blog

MLS Regular Season

22 January 6:35 de la tarde

Esa pintura que crees estar viendo en la fotografía de arriba, de hecho no está en un lienzo, sino la piel de una persona.

La foto salió en Twitter y ha sido clasificada como uno de los dibujos más impactantes de la estrella francesa de los New York Red Bulls Thierry Henry… en la piel de un humano.

El artillero francés, quien es a su vez un aficionado a los tatuajes y la tinta, seguramente apreciará las horas que esta persona habrá pasado con el artista que lo tatuó. El año pasado, el mismo Henry se habría hecho un nuevo tatuaje en su brazo, el cual mostraba a la ciudad de Nueva York y el retrato de su hija.

Por si necesitas alguna pista de que tan fanático es este tipo que se tatuó a Henry, basta con checar el estilo de peinado que lleva el jugador de los Red Bulls en el tatuaje. La última vez que Thierry lució ese look con cabello data del milenio pasado.

Nos han enviado este impresionante tatuaje de Henry esta semana. Tienes algún tatuaje futbolero? Envíanos fotos a @RocketSoccerAM.

21 January 5:48 de la tarde

Le SuperDraft 2014 a pris fin aujourd’hui, avec les deux derniers tours lors desquels les 19 clubs de Major League Soccer ont sélectionné un total de 38 joueurs. Il est encore trop tôt pour dire qui émergera chez les professionnels et quand, même si certains noms ont déjà été mis de l’avant. Les intéressés tenteront de marcher sur les traces de Joao Plata, Chris Schuler, Sean Johnson ou encore Eric Alexander, tous choisis à un stade tardif de cette séance de recrutement.

Les heureux élus du SuperDraft se battront pour une place dans l’effectif de leur club respectif et le verdict tombera d’ici le début de saison. Si les équipes de MLS n’ont aucune limite quant au nombre de joueurs participant à leur préparation d’avant-saison, chaque club doit en effet être en conformité avec les règlements concernant la liste des joueurs et le budget salarial pour le 1er mars.

Parmi les autres nouvelles du jour, la rumeur d’un changement dans le déroulement de la phase finale qui devrait ravir Jason Kreis, même s’il n’est plus à Salt Lake : au lieu de systématiquement jouer à domicile lors du match retour, le club le mieux classé à l’issue de la saison régulière choisirait s’il commence par se déplacer chez son adversaire ou par le recevoir.

Pour finir cette chronique quotidienne, deux lectures intéressantes au sujet de joueurs français. La première concerne le nouveau médian défensif de San José : Jean-Philippe Pierazzi parle du rêve qu’il réalise en quittant Ajaccio pour la Californie. La seconde est une rumeur, celle du passage de Sidney Govou à New York.

01 January 5:32 de la tarde

Alors que la période des transferts bat son plein, voilà un rappel qui semble évident : mal évaluer son effectif, ses besoins ou ses renforts voire, pire, avoir un club où les joueurs entrent et sortent comme dans un moulin est souvent une des causes de déceptions en cours de saison. Plusieurs clubs peuvent en témoigner.

2. Des campagnes de transfert ratées
Même si l’équipe a remporté la Coupe des États-Unis, le titre de plantage en beauté de la saison peut difficilement revenir à un autre club que DC United. Si un tel effondrement était difficilement imaginable, une importante glissade était tout de même prévisible. Les joueurs partis l’hiver dernier étaient bien plus importants que ce que certains ne le croyaient. L’attaque a perdu de sa diversité, le poids du jeu s’est retrouvé sur les épaules d’une défense déjà frêle et l’édifice s’est écroulé. Cela mérite une palme dans la catégorie « mauvaise évaluation de son effectif ».

D’autres évaluations ratées : à San José (qui a mal jugé la richesse de son noyau et payé les absences au prix fort), à Montréal (qui a certes conservé ses joueurs importants mais mal estimé les renforts nécessaires) et à Columbus (où les problèmes avaient été bien ciblés mais où les prétendus renforts ont métamorphosé l’étalon de fin 2012 en cheval de trait).

Et puis, il y a ceux qui ont fait le grand ménage avec peu de succès. Car quand on se lance dans une telle entreprise, il faut savoir où balayer. Bons exemples : New York (malgré l’exception Juninho) et Portland. Par contre, Toronto et Chivas USA ont ressemblé à des moulins où les joueurs entraient et sortaient sans arrêt, sans trop qu’on ne sache si leur passage était bien nécessaire. Et pour 2014, on y repart encore à zéro !

Droit dans le mur : les flops de la saison 2013
3. Les tares défensives du LA Galaxy
4. Portland n’a peut-être qu’un défaut, mais il est énorme
5. Des forteresses redevenues petits châteaux
6. À Salt Lake, défendre côté gauche semble facultatif
7. Les agonies défensives de Montréal
8. Seattle incapable de conclure
9. Improductivité sur phases arrêtées = derniers
10. La prudence excessive de Vancouver

22 December 6:12 de la mañana

Nous voilà dans le carré d’as de mes réjouissances de la saison, où s’accumulent les bonnes surprises, à commencer aujourd’hui par des défenseurs qui méritent plus de visibilité et la force offensive du vainqueur du Supporters Shield.

4. Sarkodie, Yedlin, Klute et Sinovic : des arrières latéraux modernes
On parle moins d’eux que des attaquants, mais ils ont eu un apport essentiel à leur équipe cette saison : des arrières latéraux modernes, à la fois solides défensivement mais aussi productifs offensivement. En plus de rendre leur flanc difficile à passer, ils ont quelques passes décisives à leur actif. À droite, DeAndre Yedlin (Seattle), qui a été au Match des étoiles, et Kofi Sarkodie (Houston), qui met l’adversaire à terre les rares fois où il est battu. À gauche, Chris Klute (Colorado), qui a franchi sans mal le pas depuis la D2, et Seth Sinovic (Kansas City), qui avait déjà été très solide la saison dernière au sein de la meilleure défense de la compétition. Ces joueurs ont de l’avenir : le dernier nommé a 26 ans, les trois autres 23 ans ou moins.

3. Enfin un trophée – mérité – pour New York !
De tous les clubs évoluant en MLS depuis la saison inaugurale de la compétition en 1996, New York était le seul à ne pas avoir remporté de trophée officiel. Il a mis fin à cette disette en s’adjugeant le Supporters Shield grâce à une saison qui, sans être étincelante, a été plus que probante. Le tout sous la direction de Mike Petke, qui effectuait ses débuts d’entraîneur. C’est notamment son attaque qui a brillé : très complète, elle était certainement la seule de la compétition à n’avoir aucune faiblesse. Parmi ses forces, la domination sur les flancs mais surtout dans les airs, grâce à un majestueux Tim Cahill, auteur de 12 buts, dont 9 de la tête. La défense n’a pas toujours été aussi convaincante, notamment quand elle se repliait dans ses 20 derniers mètres, où Houston lui a assené le coup de grâce en phase finale.

Pleine lucarne : les tops de la saison 2013
5. Camilo : un top buts à lui tout seul !
6. Di Vaio, Magee : un pas en avant
7. La défense de Kansas City, impossible à enfoncer
8. Un nouveau stade pour DC United
9. Fernandez et Michel ont permis à Dallas de rêver… une demi-saison
10. Vent de fraîcheur à Colorado et New England

02 December 6:43 de la tarde

Omar González generalmente se destaca por su enorme contribución a la defensa del LA Galaxy al igual que a la de la selección de los Estados Unidos.

Defensa central de gran categoría, sobrio y con un talento enorme. Generalmente un tipo que no da muchas declaraciones ni es mucho de estar frente a las cámaras y bajo los reflectores.

Sin embargo a través de la red social de Instagram, Omar mostró un lado que poco le conocíamos, al parecer con motivo del Día de Acción de Gracias. Al mejor espíritu festivo, lo podemos ver tocando el saxofón en medio de un terreno… en boxers (video arriba).

Definitivamente, hay que ver para creer.

07 November 11:38 de la mañana

Il a fallu recourir aux prolongations pour connaître les participants à la finale de la Conférence Est, qui opposera Houston à Kansas City (match aller samedi au Texas), respectivement vainqueurs à New York et contre New England.

Chez lui, le vainqueur du Supporters Shield avait toutes les cartes en mains pour passer au tour suivant mais a une fois de plus laissé filer la montre en or, s’inclinant 1-2 (résumé vidéo). Dominateur, il avait ouvert la marque grâce à Wright-Phillips, qui reprenait un centre de Sam et profitait d’une bourde du gardien Hall. Ce dernier s’est ensuite parfaitement repris en multipliant les réflexes salvateurs. L’égalisation est tombée en fin de première mi-temps quand Sekagya offrait littéralement le ballon à Davis, qui n’avait plus qu’à conclure. L’auteur de la mauvaise passe s’était fait mal quelques minutes plus tôt et peinait encore à courir : un cadeau parmi d’autres offert par les New Yorkais.

Il y avait certes un peu de malchance dans ce but, mais l’équipe a remis tellement souvent son adversaire dans le match qu’elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Les deux formations n’ont pu se départager au cours des 90 minutes réglementaires, et Dominic Kinnear a donné une leçon de coaching à son homologue Mike Petke en effectuant des remplacements plus judicieux. Parmi eux, le nouveau héros orange, Omar Cummings, auteur du but décisif après avoir déjà égalisé dans les derniers instants au match aller.

Avec un but de retard suite à sa défaite à Foxborough, Kansas City a entamé sa rencontre face à New England tambour battant. L’équipe locale a cependant buté sur un Reis qui a multiplié les miracles, ne s’avouant vaincu que par Collin juste avant la pause. Le stade s’est tu lorsqu’Imbongo a fait 1-1 à 20 minutes de la fin mais a retrouvé l’espoir quand l’arrière gauche Sinovic a marqué le but le plus important de sa carrière, replaçant les deux équipes à égalité parfaite suite au 2-1 du match aller. Pour la deuxième fois de la soirée, il fallait recourir aux prolongations.

Durant celles-ci, l’assaut que les visiteurs avaient prévu de subir s’est poursuivi. Mais c’est paradoxalement après un dégagement raté de New England que les Ciel et Marine ont pu mener un contre ponctué victorieusement par Bieler pour fixer les chiffres à 3-1 (résumé vidéo) à 7 minutes de la loterie des tirs au but. Peter Vermes était très fier de ses joueurs, qui ont à la fois parfaitement géré le match et offert du spectacle.

06 November 6:21 de la tarde

Erick “Cubo” Torres fue transferido de Chivas Guadalajara a Chivas USA a mediados del 2013. El tapatío tuvo un impacto inmediato en el cuadro angelino, regresándole algo de alegría al club que pasó la gran mayoría del 2013 con más penas que gloria.

El joven delantero mexicano se reencontró con su mejor versión con un técnico que conoce muy bien desde sus inicios en Guadalajara, Jose Luis ‘El Güero’ Real. Bajo su mando, Cubo consiguió anotar siete goles en la campaña, convirtiéndose en el goleador del club, anotó un golazo de antología con una chilena frente a Vancouver Whitecaps, y además esta entre los nominados para Latino del Año.

El gran momento de Torres no pasa desapercibido por Guadalajara, que aunque cuenta con varios delanteros comprobados en el fútbol mexicano, no han dado los resultados esperados. Por lo que el técnico actual, Juan Carlos Ortega, no descarta un posible análisis en el cual, en caso de ser conveniente, considerarían traer a Torres de regreso a la Perla Tapatía.

“Chivas es un proyecto institucional donde el capricho o la necesidad de un técnico no estará por encima del equipo, si dentro de la valoración es preciso que continúe allá Erick, seguirá. Si es necesario e importante para Chivas, lo haremos, pero se tendrá que valorar la opinión de José Luis y Héctor (Real), (Paco) Palencia y la aprobación de Jorge Vergara, pero Chivas no se maneja con caprichos o deseos en el caso de Erick. Que la gente sepa que se valora lo que mejor le conviene al club”, dijo Juan Carlos Ortega.

05 November 10:59 de la mañana

À quelques heures de la conférence de presse officielle du club, l’équipe de l’émission Coup Franc a tiré son propre bilan de la saison de l’Impact de Montréal (à écouter ici) en compagnie de Christian Schaekels de Vision du Jeu. Le tour essaye d’être complet… dans le temps imparti (on aurait facilement tenu trois heures) et on aborde entre autres les questions suivantes :

  • L’explication du début de saison exceptionnel et du ralentissement qui a suivi
  • Le jeu offensif et le jeu défensif décortiqués : forces et faiblesses individuelles et collectives
  • Le recrutement
  • Le club a-t-il bien réagi une fois en tête du classement et bien géré cette place inattendue ?
  • Comparaisons avec 2012 : le style, les résultats, etc.
  • La victoire au Championnat canadien Amway : un trophée précieux ou un cadeau empoisonné ?
  • La Ligue des champions, l’attitude et la communication du club autour de cette compétition
  • Le jeu de tête : indispensable pour jouer les premiers rôles en MLS ?
  • La richesse et la gestion de l’effectif
  • Une bonne saison pour un club qui n’est en MLS que depuis deux ans ?
  • Le rôle des jeunes, leur apport et la confiance qui leur a été accordée
  • La fidélité du public et sa présence au stade
  • Et bien d’autres sujets !

Et vous, quels bilans tirez-vous de cette saison à Montréal ? N’hésitez pas à les partager avec nous ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes.

31 October 11:57 de la mañana

Seattle s’est imposé 2-0 (résumé vidéo) hier soir contre Colorado et affrontera Portland en demi-finale de la Conférence Ouest. Malgré quelques belles occasions et des rebondissements en fin de rencontre, le duel a été assez fermé et l’essentiel était dit après l’ouverture du score par Evans peu avant la demi-heure. L’équipe locale avait été la plus dangereuse, profitant de nombreuses pertes de balle de son adversaire dont le pari de réorganisation défensive a été raté.

Passé à côté du début de son match, Colorado a pris du mieux par la suite mais sans réellement se montrer dangereux. Seattle s’est quand même causé des frayeurs après la pause : privé de Yedlin, sorti sur blessure, il a fini à 10 suite à l’incroyable bourde de Gspurning mais Eddie Johnson a mis fin au maigre suspense en faisant 2-0 dans les arrêts de jeu. On sentait d’ailleurs plus de soulagement que de joie dans les réactions d’après-match des vainqueurs.

Le second match du premier tour aura lieu ce soir à partir de 20h30 (HE) entre Houston et Montréal (direct RDS, TSN, NBCSN). Chez eux, les Texans recueillent les faveurs des pronostics, d’autant que leur place en finale ces deux dernières années montre qu’ils savent gérer ce moment crucial de la saison, alors que leur adversaire reste sur des mois très difficiles.

Mais il ne faut pas oublier que les Québécois les ont étrillés il n’y a pas si longtemps au stade Saputo. Ils devront s’inspirer de cette victoire pour être efficaces en terrain adverse, en utilisant leurs armes les plus dangereuses : le jeu rapide et le contre, dont Houston se méfie particulièrement. Robuste, la défense orange laisse souvent des espaces dans son dos et le remplacement de Taylor par Brunner ne va pas améliorer sa mobilité. Montréal a donc un coup à jouer contre cet adversaire dont les défauts défensifs lui conviennent parfaitement.

29 October 1:17 de la tarde

La phase classique de la saison vient de se terminer, et la phase finale est sur le point commencer. L’émission de la semaine (à écouter ici) dresse donc d’abord le bilan de la première, ce qui met la table pour ensuite se lancer dans des prévisions en vue de la Coupe MLS.

On revient sur la saison régulière en posant, entre autres, les questions suivantes :

  • La première place de New York était-elle prévisible ? Est-ce un beau vainqueur ?
  • Quelles équipes ont le plus progressé ? Le niveau général est-il meilleur qu’en 2012 ?
  • Quelle formation a été la plus agréable à regarder ?
  • Recrutement : qui a vu juste, qui s’est planté ?
  • Quelles individualités ont déçu ?

En deuxième moitié d'émission, on prend le tableau de la phase finale de la saison pour tenter de déterminer le vainqueur de la Coupe MLS. Montréal peut-il gagner à Houston ? De qui viendront les surprises ? Les joueurs désignés feront-ils la différence ? New York pourra-t-il confirmer après avoir fini la saison régulière en tête ? Le LA Galaxy conservera-t-il son titre ? Avec un classement aussi serré, les autres prétendants sont nombreux, à commencer par Kansas City et Portland, sans oublier que des équipes qualifiées de justesse surprennent régulièrement.

Et vous, quels sont vos pronostics pour cette dernière partie de saison ? N’hésitez pas à les partager avec nous ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes.