blog

Montréal se donne un 7/10… et du temps

05 November 4:43 de la tarde

Montréal se donne un 7/10… et du temps

By Matthias Van Halst

On ne sait pas encore si Marco Schällibaum sera entraîneur de l’Impact de Montréal la saison prochaine. Au cours de sa conférence de presse de fin de saison, le club a expliqué qu’il avait encore besoin de temps. « Il est trop tôt pour dire si Marco Schällibaum est l’homme de la situation pour 2014, a expliqué le président Joey Saputo. Nous allons continuer d’analyser la situation au cours des prochaines semaines. »

Une analyse qui ne portera pas uniquement sur les résultats, et qui se fera en compagnie de l’entraîneur. « On a bien commencé et on a mal fini. C’est important de savoir pourquoi. Aujourd’hui, je ne suis pas à l'aise de prendre une décision car il doit encore y avoir beaucoup de discussions avec Marco, avec les joueurs, avec le staff technique, avec tout le monde. Il faut faire une analyse complète, ça va prendre le temps qu’il faut. »

Le principal intéressé a déjà rencontré ses patrons hier. S’il ne parlera aux médias que demain, on connaît déjà son intention de rester. « C’est bon de savoir que Marco veut être de retour, il aime bien la ligue, il aime bien l’équipe », a ainsi déclaré le président, avant de poursuivre « mais nous devons considérer le bien de l’équipe à long terme. » En outre, Schällibaum est sous contrat pour la saison prochaine, puisqu’une clause le prolongeait automatiquement en cas de participation à la phase finale. Ça n’aura néanmoins aucune influence sur la suite des choses : « L’important pour moi est d’avoir la bonne personne à la bonne place (…) Le nombre d’entraîneurs que l’on paye n’est pas important. »

ÉCOUTEZ COUP FRANC, SPÉCIAL BILAN DE L’IMPACT DE MONTRÉAL

Un départ en fanfare, une arrivée douloureuse : pourquoi ? Il est évident que la question turlupine les hautes sphères du club. Le directeur sportif Nick De Santis, après avoir donné un 7/10 à la saison, a tenté de l’expliquer. « Au début, on voyait une équipe qui avait tellement de choses à prouver. La seule façon d’y arriver était de bien défendre. Et la confiance a commencé à grandir. Est-ce l’incapacité d’assumer la pression d’être premier, l’inexpérience d’être là, est-ce que ça a commencé à mettre trop de pression sur les joueurs, sur l’entraîneur, sur nous ? C’est quelque chose qu’il faut évaluer. Mais il ne faut pas écarter la chute libre des 10 derniers matchs et on se demande pourquoi. Il faut trouver les bonnes réponses. » Évolution positive néanmoins à ses yeux : le comportement de son entraîneur en bord de terrain, qui a eu moins souvent maille à partir avec les arbitres au fil des mois.

Saputo, qui s’est excusé pour le comportement de l’équipe à la fin du match à Houston, « pas digne de l’Impact de Montréal », a également commenté avec étonnement la rumeur annonçant Alessandro Nesta à la tête de l’équipe. « Premièrement, Sandro n’a pas ses diplômes d’entraîneur. Je ne pense pas qu’il souhaite directement passer du rôle de joueur à celui d’entraîneur et nous n’avons jamais parlé de ce poste-là avec lui. »

Se félicitant aussi de l’atteinte de l’objectif de participer à la phase finale, de la victoire en Coupe du Canada, du bilan chiffré (points, buts, succès à l’extérieur), de l’appui des supporters, de Marco Di Vaio ou encore de la solidarité entre les joueurs, déplorant la « fin de la campagne inacceptable » et soulignant le besoin important d’embaucher certains joueurs à des postes clefs, les dirigeants du club ont surtout montré que pour le moment, les questions étaient plus nombreuses que les réponses quant à l’avenir immédiat et ont envoyé le message qu’ils ne voulaient pas précipiter leurs décisions.