blog

Match Lookahead

18 March 12:32 de la tarde

Entre les débuts aussi réussis qu’attendus de Toronto, la prestation en demi-teinte de Vancouver, le match de Montréal à Dallas et les perspectives pour le premier match à domicile des Québécois cette saison, les clubs canadiens sont au centre de l’émission de cette semaine (à écouter ici), mais les autres ne sont pas oubliés.

Toronto a remporté son premier match de la saison 1-2 à Seattle, avec deux buts de Jermain Defoe. Peut-on déjà dire que la sauce a pris ? Peut-on tirer certaines conclusions au sujet des deux formations ? Quelles sont les autres raisons d’être optimistes pour les supporters ontariens ? Quels ajustements doit apporter Sigi Schmid pour améliorer son équipe ?

On parle également de la défaite de Montréal à Dallas, et du choix purement défensif des médians latéraux effectué par Frank Klopas, des difficultés offensives de Portland tenu en échec chez lui pour la deuxième fois consécutive, et de la bonne prestation de Chivas USA, en progrès, contre une équipe de Vancouver méconnaissable par rapport à la semaine dernière.

Le premier match à domicile de Montréal cette saison est prévu pour ce samedi au Stade olympique. Une enceinte munie d’un toit… qui pourrait causer le report de la rencontre en cas de neige. On vous donne toutes les explications.
Note : le lendemain de l'émission, les responsables du stade ont expliqué que leur meilleure connaissance de la toile a permis d'assouplir le règlement : la tolérance est désormais de 3 cm de neige, alors qu'auparavant, toute accumulation forçait le report d'un évènement.

Et, comme de coutume désormais, nos conseils pour briller au jeu MLS Fantasy.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

06 December 4:19 de la tarde

La finale de la Coupe MLS 2013 opposera Kansas City à Salt Lake ce samedi à partir de 16h00 (HE - 15h00 locales). Une rencontre qui sera diffusée aux quatre coins du monde, notamment sur RDS, TSN2, ESPN et UniMas au Canada et aux États-Unis.

Le duel est alléchant, puisqu’il oppose la meilleure défense à la meilleure attaque de la compétition. Contrairement aux dernières finales, où l’attention était focalisée sur les grands noms du LA Galaxy, celle-ci permettra à des joueurs aux profils très différents de se mettre en valeur.

Véritable vedette en MLS mais méconnu dans son pays, Aurélien Collin pourrait devenir le deuxième Français à soulever la Coupe MLS. Davantage prophète en son pays (mais aussi au Mexique…), son coéquipier Graham Zusi verrait son statut encore plus glorifié s’il offrait la victoire à ses couleurs. Il en irait de même pour l’enfant de la ville, Matt Besler.

Salt Lake a aussi ses idoles : l’une des plus emblématiques, l’attaquant Alvario Saborio, sera apte à disputer le match, lui qui était incertain, au même titre que l’arrière gauche Chris Wingert. Le buteur costaricien est l’élément le plus avancé de la colonne vertébrale qui commence par le gardien Nick Rimando et est prolongée par Kyle Beckerman et Javier Morales.

Chaque équipe a aussi un ancien grand espoir du soccer américain qui n’a pas percé au niveau international tout en devenant une valeur sûre en MLS : en ce jour de tirage au sort, Benny Feilhaber et Robbie Findley ont sûrement eu un pincement au cœur en pensant à leur présence au Mondial 2010 en Afrique du Sud. Ils ne seront probablement pas au Brésil l’été prochain mais comptent sur cette expérience pour réaliser un grand match ce samedi.

Aussi prometteuse soit-elle, une carrière ne comporte aucune garantie. Les vétérans de Salt Lake n’ont pas manqué de transmettre ce message à leurs jeunes coéquipiers. Le rendez-vous est important pour ceux dont le rôle a pris de l’importance en cours de saison. En face, le vétéran Paulo Nagamura est dans une situation similaire : son retour a requinqué l’entrejeu de Kansas City mais l’a surtout stabilisé défensivement. Sa confrontation directe avec Morales vaudra le coup d’œil.

ÉCOUTEZ L’ÉMISSION COUP FRANC SPÉCIALE COUPE MLS 2013

Et puis, il y les éléments inattendus voire extérieurs. Si le match est serré, chaque entraîneur pourrait sortir une carte cachée, comme Sonny Saad pour l’équipe locale ou Joao Plata pour les visiteurs. La météo fera aussi beaucoup parler d’elle : il fera très froid, mais le terrain ne sera pas gelé, assure Peter Vermes. Son vis-à-vis Jason Kreis a d’autres préoccupations : très convoité, il a admis du bout des lèvres que ce match pourrait être son dernier à la tête de Salt Lake, même si l'homme fort du club espère le conserver. Comment cet élément joue-t-il dans la tête des joueurs ?

Sur le terrain, je vous conseillerais de surveiller certaines faiblesses criantes de chaque équipe, car c’est là que pourrait se faire la différence. Salt Lake devra boucher son flanc gauche, ne pas trop laisser centrer et être bon défensivement dans les airs. Kansas City devra surtout éviter les pertes de balle et quand ça arrivera, bien se reconvertir défensivement, surtout dans l’axe.

Pour avoir encore plus de détails au sujet de la finale, écoutez l’émission Coup Franc, consultez les statistiques des deux équipes et voyez la couverture exhaustive de MLSsoccer.com. Vous aurez dès lors la plupart des éléments en mains pour la regarder d’un œil avisé. Alors, selon vous, qui va gagner ? Faites vos jeux et, surtout, bon match !

05 December 2:10 de la tarde

La finale Kansas City - Salt Lake est évidemment le sujet de discussion principal de notre émission de la semaine (à écouter ici) lors de laquelle on discute aussi du discours sur l’état de la Ligue – avec des débats sur les sujets les plus chauds – et on présente notre Onze idéal de la saison.

Qui gagnera la Coupe MLS ? En plus de nos pronostics, on compare Kansas City et Salt Lake ligne par ligne, on décrit les forces et faiblesses de chacun des protagonistes, l’animation du jeu préférée des deux équipes, on tente de prévoir le scénario de la rencontre, on évoque les points d’interrogations et les cartes cachées des deux équipes, on parle des deux entraîneurs, de leur état d’esprit et des choix qu’ils ont à faire.

Le discours sur l’état de la Ligue a mis en avant les points chauds concernant l’avenir de la MLS. D’où viendront les nouvelles équipes, qui sont les candidats et quelle est leur situation ? Calendrier : avantages théoriques et difficultés pratiques du passage de l’année scolaire à l’année civile. Comment s’assurer d’avoir un match phare à date fixe pour obtenir des droits TV plus rémunérateurs ? Formation : Don Garber a demandé à la NCAA de s’adapter.

L’émission se termine avec le dévoilement du Onze idéal de l’émission Coup Franc avec, eh oui, des arrières latéraux, mais aussi les choix des animateurs pour des catégories originales : « le secret le mieux gardé » et « le meilleur joueur sur Twitter ».

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

04 December 5:29 de la tarde

À trois jours de la finale de la Coupe MLS opposant Kansas City à Salt Lake, le match est sur de plus en plus de lèvres (d’ailleurs on vous en parlera abondamment dans l’émission Coup Franc en ligne ce jeudi) et les comparaisons entre les deux équipes pleuvent.

La meilleure défense recevra la meilleure attaque, mais on aura aussi sur le terrain deux équipes qui aiment avoir une importante possession de balle. Pensez-vous qu’on aura droit à une opposition de styles ? La question n’est pas simple, et même à Salt Lake, il y a désaccord sur la réponse. Pendant que Borchers insiste sur les points communs entre les deux équipes, Morales parle d’un adversaire physique qui pratique un jeu totalement différent. Il faut dire que, même s’il ne s’en formalise guère, le meneur de jeu s’attend à recevoir un traitement particulier.

S’ils souhaitent évidemment la victoire de leur équipe, les supporters de Kansas City ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été gâtés cette année : ils verront la finale chez eux, où il y a également eu ces derniers mois le Match des étoiles et une rencontre des éliminatoires de la Coupe du monde. L’avantage du terrain vient aussi avec une certaine pression, que les visiteurs ne se privent pas d’accentuer en insistant sur leur aisance devant des foules hostiles.

Ces derniers jours, MLSsoccer.com a également comparé les deux équipes ligne par ligne. Chez les gardiens, tous deux d’un âge avancé, les réflexes de Rimando auront-ils le dessus sur la concentration de Nielsen ? Le Danois a des regrets à effacer, lui qui n’avait pas savouré à sa juste valeur le titre de champion de son pays remporté il y a 14 ans. Moins perméable de la compétition, la défense de Kansas City semble avoir le dessus sur celle de son adversaire, dont on sous-estime néanmoins peut-être certaines qualités.

Comparer l’entrejeu est difficile tant chaque équipe a un style qui lui est propre, avec des animations différentes. Face au milieu en losange de Salt Lake qui peut se transformer en rouleau compresseur, le trio de Kansas City se concentre sur ses tâches défensives pour priver l’adversaire du ballon avant de tenter d’écarteler sa défense. Devant, avantage à l’attaque la plus prolifique du championnat face à un adversaire à qui il manque un vrai buteur.

Quant aux entraîneurs, ils ont la particularité de tous deux avoir évolué à un poste offensif lorsqu’ils étaient joueurs (même si Vermes a reculé dans le jeu au fil de sa carrière). De là à dire que ça laisse présager une finale qui fera la part belle à l’attaque, il y a un pas de géant que je me garde de franchir !

23 November 11:26 de la mañana

On connaîtra le nom du second finaliste de la Coupe MLS dimanche à l’issue de Portland - Salt Lake, dont le coup d’envoi est prévu à 21h00 et qu’il sera possible de suivre à la télévision sur ESPN et ESPN Deportes. Un match haut en couleurs en perspective, l’équipe locale devant combler le déficit de sa défaite 4-2 à l’aller.

La mission s’annonce périlleuse pour Portland, puisqu’il n’est jamais parvenu à battre Salt Lake cette saison. Et pourtant, Caleb Porter ne prévoit aucun changement tactique pour retourner la situation : « Nous jouons toujours bien à domicile, même contre eux », insiste l’entraîneur local. En fait, pour lui, le principal danger est de voir son équipe rouillée après deux semaines sans match : avoir plus de temps pour se préparer, c’est bien, mais Porter aime aussi avoir l’occasion de mettre ses préceptes en application.

Avec la Timbers Army qui jouera son rôle habituel de douzième homme, les visiteurs s’attendent à un match difficile mais ne sont pas impressionnés par la foule, qui « ne donne pas seulement de l’énergie à l’équipe locale ». Décourager Salt Lake n’est pas simple, et ce n’est pas l’absence de Saborio et Wingert, deux titulaires habituels, qui va inquiéter la troupe de Jason Kreis. Après tout, leur attaquant vedette n’était pas là au match aller non plus…

S’il y a une faille psychologique dans leur chef, elle pourrait venir des regrets suite au but de Piquionne en fin de match il y a deux semaines, qui a réduit leur avance de trois à deux buts et ravive d’inquiétants souvenirs. Et remonter deux buts, c’est tout à fait possible : Jack Jewsbury, héros d’un tel renversement lorsqu’il portait le maillot de Kansas City, peut en témoigner.

Quoi qu’il en soit, un affrontement entre ces deux équipes, deux des plus agréables à regarder cette saison, est bien plus qu’une bataille mentale, le jeu y prend toujours le dessus. Surtout quand on a sur le terrain Diego Valeri et Javier Morales, deux des meilleurs régisseurs du championnat. Même s’il sait que son adversaire doit protéger son avance, Portland s’attend à ce que Salt Lake ne change pas son approche offensive habituelle. Le discours d’avant-match des visiteurs est d’ailleurs clair : « Quand on reste derrière à attendre l’adversaire, généralement, on joue mal », disent-ils. Pas de doute : pour eux, la meilleure défense, c’est l’attaque.

Deux équipes spectaculaires qui monteront sur le terrain avec des intentions offensives : il y a de quoi s’en régaler d’avance !

22 November 12:34 de la tarde

On connaîtra ce samedi soir le nom du premier finaliste de la Coupe MLS 2013, à l’issue du match Kansas City - Houston, dont le coup d’envoi est prévu à 19h30 et qui sera diffusé sur RDS2, TSN2, NBCSN et Univision Deportes. À l’aller, les deux équipes s’étaient quittées sans avoir inscrit le moindre but.

Houston pourrait devenir le troisième club de l’histoire à disputer une troisième finale consécutive, après DC United (1996-1999) et New England (2005-2007). Beaucoup d’observateurs s’attendent à un match serré entre des équipes dirigées par des entraîneurs qui ont peu de secrets l’un pour l’autre. Il n’y aura en tout cas pas de surprise dans le jeu des Texans : c’est en ne jouant que sur leurs points forts, sans essayer de choses pour lesquelles ils sont moins doués, qu’ils arrivent à être bons, expliquent eux-mêmes les joueurs.

Il n’empêche, malgré la patte de lapin de Dominic Kinnear en phase finale, c’est bel et bien Kansas City qui partira favori de cet affrontement. En cas de victoire, il jouerait chez lui sa première finale depuis son rebranding complet il y a quelques années, incluant le déménagement dans un stade où il n’a plus à rougir de la comparaison avec les succès des autres équipes de la ville. Malgré tout, il y a été moins souverain cette saison et doit trouver le chemin des filets. Qui va marquer les buts ? Les supporters réclament Claudio Bieler, le plus efficace à leurs yeux.

Les Ciel et Marine devront aussi bien défendre : ne pas trop reculer (pour ça, on peut compter sur eux) et mettre sous l’éteignoir les créatifs adverses, Brad Davis et Boniek Garcia, qui sera à coup sûr tenu de très près. À cette fin, ils misent sur les valeurs sûres d’une défense qui, à l'instar de Chance Myers, retrouve ses meilleures sensations. Ils devront aussi se méfier des joueurs qui font moins d’étincelles mais sont tout aussi utiles, à l’image d’un Ricardo Clark dont la présence sur le terrain est synonyme de meilleurs résultats pour Houston.

Durant la pause internationale, les deux équipes ont pu travailler sereinement et quasiment au complet, puisqu’un seul joueur de chaque camp a été convoqué par son équipe nationale. Pendant que Garcia jouait pour le Honduras, Soony Saad vivait de grosses frayeurs au Liban suite à l’attentat contre l’ambassade d’Iran la veille du match opposant les deux nations. Il va sans dire que ce samedi, le joueur remplacerait volontiers ce souvenir par une émotion aussi intense, mais 100% positive, comme celle de marquer le but synonyme de qualification.

09 November 12:35 de la tarde

Pas le temps de se reposer, pas le temps de célébrer, voilà déjà le moment des finales de conférence. Plus on avance, plus les duels s’annoncent serrés… ce qui n’est pas peu dire quand on voit comment il a été difficile de départager les protagonistes au tour précédent !

Ce samedi dès 14h30 (HE) sur RDS2, NBC et Univision Deportes, Houston accueillera Kansas City. Pour une troisième saison consécutive, les deux équipes s’affrontent en phase finale. Par deux fois, les Texans se sont imposés et, avide de revanche, leur adversaire est ravi de retrouver son bourreau. « Il en est malade », déclare Bobby Boswell qui ne prévoit pas un match académique mais bel et bien un combat de chiens.

Suspendu, Corey Ashe restera à la niche et Dominic Kinnear n’a pas de remplaçant attitré : il optera sans doute pour l’option qui a le plus de mordant. De son côté, Peter Vermes sait qu’il peut à nouveau compter sur Claudio Bieler, qui a montré qu’il n’avait pas perdu son flair en marquant en prolongation contre New England.

Dimanche à 21h00 (HE), RDS2, ESPN et ESPN Deportes retransmettront Salt Lake - Portland. Considéré par certains comme une finale avant la lettre entre les équipes les plus constantes depuis le début de la saison, ce duel opposera deux solides défenses, deux entrejeux riches et deux attaques puissantes avec de multiples options. À Portland, Ryan Johnson semble avoir retrouvé la préséance, alors qu’à Salt Lake, on a vu que quand Saborio ne marquait pas, ses équipiers prenaient le relais.

Ce sera également une histoire de bêtes noires, puisqu’en quatre confrontations cette saison, les hommes de Caleb Porter n’ont jamais battu ceux de Jason Kreis. Mais, selon leur entraîneur, ils ont eu une bonne répétition face à Seattle, et affronteront un adversaire qui a les mêmes failles. Son vis-à-vis estime que ses hommes, qui jouent leur deuxième match de suite à domicile, ne sont pas forcément avantagés par le fait de ne pas voyager, mais surtout par celui de dormir dans leur propre lit. Il est certain que dimanche soir, ils vous feront passer le goût de rejoindre le vôtre.

07 November 2:14 de la tarde

On connaîtra ce soir le carré d’as de la phase finale de la Coupe MLS 2013, à l’issue des demi-finales retour de la Conférence Ouest, rencontres dont les participants sont séparés par un seul but d’écart.

Sur le coup de 21h00 (HE) et devant les caméras de TSN2 et ESPN2, Salt Lake recevra le LA Galaxy, vainqueur 1-0 chez lui à l’aller. Et dans l’Utah, la panique semble s’installer dès qu’il faut jouer le match retour à la maison, ce qui ailleurs est souvent considéré comme un avantage. « Cette rencontre permet à notre adversaire de jouer sur ses forces : défendre et contre-attaquer », se lamente Jason Kreis dont l’équipe semble peiner à retrouver son rythme dès qu’elle a plus de 10 jours de repos.

Jamais aussi dangereux à l’extérieur que lorsqu’il y fait le jeu, le champion en titre se battra avec un adversaire dont le jeu tant offensif que défensif est basé sur la possession de balle. Cela promet une belle bataille dans l’entrejeu, où le duo Juninho - Sarvas fait des merveilles. Fort de leur but d’avance, les Californiens seront certainement tentés de reculer par moments. Heureusement pour eux, depuis deux gros mois, leur défense a laissé de côté des errements qui lui ont coûté cher plus tôt cette saison.

S’il n’y a pas de prolongation, dès le coup de sifflet final, Portland - Seattle prendra le relais (toujours sur TSN2, mais aussi NBCSN et Univision Deportes) à partir de 23h00 (HE). Les pensionnaires de Rose City se sont imposés 1-2 chez leur rival et joueront pour gagner, sans privilégier la contre-attaque comme au match aller. Trois mots sont revenus dans les discours de début de semaine de Caleb Porter à ses joueurs : affamés, combatifs, organisés.

Seattle n’a pas le choix : il doit gagner. Dans cette optique, la semaine a bien commencé puisque Martins et Yedlin se sont entraînés normalement deux jours de suite et devraient être disponibles pour le match. Reste à voir s’ils ont 90 minutes dans les jambes. Peu importe l’identité des joueurs sur le terrain, les visiteurs ne comptent pas faire preuve de patience : ils veulent imposer leur jeu dès la première minute. Encore une soirée qui promet bien du spectacle !

06 November 1:01 de la tarde

New York pourra-t-il confirmer à domicile son nul 2-2 du match aller à Houston ? Devant ses supporters, Kansas City pourra-t-il remonter son but de retard face à New England ? Les demi-finales retour de la Conférence Est se jouent ce soir, et les protagonistes sont loin d’avoir leur qualification en poche.

Le spectacle commencera aux alentours de 20h00 (HE), sur RDS2 et Univision Deportes, avec New York - Houston. La pression est forte sur le vainqueur du Supporters Shield, qui a un rôle de favori à assumer. Privé d’Olave suspendu, il comptera sur la paire centrale Sekagya - Holgersson qui pourrait être mise à mal par de bonnes combinaisons entre Garcia et Bruin. Mais les Texans sont aussi dans l’obligation de gagner et déclarent qu’ils adopteront une approche offensive : l’équipe locale pourrait donc bénéficier d’espaces dans le dos de leur défense centrale, déjà béants en temps normal.

Au moment du coup d’envoi de la deuxième mi-temps sur les bords de la Passaic, le choix des téléspectateurs neutres sera difficile puisque Kansas City - New England commencera vers 21h00 (HE). Peter Vermes dit que ses joueurs sont affamés et que son équipe fera le nécessaire si l’arbitre ne contrôle pas le match à son goût (sans donner plus de détails). Mais elle devra surtout contenir un adversaire solide défensivement et éviter de se faire prendre en contre-attaque, ce qui lui est trop souvent arrivé cette saison à domicile. Vainqueurs 2-1 à l’aller, les visiteurs s’attendent à un match très difficile mais voudront semer le doute dans la tête de leurs hôtes en prenant le dessus sur leur défense et son pressing haut. Et pour faire baisser la pression, ils font montre d’une grande confiance : en eux-mêmes et en chacun de leurs coéquipiers.

Ce mercredi matin, Columbus a annoncé le nom de son nouvel entraîneur et directeur sportif : Gregg Berhalter, qui en 2012 est devenu le premier américain à entraîner un club européen (Hammarby, en Suède). Quelques heures plus tôt, lors de la conférence de presse de fin de saison des dirigeants de Montréal, on apprenait que le sort de Marco Schällibaum demeurait incertain.

02 November 12:31 de la tarde

Ce dimanche, le LA Galaxy, tenant du titre, et New York, vainqueur du Supporters Shield 2013, disputeront le match aller de leur demi-finale de conférence, respectivement à domicile contre Salt Lake et en déplacement à Houston.

Sur le coup de 15h30 (HE) en direct sur NBC, on attend une nouvelle poussée de fièvre orange après celle qui a fait chuter Montréal jeudi. Non sans conséquences, puisque la fin de match houleuse vaut de lourdes sanctions, surtout aux Québécois mais aussi à Dominic Kinnear, suspendu ce dimanche. Houston aura à cœur de prouver sa renaissance à ce stade de la compétition en écartant un autre club qui l’a fait souffrir en saison régulière. New York ne table pas sur cela ni sur sa place en tête du classement général, mais bien sur les places de finaliste de son adversaire ces deux dernières années pour lui octroyer l’étiquette de favori ! Intox ou réelle incertitude ? La même question est de mise quand on évoque la possible absence du gardien Luis Robles.

Le lauréat de la Coupe MLS 2012, le LA Galaxy, entrera en piste sous le coup de 21h00 (HE) face à Salt Lake, dans un duel diffusé sur RDS2, TSN2, ESPN et ESPN Deportes. Tous les yeux seront braqués sur eux ! Et on peut s’attendre à du spectacle de deux formations riches en qualités offensives. Sur leur terrain, les Californiens souhaiteront prendre les choses en mains, mais ils font preuve de prudence en vue du match retour : ils veulent mettre à profit la leçon reçue de Monterrey en Ligue des champions plus tôt cette année. Et si ça se passe mal, ils pourront toujours se mordre les doigts d’avoir laissé filer Mike Magee, l’homme de novembre, à moins que Robbie Rogers ne reprenne son rôle. Mieux classé que son adversaire, Salt Lake jouera le match retour à domicile, ce qui lui a rarement réussi par le passé et ne constitue donc pas un avantage à ses yeux. Il veut donc mettre immédiatement son plan à exécution : garder la possession de balle, car c’est comme ça que l’équipe développe son meilleur jeu, tout en se méfiant comme la peste des contres de Keane et Donovan. Tout un jeu d’équilibristes !