blog

Coup Franc

02 February 2:00 de la tarde

Après leur longévité… leur jeunesse. Voici la photo des entraîneurs actuels des 20 clubs de MLS (liste complète ici), il y a de cela quelques années. Parvenez-vous à tous les reconnaître (franchement, ce n’est pas facile) ? Amusez-vous bien ! Je vous donnerai les réponses demain.

30 January 12:43 de la tarde

Alors qu’il y a un an, la danse était on ne peut plus à la mode, cet hiver, la valse des entraîneurs fut peu pratiquée.

Seul trois clubs ont remplacé leur T1 depuis la fin de la saison passée. Cette dernière a aussi été très clémente avec les entraîneurs, tant et si bien que seuls cinq clubs ont un homme différent à la tête de leur équipe par rapport à il y a douze mois.

Même les nouveaux s’inscrivent dans cette tendance de stabilité : New York City avait déjà engagé Jason Kreis, en le débauchant à Salt Lake à l’issue de la saison… 2013. Quant à Orlando, s’il disputera sa première saison en MLS, le club évoluait déjà en USL Pro et a décidé de conserver son entraîneur, Adrian Heath qui devient, du coup, un des deux vétérans de la liste ! En effet, il est à la tête de l’équipe depuis 2008, alors que celle-ci jouait à Austin. Il l’a suivie quand elle a déménagé à Orlando en 2010, et conserve la confiance de ses patrons pour le passage en MLS.

Si Heath arrive en tête de liste aux côtés de Bruce Arena, c’est qu’il y a cependant eu un changement important : Dominic Kinnear a quitté Houston pour San José après sa onzième saison à la tête de l’équipe. Autre histoire difficile à suivre pour les non initiés puisque les deux premières de ces onze saisons ont été jouées à… San José, avant que l’équipe ne déménage à Houston. Kinnear l’a suivie mais depuis lors, San José a de nouveau une équipe, qui porte le même nom que la précédente.

Kinnear a été remplacé par l’Écossais Owen Coyle qui, comme Heath, entraînera en MLS pour la première fois de sa carrière. Ce n’est pas le cas du troisième nouveau, Jesse Marsch (New York), qui avait entraîné Montréal en 2012. Greg Vanney a été nommé en cours de saison dernière à Toronto et commence sa première saison à la tête d’une équipe, mais il avait déjà été adjoint à Chivas USA. Jim Curtin était de son côté adjoint de John Hackworth à Philadelphie il y a un an avant de lui succéder en juin.

Curtin, qui fêtera ses 36 ans en juin, est le plus jeune de la bande. À 63 ans passés, Bruce Arena est le plus âgé. Il est le seul, avec Sigi Schmid, né dans les années 50. Sept sont nés dans les années 60. Onze sont nés dans les années 70. Oui, en MLS, les entraîneurs sont relativement jeunes. Quinze d’entre eux sont Américains, alors qu’on a un Canadien, un Anglais, un Gallois, un Écossais et un Colombien.

Grâce à la stabilité de la dernière année et à l’arrivée d’Heath, la moyenne de longévité des entraîneurs à la tête de leur équipe monte en flèche, et ce malgré le départ de Kinnear. On en est à près de trois ans et quatre mois, contre deux saisons et une petite poussière l’an dernier. Voilà donc la liste des entraîneurs classée par longévité dans leur club, avec leur nationalité, leur année de naissance et l’occupation des nouveaux venus en 2014.

  • LA Galaxy : Bruce Arena (É-U / 1951 / 8e saison)
  • Orlando : Adrian Heath (Angleterre / 1961 / 8e saison, incluant celles en USL Pro y compris les deux avant le déménagement de l’équipe d’Austin à Orlando)
  • Seattle : Sigi Schmid (É-U / 1953 / 7e saison)
  • Kansas City : Peter Vermes (É-U / 1966 / 7e saison)
  • DC United : Ben Olsen (É-U / 1977 / 6e saison)
  • New England : Jay Heaps (É-U / 1976 / 5e saison)
  • Portland : Caleb Porter (É-U / 1975 / 3e saison)
  • Chicago : Frank Yallop (Can / 1964 / 2e saison)
  • Montréal : Frank Klopas (É-U / 1966 / 2e saison)
  • Dallas : Oscar Pareja (Col / 1968 / 2e saison)
  • Salt Lake : Jeff Cassar (É-U / 1974 / 2e saison)
  • Vancouver : Carl Robinson (PdG / 1976 / 2e saison)
  • Columbus : Gregg Berhalter (É-U / 1973 / 2e saison)
  • Colorado : Pablo Mastroeni (É-U / 1976 / 2e saison)
  • Philadelphie : Jim Curtin (É-U / 1979 / 2e saison)
  • Toronto : Greg Vanney (É-U / 1974 / 2e saison)
  • New York City : Jason Kreis (É-U / 1972 / 1re saison - déjà à l’emploi du club en 2013)
  • San José : Dominic Kinnear (É-U / 1967 / 1re saison - entraîneur Houston)
  • Houston : Owen Coyle (Éco / 1966 / 1re saison - sans club depuis son départ de Wigan en décembre 2013)
  • New York RB : Jesse Marsch (É-U / 1973 / 1re saison - sans club depuis son départ de Montréal fin 2012)

29 January 12:17 de la tarde

C’était prévisible : ça bouge beaucoup sur le marché des transferts. Certaines équipes ont déjà été chercher du renfort depuis la reprise des entraînements, pourtant toute fraîche.

C’est à New York et Montréal que ce fut le plus animé. Ces deux clubs ont d’ailleurs été impliqués conjointement dans un méga-échange leur permettant d’attirer des joueurs mais aussi d’ouvrir d’autres portes. Ainsi, Felipe quittait le Québec pendant qu’Alexander et Oyongo en prenaient la direction. Montréal obtenait aussi une place de joueur étranger et un montant d’allocation, de quoi attirer Oduro (Toronto).

De son côté, New York recevait la première place du classement d’allocation, qui permet, pour faire simple, de rapatrier un international américain ou un ancien de MLS (à l’exception des joueurs désignés de top niveau). L’objectif était clair : aller chercher Sacha Kljestan (Anderlecht), ancien coéquipier de Jesse Marsch. Un vœu que les New Yorkais ont exaucé au nez et à la barbe, entre autres, du LA Galaxy. Ce n’était pas tout, puisque le club annonçait peu après avoir engagé les défenseurs centraux Ronald Zubar et Andrew Jean-Baptiste, et prolongé le contrat de Perrinelle.

Autre club qui a beaucoup bougé ces derniers jours, même si son effectif était déjà bien garni, Orlando a transféré deux jeunes Colombiens, l’ailier Carlos Rivas et le milieu de terrain Cristian Hiuguita, et loué l’attaquant nord-irlandais Martin Paterson.

La semaine a également été très active à Toronto. Quelques jours avant le départ d’Oduro, l’équipe avait acté celui de Bekker pour Dallas. Les Ontariens ont également comblé un besoin en défense centrale en embauchant Damien Perquis, international polonais qui a passé les dernières saisons au Betis Séville. Autre arrivée derrière, celle de Zavaleta, qui portait le maillot de Chivas USA en 2013.

Lors de la reprise des entraînements, les supporters de Chicago avaient déjà pu découvrir quelques gros transferts, et ils en ont un autre à se mettre sous la dent depuis la signature de Shaun Maloney, un attaquant écossais venu de Wigan (D2 anglaise) qui sera joueur désigné. Le club a également attiré l’ancien gardien de San José Jon Busch, qui revient dans son ancien club pour aider le jeune international Sean Johnson à poursuivre sa progression.

Autre joueur méconnu pour lequel les attentes seront grandes, l’arrière droit Hernan Grana arrive à Columbus dans la force de l’âge après 10 saisons pros en Argentine. Visage plus familier, l’arrière central Kah tentera de se relancer à Vancouver qui avait bien besoin d’expérience dans ce secteur. Enfin, Carrasco passe de Houston à Kansas City et tentera cette saison, à bientôt 27 ans, de dépasser les 10 titularisations pour la deuxième fois de sa carrière.

28 January 12:37 de la tarde

Ça y est, les 20 clubs de MLS ont commencé leur préparation de la saison 2015. Supporters et médias ont pu constater l’état des troupes et les journalistes ont pu parler avec joueurs et entraîneurs. Souvent, un sujet de conversation sortait du lot. Tour d’horizon :

  • Chicago : Comment permettre au gardien Johnson de faire un pas supplémentaire dans sa carrière ? En allant chercher Jon Busch.
  • Colorado : La concurrence accrue pour le poste de gardien de but, au plus grand plaisir de l’entraîneur.
  • Columbus : L’acclimatation en MLS de deux hommes venus du froid, le Suédois Saeid et l’Islandais Steindorsson.
  • Dallas : L’arrivée d’un nouveau préparateur physique, Fabian Bazan, qui a travaillé en D1 mexicaine et avec l’équipe nationale vénézuélienne.
  • DC United : Le cas Eddie Johnson, absent trois semaines pour des raisons médicales non divulguées, et probablement forfait en Ligue des champions.
  • Houston : Les préceptes du nouvel entraîneur Owen Coyle, qui préconise la conservation du ballon peu importe la disposition de l’équipe sur le terrain.
  • Kansas City : Un effectif qui a beaucoup changé, à un point tel que Peter Vermes pourrait délaisser son traditionnel 4-3-3.
  • LA Galaxy : La retraite de Landon Donovan laisse une place à prendre, convoitée notamment par Jose Villarreal.
  • Montréal : Les supporters ne reconnaîtront pas beaucoup de titulaires dans l’équipe solidement renforcée, et seront heureux de la voir prendre un virage francophone.
  • New England : Le retour possible de Juan Agudelo, dont le passage en Europe ne se passe pas comme il l’espérait.
  • New York City : Mix Diskerud, un joueur qui veut mieux se faire connaître du grand public et prendre ses responsabilités pour progresser dans sa carrière.
  • New York RB : Le club est très actif sur le marché des transferts ces jours-ci, et les questions ne manquent pas (Marsch, Cahill, défense centrale, etc.)
  • Orlando : Tous les yeux sont tournés vers Kaka, y compris ceux de ses nouveaux coéquipiers admiratifs.
  • Philadelphie : L’entraîneur Jim Curtin rassure les supporters inquiets de la légèreté de l’effectif et annonce des renforts à venir bientôt.
  • Portland : Après une saison 2014 aussi riche en attentes qu’en déceptions, Caleb Porter dit qu’il a désormais appris à être efficace.
  • Salt Lake : Les malheurs de Joao Plata, qui s’est cassé le pied au premier entraînement et sera absent pendant trois ou quatre mois.
  • San José : Un nouvel entraîneur, un effectif méconnaissable et la décision du Gruenebaum de mettre un terme à sa carrière au lieu d’aller en Californie.
  • Seattle : Alors, cette Coupe MLS, c’est pour quand ? Sigi Schmid est optimiste.
  • Toronto : Qui sera le vrai leader dans le vestiaire ? Steven Caldwell doit-il garder le brassard de capitaine ?
  • Vancouver : Une préparation entamée dans de meilleures conditions que l’an dernier, mieux planifiée et avec 22 joueurs qui étaient déjà dans l’effectif en 2014.

26 January 11:46 de la mañana

Certains clubs de MLS ont entamé leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine dernière, les autres retrouvent les terrains en ce début de semaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes au moment de la reprise. Aujourd’hui, dernière revue d’effectifs, avec les formations qui avaient fini en haut de classement la saison dernière et comptent bien encore y figurer cet automne.

Détenteur de la Coupe MLS, le LA Galaxy doit encore s’activer. Certes, il a beaucoup fait parler de lui en annonçant la venue de Steven Gerrard, mais le joueur de Liverpool n’arrivera qu’en juillet. Pour le moment, il n’y a aucun nouvel élément sous contrat. Par contre, il y a eu deux départs très importants : le retraité Donovan, évidemment, ainsi que Sarvas, soit deux des trois meilleurs donneurs de passes décisives de l’équipe l’an dernier. Les autres joueurs ayant quitté le club ont permis de dégraisser un effectif qui sera à coup sûr renforcé d’ici début mars.

À Seattle, qui avait terminé en tête du classement général à l’issue de la saison régulière 2014, les travaux concernent surtout la défense. Yedlin est parti à Tottenham, les arrières centraux Anibaba et Traore (qui n’étaient pas titulaires indiscutables et avaient environ 40% de temps de jeu) sont partis également, alors que Scott s’est fait opérer le pied cet hiver. Le Jamaïcain Tyrone Mears, qui a beaucoup bourlingué en Angleterre, doit succéder à Yedlin mais peut aussi jouer dans l’axe. Avec l’arrivée de Perkins, Frei a un sérieux concurrent pour le poste de gardien titulaire. Les autres nouveaux sont des jeunes.

Après avoir perdu plusieurs vedettes en 2013 et changé d’entraîneur en 2014 sans connaître de réelle baisse de régime, Salt Lake sera à coup sûr pointé parmi les favoris au moment des pronostics de début de saison. Pourtant, l’équipe a perdu trois des quatre joueurs qui ont passé le plus de temps sur le terrain l’année dernière : l’arrière central Borchers, le back gauche Wingert et le médian axial Grabavoy. Le départ du premier nommé est compensé par le retour d’Olave, un des enfants chéris partis il y a deux ans. Demar Phillips, international jamaïcain chevronné, peut occuper n’importe quelle position sur le flanc gauche. Le milieu défensif Pecka, bien que Brésilien, reste sur plusieurs saisons à Fort Lauderdale, en D2. Parmi les autres départs, Salcedo, Velasquez et Findley pouvaient être utiles mais ont peu joué l’an dernier.

DC United en a assez des montagnes russes et compte bien rester accroché au sommet du classement. À cette fin, Ben Olsen a attiré deux joueurs étrangers qui ont déjà une certaine expérience de la MLS mais ne trouvaient pas de terrain d’expression idéal dans leur ancien club : l’attaquant Arrieta et l’ailier Driver. Autre renfort intéressant et, surtout, très polyvalent, l’international finlandais Halsti. Ils viendront apporter de la concurrence dans un noyau dont les deux départs les plus sérieux jusque à présent (Parke et Neal) ont passé le plus clair de leur temps sur le banc.

Finaliste de la dernière Coupe MLS et équipe surprise de la saison passée, New England conserve aussi l’essentiel des pions importants de son effectif, sa plus grande perte pour le moment étant le départ de l’attaquant Mullins, un espoir auteur de 4 buts. Tristan Bowen et Jeremy Hall, qui ont connu une saison 2014 difficile mais avaient déjà été régulièrement titulaires en MLS par le passé, sont à ce jour les deux joueurs les plus chevronnés à être arrivés. Mais on sait que Jay Heaps aime attirer de nombreux jeunes et arrive toujours à en faire sortir l’un ou l’autre du lot.

Le cas de Dallas est assez mystérieux. Malgré un onze de base très instable l’an dernier, l’équipe a réussi à se maintenir en haut de classement, sans s’effondrer en fin de championnat comme l’année précédente. Oscar Pareja a laissé filer quelques-uns de ces titulaires intermittents : Fernandez, Benitez et Escobar. Il a réussi un gros coup en attirant Dan Kennedy après la dissolution de Chivas USA, et misé sur l’expérience avec Harris et la jeunesse avec Bekker. Sans oublier quelques autres espoirs qui pointent leur nez à la fenêtre. De loin, tout ça semble énigmatique, mais l’entraîneur de Dallas a déjà prouvé qu’il était capable de construire discrètement une équipe performante et à sa main.

CAP SUR LA REPRISE
Objectif Ligue des champions
Le programme des 20 clubs
Revue des troupes plus ambitieuses
Revue des troupes en quête de progrès

23 January 5:02 de la tarde

Parmi les clubs de MLS qui ont repris l’entraînement ce matin, deux n’avaient pas du tout la même préoccupation que les autres. Alors qu’en temps normal, une préparation dure six semaines, DC United et Montréal n’ont qu’un petit mois devant eux avant leur prochain match officiel. En plus, il est crucial, puisqu’il est en Ligue des champions. Quand on rate son premier match de championnat, on en a 33 autres pour se reprendre. En quart de finale d’une compétition internationale, il y a moins le droit à l’erreur…

Première question que tout le monde se pose légitimement dans une telle situation : mais pourquoi ne pas recommencer à s’entraîner plus tôt ? Frank Klopas, l’entraîneur de Montréal, a la réponse. Elle est on ne peut plus claire : « C’est très compliqué : on n’a pas le droit de commencer tôt car il faut suivre les règlements de la ligue. Même pour moi, qui suis là depuis longtemps, c’est difficile à comprendre. Quand j’étais en Europe, les vacances se limitaient à un mois. Ce n’est pas facile d’être inactif pendant deux mois et demi puis de jouer 33 jours plus tard. »

Il faut donc éviter à tout prix de voir arriver à la reprise un joueur hors forme ou présentant un excès de poids. Au contraire, chacun doit déjà être bien affûté. D’ordinaire, les joueurs reçoivent quelques devoirs de vacances pour ne pas reprendre les entraînements avec un retard de condition physique. Cette année, ils ont été adaptés aux circonstances. « Avec notre préparateur physique, nous avons donné un programme individualisé aux joueurs et effectué un suivi quotidien, poursuit Klopas. Ils devaient nous envoyer les informations demandées chaque jour. Quand ils ne le faisaient pas, nous devions nous assurer de les appeler pour les rappeler à l’ordre… et c’est arrivé. »

Désormais, au grand plaisir de tout le monde, les entraînements individuels sont remplacés par des séances de groupe. Les objectifs quotidiens évoluent également, et Bakary Soumare schématise très bien le programme des semaines à venir. « La première chose à faire, c’est le travail physique. Tout le monde revient de vacances. Ensuite, nous devrons adopter le schéma tactique que l’entraîneur va essayer de nous apprendre et qu’il faudra mettre en place avant le match. En trente jours, vous avez amplement le temps d’être prêt défensivement et offensivement. »

Ce travail sera d’autant plus important pour les joueurs à vocation défensive, puisqu’ils sont nombreux à découvrir leur nouveau club et n’ont donc pas encore adopté d’automatismes. L’un des anciens, Hassoun Camara, a sa petite idée sur la manière d’accélérer le processus. « Il faut maximaliser le temps qu’on a entre nous. Sur le terrain, mais aussi en dehors afin de parfaire les affinités. On a des joueurs francophones, ça va faciliter la tâche derrière, c’est une bonne chose pour nous. »

De quoi aussi passer de bons moments ensemble, parce que le travail de fond typique des premières semaines d’entraînement est rarement l’activité préférée des footballeurs professionnels. « Une préparation reste toujours difficile, poursuit Camara. Les joueurs n’aiment pas forcément courir… Mais voilà, on a un mois de préparation, et ça s’appelle préparation pour une raison : il faudra être prêt pour le premier match, sans non plus aller plus vite qu’il ne faut. »

En effet, courir comme des lapins au Mexique pour tirer la langue trois semaines plus tard serait malvenu. Et évidemment, le préparateur physique a dû travailler sur le long terme. Il peut compter sur Patrice Bernier pour le rappeler. « Il faut faire attention car on commence par un match de haute voltige, mais après il y a une saison complète qui suit et il ne faut pas l’hypothéquer, prévient l’international canadien. C’est sûr qu’on part avec un temps de retard sur Pachuca, qui est en pleine saison, mais la préparation a été méticuleusement mise en place pour éviter qu’on arrive au sommet de notre forme contre Pachuca mais que ça nous affecte ensuite. »

Afin de se mettre en forme de match, il y aura bien entendu quelques duels amicaux. DC United ira à Austin pour participer à l’ATX Pro Challenge alors que Montréal prendra rapidement la direction du Mexique. « La première phase de la préparation se passera ici. Nous irons ensuite au Mexique pour nous acclimater aux conditions là-bas, explique Klopas. Nous ferons tout ce qu’il faut pour être prêts, mais il faudra également effectuer un suivi de la condition physique afin de voir où chacun se situe, et qui est le plus en mesure d’aider l’équipe lors de ce match. »

S’il y aura évidemment une préparation physique et tactique, la connaissance de l’adversaire n’est pas à négliger. « Chaque joueur, tout comme le staff technique, a sûrement déjà vu au moins un match depuis que Pachuca a recommencé à jouer, a ainsi précisé Bernier, qui était au Mexique et a déjà pu voir les Tuzos à l’œuvre. Tout le monde va faire ses devoirs. Ils jouent régulièrement et on va encore avoir la possibilité de les voir trois ou quatre fois. J’ai aussi parlé à quelques joueurs mexicains de MLS, notamment Pineda, qui connaissent bien le championnat. » Avec une préparation raccourcie, autant mettre tous les atouts de son côté.

CAP SUR LA REPRISE
Le programme des 20 clubs
Revue des troupes plus ambitieuses
Revue des troupes en quête de progrès

22 January 1:23 de la tarde

Ça y est, c’est reparti ! Certains clubs de MLS ont repris le chemin des terrains ce jeudi, pour leur premier entraînement de l’année. Afin de mieux suivre qui fera quoi au cours des prochaines semaines, voilà le programme de chacun des clubs, selon les informations qu’ils ont communiquées.

CHICAGO
Reprise des entraînements :
dimanche 25 janvier (tests physiques), lundi 26 janvier (terrain)
Stage : 1er au 13 février, à Norwich et Londres (Angleterre)
Tournoi de préparation : Tournoi de Portland, 22 au 28 février
Premier match officiel : 6 mars, LA Galaxy - Chicago

COLORADO
Reprise des entraînements :
22 janvier
Stage : n.c.
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Philadelphie - Colorado

COLUMBUS
Reprise des entraînements :
22 janvier
Stage : Floride, du 24 janvier au 6 février
Tournois de préparation : ATX Pro Challenge (Austin), 13 au 15 février ; tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Houston - Columbus

DALLAS
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier
Stage : Floride, du 1er au 8 février
Tournoi de préparation : ATX Pro Challenge (Austin), 13 au 15 février
Premier match officiel : 7 mars, Dallas - San José

DC UNITED
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier (tests physiques), vendredi 23 février (terrain)
Stages : Floride, du 24 janvier au 6 février ; Dallas, du 16 au 22 février
Tournoi de préparation : ATX Pro Challenge (Austin), 13 au 15 février
Premier match officiel : 26 février, Alajuelense - DC United (Ligue des champions)

HOUSTON
Reprise des entraînements :
lundi 26 janvier
Stage : Tucson, du 4 au 10 février
Tournoi de préparation : Carolina Challenge Cup (Charleston), 21 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Houston - Columbus

KANSAS CITY
Reprise des entraînements :
23 janvier
Stages : Tucson, du 25 janvier au 10 février et du 15 février au 1er mars
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Kansas City - New York RB

LA GALAXY
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier (tests physiques), vendredi 23 février (terrain)
Stage : Irlande et Suède, du 11 au 22 février
Tournoi de préparation : aucun
Premier match officiel : 6 mars, LA Galaxy - Chicago

MONTRÉAL
Reprise des entraînements :
vendredi 23 janvier
Stage : Mexique, à partir du 8 février
Tournoi de préparation : aucun
Premier match officiel : 24 février, Pachuca - Montréal (Ligue des champions)

NEW ENGLAND
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier
Stage : Casa Grande (Arizona), du 26 janvier au 6 février
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Seattle - New England

NEW YORK CITY
Reprise des entraînements :
samedi 24 février
Stage : Floride, du 24 février au 2 février ; Manchester (Angleterre), du 6 au 16 février
Tournoi de préparation : Carolina Challenge Cup (Charleston), 21 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Orlando - New York City

NEW YORK RB
Reprise des entraînements :
lundi 26 janvier
Stage : Orlando, 26 janvier au 6 février ; Brandeton (Floride), 16 février au 1er mars
Tournoi de préparation : tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Kansas City - New York RB

ORLANDO
Reprise des entraînements :
vendredi 23 janvier
Stage : aucun
Tournoi de préparation : Carolina Challenge Cup (Charleston), 21 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Orlando - New York City

PHILADELPHIE
Reprise des entraînements :
lundi 26 janvier
Stage : Clearwater (Floride), 2 février au 1er mars
Tournoi de préparation : tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Philadelphie - Colorado

PORTLAND
Reprise des entraînements :
24 janvier
Stage : Tucson, du 28 janvier au 11 février
Tournoi de préparation : Tournoi de Portland, 22 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Portland - Salt Lake

SALT LAKE
Reprise des entraînements :
samedi 24 février (tests physiques), lundi 26 janvier (terrain)
Stage : Californie, 3 au 12 février
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Portland - Salt Lake

SAN JOSÉ
Reprise des entraînements :
25 janvier
Stage : Arizona, du 2 au 10 février
Tournoi de préparation : aucun
Premier match officiel : 7 mars, Dallas - San José

SEATTLE
Reprise des entraînements :
24 janvier
Stage : Californie, du 29 janvier au 6 février
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Seattle - New England

TORONTO
Reprise des entraînements :
24 janvier
Stage : n.c.
Tournoi de préparation : tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Vancouver - Toronto

VANCOUVER
Reprise des entraînements :
samedi 24 février (tests physiques), lundi 26 janvier (terrain)
Stage : Tucson, 4 au 10 février
Tournoi de préparation : Tournoi de Portland, 22 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Vancouver - Toronto

21 January 4:22 de la tarde

Les 20 clubs de MLS entameront leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes à quelques jours de la reprise. Aujourd’hui, les formations du ventre mou, qui ont terminé juste au-dessus ou juste en-dessous de la ligne rouge, ainsi que les deux nouveaux venus, New York City et Orlando.

Il y avait à l’issue de la saison régulière 2014 sept points d’écart entre l’équipe la mieux classée du dernier tiers et celle la moins bien classée de notre liste d'aujourd’hui. Mais si celles-ci ont une certaine marge sur leurs poursuivants – qui se sont pour la plupart améliorés –, elles doivent cependant redoubler d’efforts pour s’installer en haut de tableau et arriver en phase finale sans trop de stress.

Annoncé parmi les favoris l’an dernier, Portland n’avait ainsi pas terminé en ordre utile. La faute en particulier à la défense, remodelée suite aux départs de Ricketts, Harrington, O’Rourke et Kah. Pour les remplacer, le gardien international ghanéen Kwarasey, une valeur sûre de MLS en la personne de Borchers et le jeune Brésilien Jeanderson Pereira. L’ailier droit Valencia vient renforcer un secteur offensif où soit Adi, soit Fernandez soit Urruti devra s’affirmer en tant que buteur régulier.

À égalité de points avec Portland, Kansas City avait pour sa part réussi à se qualifier pour la phase finale, mais ce fut de peine et de misère alors que tout le monde attendait le tenant du titre en haut de classement. L’équipe de Peter Vermes a laissé filer ses gardiens, a perdu Collin, Olum et, surtout, presque tout son banc avec les départs de Zizzo, Sapong, Bieler, Dovale et Saad. Elle a attiré plusieurs joueurs intéressants, qu’il faudra intégrer rapidement. Ce sera plus facile pour Espinoza, ancienne vedette de la maison revenue après un séjour difficile en Angleterre. L’international hongrois Nemeth a de solides arguments pour s’imposer devant. Le gardien Luis Marin compte huit sélections en équipe nationale chilienne. Anibaba vient pour être titulaire en défense centrale. À Columbus, Añor a fait autant d’allers-retours entre le terrain et le banc que Marcelin entre la MLS et les divisions inférieures.

Transférer peu mais transférer bien : tel semble actuellement le leitmotiv de Columbus qui compte poursuivre la reconstruction de l’équipe entamée avec succès par Gregg Berhalter l’an dernier. Kei Kamara était un des meilleurs joueurs de la compétition avant de la quitter. Klute était une des révélations de la saison 2013 au poste d’arrière gauche avant de se blesser l’an dernier. Steindorsson et Mohammed Saeid étaient des valeurs sûres dans le championnat de Suède, que Berhalter connaît bien. Rayon départs, le talentueux Williams avait peu joué l’an dernier, Arrieta ne convenait pas au style de l’équipe, Añor et Gehrig étaient des roues de secours utiles mais sans plus. Parmi les renforts indirects, il y a aussi plusieurs jeunes au club l'an dernier qui pourraient bien franchir un palier important cette saison.

À Vancouver, c’est plutôt calme. Carl Robinson semble heureux du groupe qu’il avait sous la main à l’issue de sa première saison et a déjà la réputation de donner leur chance aux jeunes et d’attirer des joueurs sud-américains reconnus pour leur inspiration. Les deux transferts importants effectués jusqu’à présent sont d’ailleurs uruguayens : l’attaquant Octavio Rivero, qui jouait au Chili, et l’arrière central Diego Rodriguez. Ils devront respectivement remplacer O’Brien et Fernandez, deux départs majeurs. DeMerit, Mitchell et Leveron jouaient beaucoup moins mais laissent un trou que de jeunes défenseurs devront combler.

Malgré le départ de Thierry Henry et sa réputation d’ogre instable, New York fait partie des clubs les moins actifs sur le marché des transferts jusqu’à présent. Il faut aussi dire qu’il est le dernier à avoir nommé son entraîneur pour 2015, Jesse Marsch prenant la place de Mike Petke à l’étonnement de nombreux observateurs. Le milieu latéral Zizzo est pour le moment le seul renfort important d’une équipe orpheline d’un champion du monde français mais aussi d’Olave et Sekagya, tous deux titulaires, ainsi que de plusieurs joueurs dont le coup de main était apprécié (comme Eckersley et Kimura) et de quelques espoirs. Cela devrait encore beaucoup bouger durant les prochaines semaines.

Non loin de là, New York City veut frapper fort dès sa première saison. Je ne vous ferai pas la liste complète des nouveaux venus, mais la plupart d’entre eux connaissent bien la MLS et parmi les noms les plus familiers, on a un mélange de valeurs sûres (Grabavoy, Jacobson, Josh Williams, Hernandez, Wingert, George John) et de jeunes au potentiel reconnu (Brovsky, Mullins, McNamara, Velasquez). La vedette incontestable de l’équipe sera évidemment le goleador David Villa, un des rares renforts qui découvrira la compétition, au même titre que le meneur de jeu international américain Mix Diskerud et le gigantesque arrière équatorien Andrés Mendoza.

Autre équipe qui effectuera ses débuts dans la compétition, Orlando a également été chercher sa star offensive étrangère, le Brésilien Kaka. Vu que le club jouait déjà à un niveau inférieur l’an dernier, il conserve quelques éléments et renouvelle sa confiance en son entraîneur, Adrian Heath. L’effectif est déjà très garni. La défense centrale composée de Collin et Okugo s’annonce solide, tout comme la concurrence entre les gardiens Hall et Ricketts. De grands attentes reposent sur les épaules de l’ailier gauche Shea dont le retour est très attendu. Le groupe est néanmoins composé de nombreux jeunes, dont le Canadien Larin et deux espoirs venus de Benfica (Estrela et Ramos), ainsi que de joueurs qui ont un peu d’expérience en MLS mais dont le temps de jeu a été limité lors des saisons précédentes.

20 January 3:45 de la tarde

Les 20 clubs de MLS entameront leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes à quelques jours de la reprise. Pour commencer, les équipes qui ont terminé à la queue du classement la saison dernière et ont donc une importante pente à remonter.

Montréal déploie les grands moyens pour ne plus terminer lanterne rouge de la compétition. Tant l’axe de l’entrejeu (Donadel, Reo-Coker) que celui de la défense (Soumare, Cabrera et probablement Ciman) ont reçu du renfort. Dans le même temps, Ferrari, Pearce, Perkins (remplacé numériquement par Kronberg) et Di Vaio sont partis. McInerney pourrait reprendre le rôle du joueur désigné italien, mais le club cherche au moins une solution de rechange devant. L’arrière gauche Toia est pour le moment le seul nouveau venu sur les flancs.

Pour se relancer, San José a misé jusqu’à présent sur deux cartes principales : un changement d’entraîneur, avec l’arrivée de Dominic Kinnear, et le repêchage de joueurs que les autres clubs ne souhaitaient pas conserver (Gruenebaum, Wynne, Sanna Nyassi). Ajoutons-y l’arrivée de jeunes et du créatif Barrera (ex-Chivas USA), alors que les principales pertes sont celles de Busch et Harris. Cela paraît léger mais le staff semble vouloir évaluer son effectif avant de voir s’il y a besoin d’autres renforts.

La donne sera d’autant plus compliquée que la Conférence Ouest a l'air particulièrement relevée cette année. On peut tenir le même raisonnement en regardant les changements effectués par Colorado jusqu’à présent. Sarvas sera un réel renfort, les autres (Cronin, MacMath, Burling, Imbongo, Harrington) doivent à nouveau prouver leur capacité à améliorer une équipe en difficulté, qui a en outre perdu du beau monde avec LaBrocca, Wynne, Klute, Piermayr et José Mari.

Roi du nul en 2014, Chicago ne lésine pas sur les moyens pour retrouver le chemin de la victoire. L’équipe de Frank Yallop a beaucoup recruté à l’étranger, avec les arrivées des attaquants Igboananike et Accam (tous deux à titre de joueur désigné) et Do Prado, de l’international trinidadien Joevin Jones, de l’arrière central bourlingueur Adailton, sans oublier le retour au bercail de Michael Stephens et l’arrivée de Gehrig qui a contribué à la bonne deuxième moitié de saison 2014 de Columbus. Les emplettes ne sont pas terminées, comme en témoigne l’intérêt pour l’ailier écossais Shaun Maloney. De quoi rapidement faire oublier les départs de Segares, Alex et Soumare et permettre à Yallop d’imposer sa griffe à l’équipe.

Quand on parle de grandes manœuvres pour espérer finir du bon côté de la ligne rouge, il faut évidemment inclure Toronto dans l’équation. L’arrivée qui a fait couler le plus d’encre est celle d’Altidore, qui doit compenser le départ de Defoe. Confirmée, celle de Giovinco ne se matérialisera cependant que cet été. Le secteur offensif a été priorisé, comme en témoigne le recrutement de Robbie Findley. L’équipe doit cependant encore se solidifier derrière, surtout après les départs d’Orr et Henry ; le nom de Damien Perquis a été cité. De Rosario quitte aussi le club, mais il ne jouait presque plus.

Après avoir eu le même entraîneur depuis ses débuts en 2006, Houston entamera la dixième saison de son histoire en entrant dans une nouvelle ère marquée par l’arrivée d’un directeur sportif (Matt Jordan) et le remplacement de Dominic Kinnear par Owen Coyle. Malgré les départs de Driver, Cummings et Hall, le cœur du noyau reste intact, et reçoit même quelques renforts intéressants avec l’arrière droit Inkoom, le jeune milieu offensif argentin Miranda et l’arrière central espagnol Raul Rodriguez. Erick Torres, lui, n’arrivera que cet été.

C’est beaucoup plus calme pour le moment à Philadelphie, dont le renfort le plus sérieux à ce jour est CJ Sapong. S’il y a assez de gardiens de qualité pour compenser le départ de MacMath, Okugo n’a pas encore été remplacé en défense centrale. Casey pourrait lui aussi s’en aller. S’il n’y a pas d’autres renforts, ce ne sera guère rassurant pour les supporters d’une formation qui avait terminé à sept points de la dernière place qualificative pour la phase finale de la Coupe MLS 2014.

16 January 12:42 de la tarde

Les équipes les moins bien classées de la Concacaf connaissent le début du parcours qui pourrait les mener à la Coupe du monde 2018 en Russie. Parmi eux, le Canada (triste réalité). Exempté du premier tour, il devra ensuite battre le vainqueur du duel opposant les Îles Vierges britanniques à la Dominique.

Le match aller se jouera au Canada le 8 juin prochain, le match retour dans les Caraïbes le 16 juin. Le vainqueur sera qualifié pour le troisième tour, dont le tirage au sort (ainsi que celui des tours subséquents) aura lieu à Saint-Pétersbourg le 25 juillet. Retrouvez ici le fonctionnement complet des éliminatoires de la Coupe du monde dans la zone Concacaf. Le tirage au sort complet des deux premiers tours est au bas de cet article.

La Dominque est favorite du duel du premier tour l’opposant aux Îles Vierges britanniques, les deux nations étant classées respectivement 25e et 34e (sur 35) dans la zone Concacaf (je vous épargne leur classement Fifa). Les deux derniers affrontements entre les deux équipes, en 2009 et 2010, se sont soldés par de nettes victoires de la Dominique, 4-0 et 0-10. Les deux nations avaient par ailleurs terminé à la dernière place de leur groupe lors du premier tour des éliminatoires de la dernière Coupe des Caraïbes. Le Canada (9e dans la zone Concacaf) ne devrait donc pas avoir trop de problème à franchir son premier écueil.

La Concacaf et la Fifa ont effectué une autre annonce très intéressante hier : l’introduction d’une licence pour les clubs dans la zone Concacaf. Si on ne connaît pas encore les détails du système, on sait que les clubs devront respecter certaines normes pour obtenir leur licence. « Il est basé sur cinq critères essentiels : sport, personnel et administration, finances, infrastructures et domaine juridique. Ces critères ont pour objectif de protéger la crédibilité et l'intégrité des compétitions de clubs tout en améliorant le niveau du professionnalisme au sein de la famille du football et en favorisant la transparence dans les finances, la propriété et le contrôle des clubs », explique la Fifa.

« À la fin de ce processus, les avantages pour les clubs, les championnats et les associations membres seront nombreux : meilleur niveau de gestion des clubs, meilleur niveau des joueurs formés au pays, augmentation du nombre de fans et des revenus et, en dernière instance, meilleur niveau de l'équipe nationale », poursuit la Fédération internationale. Concrètement, dans les zones où un tel système est déjà implanté, il permet actuellement de déterminer selon des critères objectifs préétablis qui peut participer aux compétitions internationales ou jouer dans telle division – les critères de la licence passant cependant toujours après les critères sportifs.

Ah, et pour terminer, la nouvelle du jour en MLS – vous êtes certainement déjà tous au courant – Jozy Altidore a signé à Toronto, alors que Jermain Defoe effectue le chemin inverse et prend la direction de Sunderland.

LE TIRAGE AU SORT

1er tour
1. Bahamas - Bermudes
2. Îles Vierges Britanniques - Dominique
3. Barbade - Îles Vierges Américaines
4. Turks-et-Caicos - Saint-Kitts-et-Nevis
5. Nicaragua - Anguilla
6. Belize - Îles Caïmans
7. Curaçao - Montserrat

2e tour
Saint-Vincent et Grenadines - Guyana
Antigua et Barbuda - Sainte-Lucie
Porto Rico - Grenade
Canada - Vainqueur 2
République dominicaine - Vainqueur 6
Guatemala - Vainqueur 1
Aruba - Vainqueur 3
Vainqueur 4 - Salvador
Vainqueur 7 - Cuba
Vainqueur 5 - Surinam