Playoffs Scoreboard

Recap
Leg 1
11/23 FINAL
1LA
0SEA
RECAP
Recap
Leg 2
11/30 9:20pm
SEA
LA
ESPN
Western Conference Championship
Recap
Leg 1
11/23 FINAL
1NY
2NE
RECAP
Recap
Leg 2
11/29 3:00pm
NE
NY
NBCSN
Eastern Conference Championship

blog

CONCACAF World Cup Qualifiers

25 January 1:32 de la tarde

For all those US national team fans clamoring for Omar Gonzalez to get his shot in Jurgen Klinsmann's good graces, it's worth citing that old Smiths song: "How soon is now?"

The LA Galaxy backline destroyer and MLS Cup 2012 MVP isn't just getting his shot, he's seizing the advantage and impressing the big boss. Check out this installment of "Opportunity Knocks" from US Soccer to get a sense of where Gonzalez fits in and how he's doing in January camp.

14 January 3:15 de la tarde

As befitting a centenary year, the US Soccer Federation has released a special crest commemorating the landmark occasion for American soccer.

The crest is now prominent on the US Soccer website, with the centenary home page featuring an informative section on the history of the sport in the USA.

It's not a radical departure from the norm – a sash reading "1913 ~ CENTENNIAL ~ 2013" has been placed under the normal crest – but it catches the eye without much change to a recognizable logo.

Of course, a commemorative crest isn't the only thing the USSF has planned to honor the federation's centenary. Though the USSF has yet to confirm them, there are strong rumors floating around that the US men's national team will face off against Germany in May, a match that would pit US manager Jurgen Klinsmann against his former team and former assistant Joachim Löw.

And while that is all well and good, there is still one overarching present that would make the USSF's centenary a truly celebratory occasion: qualification for the 2014 World Cup in Brazil, which would be the USMNT's seventh consecutive appearance.

What do you think of the crest? Too much? Not flashy enough? Feel free to share your thoughts and any others about US Soccer's centenary in the comments section below.

23 October 12:07 de la tarde

MLS, équipe nationale canadienne, Ligue des champions et sociologie : le menu de la semaine de l’émission Coup Franc (à écouter ici) est on ne peut plus éclectique.

- On connaît les 10 qualifiés pour la phase finale de la saison : qui en sont les invités inattendus et les absents marquants ? Les pronostics d’avant-saison de Frédéric Lord, qui avait visé assez juste.
- Notre invité Laurent Dubois (professeur à l’université Duke), parle soccer et société. Son livre Soccer Empire tisse le lien entre l’équipe de France et la société : pour Coup Franc, il tente de transposer ce lien aux États-Unis et au Canada, nous dit ce que le soccer nous apprend sur ces pays, nous parle de la haine des « anti-soccer », etc. Si le sujet vous intéresse, lisez le blog Soccer Politics, auquel collabore aussi Andrew Wenger.
- Réflexion sur le futur de l’équipe nationale canadienne. Pour Matthias Van Halst, la qualification pour la Coupe du monde 2018 passe par la génération qui devra aller aux Jeux olympiques 2016. Lisez sa proposition détaillée ici. Qui pour succéder à Stephen Hart au poste de sélectionneur ?
- Beckham ou Henry, Wenger ou Mattocks et autres choix cornéliens : Frédéric Lord met ses collaborateurs sur le gril lors d’une nouvelle rubrique. Envoyez-nous vos suggestions !
- Les missions des clubs de MLS lors de la dernière journée de la phase de groupes en Ligue des champions.
- Qui jouera pour Montréal lors de son dernier match de championnat contre New England ?

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com) ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

17 October 7:51 de la mañana

L'émission Coup Franc de cette semaine (à écouter ici) est entièrement consacrée à la déconvenue de l’équipe nationale canadienne au Honduras. On revient sur ce 8-1 en abordant plusieurs angles :

- Le match en lui-même, et l’effondrement mental des Canadiens.
- Les responsabilités du sélectionneur Stephen Hart et des joueurs, tant sur le résultat du jour que sur le parcours du Canada lors de ces éliminatoires.
- John Limniatis, qui a porté le maillot de l’équipe nationale à 44 reprises, nous éclaire sur la pression réellement ressentie quand on joue en Amérique centrale, met en lumière les arguments qui servent de fausses excuses, parle du noyau étriqué du Canada et de la prochaine génération capable d’obtenir de bons résultats.
- Membre de la génération actuelle, Ali Gerba connaît bien les joueurs et l’entraîneur. Très affecté par ce résultat, il stigmatise les carences de certains éléments au niveau international, l’attitude de l’équipe à San Pedro Sula et les raisons plus profondes du mal. Il propose aussi ses solutions pour améliorer la situation.
- Olivier Brett, qui voit du positif dans ce résultat, aborde l’aspect formation, l’absence de ligne directrice, le manque de suivi dans les équipes de jeunes, les ratés du système de détection, le fait que beaucoup d’anciens espoirs aient disparu de la circulation et la cohérence entre les programmes de l’ACS, des provinces et des clubs professionnels.
- Quel avenir pour le sélectionneur actuel ? Quel est le profil idéal de son éventuel successeur ?
- Les mesures à prendre par l’Association canadienne de soccer. Par où commencer ? Quels sont les obstacles ?
- Comment s’annonce le futur ? Quelle équipe pour demain ?

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com) ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

16 October 8:20 de la tarde

A month ago against Jamaica, with the US holding on to a 1-0 lead for dear life, it was the defense that looked just fine while the midfield and attack — for the last 25 minutes, anyway — looked like total strangers.

This time through, even with the result decided, it was the defense that caused the US fans all sorts of indigestion. Carlos Bocanegra, goal aside, played one of his worst games in the US shirt. And with that in mind, we'll take a look at the three things we learned in the 3-1 US win that secured passage into the Hexagonal...

The US need a new answer in central defense

Giving up such a rudimentary goal to as predictable and banal a side as Los Chapines is cause for concern. Michael Bradley's midfield turnover was needless and the dislocation between the central defenders — Bocanegra and Geoff Cameron — was reason to worry with more dynamic, better teams waiting in the Hexagonal.

It's beyond time to get Matt Besler or Omar Gonzalez some serious run alongside Cameron. They've been the two best US defenders in the league this year, and both among the four best, along with Víctor Bernárdez and Carlos Valdés — who are starters for Honduras and Colombia, respectively. Hanging onto the old guard was the original sin of Bruce Arena, and Jurgen Klinsmann would be wise to learn that lesson before it dooms him in a game that matters.

And they're going to start to matter — a lot — come February.

Where's the killer instinct in the attack?

"Job done" is what Ian Darke said just over a minute into stoppage time, and mathematically there's no real argument with him since the the US qualified, after all.

But compare the US job to what Honduras did to Canada earlier in the day. Klinsmann's side had every chance to lay a 5-1 or 6-1 hurting on a Guatemala team that was missing their top three central defenders, and lacked either the ability or the desire to do so.

To put it into perspective: one of Guatemala's starting central defenders was 20. The other plays in the Guatemalan second division. This was not a Hexagonal-level backline.

And this US wasn't ruthless or relentless; it was haphazard and ad hoc. That'd be the reason Klinsmann's side has scored more than one goal in just five of 20 games.

Is it disappointing on an "I hate Guatemala" level? Absolutely. But it's even more disappointing on an "I'd much rather face Jamaica than Guatemala in the next round" level. The US could have knocked Los Chapines out, and didn't do it. Jamaica did it.

Needs more nasty in the box, not in the tackle.

"We need him"

That's what Clint Dempsey said about Landon Donovan, and Deuce is absolutely right.

But even more important is finding whoever Donovan's heir is, and finding him soon. As the last 18 months have shown, Landon's not 25 anymore. He'll be an injury-prone 31-year-old by the time the Hex starts, capable of breathtaking moments only in short bursts. Someone else needs to be the creative hub come February.

It's the existential crisis US fans have been dreading since 2001, and Klinsmann needs to take a longer view with it than he has with the defense. And it needs to start with the next camp.

One final thought...

That may be the last time I ever watch Carlos Ruiz play soccer. Can't say I'll miss him in the slightest.

16 October 5:00 de la tarde

Face à un adversaire emmené par un trio Bengtson - Costly - Martinez qui lui en a fait voir de toutes les couleurs, le Canada a vécu un véritable enfer au Honduras où il s'est incliné 8-1. Le Honduras est dès lors qualifié pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde alors que pour les Canadiens, la marche vers le Brésil s'est arrêtée abruptement.

On jouait depuis à peine plus de 5 minutes que Costly gagnait un duel de la tête avec McKenna, prolongeant le ballon en direction de Bengtson qui trompait Hirschfeld. On venait de passer le quart d’heure quand un tir de Martinez était repoussé dans les pieds de Bengtson qui faisait 2-0. Le festival n'était pas terminé : les Canadiens, sonnés, ont encaissé un troisième but à la demi-heure quand un centre de Bengtson était repris victorieusement d'une tête plongeante par Costly. À peine le temps de s'en remettre que Martinez faisait passer le marquoir à 4-0, score au repos.

Le Canada a obtenu ses meilleures occasions par Ricketts à la première minute, et via De Guzman dont le tir était repoussé par le poteau après 10 minutes de jeu.

La deuxième mi-temps commençait aussi mal que la première pour les Canadiens : un centre de Martinez arrivait au deuxième poteau à Costly qui faisait passer les chiffres au score de forfait (5-0). À l'heure de jeu, Martinez leur donnait des allures de tennis en envoyant un tir brossé du gauche dans le coin du but d'Hirschfeld. Un coup franc bien placé signé Hume a permis de légèrement adoucir la note (6-1). Un soulagement de courte durée puisque Bengtson faisait repasser l'écart à six buts en trouvant le chemin des filets pour la troisième fois de la journée  (7-1). Certainement jaloux, l'autre grand bonhomme de l'après-midi, Costly, a lui aussi marqué son troisième but, fixant les chiffres à 8-1.

« Tous les buts en première mi-temps étaient évitables : nous avons mal défendu tant individuellement que collectivement, et nous en avons payé le prix », a déclaré le sélectionneur Stephen Hart à l'issue de la rencontre, en plus de présenter ses excuses aux supporters.

Ce résultat constitue la deuxième défaite la plus sévère de l'équipe nationale canadienne depuis son premier match, le 7 juin 1924 en Australie. Il n'a fait pire que lors de la Gold Cup 1993, où il avait été rossé 8-0 par le Mexique.

Nous reviendrons sur ce match et le parcours canadien dans notre émission Coup Franc hebdomadaire, enregistrée suite au match et diffusée à partir de ce mercredi.

16 October 11:59 de la mañana

Guatemala-based website selecciondeguatemala.net reported on Tuesday morning that influential winger Marco Pappa will be dropped from Guatemala’s starting lineup against the US national team at Livestrong Sporting Park this evening (7 pm ET, ESPN2/TeleFutura, LIVE chat on MLSsoccer.com).

The site claims that Los Chapines’ veteran Uruguayan manager Ever Almeida will “sacrifice” Pappa, who has been struggling to find his best form for both club and country since his summer transfer from the Chicago Fire to Dutch side Heerenveen, in order to pack the midfield against the heavily favored Yanks. That would likely leave former MLS striker Carlos Ruiz alone up top in either a 4-5-1 or 5-4-1 formation.

While unconfirmed and uncorroborated, the report does jibe with the “park-the-bus” tactical approach expected from the canny Almeida, whose team needs only a draw in Kansas City, Kan., to book their place in the final round of CONCACAF World Cup qualifying.

Pappa started on the bench in these teams’ previous meeting in this round, a 1-1 draw in Guatemala City on June 12. But he changed the game when he entered as a second-half substitute, sparking Guatemala’s attack and blasting a free kick past US goalkeeper Tim Howard in the dying moments to snatch a point for his team. 

 

16 October 10:28 de la mañana

Le Canada va-t-il atteindre le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde pour la première fois depuis 16 ans ? On le saura ce mardi après-midi, après le match au Honduras (coup d’envoi 16h00 HE).

L’importance de la rencontre ne vous échappe certainement pas. Elle se perçoit encore mieux quand on entend les déclarations des joueurs. « C’est le match le plus important de ma carrière », insiste le capitaine Kevin McKenna. « Le match le plus important pour nous… mais aussi pour tout le pays », ajoute Julian De Guzman. « Nous n’avons pas le droit à l’erreur », prévient Patrice Bernier.

Les images du dernier entraînement prouvent que l’ambiance est au beau fixe dans le groupe. Évidemment, l’accueil des supporters locaux sera tout sauf amical, mais le Canada est habitué de jouer en Amérique centrale et les joueurs savent à quoi s’attendre.

On le répète encore : avec un point, le Canada passe au tour suivant. Le Honduras devra donc marquer, lui qui n’a trouvé le chemin des filets que contre Cuba depuis le début de ces éliminatoires. Les espoirs offensifs canadiens reposent en grande partie sur les épaules de Simeon Jackson. Les deux équipes sont en outre privées de joueurs importants.

Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 14h00 locales : les deux rencontres du groupe doivent se jouer en même temps et ce sera en plein après-midi faute de stade conforme éclairé à Cuba.

Dans les autres groupes de la Concacaf, on surveillera de près le duel États-Unis - Guatemala : un nul suffit aux deux équipes, au détriment de la Jamaïque qui prie pour que l’esprit sportif ne reste pas aux vestiaires.

15 October 6:18 de la tarde

Julian de Guzman hits the nail right on the head: For the members of Canadian national team, this is "the most important game of our lives," according to the the FC Dallas midfielder.

Check out this video from the Canadian Soccer Association that takes you inside training down in San Pedro Sula, Honduras, ahead of Tuesday's critical World Cup qualifier (4 pm ET, Sportsnet). With a point, Canada reach the Hexagonal for the first time since 1997. Anything less, and it's back to the drawing board.

No pressure, right?

15 October 10:55 de la mañana

On connaîtra bientôt le sort du Canada pour la suite des éliminatoires de la Coupe du monde. Vous le savez désormais : un point au Honduras sera suffisant pour continuer la route vers le Brésil. Mais ce sera tout sauf simple…

L’équipe est arrivée à San Pedro Sula sans Olivier Occean, suspendu et remplacé par Lucas Cavallini. Si l’accueil a été moins hostile qu’au Panama (souvenez-vous…), l’ambiance promet d’être suffocante à l’Estadio Olimpico, bâti il y a 15 ans à peine mais paraissant d’une autre ère.

André Hainault ne se souvient pas avoir joué dans un endroit aussi hostile, où on se fait quasiment cracher dessus. Ce qui ne l’a pas empêché d’y marquer son premier but en équipe nationale. Une des missions de Stephen Hart sera donc de garder l’esprit de ses joueurs concentré sur leur mission la plus importante, mais « leur dire qu’ils ont besoin d’un nul est ce qu’il y a de plus dangereux », prévient-il.

On aura également l’œil sur les autres rencontres de éliminatoires de la Coupe du monde, auxquelles prendront part de nombreux joueurs de MLS. Regardez ici les résultats qu’ils ont obtenus ce week-end avec leur équipe nationale respective. Après la victoire étriquée à Antigua-et-Barbuda, l’ambiance est à la polémique aux États-Unis, à qui un point suffit pour passer au tour suivant : en cas d’échec, ils n’auront aucune excuse.