Playoffs Scoreboard

Recap
Leg 1
11/23 FINAL
1LA
0SEA
RECAP
Recap
Leg 2
11/30 9:20pm
SEA
LA
ESPN
Western Conference Championship
Recap
Leg 1
11/23 FINAL
1NY
2NE
RECAP
Recap
Leg 2
11/29 3:00pm
NE
NY
NBCSN
Eastern Conference Championship

blog

Coup Franc

23 July 4:12 de la tarde

Après avoir effectué un bilan chiffré de la première moitié de saison, Coup Franc approfondit l’analyse lors de l’émission hebdomadaire (que vous pouvez aussi écouter ici, animée une fois n’est pas coutume par Alexandre Coupal) et fait un tour complet de la compétition en abordant quasiment toutes les équipes. Parmi les sujets de discussion :

  • Les nombreuses bonnes et mauvaises surprises
  • Pourquoi Seattle est un leader autoritaire
  • Bien classé, Kansas City répond-il aux attentes ?
  • Le réveil spectaculaire de DC United
  • Enfin une saison positive pour Toronto
  • Les déboires de Portland
  • New York : un classement qui ne reflète pas d’excellentes stats individuelles
  • Montréal dernier, un effondrement annoncé
  • Mais on parle aussi de Vancouver, Salt Lake, Houston, Chivas USA, San José, etc.
  • Et on termine avec le retour de nos conseils pour le jeu MLS Fantasy

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

22 July 2:52 de la tarde

Ça y est, tous les clubs ont joué 17 rencontres, soit la moitié de leur programme en saison régulière. C’est donc le moment de faire un bilan à la mi-parcours, par rapport tant à l’évolution de chacune des équipes qu’aux pronostics de début de saison. Et aussi de les comparer dans des circonstances (plus) similaires, parce qu’un classement n’est pas franchement simple à lire quand le nombre de duels disputés par chacun est très aléatoire. Reste qu’il faut quand même prendre ces tableaux avec des pincettes, notamment en raison du déséquilibre entre les matchs joués à domicile et à l’extérieur, mais ils n’en demeurent pas moins des indicateurs très intéressants.

CLASSEMENT 2014 APRÈS 17 MATCHS
    J Pts
1. Seattle 17 35
2. DC United 17 28
. Salt Lake 17 28
4. LA Galaxy 17 27
5. Kansas City 17 26
. Colorado 17 26
. Toronto 17 26
8. Vancouver 17 25
9. New England 17 23
10. Dallas 17 22
11. Portland 17 20
. New York 17 20
. Chivas USA 17 20
. Columbus 17 20
15. Chicago 17 19
16. Philadelphie 17 18
17. Houston 17 17
. San José 17 17
19. Montréal 17 14

J’avais aussi envie de voir à quel point les équipes en étaient par rapport au même stade il y a douze mois. J’ai donc comparé le classement ci-dessus avec celui de leurs 17 premiers duels l’an dernier pour voir leurs progressions / régressions respectives. On voit que les progressions majeures sont réalisées par le leader actuel, Seattle, et les trois cancres de l’an dernier. Outre la dégringolade montréalaise, deux équipes peuvent s’inquiéter : San José et Chicago, dont on déplorait le mauvais départ en 2013 et qui font encore moins bien cette année.

COMPARAISON 2014 / 2013 APRÈS 17 MATCHS
    J 2014 2013 Diff.
1. DC United 17 28 9 +19
2. Toronto 17 26 13 +13
3. Seattle 17 35 24 +11
4. Chivas USA 17 20 13 +7
5. Colorado 17 26 20 +6
6. LA Galaxy 17 27 24 +3
7. Kansas City 17 26 26 =
. Columbus 17 20 20 =
9. Vancouver 17 25 26 -1
. New England 17 23 24 -1
. San José 17 17 18 -1
12. Salt Lake 17 28 30 -2
. Chicago 17 19 21 -2
14. New York 17 20 25 -5
15. Houston 17 17 23 -6
16. Dallas 17 22 30 -8
. Philadelphie 17 18 26 -8
18. Portland 17 20 30 -10
19. Montréal 17 14 31 -17

J’entends déjà certains rétorquer : « Oui mais, c’est bien beau de comparer avec le début de saison dernière, mais pour voir si les équipes ont poursuivi sur un élan, ce serait mieux de comparer avec la fin, non ? » D’accord ! Revoilà donc l’exercice précédent, mais avec les 17 derniers duels de la saison régulière 2013. Cela confirme le regain de forme des ex-cancres et de Seattle, mais aussi un réveil de Dallas, coutumier des bons débuts de saison. San José a de plus en plus de raisons de s’inquiéter, alors que l’on constate aussi des effondrements du côté de New York et de Houston. Alarmant aussi : Philadelphie et Montréal, qui avaient raté leur deuxième moitié d’année 2013, font encore moins bien lors de la première moitié de la saison actuelle.

COMPARAISON 2014 / FIN 2013 (17 MATCHS)
    J 2014 Fin 2013 Diff.
1. DC United 17 28 7 +21
2. Toronto 17 26 16 +10
3. Dallas 17 22 14 +8
4. Seattle 17 35 28 +7
. Chivas USA 17 20 13 +7
5. Vancouver 17 25 22 +3
7. Salt Lake 17 28 26 +2
8. Columbus 17 20 21 -1
9. LA Galaxy 17 27 29 -2
. Philadelphie 17 18 20 -2
11. New England 17 23 27 -4
. Montréal 17 14 18 -4
13. Colorado 17 26 31 -5
14. Kansas City 17 26 32 -6
. Portland 17 20 27 -7
16. Chicago 17 19 28 -9
17. Houston 17 17 28 -11
18. New York 17 20 34 -14
19. San José 17 17 33 -16

Difficile évidemment de réaliser un tableau qui compare le classement actuel et les pronostics de début de saison de la plupart des spécialistes. Mais quand on fait le tour, on se rend compte qu’à ce stade-ci de la saison, les surprises sont nombreuses. À commencer par DC United, que personne ne voyait à pareille fête, et annoncé bien moins fort que ce qu’il montre jusqu’à présent, tout comme Chivas USA, Colorado et Vancouver voire, dans une moindre mesure, Seattle et Columbus. À l’inverse, les observateurs prévoyaient de bien meilleurs résultats pour Portland, Houston, New York, San José et Philadelphie. Kansas City ne caracole pas non plus en tête comme certains le croyaient. Par contre, ceux qui s’attendaient à une très mauvaise saison de Montréal avaient vu juste.

Le bilan de cette première moitié de saison est facile à tirer pour certains clubs, surtout ceux cités souvent plus haut dans ce texte. Mais je vais essayer de faire un tour complet, avec un bulletin basé à la fois sur les progrès chiffrés et les pronostics de début de saison des spécialistes. Les meilleures notes reviennent à DC United, Seattle et Chivas USA, juste devant Toronto car tout le monde en attendait une forte remontée. La satisfaction peut aussi être de mise à Vancouver, Colorado, Salt Lake voire Dallas. Sans être génial, ni dans la manière ni dans les chiffres, Columbus fait mieux que ce qui prédisaient bien des spécialistes qui le voyaient en fond de classement. Le LA Galaxy est peut-être l’équipe la plus conforme aux attentes et à son rythme de l’an passé. Quant à Kansas City, il avait tellement bien terminé 2013 et on en attendait tellement, qu’il n’a pas (encore) pu atteindre une barre très haut placée.

Tous les autres, sans exception, déçoivent et/ou inquiètent et n’ont donc pas la note de passage en milieu d’année. La situation est moins critique à Chicago (à qui bien du monde prévoyait une saison difficile) et New England (qui a eu de bons moments). Philadelphie et San José voulaient se relancer après une saison 2013 en dents de scie mais montrent encore leur plus triste visage de l’an dernier. Montréal ferme la marche avec moins de points que lors de sa déplorable fin de saison 2013 mais personne n’en attendait beaucoup mieux en dehors du Québec. New York est très loin de l’équipe qui a remporté le dernier Supporters Shield, Houston n’a plus rien d’un habitué du haut du tableau et Portland n’a pas du tout l’allure du favori que plusieurs voyaient en lui. Évidemment, les attentes étaient plus élevées pour ces clubs, mais ce sont les trois déceptions majeures de cette première moitié de saison.

Et vous, quelles sont vos satisfactions et vos déceptions à la mi-parcours ?

21 July 10:44 de la mañana

Une fois n’est pas coutume, ce ne sont pas les résultats qui font la une de l’actualité de la journée de championnat écoulée, mais bien l’ouverture des contrats de Matt Besler et Graham Zusi : leur nouveau bail les lie à Kansas City jusqu’en 2018 mais leur octroie surtout le statut de joueur désigné. Une grande nouvelle fêtée comme il se doit ce samedi en battant le LA Galaxy, « de loin la meilleure équipe » affrontée par les Ciel et Marine cette année, selon Peter Vermes, même si les Californiens ont surtout été à leur meilleur en deuxième mi-temps.

Qui, en début d’année, aurait parié que l’autre match du week-end opposant deux équipes en forme aurait été celui entre DC United et Chivas USA ? Il a tourné à l’avantage des joueurs de la capitale des États-Unis grâce à un Eddie Johnson qui retrouve ses meilleures sensations. Battus après quatre victoires consécutives, Erick Torres et ses coéquipiers mettent cette contre-performance sur le dos d’un jour sans et promettent de retrouver rapidement le chemin du succès.

Respectivement deuxième et troisième du classement général, Kansas City et DC United profitent de leur victoire pour se rapprocher du premier, Seattle, qui ne jouait pas – du moins en championnat, puisque le leader du classement a partagé lors d’un match amical contre Tottenham. Parlant de duels contre des adversaires étrangers, on connaît les 23 joueurs retenus par Caleb Porter pour affronter le Bayern le 6 août.

Derrière ce trio, Dallas retrouve la forme et reste en bonne position après sa victoire contre New England (battu pour une septième fois consécutive !) en finissant le match sans encaisser ni prendre de carton, ce qui est bien rare dans son chef cette saison. Autre équipe en embuscade qui affrontait un adversaire qui n’avance plus depuis quelques semaines, Toronto est entre la réjouissance d’avoir pris un point dans des conditions difficiles à Houston et la déception des occasions ratées. Sentiments partagés aussi à Salt Lake, tenu en échec par Vancouver au terme d’un match pour le moins animé.

Vendredi, Portland a battu Colorado grâce à des changements en fin de match et s’est relancé dans une Conférence Ouest bien plus relevée que son homologue de l’Est où New York a encore bêtement perdu des points et craint que ces erreurs défensives ne coûtent cher au décompte final. Chicago reste l’équipe qui a le moins gagné et le moins perdu (!) cette saison après son nouveau partage, cette fois contre Philadelphie qui doit son point à un penalty converti par Sébastien Le Toux. Après sa défaite à Columbus, Montréal continue de s’enfoncer en bas de classement et Frank Klopas fait appel aux « décisions difficiles » pour provoquer du changement.

LES RÉSULTATS
Portland - Colorado
Kansas City - LA Galaxy
New York - San José
Columbus - Montréal
Chicago - Philadelphie
Dallas - New England
Houston - Toronto
Salt Lake - Vancouver
DC United - Chivas USA

 
2-1
2-1
1-1
2-1
1-1
2-0
2-2
1-1
3-1

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

19 July 6:19 de la tarde

Les hommes de tête du classement des buteurs Bradley Wright-Phillips (New York) et Erick Torres (Chivas USA) font partie de l’effectif de 23 hommes retenu pour le Match des étoiles (All-Star Game), en compagnie de Jermain Defoe (Toronto), Tim Cahill (New York) et Aurélien Collin (Kansas City) mais aussi des onze joueurs élus par les supporters au sein du Onze Populaire. Ce groupe expérimenté se mesurera au Bayern Munich le 6 août à Providence Park, domicile des Portland Timbers (en direct sur ESPN2, UniMas, ainsi que TSN et RDS au Canada, à partir de 21h30, HE).

Le commissaire de la Major League Soccer, Don Garber, a choisi de donner le statut de « All-Star » AT&T de la MLS 2014 à Diego Valeri, milieu de terrain des Portland Timbers, et à Erick Torres, attaquant de Chivas USA.

En raison du format du Match des étoiles AT&T de la MLS – la MLS contre le monde – la MLS a demandé à l’entraîneur de l’équipe la représentant, Caleb Porter, d’effectuer sa sélection parmi tous les joueurs disponibles, et il a construit un effectif dynamique, équilibré et composé des meilleurs talents de la compétition afin de se mesurer à une des meilleures équipes du monde. Diego Valeri, milieu de terrain de Portland, et Erick Torres, attaquant de Chivas USA sont les deux choix du commissaire de la Major League Soccer, Don Garber.

Porter a sélectionné les 11 membres du Onze Populaire. Michael Bradley (Toronto), Defoe (Toronto), Bill Hamid (DC United), Obafemi Martins (Seattle), Torres (Chivas USA) et Wright-Phillips (New York) obtiennent le statut de « All-Star » pour la première fois. Dix des dix-neuf clubs de MLS sont représentés dans l’effectif.

Retrouvez ci-dessous la composition complète de l’effectif ainsi que les biographies des joueurs sélectionnés dernièrement (et rendez-vous ici pour celles des joueurs du Onze Populaire).

Effectif de la MLS pour le Match des étoiles AT&T 2014
Gardiens : Bill Hamid (D.C. United), Nick Rimando (Real Salt Lake)
Défenseurs : Matt Besler (Sporting Kansas City), Aurélien Collin (Sporting Kansas City), Omar Gonzalez (LA Galaxy), Chad Marshall (Seattle Sounders FC), Michael Parkhurst (Columbus Crew), DeAndre Yedlin (Seattle Sounders FC)
Milieux de terrain : Osvaldo Alonso (Seattle Sounders FC), Kyle Beckerman (Real Salt Lake), Michael Bradley (Toronto FC), Tim Cahill (New York Red Bulls), Clint Dempsey (Seattle Sounders FC), Will Johnson (Portland Timbers), Diego Valeri (Portland Timbers), Graham Zusi (Sporting Kansas City)
Attaquants : Jermain Defoe (Toronto FC), Landon Donovan (LA Galaxy), Thierry Henry (New York Red Bulls), Robbie Keane (LA Galaxy), Obafemi Martins (Seattle Sounders FC), Erick Torres (Chivas USA), Bradley Wright-Phillips (New York Red Bulls)

Osvaldo Alonso  (11 novembre 1985) : L’un des joueurs des Sounders au club depuis les débuts de celui-ci en MLS en 2009, Alonso a été honoré du titre de meilleur joueur de l’équipe durant quatre saisons consécutives (2010 à 2013). Il obtient le titre de « All-Star » pour la quatrième fois consécutive. Il détient le record du club pour le nombre de rencontres jouées, de titularisations et de minutes sur le terrain.

Tim Cahill (6 décembre 1979) : Engagé comme joueur désigné le 26 juillet 2012, Cahill est devenu une idole chez les supporters des Red Bulls. Cahill a représenté l’Australie, son pays de naissance, à la Coupe du monde 2014 au Brésil, inscrivant deux buts pour les Socceroos lors du 1er tour. Pour sa première saison complète aux Red Bulls, Cahill a fait partie du Onze idéal 2013 de la MLS et a remporté les titres de meilleur joueur et meilleur buteur des Red Bulls. Il s’agit de la deuxième sélection de Cahill pour le Match des étoiles, lui qui faisait partie des choix du commissaire l’an dernier pour la rencontre face à l’AS Rome.

Aurélien Collin (8 mars 1986) : Défenseur de l’année 2012 de la MLS, le Parisien participera à son troisième Match des étoiles consécutif. 2013 fut l’une des meilleures saisons de sa carrière, avec pour point d’orgue un titre de Meilleur joueur de la Coupe MLS lors de laquelle il a converti le penalty qui a offert le sacre à son équipe face au Real Salt Lake. Collin a également été lauréat du prix humanitaire annuel du Sporting KC en 2013.

Jermain Defoe (7 octobre 1982) : Engagé comme joueur désigné le 10 janvier 2014, Defoe a connu un départ en trombe avec le Toronto FC après son transfert de Tottenham. En 13 titularisations, Defoe a inscrit 11 buts et donné 2 passes décisives. Defoe compte 55 sélections en équipe nationale anglaise, pour laquelle il a marqué 19 buts, aidant son pays à se qualifier pour la Coupe du monde à plusieurs reprises. Avant d’arriver au Toronto FC, Defoe a passé 11 saisons à Tottenham, portant le maillot du club à 362 reprises et marquant 142 buts toutes compétitions confondues. Il s’agit de sa première sélection dans l’effectif pour le Match des étoiles.

Bill Hamid (25 novembre 1990) : Devenu en 2009 le premier joueur formé au club à signer en équipe première de DC United, il a été en 2010, à l’âge de 19 ans, le plus jeune gardien à gagner un match de MLS. Hamid deviendra lors de son prochain match le plus jeune gardien et le premier joueur formé par son club de MLS à disputer 100 rencontres de saison régulière dans le but. Il obtient le titre de « All-Star » pour la première fois.

Will Johnson (21 janvier 1987) : Vétéran de MLS et vainqueur de la Coupe MLS 2009, Johnson a été au cours de sa carrière un élément clef tant au Real Salt Lake qu’aux Portland Timbers. Lors de sa première saison à Portland, Johnson a établi des records personnels avec 9 buts, 5 passes décisives et 5250 minutes jouées, tout en étant sélectionné pour le Match des étoiles et choisi au sein du Onze idéal 2013 de la MLS. Johnson obtient le titre de « All-Star » pour la troisième fois, la seconde avec les Timbers. Cette saison, Johnson a été titulaire lors des 20 rencontres de Portland et a marqué 5 buts.

Robbie Keane (8 juillet 1980) : Disputant actuellement sa troisième saison en MLS, Keane a prouvé pourquoi il était un attaquant tant recherché en inscrivant 43 buts depuis ses débuts dans la compétition. Depuis qu’il est arrivé au LA Galaxy en 2011, Keane a savouré tant de succès collectifs qu’individuels, avec deux victoires en Coupe MLS (2011, 2012), une élection au sein du Onze idéal de la MLS (2013) en plus d’obtenir le titre de « All-Star » à deux reprises (2013, 2014). L’international irlandais est le capitaine de son équipe nationale dont il est le meilleur buteur de tous les temps avec 53 buts en 114 sélections. Clubs et équipe nationale confondus, Keane a inscrit 269 buts tout au long de sa carrière.

Chad Marshall (22 août 1984) : Vétéran qui en est à 11 saisons en MLS, Marshall a passé les 10 premières avec le Columbus Crew et est devenu le premier joueur de l’histoire du club à atteindre le cap des 20 000 minutes sur le terrain. En 2008, Marshall a aidé Columbus à remporter la Coupe MLS et a été élu Défenseur de l’année de la MLS. La saison suivante, Columbus a remporté le Supporters Shield et Marshall a figuré au sein du Onze idéal de la MLS pour la deuxième année consécutive.

Michael Parkhurst (24 janvier 1984) : Parkhurst effectue son retour en MLS après six saisons passées dans les rangs professionnels en Allemagne et au Danemark. En 2012, il a pris part à la Ligue des champions européenne avec le club danois du F.C. Nordsjælland. Parkhurst a passé quatre ans à New England, période lors de laquelle il a été Recrue de l’année de la MLS (2005), lauréat du prix humanitaire annuel de la MLS (2006) et Défenseur de l’année de la MLS (2007). Il s’est aussi produit sur la scène internationale avec les États-Unis, qu’il a aidés à remporter la Gold Cup tant en 2007 qu’en 2013.

Erick Torres (19 janvier 1993) : Disputant sa seconde saison à Chivas USA, Torres a été l’étincelle permettant à l’équipe de remporter quatre rencontres consécutives durant la première moitié de la campagne en cours. Torres est le meilleur buteur de l’équipe avec 13 réalisations, lui qui a été titulaire lors de 18 rencontres de saison régulière, et est le joueur né au Mexique ayant inscrit le plus de buts dans l’histoire de la MLS. Il obtient sa première sélection pour le Match des étoiles.

Diego Valeri (1er mai 1986) : Valeri a signé un contrat de joueur désigné à Portland avant le début de la saison 2013 et a aidé l’équipe à être la mieux classée de la Conférence Ouest, ce qui lui a entre autres valu d’être élu Nouveau venu de l’année de la MLS et de faire partie du Onze idéal de la MLS. Il a aussi terminé sa première saison avec 13 passes décisives, ce qui en faisait le meilleur pourvoyeur du championnat. Plus tôt dans sa carrière, Valeri a joué parmi l’élite au Portugal et en Argentine, et a disputé la Ligue des champions européenne lors de la saison 2009/10 avec le FC Porto. Il obtient le titre de « All-Star » pour la deuxième fois consécutive. Valeri fait partie des meilleurs pourvoyeurs cette saison avec huit passes décisives, lui qui a également marqué quatre buts pour Portland.

Bradley Wright-Phillips (12 mars 1985) : Disputant sa première saison complète aux Red Bulls, Wright-Phillips est actuellement meilleur buteur du championnat, figurant en tête de la course au Soulier d’Or avec 16 buts. Après son arrivée aux Red Bulls en milieu de saison 2013, Wright-Phillips a fait partie intégrante de l’équipe qui a remporté le Supporters Shield. Cet attaquant au sens du but a disputé 18 rencontres dont 15 comme titulaire. Avec de rallier New York, Wright-Phillips est passé par plusieurs clubs anglais dont Manchester City, Southampton, Plymouth Argyle, Charlton Athletic et Brentford. Il s’agit de sa première sélection pour le Match des étoiles.

17 July 2:27 de la tarde

L’émission Coup Franc revient à sa forme traditionnelle maintenant que la Coupe du monde est terminée. Pour celle de cette semaine (que vous pouvez aussi écouter ici), on comptait faire un bilan du Mondial 2014 avec Olivier Brett et Christian Schaekels mais… notre passion de la MLS est tellement grande que rapidement, le débat s’est centré sur ce que la MLS avait apporté à cette Coupe du monde et les progrès qu'il faut qu'elle accomplisse pour que ses joueurs deviennent encore plus performants sur la scène internationale. Cela donne, sincèrement, une des émissions les plus intéressantes depuis les débuts de Coup Franc. Voilà certains des sujets que nous avons approfondis :

  • Bilan général de la compétition
  • Qu’est-ce qui fait qu’une Coupe du monde est belle ?
  • Pourquoi l’équipe allemande est au football ce que le téléphone intelligent est à la technologie
  • Tactique : l’audace récompensée, beaucoup de buts sur reconversion rapide, le jeu à trois défenseurs centraux
  • Le rôle différent en équipe nationale des vedettes de leurs clubs en MLS
  • L’influence des écarts de niveau entre les joueurs d’un même club
  • Une nouvelle mission qu’il faudrait donner aux joueurs désignés
  • Progrès à accomplir : avoir un projet de jeu, des joueurs pour l’incarner et des qualités techniques pour l’appliquer
  • La solution de la formation et les modèles de jeu à développer pour augmenter ses chances de réussite
  • Les moyens à donner aux formateurs en leur inculquant une philosophie
  • Le chemin à parcourir par les entraîneurs actuels de MLS et le rôle des directeurs techniques
  • Les traces que cette Coupe du monde laissera sur la MLS et les grands championnats étrangers
  • Et en conclusion, comment la société influence, positivement et négativement, la façon de jouer
  • Bien entendu, on illustre avec de nombreux exemples, impliquant entre autres Montréal

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

16 July 7:10 de la tarde

La présence de huit joueurs ayant participé à la Coupe du monde 2014 au Brésil est un des faits saillants de la composition du Onze Populaire en vue du Match des étoiles (All-Star Game) AT&T de la MLS 2014 lors duquel l’équipe des vedettes de la MLS affrontera le Bayern Munich le mercredi 6 août au Providence Park de Portland (Oregon). Le match sera télévisé en direct sur ESPN2, UniMas, ainsi que TSN et RDS au Canada, à partir de 21h30 (HE).

Clint Dempsey (Seattle), capitaine de l’équipe nationale américaine, ne sera pas dépaysé puisqu’il retrouvera Michael Bradley (Toronto), Graham Zusi (Kansas City), Kyle Beckerman (Salt Lake), Matt Besler (Kansas City), DeAndre Yedlin (Seattle), Omar Gonzalez (LA Galaxy) et Nick Rimando (Salt Lake) qui étaient avec lui il y a moins d’un mois au Brésil. Les trois autres membres du Onze Populaire sont Landon Donovan (LA Galaxy), détenteur du record de buts et de passes en équipe nationale américaine, l’ancien champion du monde français Thierry Henry (New York) et Obafemi Martins (Seattle), qui était présent au Mondial 2010. Le Onze Populaire de cette année a été disposé en 3-4-3.

L’adversaire des vedettes de la MLS, le Bayern Munich, ne manque pas d’arguments ni de références à la dernière Coupe du monde puisque le champion d’Allemagne en titre compte en ses rangs sept joueurs qui ont remporté la Coupe du monde avec l’Allemagne. En tout, 14 joueurs du Bayern ont représenté leurs pays respectifs au Brésil, plus que tout autre club au monde.

Les joueurs faisant partie du Onze Populaire sont ceux qui ont obtenu le plus grand nombre de votes à leur position respective, en additionnant les votes des supporters sur deux plateformes – en ligne sur MLSsoccer.com et sur Twitter. La liste des candidats était composée de huit joueurs par club, choisis par des représentants des médias. Martins a gagné sa place dans le Onze Populaire grâce au Défi AT&T/EA SPORTS « More than a vote », qui a vu les supporters le faire marquer plus d’un million de buts au jeu FIFA 14. Les autres membres du top 5 de ce mode de sélection novateur sont Eddie Johnson (D.C. United), Landon Donovan (LA Galaxy), Thierry Henry (New York Red Bulls) et Robbie Keane (LA Galaxy).

Parmi les joueurs qui ont reçu le plus de votes à leur position mais pas suffisamment pour figurer dans le Onze Populaire, on retrouve, dans l’ordre alphabétique, Steven Beitashour (Vancouver Whitecaps FC), Júlio César (Toronto FC), Tim Cahill (New York Red Bulls), Aurelien Collin (Sporting Kansas City), Jermain Defoe (Toronto FC) et Benny Feilhaber (Sporting Kansas City).

Les membres du Onze Populaire ne feront pas nécessairement partie de l’effectif lors du match. L’entraîneur de l’équipe représentant la MLS, Caleb Porter, établira sa sélection en fonction de la disponibilité des joueurs et de considérations tactiques, mais tous les joueurs du Onze Populaire portent le titre de « All-Star ».

Deux choix du commissaire de la MLS, Don Garber, et la sélection de 20 joueurs de Porter seront annoncés le samedi 19 juillet durant la retransmission sur ESPN2 de Sporting Kansas City - LA Galaxy.

Selon les termes de la convention collective de travail, un total de 32 joueurs porteront le titre de « All-Stars ». Après le dévoilement de l’effectif pour le jour du match, le reste des joueurs à recevoir cet honneur sera désigné suite à un vote des joueurs de la MLS.

Onze Populaire de la MLS 2014 
Gardien : Nick Rimando (Real Salt Lake)
Défenseurs : Matt Besler (Sporting Kansas City), Omar Gonzalez (LA Galaxy), DeAndre Yedlin (Seattle Sounders FC)
Milieux de terrain : Kyle Beckerman (Real Salt Lake), Michael Bradley (Toronto FC), Clint Dempsey (Seattle Sounders FC), Graham Zusi (Sporting Kansas City)
Attaquants : Landon Donovan (LA Galaxy), Thierry Henry (New York Red Bulls), Obafemi Martins (Seattle Sounders FC)

Biographies des membres du Onze Populaire 2014 de la MLS

Nick Rimando (17 juin 1979) : À sa 15e saison en MLS, Rimando obtient sa quatrième sélection pour le Match des étoiles (2010, 2011, 2013, 2014). Au cours de sa carrière, il a réussi à terminer 111 rencontres sans encaisser et n’est qu’à un cheveu d’arriver à 112, le record en MLS. Vainqueur de la Coupe MLS à deux reprises (2004, 2009), il a été élu Meilleur joueur de la Coupe MLS 2009 avec le Real Salt Lake. Suite à sa brillante saison 2013, Rimando a été sélectionné en équipe nationale américaine pour la Coupe du monde.

Matt Besler (11 février 1987) : Le Défenseur de l’année 2012 en MLS et membre du Onze Idéal à deux reprises obtient sa troisième sélection pour le Match des étoiles (2011, 2013, 2014). Besler était au cœur de la défense du Sporting Kansas City qui a aidé l’équipe à remporter la Coupe MLS 2013. Le joueur né à Overland Park, au Kansas, était un membre à part entière de la défense de l’équipe nationale américaine lors de la Coupe du monde 2014 de la FIFA puisqu’il a été titularisé lors des quatre rencontres au sein de la formation qui s’est rendue en huitièmes de finale.

Omar Gonzalez (11 octobre 1988) : Gonzalez faisait partie des meubles en équipe nationale américaine lors des éliminatoires de la Coupe du monde, puisqu’il y a joué 14 fois en 2013, ce qui en a fait le deuxième joueur le plus utilisé avec 1172 minutes sur le terrain. Depuis que le Galaxy a recruté Gonzalez comme troisième choix du SuperDraft 2009 de la MLS, il a été élu Recrue de l’année de la MLS, Défenseur de l’année et a fait partie du Onze Idéal à trois reprises, aidant entre autres le Galaxy à remporter deux fois la Coupe MLS (2011, 2012) et deux fois le Supporters Shield (2010, 2011).

DeAndre Yedlin (9 juillet 1993) : En 2013, Yedlin est devenu le premier joueur formé au club de l’histoire du Seattle Sounders FC à y signer en équipe première. Il s’agit de sa deuxième sélection pour le Match des étoiles (2013, 2014), il faisait partie des choix du commissaire Don Garber pour sa première en 2013. Après une brillante première saison à ce niveau, Yedlin est devenu le premier joueur formé par son club à faire partie de la sélection américaine à la Coupe du monde et a participé à trois des quatre rencontres de l’équipe au Brésil.

Clint Dempsey (9 mars 1983) : Après être revenu en MLS en août dernier, Dempsey a me(Sounders FC à la tête du classement du championnat à ce stade de la saison 2014 en inscrivant neuf buts et donnant trois passes décisives. Capitaine de l’équipe nationale américaine, Dempsey a marqué le but le plus rapide de l’équipe dans l’histoire de la Coupe du monde, après 29 secondes lors de la victoire 2-1 contre le Ghana, devenant du même coup le premier Américain à marquer lors de trois éditions consécutives de la Coupe du monde (2006, 2010, 2014).

Michael Bradley (31 juillet 1987) : De retour en MLS après avoir joué neuf saisons à l’étranger, Bradley est le moteur de l’entrejeu du Toronto FC. Titulaire lors des quatre rencontres de l’équipe nationale américaine à la Coupe du monde, il en a joué toutes les minutes. Il s’agit de la première sélection de Bradley pour le Match des étoiles, mais il le jouera pour la deuxième fois après avoir défendu les couleurs de l’AS Rome lors du Match des étoiles 2013.

Graham Zusi (18 août 1986) : Joueur de MLS depuis six ans, Zusi faisait partie de la sélection américaine lors de la Coupe du monde 2014 de la FIFA ; il a joué lors des quatre rencontres au Brésil et a donné des passes décisives lors de la victoire 2-1 contre le Ghana et lors du nul 2-2 contre le Portugal. Membre du Onze Populaire en 2013, il a inscrit six buts, délivré huit passes décisives et aidé le Kansas City à remporter la Coupe MLS 2013. A marqué un but et donné quatre passes décisives à ce stade de la saison 2014.

Kyle Beckerman (23 avril 1982) : Jouant sa 15e saison en MLS, Beckerman fait partie des joueurs qui ont joué le plus de rencontres et de minutes dans l’histoire de la MLS. Au Brésil, il s’est produit pour la première fois lors d’une Coupe du monde, titularisé lors des trois rencontres du premier tour des États-Unis, les aidant à atteindre les huitièmes de finale. Capitaine de Salt Lake lorsque le club a remporté sa première Coupe MLS en 2009, il en est à sa huitième sélection pour le Match des étoiles.

Landon Donovan (4 mars 1982) : Le meilleur buteur de l’histoire de la MLS avec 137 buts et deuxième meilleur pourvoyeur avec 121 passes décisives, Donovan est sélectionné pour le Match des étoiles pour la 14e saison consécutive. Le meilleur buteur (57) et donneur de passes décisives (56) de l’équipe nationale américaine masculine a remporté la Coupe MLS à cinq reprises, dont trois avec le LA Galaxy.

Thierry Henry (17 août 1977) : À sa quatrième saison avec les New York Red Bulls, lors de laquelle il a joué 15 rencontres jusqu’à présent, Henry a marqué quatre buts et est actuellement le meilleur pourvoyeur de la compétition avec neuf passes décisives. Il a été élu deux fois au sein du Onze Idéal (2011, 2012). Henry a aidé la France à remporter la Coupe du monde de la FIFA en 1998 et à atteindre la finale du tournoi en 2006. Il s’agit de sa quatrième sélection pour le Match des étoiles.

Obafemi Martins (28 octobre 1984) : Après avoir signé un contrat de joueur désigné à Seattle en 2013, Martins a inscrit huit buts et donné six passes décisives en 16 rencontres cette saison. Avant de rallier Seattle, Martins a passé six saisons à l’Inter Milan, géant d’Italie, et quatre saisons à Newcastle United en Barclay’s Premier League. Il a inscrit 18 buts pour l’équipe nationale nigériane et disputé deux rencontres de la Coupe du monde 2010 de la FIFA en Afrique du Sud.

14 July 9:09 de la mañana

Alors que ce week-end les yeux de la planète entière étaient rivés sur le Brésil (ne manquez pas l’émission Coup Franc spéciale consacrée à la finale), on a joué en MLS et plusieurs joueurs qui s’étaient mis en valeur lors de la Coupe du monde se sont d’ailleurs illustrés… tout comme d’autres qui ont peut-être manqué à leur équipe nationale, mais il y en a aussi dont le club attend le retour avec impatience.

Sous le premier angle, difficile de trouver une paire plus emblématique que celle constituée par Clint Dempsey et Obafemi Martins, grands artisans de la victoire de Seattle, leader de plus en plus autoritaire, dans le sommet contre Portland, où l’entraîneur Caleb Porter n’a pas été avare d’éloges pour le duo d’attaque adverse.

Alors que son équipe tourne au ralenti, Brad Davis a réalisé un doublé pour permettre à Houston de prendre l’avance à Toronto, mais ça n’a pas empêché les Texans de s’effondrer sous les coups de boutoir de Jermaine Defoe, impliqué dans les quatre buts de son équipe.

Autre formation qui a pâti des absences de ses vedettes durant la Coupe du monde, Kansas City était bien heureux de retrouver Matt Besler et Grahami Zusi. Si une rentrée en touche du premier a été à l’origine du but d’ouverture, Peter Vermes saluait le travail de ses joueurs offensifs qui ont inlassablement cherché à provoquer une erreur montréalaise, survenue à la dernière minute au grand dam de Frank Klopas coincé entre impuissance et désespoir.

Malgré l’absence d’Omar Gonzalez, le LA Galaxy a été très solide derrière et un but de Gyasi Zardes a suffi pour s’imposer contre Salt Lake, où l’on reproche à l’arbitre de ne pas avoir sifflé une faute préalablement à l’action qui a mené au but. Le retour de l’autre Gonzalez, le Costaricien Giancarlo, sera sans le moindre doute le bienvenu à Columbus, qui a joué son plus mauvais match de la saison, s’écroulant 4-1 à New York où l’influence de Thierry Henry fut plus forte que jamais.

Grand bénéficiaire du mois écoulé, DC United a consolidé sa deuxième place au classement général en s’imposant 1-2 à San José grâce entre autres à un penalty converti par Eddie Johnson (Wondolowski a marqué le seul but des Californiens), et a désormais gagné aussi souvent en déplacement cette saison qu’au cours des deux précédentes. Autre équipe métamorphosée, Chivas USA vient de gagner pour la quatrième fois d’affilée, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 2008.

Notons encore le succès de Chicago à New England grâce à un penalty arrêté par Sean Johnson et le partage arraché par Colorado à Philadelphie dans un match riche en buts, en spectacle mais pas vraiment en beau jeu.

LES RÉSULTATS
San José - DC United
New York - Columbus
Philadelphie - Colorado
Toronto - Houston
Montréal - Kansas City
New England - Chicago
Vancouver - Chivas USA
LA Galaxy - Salt Lake
Seattle - Portland

 
1-2
4-1
3-3
4-2
1-2
0-1
1-3
1-0
2-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

13 July 7:42 de la tarde

Au programme de l’émission du jour (que vous pouvez aussi écouter ici), on analyse évidemment la finale de la Coupe du monde, remportée (a.p.) par l’Allemagne contre l’Argentine 1-0 :

  • Une Mannschaft dominatrice mais qui a longtemps peiné à être efficace
  • Les multiplies réorganisations allemandes suite aux blessures inattendues
  • L’Albiceleste a encore une fois misé sur son jeu défensif
  • L’Argentine offensivement : accélérations soudaines et occasions ratées
  • La sortie de Neuer sur Higuain
  • Cadeaux, fatigue et manque de lucidité
  • Le but de Götze décortiqué du point de vue des deux camps
  • Les individualités allemandes
  • Quelques recettes du succès de l’Allemagne
  • Ce que vous n’avez pas vu si vous n’avez pas regardé la TV allemande

On parle aussi de la finale pour la troisième place entre le Brésil et les Pays-Bas et des réactions qui ont suivi.

Pendant la Coupe du monde, Coup Franc vous a fixé un rendez-vous quotidien avec une émission tous les jours ! Vous avez été nombreux au rendez-vous : merci de votre fidélité !

Ne manquez pas la couverture exhaustive de la Coupe du monde sur MLSsoccer.com

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

11 July 6:07 de la tarde

Au programme de l’émission du jour (que vous pouvez aussi écouter ici), on présente évidemment la finale de la Coupe du monde qui a lieu ce dimanche avec, entre autres, les sujets suivants :

  • L’Allemagne, une puissance collective qui impose son jeu
  • Sa force offensive : les ailes et les centres… entre autres
  • Ses faiblesses et les manières de la contrer
  • L’Argentine et sa technique de défense particulière
  • Un bon collectif en défense, bien aidé par les milieux défensifs
  • Une équipe qui temporise au lieu de prendre des risques
  • Messi, le principal atout offensif argentin
  • Un jeu basé sur les combinaisons de passes dans l’axe
  • Des faiblesses mais aussi un plan B en cas de problème
  • L’Allemagne va-t-elle défendre haut ou bas ?
  • Quoi qu’il en soit, elle laissera peu d’espaces
  • Hummels et Neuer au sommet de leur art

On parle aussi de la finale pour la troisième place entre le Brésil et les Pays-Bas, sans oublier les anecdotes et potins habituels.

Pendant la Coupe du monde, Coup Franc vous fixe un rendez-vous quotidien, puisqu’il y a une émission tous les jours !

Ne manquez pas la couverture exhaustive de la Coupe du monde sur MLSsoccer.com

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

09 July 7:23 de la tarde

Au programme de l’émission du jour (que vous pouvez aussi écouter ici), un retour sur la demi-finale Argentine - Pays-Bas (0-0, t.a.b. 4-2) :

  • Deux équipes qui ont pris peu de risques
  • Les vedettes mises sous l’éteignoir de part et d’autre
  • L’excellent match des joueurs défensifs
  • Le plan anti-Messi de Louis Van Gaal
  • Le moment où les Néerlandais ont fait plier l’Argentine
  • Un dénouement qui ne pouvait tomber qu’aux tirs au but

En deuxième partie d’émission, quelques anecdotes et potins, notamment suite à la demi-finale d’hier et en prélude à la petite et à la grande finale.

Pendant la Coupe du monde, Coup Franc vous fixe un rendez-vous quotidien, puisqu’il y a une émission tous les jours !

Ne manquez pas la couverture exhaustive de la Coupe du monde sur MLSsoccer.com

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).