blog

LA Galaxy

27 December 7:56 de la tarde

Voilà le dernier résumé des bilans de la saison écoulée club par club effectués par les journalistes de MLSsoccer.com qui les suivent au quotidien : meilleurs et pires moments, citations, besoins pour 2014 etc. Ils concernent le top 5, où figurent de nombreuses agréables surprises.

Rien d’étonnant cependant à y retrouver le LA Galaxy, qui n’a pas remporté la Coupe MLS pour une troisième année de suite notamment en raison de problèmes défensifs sur les phases arrêtées et en fin de match. Rappelons toutefois qu’il y a douze mois, David Beckham prenait sa retraite, alors que Landon Donovan a commencé à préparer sa saison longtemps après tout le monde. L'année a été marquée par l’éclosion de quelques jeunes, et pour retrouver la tête du classement, l’équipe devra gagner en maturité la saison prochaine.

Le mot reconstruction était sur toutes les lèvres à Salt Lake l’hiver dernier et après le départ de pions majeurs, même ses dirigeants les plus ambitieux se seraient satisfaits d’une qualification de justesse pour la phase finale. On connaît la suite : une saison convaincante, avec des places en finale de la Coupe MLS et de la Coupe des États-Unis. L’objectif sera de confirmer en 2014, avec un groupe qui ne devrait guère changer mais à la tête duquel Jeff Cassar relaiera Jason Kreis. La pression sera également plus forte, notamment sur les jeunes qui se sont révélés cette année.

Portland est sûrement le club qui a reçu le plus d’éloges cette saison. Même s’il a raté de peu tant le Supporters Shield qu’une place en finale de la Coupe MLS, son recrutement, sa manière de jouer et sa série de rencontres sans défaite ont marqué les esprits, valant entre autres le titre d’entraîneur de l’année à Caleb Porter. Si l’équipe compte plusieurs vedettes, on y a aussi retrouvé de nombreux titulaires qui ne font pas partie des tout meilleurs de la MLS. Sans casser le collectif, Portland pourrait donc être plus performant la saison prochaine s’il va chercher des renforts aux bonnes positions.

Après avoir été toujours placé mais jamais gagnant durant plusieurs années, Kansas City a remporté la Coupe MLS en battant entre autres Houston, son bourreau habituel sur le chemin de la gloire. Le Sporting a réussi à conserver intacte la défense la plus solide du championnat mais a quand même dû procéder à de nombreux essais pour trouver la bonne formule offensive. Les attentes sont élevées pour la saison prochaine, mais on peut s'attendre à voir la politique de stabilité se poursuivre, accompagnée de retouches aux postes nécessaires, comme celui de gardien de but.

En remportant le Supporters Shield, New York a enfin garni sa vitrine de trophées : s'il est difficile de considérer la saison comme négative, ceux qui suivent le club de près rappellent qu'elle a été faite de hauts et de bas, avec par exemple le transfert raté de Juninho. Mais il y a aussi, et surtout, eu un Olave qui a consolidé la défense, un Cahill qui a pris une nouvelle dimension grâce à ses buts et à son travail, ainsi que les débuts réussis de l'entraîneur Mike Petke. L'objectf est désormais de construire un noyau avec plus de solutions de rechange tout en tenant compte des contraintes salariales.

Rendez-vous ici pour retrouver sur la même page un lien vers tous les textes et les dates de parution des prochains bilans.

16 December 12:20 de la tarde

Retour aujourd'hui sur mes bilans de saison : on atteint le dernier carré du flop 10, avec deux équipes qui avaient de nombreux atouts pour aller jusqu'au bout mais ont vu leur route s'arrêter en raison d'un point faible récurrent tout au long de la saison.

4. Portland n’a peut-être qu’un défaut, mais il est énorme
Portland a émerveillé bien du monde cette saison, et je fais partie de ceux qui sont conquis (vous le verrez plus tard dans la rubrique « Pleine lucarne »). Cette équipe sait tout faire ou presque. On pourrait même dire qu’elle n’a qu’un défaut… Mais quel défaut ! Dès que son adversaire bénéficie d’une phase arrêtée, il faut rester attentif car il y a des chances que ça se termine en but. Corner, coup franc, touche : tout est source de danger pour le but de Ricketts, gardien de MLS qui s’est le plus souvent retourné suite à de telles situations. On peut même dire que ce fut fatal à l’équipe, qui a encaissé deux buts sur corner en finale de Conférence à Salt Lake. Si vous cherchez une explication à cela, on en a discuté dans l’émission Coup Franc qui faisait un gros plan sur Portland.

3. Les tares défensives du LA Galaxy
Le LA Galaxy avait la troisième meilleure défense de la compétition. Et pourtant, celle-ci avait d’immenses travers, qui lui ont coûté très cher. Ainsi, aucune arrière-garde en MLS n’a plus mal défendu son petit rectangle et aucune ne fut plus friable dans le jeu de tête que celle emmenée par Omar Gonzalez. Vous n’avez qu’à penser aux deux buts encaissés lors de son élimination à Salt Lake. Sur les phases arrêtées, ce n’était pas terrible non plus. Et que dire des fins de rencontre, avec près de la moitié des buts encaissés cette saison tombés dans le dernier quart d’heure. Une accumulation de défauts trop importante pour briguer une troisième Coupe MLS consécutive.

Droit dans le mur : les flops de la saison 2013
5. Des forteresses redevenues petits châteaux
6. À Salt Lake, défendre côté gauche semble facultatif
7. Les agonies défensives de Montréal
8. Seattle incapable de conclure
9. Improductivité sur phases arrêtées = derniers
10. La prudence excessive de Vancouver

12 December 4:39 de la tarde

Moins d’une semaine s’est écoulée depuis la finale de la Coupe MLS, mais le marché des transferts est déjà en pleine effervescence. Entraîneurs, gardiens, joueurs de renom, départs, retraites, échanges et j’en passe : voilà un point de la situation.

Deux postes sont susceptibles de provoquer une cascade de dominos au moindre changement important quelque part : ceux de gardien et d’entraîneur. Il y aura pas mal de nouveaux visages la saison prochaine à la tête des clubs, mais personne n’a été « voler » le coach d’un concurrent. Pour 2014 du moins, puisque Jason Kreis a quitté Salt Lake pour prendre la direction de New York City, qui fera son entrée dans la compétition en 2015. L’entraîneur des finalistes malheureux a expliqué que pour une fois dans sa carrière, il ne voulait pas faire le choix de la facilité.

Kansas City, le champion en titre, est touché par la valse des portiers puisque Jimmy Nielsen a annoncé sa retraite. Il y a donc une place à prendre. Ce n’est pas le cas à New England, où Matt Reis raccroche lui aussi les crampons (pour devenir entraîneur des gardiens du LA Galaxy), puisque le club a immédiatement embauché Brad Knighton (Vancouver) qui sera en concurrence avec Bobby Shuttlweorth, longtemps titulaire cette saison. Seattle n’a pour sa part pas levé l’option sur Michael Gspurning, très solide pendant un an avait de connaître une fin de saison 2013 particulièrement difficile. Là aussi, le poste a été rapidement comblé puisque Stefan Frei quitte Toronto pour rejoindre les bords du Pacifique. Parmi les joueurs de champ, Pablo Mastroeni (Colorado) s’est joint à la liste des retraités sur laquelle figuraient déjà Brian Ching (Houston) et Ramiro Corrales (San José).

La campagne des transferts a été lancée par Toronto, qui a été chercher Jackson à Dallas, club qui annonce un grand ménage. À Seattle aussi, il devrait y avoir beaucoup de changement. Le transfert le plus marquant pour le moment est celui de Mauro Rosales à Chivas USA. Tristan Bowen effectue le chemin inverse et Sigi Schmid a aussi attiré l’arrière central Chad Marshall (Columbus). Autre mouvement notable : le passage du capitaine de Montréal, Davy Arnaud, à DC United. Le club de la capitale américaine a continué de se renforcer ce jeudi, profitant de la première étape du Processus de repêchage pour aller chercher Sean Franklin (LA Galaxy) et Bobby Boswell (Houston) pendant que Portland mettait le grappin sur Steve Zakuani (Seattle). Quelques heures plus tôt, l’équipe de Caleb Porter avait effectué un échange Jorge Vallafaña - Andrew Jean-Baptiste avec Chivas USA et avait appris que le Bayern Munich affronterait les vedettes de la MLS lors du Match des étoiles 2014 à Jeld-Wen Field.

Rendez-vous ici pour avoir la liste complète des transferts déjà effectués en vue de la saison prochaine mais aussi des joueurs que les clubs ne souhaitent pas conserver.

11 December 2:54 de la tarde

Après une semaine occupée en grande partie par l’actualité autour de la Coupe MLS, je continue de remonter le classement de mes tops et flops de la saison. Aujourd’hui, place à ceux qui ont fait le plus souvent trembler les filets adverses.

6. Di Vaio, Magee : un pas en avant
Si leurs buts n’ont pas été aussi spectaculaires que ceux de Camilo, Marco Di Vaio et Mike Magee ont eux aussi trouvé le chemin des filets très facilement. L’Italien a d’autant plus de mérite que, contrairement aux deux autres, il ne tirait pas les penalties de son équipe. Après quelques mois d’adaptation, il s’est parfaitement ajusté à la MLS et à ses coéquipiers. Quant à Magee, même s’il s’était déjà mis en valeur en début de saison avec le LA Galaxy, la manière dont il a permis à Chicago de se redresser a grandement contribué à le faire élire Joueur de l’année.

5. Camilo : un top buts à lui tout seul !
Il est difficile de départager les trois meilleurs buteurs du championnat cette année. Si Camilo a finalement remporté la palme, il a également de nombreux autres mérites qui nous ont tous valu de superbes buts. Ainsi, il nous a gratifié de quelques magnifiques efforts personnels qui ont abouti au fond des filets, il constitue une arme redoutable sur les coups francs directs ainsi que sur les tirs de loin, spécialité vancouvéroise cette saison. Mais la palme revient certainement à la reprise acrobatique en vidéo ci-dessus, que vous avez sans surprise élue But de l’année.

Pleine lucarne : les tops de la saison 2013
7. La défense de Kansas City, impossible à enfoncer
8. Un nouveau stade pour DC United
9. Fernandez et Michel ont permis à Dallas de rêver… une demi-saison
10. Vent de fraîcheur à Colorado et New England

 

02 December 5:43 de la tarde

Omar González generalmente se destaca por su enorme contribución a la defensa del LA Galaxy al igual que a la de la selección de los Estados Unidos.

Defensa central de gran categoría, sobrio y con un talento enorme. Generalmente un tipo que no da muchas declaraciones ni es mucho de estar frente a las cámaras y bajo los reflectores.

Sin embargo a través de la red social de Instagram, Omar mostró un lado que poco le conocíamos, al parecer con motivo del Día de Acción de Gracias. Al mejor espíritu festivo, lo podemos ver tocando el saxofón en medio de un terreno… en boxers (video arriba).

Definitivamente, hay que ver para creer.

12 November 12:13 de la tarde

La phase finale de la MLS bat son plein en ce moment : on vient de disputer le match aller des finales de conférence, point d’orgue d’une série de 10 rencontres en 12 jours. Ce blitz est évidemment au cœur de notre émission de cette semaine (à écouter ici) :

  • Les mérites de Salt Lake, dont tous les joueurs savent ce qu’ils ont à faire une fois sur le terrain
  • L’étiolement de la confiance de Portland et sa faiblesse sur les phases arrêtées
  • Le non-match entre Houston et Kansas City
  • Faut-il prendre en compte les buts à l’extérieur ?
  • L’élimination de New York : hara-kiri ! Les limites de Mike Petke
  • Le LA Galaxy sorti en raison de ses faiblesses défensives… et de l’échange Magee - Rogers ?
  • L’importance, ou non, de respecter le calendrier international
  • Quelques mots aussi sur la situation de Marco Schällibaum à Montréal

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

08 November 11:55 de la mañana

Après avoir bataillé dur pour une place en finale de la Coupe des États-Unis plus tôt cette année, Salt Lake et Portland remettront le couvert dans quelques jours, pour une place en finale de la Coupe MLS cette fois.

Le LA Galaxy ne coiffera pas sa couronne de champion pour une troisième fois consécutive. Il doit avant tout s’en prendre à lui-même. Après avoir gâché une montagne d’occasions chez lui au match aller, il est retombé dans ses travers défensifs au retour : les phases arrêtées et le jeu de tête. Le but d’ouverture dit tout : Sebastian Velasquez a été dominateur dans les airs, lui qui dépasse les 170 cm grâce à l’épaisseur de sa chevelure… Les deux équipes étant à égalité parfaite après 90 minutes, on a eu droit à des prolongations pour la troisième fois en deux jours.

Après avoir maintes fois repoussé l’échéance (transversale, poteau, but annulé), les Californiens durent finalement s’avouer vaincus quand Schuler a prolongé un coup franc au fond des filets pour fixer les chiffres à 2-0 (résumé vidéo). « On n’était pas censé gagner mais on le voulait davantage », a déclaré un Jason Kreis qui avait été assez défaitiste au cours des heures précédentes. Volonté ou incapacité, toujours est-il que si Nick Rimando a dû effectuer quelques interventions, il a surtout regardé de loin des adversaires improductifs offensivement.

La dernière demi-finale de conférence a été la moins équilibrée. Après s’être imposé 1-2 à l’aller, Portland a battu Seattle 3-2 (résumé vidéo). Sigi Schmid avait tenté le tout pour le tout en sortant une carte inattendue de son chapeau : aligner Shalrie Joseph à l’attaque. Il avait aussi promis que ses joueurs allaient attaquer dès le coup d’envoi, mais ils ont plutôt subi les foudres d’un adversaire qui n’était pas rassasié et menait 2-0 avant d’en planter un troisième juste après le repos.

Deux buts visiteurs en fin de rencontre ont davantage contribué à sauver l’honneur des visiteurs qu’à relancer le suspense, et ont réveillé une équipe locale qui avait soudainement levé le pied après avoir disputé ses « 45 meilleures minutes de la saison », dixit Darlington Nagbe. Mais ne croyez pas que ça leur monte à la tête : si les supporters ont longtemps fêté la qualification face à l’ennemi viscéral, Caleb Porter et ses joueurs ont déjà fixé leurs esprits sur le tour suivant.

07 November 1:14 de la tarde

On connaîtra ce soir le carré d’as de la phase finale de la Coupe MLS 2013, à l’issue des demi-finales retour de la Conférence Ouest, rencontres dont les participants sont séparés par un seul but d’écart.

Sur le coup de 21h00 (HE) et devant les caméras de TSN2 et ESPN2, Salt Lake recevra le LA Galaxy, vainqueur 1-0 chez lui à l’aller. Et dans l’Utah, la panique semble s’installer dès qu’il faut jouer le match retour à la maison, ce qui ailleurs est souvent considéré comme un avantage. « Cette rencontre permet à notre adversaire de jouer sur ses forces : défendre et contre-attaquer », se lamente Jason Kreis dont l’équipe semble peiner à retrouver son rythme dès qu’elle a plus de 10 jours de repos.

Jamais aussi dangereux à l’extérieur que lorsqu’il y fait le jeu, le champion en titre se battra avec un adversaire dont le jeu tant offensif que défensif est basé sur la possession de balle. Cela promet une belle bataille dans l’entrejeu, où le duo Juninho - Sarvas fait des merveilles. Fort de leur but d’avance, les Californiens seront certainement tentés de reculer par moments. Heureusement pour eux, depuis deux gros mois, leur défense a laissé de côté des errements qui lui ont coûté cher plus tôt cette saison.

S’il n’y a pas de prolongation, dès le coup de sifflet final, Portland - Seattle prendra le relais (toujours sur TSN2, mais aussi NBCSN et Univision Deportes) à partir de 23h00 (HE). Les pensionnaires de Rose City se sont imposés 1-2 chez leur rival et joueront pour gagner, sans privilégier la contre-attaque comme au match aller. Trois mots sont revenus dans les discours de début de semaine de Caleb Porter à ses joueurs : affamés, combatifs, organisés.

Seattle n’a pas le choix : il doit gagner. Dans cette optique, la semaine a bien commencé puisque Martins et Yedlin se sont entraînés normalement deux jours de suite et devraient être disponibles pour le match. Reste à voir s’ils ont 90 minutes dans les jambes. Peu importe l’identité des joueurs sur le terrain, les visiteurs ne comptent pas faire preuve de patience : ils veulent imposer leur jeu dès la première minute. Encore une soirée qui promet bien du spectacle !

04 November 11:43 de la mañana

Les demi-finales de conférence retour promettent d’être hautes en couleur. À l’image de ceux joués samedi, les matchs aller de dimanche ont été serrés et si le LA Galaxy et New York sont en bonne position, ils devront encore cravacher pour arracher leur qualification.

Le vainqueur du Supporters Shield pensait avoir fait le plus difficile à la mi-temps de son duel à Houston, alors qu’il menait 0-2. Mais un dégagement raté et un tackle trop appuyé plus tard, les Texans avaient réduit l’écart et jouaient avec un homme de plus. « Nous avons contribué à les relancer avec nos propres erreurs », se désolait Mike Petke. Une chance que l’armada orange a saisie à pleine mains, puisque Cummings, dont l’année s’était résumée à une accumulation de blessures, a égalisé dans les dernières minutes pour porter le score final à 2-2 (résumé vidéo).

Le match aurait pu tourner complètement quand le même Cummings (déjà à l’origine de l’exclusion d’Olave) se fit apparemment mettre à terre dans le rectangle par Sekagya sans que l’arbitre ne bronche. « Omar ne plonge pas », affirmait-on du côté local, pour qui il y avait clairement penalty. Les sourires étaient un peu coincés dans le vestiaire des visiteurs suite à cette fin de match difficile, reste qu’un nul en déplacement est un bon résultat, à confirmer à domicile… ce que New York n’avait pas su faire l’an dernier au même stade de la compétition.

Des huit équipes encore en lice, le LA Galaxy est la seule à avoir réussi à garder ses filets inviolés, lors de sa victoire 1-0 contre Salt Lake (résumé vidéo). Jason Kreis avait préparé une surprise en alignant un 4-5-1 inhabituel dans son chef, avec deux médians défensifs. Le score serré ne l’a pas empêché d’être déçu de voir son adversaire se créer un bon nombre d’occasions. Quant aux Californiens, s’ils auraient aimé en mettre plus qu’une au fond, ils sont persuadés qu’ils auront… encore plus de possibilités de but au match retour.

Ce but, parlons-en justement : une tentative de centre près de la ligne de fond contrée est arrivée à 25 mètres du but où Franklin, fin seul, a envoyé un boulet de canon imparable pour Rimando. Une superbe frappe que son propre auteur n’a pu admirer : il a fermé les yeux et une fois qu'il les a rouverts, le ballon était au fond des filets. Le score en est resté là, et ce n’est pas faute de tentatives des joueurs locaux. D’ailleurs, à l’issue du match, Rimando parlait d’un résultat fantastique pour son équipe, qui a encore toutes ses chances au match retour... comme les sept autres participants encore en lice. Ça promet !

02 November 11:31 de la mañana

Ce dimanche, le LA Galaxy, tenant du titre, et New York, vainqueur du Supporters Shield 2013, disputeront le match aller de leur demi-finale de conférence, respectivement à domicile contre Salt Lake et en déplacement à Houston.

Sur le coup de 15h30 (HE) en direct sur NBC, on attend une nouvelle poussée de fièvre orange après celle qui a fait chuter Montréal jeudi. Non sans conséquences, puisque la fin de match houleuse vaut de lourdes sanctions, surtout aux Québécois mais aussi à Dominic Kinnear, suspendu ce dimanche. Houston aura à cœur de prouver sa renaissance à ce stade de la compétition en écartant un autre club qui l’a fait souffrir en saison régulière. New York ne table pas sur cela ni sur sa place en tête du classement général, mais bien sur les places de finaliste de son adversaire ces deux dernières années pour lui octroyer l’étiquette de favori ! Intox ou réelle incertitude ? La même question est de mise quand on évoque la possible absence du gardien Luis Robles.

Le lauréat de la Coupe MLS 2012, le LA Galaxy, entrera en piste sous le coup de 21h00 (HE) face à Salt Lake, dans un duel diffusé sur RDS2, TSN2, ESPN et ESPN Deportes. Tous les yeux seront braqués sur eux ! Et on peut s’attendre à du spectacle de deux formations riches en qualités offensives. Sur leur terrain, les Californiens souhaiteront prendre les choses en mains, mais ils font preuve de prudence en vue du match retour : ils veulent mettre à profit la leçon reçue de Monterrey en Ligue des champions plus tôt cette année. Et si ça se passe mal, ils pourront toujours se mordre les doigts d’avoir laissé filer Mike Magee, l’homme de novembre, à moins que Robbie Rogers ne reprenne son rôle. Mieux classé que son adversaire, Salt Lake jouera le match retour à domicile, ce qui lui a rarement réussi par le passé et ne constitue donc pas un avantage à ses yeux. Il veut donc mettre immédiatement son plan à exécution : garder la possession de balle, car c’est comme ça que l’équipe développe son meilleur jeu, tout en se méfiant comme la peste des contres de Keane et Donovan. Tout un jeu d’équilibristes !