blog

Friendly

14 February 12:26 de la tarde

Il reste à peine plus de deux semaines avant le début de la compétition et les matchs amicaux d’hier ont permis d’en savoir (un peu) plus sur l’avancement de la préparation de plusieurs clubs.

Au tournoi d’Orlando, Montréal a remporté son deuxième duel suite à une victoire aisée 4-1 contre Tampa Bay qui a permis de voir beaucoup de mouvement de la part des joueurs offensifs. De son côté Kansas City a émergé en fin de match face à DC United, qui a remplacé presque tous ses titulaires avant la 35e minute.

Tout en concédant qu’il n’avait pas vu grand-chose de positif, John Hackworth a minimisé la défaite 4-0 de Philadelphie contre une équipe de Columbus où ceux qui sont considérés comme des remplaçants ont marqué de précieux points. Dans l’autre match du groupe, la facile victoire 3-0 de Toronto contre Orlando a surtout valu pour le très beau but de Jonathan Osorio.

Les deux rencontres jouées à Tucson ont été pour le moins animées. Le duel Seattle - New England, à l’issue duquel on parlait plus de la méchante faute d’Osvaldo Alonso sur Chris Tierney que de la victoire 2-0 des hommes de Sigi Schmid, n’a rien eu d’amical avec pas moins de deux exclusions et six cartons jaunes. Le spectacle a été davantage sportif lors de Salt Lake - New York : toujours fébrile défensivement, l’équipe au taureau ailé avait déjà deux buts de retard après trois minutes mais a pu recoller à 2-2.

13 February 12:46 de la tarde

Avec 10 clubs en lice dans 6 rencontres différentes, ce mercredi est la journée de matchs amicaux la plus chargée depuis le début de l’année. Et tous seront diffusés en direct sur MLSsoccer.com !

À Orlando, Philadelphie, où les automatismes entre Sébastien Le Toux et Conor Casey doivent être travaillés, et Columbus, qui récupère l’international costaricien Jairo Arrieta en grande forme, ouvriront le bal dès 13h00. On a déjà vu que son séjour en équipe nationale avait fait grand bien à Graham Zusi qui, avec Kansas City, se mesurera à DC United où l’international panaméen Marcos Sanchez est en test tout comme l’ancien Montréalais Shavar Thomas.

Les clubs canadiens en Floride auront a priori la tâche plus facile aujourd’hui car tous deux se mesurent à un adversaire de division inférieure. Face à Tampa Bay, Montréal en profitera pour réaliser des essais. Déjà privé de Stefan Frei, qui a le nez cassé, Toronto jouera contre le club local, Orlando City.

À Tucson, Jamison Olave, transféré cet hiver à New York où on espère qu’il est la pièce manquante pour consolider la défense, retrouvera ses anciens partenaires de Salt Lake où Robbie Findley effectue son retour après deux ans en Angleterre. L’autre duel opposera New England, qui pourra compter pour la première fois sur Chad Barrett, à Seattle, qui est à la recherche de solutions tant en défense qu’à l’attaque.

30 January 5:43 de la tarde

Citoyens de Cleveland, réjouissez-vous. L’équipe nationale américaine jouera un match amical face à son homologue belge dans votre ville le 29 mai prochain. Les deux équipes s’en serviront pour préparer d’importants duels des éliminatoires de la Coupe du monde. Les médias belges annoncent que Vincent Kompany, Marouane Fellaini, Eden Hazard, Thibaut Courtois et consorts seront en stage aux États-Unis du 23 au 30 mai.

Par ailleurs, la saga Najar a pris fin. En effet, DC United a officialisé le transfert du joueur à Anderlecht. Le milieu droit était arrivé en Belgique il y a déjà plus d’un mois et avait laissé de bonnes impressions lors des matchs amicaux disputés avec les mauve et blanc. Il s’agit du premier transfert de l’histoire de la MLS d’un élément ayant le statut de « joueur formé au club ».

30 January 12:02 de la tarde

Les États-Unis et le Canada se sont quittés dos-à-dos, sur un partage 0-0, seul score possible à l’issue d’une rencontre guère enthousiasmante que des joueurs hors-saison n’ont jamais été capables d’emballer.

Avec onze titulaires faisant partie des cadres de la MLS, l’équipe américaine a contrôlé le ballon pendant presque tout le match sans parvenir à en faire bon usage. Des qualités individuelles manifestes n’ont jamais été exploitées de manière collective. Le fait que ces joueurs n’étaient pas habitués à jouer ensemble sautait aux yeux et les imprécisions se sont multipliées au moment de donner le coup d’accélérateur qui pouvait faire la différence.

Les Canadiens, eux, ont regardé cela plutôt passivement mais toujours avec la ferme volonté de garder le zéro, ce qu’ils sont parvenus à faire. On peut en attribuer une grande part du mérite à Dejan Jakovic, le meilleur des siens sur le terrain. Kyle Bekker s’est aussi mis en évidence alors que Dwayne De Rosario s’est montré le plus menaçant pour Johnson.

Jürgen Klinsmann soulignait surtout l’effort des siens durant les trois semaines de stage qui ont précédé le match, qui ne lui a réservé aucune bonne surprise. Son alter ego Collin Miller était tout heureux de son premier point pris avec le Canada, et encensait le cœur et l’engagement de ses joueurs.

29 January 1:46 de la tarde

Le match amical qui opposera ce soir les États-Unis au Canada (21h00 HE, direct Sportsnet, ESPN2 et Univision Deportes) verra s’affronter deux équipes dans une situation totalement opposée.

Sorti du parcours menant à la prochaine Coupe du monde suite à sa défaite 8-1 au Honduras, le Canada entame une (énième) période de transition, avec un sélectionneur par intérim (Colin Miller), des cadres fortement rajeunis et aucun plan d’avenir clairement défini. Sa première sortie de l’année s’est soldée par une défaite 0-4 contre le Danemark.

Si vous voulez mon avis, l’équipe nationale canadienne doit dès aujourd’hui faire majoritairement appel à la génération qui tentera bientôt de se qualifier pour la Coupe du monde des -20 ans et visera les Jeux olympiques 2016 à Rio, histoire d’avoir un groupe homogène qui se réunit le plus régulièrement possible. Parmi eux, certains ont déjà accumulé de l’expérience chez les pros, à l’image du Torontois Doneil Henry.

En face, les États-Unis s’apprêtent à entamer le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde. Privé temporairement de certains cadres, Jurgen Klinsmann a sélectionné de nombreux joueurs archi-motivés à l’idée de gagner leur place dans le groupe. Les Canadiens auront intérêt à être plus attentifs défensivement que contre le Danemark face à des adversaires affamés ! Les Américains veulent être au sommet de leur forme pour leur prochain match officiel, le 6 février au Honduras, dont la sélection comporte de nombreux joueurs de MLS.

14 November 12:57 de la tarde

When it comes to friendlies, Tim Howard may be the greatest 'keeper in the world. He's the hero of Wednesday's 2-2 draw.

And when it comes to soccer, the US are still better playing direct, simple stuff than trying to be Spain. No, you're not going to get many results if you rely primarily on running volleys from outside the 18. But at least that's a club the US have in the bag. Tika-taka isn't.

Anyway, here's what we learned in order of importance:

Jurgen Klinsmann's message got through to Jozy Altidore loud and clear

He wasn't Pelé out there, but he didn't need to be. What the US forwards have done well since the days of Wynalda (and probably before) is work damn hard on both sides of the ball. Even Jozy's done that well at times in his career — notably the summers of 2009 and 2010, and as recently as as last year against Slovenia when his pressure led to Edson Buddle's goal.

That Jozy was back against the Russians. There was little combination play to speak of in the final third — something we'll get to in point No. 2 — but Altidore can't be blamed for that. What he should get credit for is pressuring the Russian backs and checking to midfield constantly, offering a largely outskilled and creatively bereft midfield an outlet when they got in trouble.

And again, he wasn't perfect in that. But he was really good, won a ton of possession-positive headers, found space a few times to let rip, and made a bunch of unselfish runs off the ball. If there was any justice, he'd have gotten a better touch on that Fabian Johnson pass in the 70th minute.

You can have two of Danny Williams, Michael Bradley and Jermaine Jones on the field at the same time

Any more than two and you get a midfield that plays like ... well, like what we saw today. I don't know how many times we have to see that during Klinsmann's tenure, but let's add a "+1" after Wednesday's draw.

The slightly mitigating factor is that the Williams/Bradley/Jones trio looked a bit more useful when Klinsmann switched away from the 4-3-3 to a lopsided 4-4-2 with 25 minutes to go (with Williams eventually coming off for the effective Mo Edu, which is a like-for-like switch).

The improvement makes sense since the US, as a whole, were much better in 1-v-1 situations than they were in combination play — a bizarre thing to say/think about a team with such strong Bundesliga influences. And, of course, because it opened up space for Bradley to move forward. Without that switch he's nowhere near Juan Agudelo's knock-back header to find the equalizer.

The 4-3-3 can still work with this team, but it needs a midfield trio that can hold the ball and build chances. Williams/Bradley/Jones ain't it.

Josh Gatt is still more athlete than soccer player

I've been harping on this a lot, as I often do with Youtube heroes. And I'm not going to stop.

The player Gatt reminds me of most is Dane Richards. He's got a ton of speed — both at the start and the top end — and can make things happen in the open field pretty damn well. He also attacks the back post ferociously, a prerequisite for any winger in a 4-3-3 (which is what Gatt is for his club team in Molde, and was on Wednesday as well).

However, at this point, he's unable to make decisions in possession, and defensively he's an absolute nightmare. Any simple one-two left him undone (witness his last action of the game, in the 62nd minute), and the Russians went at him incessantly during the game's first 20-odd minutes.

He got better as the half went on, but right now he's a significantly inferior soccer player — and national team prospect — to guys like Chris Pontius, Nick DeLeon and, quite obviously, Graham Zusi.

But figuring out stuff like that is what friendlies are for.

Bonus thought: Once again, the US played better when Sacha Kljestan came on

Other than Landon Donovan, no one in the US pool sees the game quicker. And he's become much, much stronger on the ball in the past two years. If it were my call, his name would be on the starting XI in pen.

17 August 11:53 de la mañana

Después de 75 años de no lograrlo, Estados Unidos finalmente puede decir que le ganaron a sus archirrivales de la CONCACAF en su casa. México cayó en el Estadio Azteca gracias a un gol de Michael Orozco (que irónicamente es mexico-estadounidense).  

Muchos en Estados Unidos piensan que una importante barrera ha caído, que ese triunfo demuestra lo cerca que los estadounidenses están de los reyes de la CONCACAF, algo que llega en un momento critico, ya que recientemente el Tri había superado a Estados Unido en todo sentido… Copa Oro, Olímpicos, Mundiales juveniles, etc, etc, etc.

ESCUCHA: PODCAST CON MICHAEL OROZCO Y MARTIN VASQUEZ

Sin embargo, es solo un partido, y no se jugaron puntos. Es solo un triunfo, en comparación de los muchos que ha tenido México ante los estadounidenses.

Pensando en eso nos preguntamos, ¿Cuántos partidos pasarán para que EE.UU. le vuelva a ganar al Tri en México? ¿Será que la brecha si se ha cerrado, o será que tendremos que esperar otros 75 años para ver esto?

Voten, comenten y escuchen el debate de Tiro Libre… la rivalidad continúa…

16 August 6:30 de la tarde

You would think with last night’s loss at Estadio Azteca, Mexico would be much more upset than it seems they are.

The loss gave Mexico their second historic mark in less than one week, winning an Olympic gold in soccer and losing at home to the rival USA. But the country seems to be more upset that the loss stole their thunder and put a damper on their fiestas than by what it actually means to the historic rivalry.

San Luis Hoy, the local newspaper where American goalscorer Michael Orozco Fiscal plays with Club San Luis, titled their piece “Les Aguaron la Fiesta.” Translation? They rained on our parade. La Cancha, sports section of Mexico City based La Reforma, titled their piece “Arruinan la Fiesta." Translation: They ruined the party.

Fear not Mexico, the game was just an international friendly and counted for no points. So pass another round of tequila and let’s keep the party going.

But maybe you should rethink the ever growing gringo threat and what they will do in CONCACAF World Cup qualifiers coming up.

16 August 11:51 de la mañana

Difficile de dire si le Canada est prêt pour sa double échéance contre le Panama, puisque les seules images que nous avons de son match amical d’hier sont celles du résumé ci-dessous. Le résultat contre Trinité-et-Tobago, une victoire 2-0, est toutefois encourageant, tout comme le compte rendu de Gavin Day, un des rares journalistes sur place.

La deuxième mi-temps a particulièrement plu à Stephen Hart, qui espère que ses jeunes auront davantage de temps de jeu dans leur club. Parmi eux, Russel Teibert, qui a laissé une bonne impression tant à son entraîneur qu’à ses coéquipiers.

Du côté de l’équipe nationale américaine, les réjouissances sont moins timides, et pour cause : pour la première fois de leur histoire, les États-Unis ont battu le Mexique au stade Azteca ! Les héros se nomment Orozco Fiscal, auteur du seul but du match, et Tim Howard, qui a repoussé tous les assauts mexicains. Un succès encore plus savoureux pour Herculez Gomez, l’international américain qui défend les couleurs de Santos Laguna.

On a aussi joué en championnat. Vancouver en veut particulièrement à l’arbitre suite à sa défaite 0-2 contre Dallas. Les cancres Toronto et Portland n’ont pas réussi à se départager (2-2). Pas de vainqueur non plus à Columbus - LA Galaxy (1-1), où toutes les pensées étaient dirigées vers Kirk Urso.

15 August 12:11 de la tarde

Ce mercredi est principalement consacré aux équipes nationales, avec le match entre le Canada et Trinité-et-Tobago ainsi que le déplacement des États-Unis au Mexique. Ces deux duels amicaux servent à préparer la suite des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, qui reprendront début septembre.

Avec un noyau on ne peut plus allégé, les Canadiens affronteront un adversaire réputé dans la Concacaf mais déjà hors-course pour le prochain Mondial. Pour les jeunes, il s’agira de se tailler une place dans l’effectif lorsque tout le monde sera là. Des joueurs aguerris comme Terry Dunfield et Patrice Bernier tenteront de convaincre leur sélectionneur Stephen Hart de les titulariser à l’avenir. L’échéance importante sera le Panama, avec un double duel les 7 et 11 septembre : malgré l’absence de nombreux titulaires, Bernier nous a expliqué dans le dernier numéro de Coup Franc l’utilité de ce match amical.

Les Américains tenteront de remporter leur première victoire au stade Azteca. Jürgen Klinsmann est très confiant et Chris Wondolowski compte profiter de brèches dans la défense mexicaine, en compagnie de Landon Donovan, dont l’avenir est incertain.

On jouera aussi en championnat ce soir… ce qui n’arrange pas tout le monde. Privé de leurs internationaux, Vancouver et Toronto recevront respectivement Dallas et Portland. Même épine dans le pied du LA Galaxy en déplacement à Columbus, où l’émotion sera à son comble pour le premier match depuis le décès de Kirk Urso.

LE PROGRAMME
19h00 : Canada - Trinité-et-Tobago
20h00 : Mexique - États-Unis

EN MLS
19h00 : Columbus - LA Galaxy
19h30 : Toronto - Portland
22h00 : Vancouver - Dallas

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs ou LiveSport.tv