recrues de la saison, Deshorn Brown et Dillon Powers, même si en ce moment, on parle beaucoup de la concurrence au poste de gardien de but entre Clint Irwin et le vétéran Matt Pickens qui vient de revenir au jeu. De son côté, New England possède tout simplement la meilleure défense de la compétition. Mais ces jours-ci, c’est aussi un retour qui fait la une :  celui de Kevin Alston, qui a subi avec succès les traitements contre la leucémie.

LE PROGRAMME COMPLET
Mercredi 17 juillet
21h00 : Colorado - New England
22h30 : Chivas USA - Toronto

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs

02 July 6:34 de la tarde

Cette semaine, le menu de l’émission Coup Franc (à écouter ici) est une fois de plus bien chargé et parcourt l’ensemble du continent américain.

Nous prenons la direction de Rio de Janeiro pour parler à Antoine Deshaies, journaliste de Radio-Canada qui était sur place pour de la Coupe des Confédérations (voir le blog écrit pour l’occasion). Il nous parle évidemment de la compétition mais surtout du Brésil et de sa préparation à un an de la Coupe du monde : stades, infrastructures, supporters, accessibilité, retombées, insécurité, comparaison avec l’Afrique du Sud qui a organisé le dernier Mondial, etc. Tout y passe, y compris les manifestations qui ont émaillé le Brésil ces dernières semaines.

La Gold Cup 2013 commence ce dimanche. On parle des favoris de la compétition qui doit couronner la meilleure équipe de la zone Concacaf mais aussi de son intérêt pour les joueurs et les supporters, de son influence sur la MLS ou encore des chances du Canada en compagnie de Ludovick Martin qui, depuis de nombreuses années, suit de très près les prestations des internationaux canadiens qui évoluent à l’étranger.

Sans oublier évidemment les nouvelles de la MLS, avec un retour sur les faits marquants du week-end dernier et un aperçu de la semaine à venir.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com), sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

18 June 3:01 de la tarde

Dallas, Toronto et Rio sont les destinations privilégiées de l’émission Coup Franc hebdomadaire (à écouter ici) qui passe aussi par Tenerife, d’où Christian Schaekels rejoint l’équipe composée cette semaine de Matthias Van Halst et Olivier Tremblay.

Inattendu leader, Dallas est-il à sa place en tête du classement ? Christian Schaekels a décortiqué ses forces et ses faiblesses tant offensives que défensives (voir détails sur le blog de Vision du Jeu). On regarde à quel point les phases arrêtées et le coup de patte de Michel Garbini pèsent dans la balance, on examine le cocktail offensif explosif de Dallas, les individualités qui se démarquent, la façon d’affronter un tel adversaire. Les Texans sont-ils capables de rester en tête ? De quel type de renfort auraient-ils besoin pour s’améliorer ?

Toronto s’est séparé cette semaine de Terry Dunfield. Était-ce prévisible ? On se penche sur l’énième discours de reconstruction au TFC et sur la politique du club, mais on prolonge également la réflexion en mettant en parallèle la philosophie des Torontois et celle de l’équipe nationale canadienne.

À un an de la Coupe du monde, la Coupe des Confédérations se déroule actuellement au Brésil. On parle de l’intérêt sportif et extra-sportif de la compétition, de la charge qu’elle impose au programme des joueurs, de son intérêt pour la Concacaf et la MLS (devons-nous encourager le Mexique ?) Et pourquoi pas une Coupe des Confédérations avec des équipes représentatives de leur continent plutôt que des équipes nationales ?

La Coupe des Confédérations nous prive aussi de Frédéric Lord, d’Olivier Brett et de notre studio habituel. Merci de faire preuve d’indulgence pour la qualité du son.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com), sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).