blog

Philadelphia Union

13 December 12:01 de la tarde

Depuis quelques jours, les journalistes de MLSsoccer.com dressent le bilan de la saison écoulée club par club : meilleurs et pires moments, citations, besoins pour 2014 etc. Voici un bref résumé de ce qui a déjà été écrit.

La saison de DC United a été la pire de son histoire, avec quelques records négatifs, mais fut sauvée par une victoire en Coupe des États-Unis. Entre les problèmes de finition et les erreurs défensives, les déceptions se sont accumulées et le club doit se renforcer pour être prêt à jouer en Ligue des champions. Chivas USA avait bien commencé avec trois victoires en cinq rencontres puis s’est effondré et a changé d’entraîneur. Pour remonter la pente, il lui faut trouver un homme de confiance et des joueurs d’expérience qui connaissent la MLS.

À Toronto, on parlait de transition et on a eu une (nouvelle) année de turbulences, l’équipe changeant beaucoup en cours de saison. Quelques jeunes pointent le bout du nez mais ça manque d’expérience et de flair devant le but. Pour 2014, on annonce des joueurs désignés de renom. Loin devant ce trio de cancres, Columbus a vécu la fin d’une époque de manière décevante, ayant de rares satisfactions parmi lesquelles Dominic Oduro. Mais les nouveaux dirigeants du club comptent faire table rase du passé récent, dont plus personne ne parle dans l’Ohio.

La chute la plus spectaculaire fut pour Dallas, leader au début de l’été – notamment grâce aux coups de pieds arrêtés de Michel Garbini – avant de terminer 15e du classement général. De gros changements se produiront au club cet hiver, avec entre autres l’arrivée d’un nouvel entraîneur dont on ne connaît pas encore l’identité. Après une préparation désastreuse, Philadelphie a longtemps agréablement surpris mais était encore trop léger pour tenir sur la longueur. John Hackworth doit trouver les pièces manquantes au puzzle pour faire de son équipe un prétendant plus sérieux à la phase finale en 2014.

Vancouver a raté de peu la victoire en Coupe du Canada et une place en phase finale. Drôle d’équipe, capable du meilleur et d’inscrire de beaux buts, mais souvent craintive et terne. L’entraîneur Martin Rennie n’a pas résisté aux résultats inférieurs aux attentes. À Chicago, tout le monde parle de l’avant et de l’après Mike Magee : en fond de classement à son arrivée, l’équipe a effectué une remontée fantastique mais insuffisante pour terminer en ordre utile. Pour 2014, les attentes sont grandes avec l’arrivée de Franck Yallop qui a déjà annoncé qu’il adaptera le style de jeu aux hommes à sa disposition.

Je recommencerai cet exercice à quelques reprises dans les prochains jours jusqu’à ce que le tour d’horizon de tous les clubs soit terminé. Rendez-vous ici pour retrouver sur la même page un lien vers tous les textes et les dates de parution des prochains bilans.

25 October 1:53 de la tarde

Qui terminera en tête du classement général ? Qui seront les dix qualifiés pour la phase finale ? Le suspense, on ne peut plus haletant, prendra fin dimanche soir à l’issue de la dernière journée de la phase « classique » de la compétition.

Quatre équipes peuvent encore prétendre au Supporters Shield. La mieux placée est New York : en cas de victoire contre Chicago (direct Unimas), le club est assuré de remporter le premier trophée de son histoire. « C’est tellement important qu’on n’a même pas besoin d’en parler », résument les joueurs. Mais Chicago joue sa place en phase finale et a tout intérêt à ne pas revenir bredouille : il cible le flanc gauche adverse pour parvenir à ses fins.

Les poursuivants de New York doivent prendre les trois points pour espérer le dépasser. Actuellement deuxième, Kansas City se mesurera à Philadelphie devant les caméras de NBCSN, dans un contexte très différent de celui de la dernière confrontation entre les deux équipes qui avait vu la victoire de l’Union, aujourd’hui dans la situation la plus épineuse, ayant l’obligation de gagner et de compter sur des mauvais résultats de plusieurs adversaires directs… qui joueront après lui, sous peine de voir sa saison prendre fin.

Deux équipes de l’Ouest peuvent encore aspirer au Supporters Shield. Salt Lake, au repos ce week-end, s’imposera si New York perd et si les deux autres prétendants ne gagnent pas. Quoi qu’il advienne, la troupe de Jason Kreis a déjà dépassé les attentes. Portland, dont on oublie souvent la solidité de la défense, la dépassera en cas de victoire à Chivas USA, mais ne terminera premier que si New York s’incline et que Kansas City ne s’impose pas.

Si dans l’Ouest, les cinq qualifiés sont à toutes fins pratiques connus (San José doit marquer au moins une douzaine de buts pour espérer dépasser Colorado), dans l’Est, cinq équipes se disputent trois places. Outre Chicago et Philadelphie, il s’agit de Montréal, New England et Houston. Les Québécois sont les mieux placés : en cas de victoire à Toronto (direct RDS, TSN, Univision Deportes), ils termineront assurément troisièmes de leur conférence, ce qui les dispensera du premier tour de la phase finale, eux qui ont besoin de reprendre des forces.

New England, en déplacement à Columbus (match diffusé gratuitement sur MLSsoccer.com) a également son sort en mains : pour mettre toutes les chances du côté de leur équipe, ses dirigeants ont même affrété un avion privé pour les joueurs. Sur le terrain de DC United et devant les caméras de NBC, Houston devra gagner et supporter à contrecœur les adversaires de ses concurrents directs.

Si ce programme alléchant ne vous suffit pas, vous pourrez également regarder San José - Dallas sur NBCSN ainsi que Seattle - LA Galaxy sur TSN2, ESPN ou ESPN Deportes. Pour avoir tous les éléments en mains, consultez les classements des conférences et regardez bien l’horaire ci-dessous, car il pourrait également influencer le comportement des équipes en fonction de leur connaissance des résultats des autres.

LE PROGRAMME COMPLET
Samedi 26 octobre
15h00 : Philadelphie - Kansas City
16h00 : Toronto - Montréal
17h30 : San José - Dallas
22h30 : Chivas USA - Portland
Dimanche 27 octobre
13h30 : DC United - Houston
16h00 : Columbus - New England
17h00 : New York - Chicago
20h00 : Vancouver - Colorado
21h00 : Seattle - LA Galaxy

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs

21 October 11:43 de la mañana

Désolé pour le titre et le texte plus longs que d’habitude, mais il s’est passé tellement de choses lors de la dernière journée qu’il faut bien ça pour tout résumer. Donc, New York a pris une option sur le Supporters Shield en gagnant à Houston, on connaît à toutes fins pratiques les cinq qualifiés de la Conférence Ouest, alors que dans l’Est cinq équipes se battront pour trois places la semaine prochaine.

Déjà en tête vendredi, New York a entamé les débats de la meilleure manière qui soit au Texas, puisqu’après 7 secondes Tim Cahill y a inscrit le but le plus rapide de l’histoire de la MLS. Houston a donc passé la partie à courir après le score, mais a trébuché pour chuter du mauvais côté de la ligne rouge. Kansas City a rempli sa mission en s’imposant face à DC United par le plus petit écart, bien aidé par les exploits de Nielsen.

Dans l’optique du Supporters Shield, Portland et Salt Lake ont effectué une mauvaise opération en se neutralisant sur le score de 0-0, même si tous deux restent en lice pour le trophée. Il y avait quand même des sourires sur le terrain puisque dès avant le coup d’envoi, Portland était assuré de sa place pour la phase finale, ce qui est loin d’être une fin en soi pour les hommes de Caleb Porter, alors que les visiteurs considéraient cette sortie comme une répétition réussie en vue des rencontres à élimination directe.

Les joueurs de Dallas ont offert une victoire à Schellas Hyndman pour son dernier match à domicile, contre Seattle dont la série noire se poursuit – Sigi Schmid en assume la responsabilité – mais qui est mathématiquement rassuré sur son avenir. Idem pour le LA Galaxy, toutefois déçu d’être tenu en échec par San José qui aurait pu s’imposer chez son voisin du sud mais dont les prouesses de Penedo ont précipité l’élimination. Elle n’est pas mathématique mais Wondolowski et consorts devraient marquer au moins 12 buts contre Dallas pour espérer dépasser Colorado, vainqueur de Vancouver grâce à un Torres en toute grande forme. Les internationaux panaméens de MLS ont répondu de brillante manière à l’élimination frustrante de leur équipe nationale en milieu de semaine…

Dans l’Est, les trois dernières places qualificatives se joueront la semaine prochaine. Outre Houston, Philadelphie a effectué la mauvaise opération du week-end en gérant mal sa seconde mi-temps à Montréal où le jeune Ouimette a joué les héros en offrant le but de la victoire aux Québécois qui emmènent désormais le peloton. Après sa victoire ténue contre Toronto, Chicago est également en bonne position mais devra rester concentrer car il lui reste la tâche la plus ardue, un déplacement à New York. New England a également son sort en mains : après s’être imposé à l’issue d’un match riche en suspense contre Columbus, il pourrait aller chercher sa qualification la semaine prochaine en Ohio.

LES RÉSULTATS
Kansas City - DC United
Montréal - Philadelphie
Dallas - Seattle
Colorado - Vancouver
New England - Columbus
Chicago - Toronto
Portland - Salt Lake
Houston - New York
LA Galaxy - San José

 
1-0
2-1
2-0
3-2
3-2
1-0
0-0
0-3
0-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

18 October 1:03 de la tarde

Il reste deux matches à toutes les équipes de MLS, et les deux derniers week-ends de compétition seront complètement fous ! Ils l’auraient été encore davantage si tout le monde avait joué à la même heure (sans parler de l’équité sportive d’une telle mesure), et je vais tenter de résumer les enjeux de la façon la plus simple possible. Ils concernent le Supporters Shield et les places en phase finale.

Déjà qualifié pour la parade de la fin de l’automne, New York occupe la tête du classement général avec 53 points et a son sort en mains pour la conserver. « Nous sommes les seuls à pouvoir nous faire tomber de notre piédestal », a déclaré l’entraîneur Mike Petke, qui ne veut toutefois pas mettre une pression excessive sur les épaules de ses joueurs. La tâche ne sera pas simple à Houston (direct RDS2), dont le réveil de fin de saison a sonné lors d’une lourde défaite… à New York. Troisièmes de leur conférence, les Texans (48 pts) sont à la merci d’un peloton d’affamés (voir plus bas). Seul autre qualifié mathématique, Kansas City (52 pts) a une tâche a priori facile chez lui contre DC United devant les caméras de TSN2 et NBCSN, d’autant qu’il retrouve Graham Zusi, toujours fringant après un passage en équipe nationale.

Dans l’Ouest, Portland, Salt Lake, Seattle et le LA Galaxy ont un pied et demi en phase finale, même si les chiffres ne le confirment pas encore. Le perdant du match qui opposera les deux premiers en Oregon sera écarté de la course au Supporters Shield. À égalité de points avec New York (mais devancé au nombre de victoires), Portland veut montrer qu’un style inhabituel en MLS peut y avoir du succès et doit se défaire d’un adversaire qui compte une unité de retard et s’attend à un match très ouvert et riche en buts, à voir gratuitement sur MLSsoccer.com.

À deux points de la première place, et avec quatre équipes devant eux, Seattle et le LA Galaxy doivent gagner et espérer beaucoup de faux pas. Pour les adieux de Schellas Hyndman à Dallas (et sur NBC et TSN2), Seattle a une tâche à sa portée, mais fait du surplace depuis plusieurs semaines. Pour se motiver, ils peuvent regarder ce reportage de Bloomberg TV sur les raisons des succès du club. TSN2, ESPN et ESPN Deportes diffuseront le CaliCalsico entre Californiens du Sud, toujours subjugués par ce que Keane a fait mercredi, et les nordistes de San José, qui comptent sur Wondolowski pour marquer un nouveau but important. Le vainqueur du Supporters Shield 2012 est pour le moment du mauvais côté de la ligne rouge, devant Vancouver et derrière Colorado… qui s’affronteront deux fois en deux semaines, pour ce qui pourrait être la fin de carrière de Lee-Young Pyo.

Celle d’Alessandro Nesta sera honorée à Montréal – qui n’a plus goûté à la victoire en championnat depuis début septembre et qui emmène le peloton d’affamés – face à Philadelphie, a égalité de points mais qui compte moins de victoires et pense adopter une « approche conservatrice » au stade Saputo. Comme eux, Chicago, emmené par son homme de fer Anibaba, compte 46 unités et pourrait tirer les marrons du feu en s’imposant à domicile contre Toronto (direct RDS, TSN2). Avec 45 points, New England est aussi dans la course avant une double confrontation contre Columbus mais pourrait être perturbé par l’annonce du départ de Bengtson.

Retrouvez ici les classements des deux conférences, qui vous aideront à lire les différents scénarios menant à la qualification ou à l’élimination des équipes encore en course. Sortez les calculettes !

LE PROGRAMME COMPLET
Vendredi 18 octobre
20h00 : Kansas City - DC United
Samedi 19 octobre
14h00 : Montréal - Philadelphie
14h30 : Dallas - Seattle
18h00 : Colorado - Vancouver
19h30 : New England - Columbus
20h30 : Chicago - Toronto
22h30 : Portland - Salt Lake
Dimanche 20 octobre
16h00 : Houston - New York
21h00 : LA Galaxy - San José

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs

17 October 11:48 de la mañana

Hier soir, le LA Galaxy a battu Montréal 1-0 (résumé vidéo). Les uns se sont relancés dans une hypothétique course au Supporters Shield, les autres ont poursuivi leur glissade et en sont désormais à six rencontres consécutives sans victoire.

Il y avait beaucoup de jeunes sur le terrain en Californie, et c’est l’un d’entre eux, Kofi Opare, qui a inscrit l’unique but d’une rencontre dont le rythme n’était pas effréné. Le moment était particulièrement émouvant pour le défenseur – certes parce qu’il avait trouvé le chemin des filets, mais surtout parce qu’il portait sous son maillot un t-shirt en l’honneur d’un ami décédé lundi, à qui il souhaitait rendre hommage en marquant.

À l’autre extrémité de la pyramide des âges, Robbie Keane a suscité l’admiration : l’international irlandais est monté à l’heure de jeu, alors que la veille, il s’était produit en Irlande pour son équipe nationale, et avait évidemment effectué un long voyage en avion entre temps.

Montréal n’a pas démérité et sa défense, dont trois des quatre éléments étaient des jeunes formés au club, a montré des signes encourageants pour l’avenir. Dans d’autres circonstances, on parlerait principalement de cela : perdre par le plus petit écart sur le terrain du double tenant de la Coupe MLS n’a rien de déshonorant. Mais dans la situation actuelle, le criant besoin de points des Québécois est leur seule priorité. Ce nul, « nous l’aurions mérité (…) mais nous l’avons laissé échapper », selon Marco Schällibaum.

L’équipe la moins en forme en ce moment espère retrouver le chemin de la victoire samedi contre Philadelphie. « Nous sommes dans le même bateau », a déclaré l’entraîneur de l’Union, John Hackworth, au cours d’une conférence de presse lors de laquelle il a longuement évoqué la situation de son équipe. Certes, mais tout le monde arrivera-t-il à bon port ?

14 October 11:53 de la mañana

Il reste encore deux journées de championnat (+ un match en retard) et bien malin celui capable de donner les noms du vainqueur du Supporters Shield et des dix participants à la phase finale de la Coupe MLS. Évidemment, les résultats du week-end ont encore davantage brouillé les cartes...

En position idéale pour finir en tête depuis de longues semaines, Seattle ne pense plus à la première place, qui paraît bien loin, mais à mettre fin à la spirale négative qui s’est poursuivie à Portland par un défaite 1-0 (résumé vidéo), la troisième consécutive. Le vainqueur du jour a battu trois grosses cylindrées de l’Ouest au cours du dernier mois, et est remonté à la deuxième place du classement général, devancé par New York uniquement au nombre de victoires. Les vaincus, eux, déplorent encore l’exclusion d’Alonso alors que Dempsey a dû quitter le match avec une épaule disloquée.

En position idéale pour (tiens, ce début de phrase me rappelle quelque chose) facilement assurer sa qualification en phase finale, Montréal doit aussi mettre fin à une spirale négative, marquée par une défaite ce samedi contre New England (0-1, résumé vidéo), ce qui place désormais l’équipe dos au mur. Les visiteurs n’ont pas manqué de dédier leur succès à Saer Sene, qui a dû quitter la rencontre en milieu de première mi-temps suite à une blessure au pied qui a horrifié tout le stade.

Les Québécois ont cependant toujours leur sort en mains, contrairement à Philadelphie, qui effectue la plus mauvaise opération du week-end après le partage 1-1 concédé à DC United (résumé vidéo), un point sauvé à la dernière minute par le réveil de Jack McInerney. Du coup, Chicago s’empare de la cinquième place dans l’Est grâce à son succès 2-3 à Dallas (résumé vidéo) qu’il a pourtant failli laisser échapper en fin de match.

Vendredi, la liste des pays qualifiés pour la Coupe du monde s’est allongée. Rien de neuf dans la Concacaf, à tout le moins officiellement. Mais le Honduras, vainqueur contre le Costa Rica, peut se contenter d’un point mardi en Jamaïque pour assurer sa qualification pour le Brésil. Les Costariciens se font dépasser en tête du groupe par les États-Unis, facile vainqueurs de la Jamaïque. Le Mexique devra aller chercher au moins un nul au Costa Rica pour assurer sa place de barragiste, et peut remercier Raúl Jiménez pour son superbe but qui lui a offert la victoire in extremis contre le Panama.

04 September 11:58 de la mañana

Seattle rejoindra-t-il le LA Galaxy à la deuxième place du classement général ce soir ? Pour y parvenir, il devra se défaire chez lui de l’autre équipe de Los Angeles, Chivas USA : une tâche a priori facile mais il se méfie de rojiblancos « mieux organisés derrière » et, surtout, armés d’Erick Torres devant.

L’autre match au programme de la soirée sera le premier de Brian Bliss à la tête de Columbus : il ne « réinventera pas la roue » selon ses joueurs mais s’il a l’ambition de diriger l’équipe en 2014, il voudra commencer par une victoire contre Houston. Si les Texans gagnent, ils effectueront une opération juteuse au classement mais se mettront aussi dans de meilleures dispositions avant de passer presque toute la fin de la saison régulière à affronter des concurrents directs.

Ces rencontres du mercredi passeront-elles bientôt à la trappe ? Selon NBCSN, la ligue pourrait décider de réduire la saison régulière à 28 rencontres. Quand il y aura 24 clubs, en 2020, cette nouvelle formule générera... 34 matchs par équipe. Je ne crois donc guère à une réduction drastique prématurée et, à lire les réactions, elle serait très mal accueillie.

Pendant ce temps, à Philadelphie, l’Union a inauguré sa propre école secondaire. Baptisée YSC Academy, elle accueille 32 élèves – tous membres des équipes de jeunes du club – qui s’entraîneront le matin et étudieront l’après-midi avec l’espoir de passer pros un jour. On s’approche des conditions de travail des jeunes dans les centres de formation européens !

03 September 11:13 de la mañana

Hier, Columbus a donc décidé de congédier son entraîneur Robert Warzycha, serviteur de très longue date puisqu’il était en poste depuis 2009 dans le club où il a joué de 1996 à 2002. Entre temps, il était resté au club, en tant qu’entraîneur adjoint.

J’ai l’impression qu’en MLS, les entraîneurs sont moins sur un siège éjectable qu’ailleurs. J’ai donc voulu le vérifier, en comparant avec les cinq grands championnats européens, qui viennent de reprendre. À vous d’en tirer vos conclusions.

Entraîneur
Dominic Kinnear
Jason Kreis
Schellas Hyndman
Bruce Arena
Sigi Schmid
Peter Vermes
Ben Olsen
Frank Klopas
Óscar Pareja
Jay Heaps
John Hackworth
Martin Rennie
José Luis Real
Marco Schällibaum
Mike Petke
Caleb Porter
Ryan Nelsen
Mark Watson
Brian Bliss

Club
Houston
Salt Lake
Dallas
LA Galaxy
Seattle
Kansas City
DC United
Chicago
Colorado
New England
Philadelphie
Vancouver
Chivas USA
Montréal
New York
Portland
Toronto
San José
Columbus

Arrivée
2006
2007
2008
2008
2009
2009
2010
2011
2012
2012
2012
2012
2013
2013
2013
2013
2013
2013
2013

MLS
Entraîneur le plus ancien : Dominic Kinnear (Houston), 8e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 7/19
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 5
Entraîneurs remplacés en cours de saison : 2

France
Entraîneur le plus ancien : Christian Gourcuff (Lorient), 11e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 6/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 5

Allemagne
Entraîneurs les plus anciens : Torsten Lieberknecht (Braunschweig) et Jürgen Klopp (Dortmund), 6e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 4/18
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 3

Angleterre
Entraîneur le plus ancien : Arsène Wenger (18e saison)
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 2/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 5

Italie
Entraîneurs les plus anciens : Stefano Colantuono (Atalanta), Andrea Mandorlini (Hellas Vérone), Massimiliano Allegri (AC Milan), Francesco Guidolin (Udinese), 4e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 4/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 6

Espagne
Entraîneur le plus ancien : Pepe Mel (Betis Séville), 4e saison
Entraîneurs à leur quatrième saison ou plus : 1/20
Nouveaux entraîneurs au début de la saison : 12

02 September 11:54 de la mañana

C’est rare, mais ça arrive : cette semaine, je ne vous parlerai pas des contre-performances des équipes de tête puisque, une fois n’est pas coutume, presque tous les ténors du classement ont gagné.

Le leader, Salt Lake, a ouvert la voie vendredi en affolant une fois de plus le marquoir lors d’une victoire contre Portland acquise grâce aux mouvements sans ballon mais aussi en punissant, encore, les faiblesses défensives sur phases arrêtées d’un adversaire qui reconnaît avoir reçu une leçon d’humilité.

Son premier poursuivant est désormais le LA Galaxy qui, après sa nette victoire contre San José, a pour objectif de bientôt ne plus avoir aucun adversaire devant lui. Il doit se méfier de Seattle, qui nourrit les mêmes ambitions et s’est arraché pour gagner à Columbus (ce qui a coûté sa place à Robert Warzycha) en jouant à 10 pendant presque tout le match retardé par un violent orage. Il faudra aussi satisfaire Eddie Johnson, qui a clairement fait part de ses prétentions salariales en célébrant son but.

Mais la bisbille peut avoir du bon : après s’être disputé avec Thierry Henry, Mike Petke l’a mis sur le banc et a remanié son équipe qui s’est imposée contre DC United en montrant qu'il y avait d'interessantes alternatives au sein de l’effectif. Si la victoire de Kansas City contre Colorado peut paraître attendue, elle met quand même fin à une série de 9 rencontres sans défaite des visiteurs qui ont peiné à trouvé leur rythme face à des Ciel et Marine qui avaient besoin de retrouver la confiance.

Parmi les six premiers ce matin, seul Montréal n’a pas gagné ce week-end. Mais les Québécois ont enfin préservé leurs filets à l’extérieur (une première depuis le match inaugural de la saison) pour prendre un bon point à Philadelphie où McInerney s’en veut encore d’avoir raté la balle de match.

LES RÉSULTATS
Toronto - New England
Salt Lake - Portland
Philadelphie - Montréal
Columbus - Seattle
New York - DC United
Kansas City - Colorado
LA Galaxy - San José
Chicago - Houston
Vancouver - Chivas USA

 
1-1
4-2
0-0
0-1
2-1
2-1
3-0
1-1
2-2

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

15 August 3:27 de la tarde

Le LA Galaxy a donc offert un nouveau contrat à son défenseur central Omar Gonzalez, revu à la hausse et donnant à l’international américain de 24 ans le statut de joueur désigné. Seuls deux autres défenseurs (que l'on a aussi vus dans l'entrejeu) l’avaient obtenu avant lui : Torsten Frings et Rafael Marquez. Contrairement à eux, il ne découvre pas la MLS mais reçoit une promotion qui n’a plus rien d’exceptionnel.

Il y a six ans, quand David Beckham est arrivé, beaucoup pensaient que ce nouveau statut servirait à attirer des grands noms. Force est de constater qu’il a bien évolué. Signe que le niveau de la compétition monte (et que le budget salarial n’est pas assez élevé, rajouteront certains), il y a de plus en plus de joueurs désignés parmi les éléments avec qui le public de MLS est familier.

Tout d’abord, en permettant de faire revenir au bercail des internationaux aux émoluments élevés. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que ça se produise, puisque l’international américain Claudio Reyna (New York) a été attiré dès la première année du nouveau règlement. Idem pour Julian de Guzman deux ans plus tard à Toronto, puis Freddy Adu en 2011 à Philadelphie. Des retours guère impérissables… Revenu cet été, Clint Dempsey (Seattle) espère marquer davantage les mémoires grâce à de bonnes prestations.

Mais la tendance marquée par Gonzalez, c’est d’offrir une promotion à un joueur déjà là afin de pouvoir le conserver. Le meilleur exemple est son coéquipier Landon Donovan, arrivé au LA Galaxy en 2005 et qui a un contrat de joueur désigné depuis 2010 : il a aussi pu arrondir ses fins de mois avec des prêts hivernaux en Allemagne et en Angleterre. Tous les sympathisants de MLS connaissaient aussi Dwayne De Rosario et Shalrie Joseph depuis longtemps quand leur statut a été revu à la hausse. Dernier exemple en date : l’attaquant de San José Chris Wondolowski, multiple meilleur buteur du championnat, joueur désigné depuis cette saison.

Enfin, il y a ceux dont on n’en attendait pas tant et qui ont agréablement surpris. Salt Lake et Seattle sont spécialistes en la matière. Arrivé dans l’Utah en 2010, Alvaro Saborio y a réussi une tellement bonne saison qu’un an plus tard, il était promu joueur désigné ; Javier Morales a dû patienter plus longtemps, lui qui défend les couleurs de l’actuel leader depuis 2007. Douze mois après Saborio, Mauro Rosales a vécu exactement la même expérience à Seattle, qui a par ailleurs loué Freddy Montero deux saisons au Deportivo Cali avant de l’acquérir et de lui offrir un tel contrat.