Playoffs Scoreboard

Recap
Leg 1
11/23 FINAL
1LA
0SEA
RECAP
Recap
Leg 2
11/30 9:00pm
SEA
LA
ESPN
Western Conference Championship
Recap
Leg 1
11/23 FINAL
1NY
2NE
RECAP
Recap
Leg 2
11/29 3:00pm
NE
NY
NBCSN
Eastern Conference Championship

blog

Commentary

20 February 10:32 de la tarde

Landon Donovan has a history of insightful, personal interviews. He just hasn't given very many of them lately.

That seems to have changed on Wednesday night, as the US national team and LA Galaxy legend answered questions in public for the first time since helping lead his team to the 2012 MLS Cup. Donovan appeared at a Q&A session titled "The Competitive Edge" on the campus of the University of Southern California.

One promising young scribe proceded to live tweet the event. We can't vouch for the veracity of his transcription, during which Donovan talks about everything from his relationship with his dad to that time he almost quit soccer in 2006 (which, from memory, was right before kickoff vs. Ghana), but I guarantee you we'll all be talking about this out-of-the-blue appearance by LD for the next 48 hours:

Here's the best part, if you're a US fan:

And here's the part that's Landon being Landon to, like, the Nth degree:

02 January 3:05 de la tarde

Bonne année à toutes et tous ! Je vous souhaite le bonheur, la santé, le plein de ballon rond, des bonds de joie dans les stades et des troisièmes mi-temps festives. Vu que c’est la période des vœux, voilà un texte de circonstance : 13 souhaits pour 2013 (désolé pour les plus superstitieux…)

  • Avoir un vainqueur du Supporters Shield aussi brillant que San José l’an dernier, et le voir soulever la Coupe MLS
  • Davantage de jeunes joueurs désignés qui apportent une plus-value à la compétition
  • Que tous les joueurs qui haussent le niveau de leur équipe de plusieurs crans soient à 100% de leurs moyens d’un bout à l’autre de la saison
  • De plus en plus de titulaires formés dans les équipes de jeunes de leur club
  • Davantage de joueurs francophones dans les clubs de MLS
  • L’annonce d’un vrai stade de soccer bien situé pour DC United et New England (et pourquoi pas d’un nouveau nom pour ce dernier)
  • Des supporters adverses qui effectuent les déplacements en grand nombre
  • Des audiences en hausse aux États-Unis et au Canada ainsi qu’une augmentation du nombre de rencontres de MLS télédiffusées à travers le monde
  • Que les États-Unis et la Belgique se qualifient pour la Coupe du monde 2014
  • Un rajeunissement drastique de l’équipe nationale canadienne, assorti d’un vrai plan à long terme
  • Revoir la Ligue des champions à Montréal (désolé pour les autres, c’est quand même là que je vis…)
  • Voir le représentant canadien franchir le premier tour en Ligue des champions
  • Finir l’année avec un club de MLS à la Coupe du monde des clubs

 J’en ai d’autres mais il a fallu choisir… et je n’ai pas mis ce qui me paraissait évident, comme souhaiter que le niveau de la compétition poursuive sa courbe ascendante. Et vous, quels sont vos vœux footballistiques pour l’année qui commence ?

11 December 5:49 de la tarde

Je poursuis la remontée des classements de mes top et flop 10 de l’année en prenant désormais les éléments un par un. Aujourd’hui, le n°2 du classement de « Droit dans le mur ».

2. C’est l’Union qui ne sourit pas

Philadelphie fait partie des effondrements notables de l’année quand on compare ses résultats à ceux de la saison dernière. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour sentir des tensions. L’entraîneur Peter Nowak était dans l’œil du cyclone et a été démis de ses fonctions début juin. Entre temps, il avait laissé partir le capitaine Danny Califf, le gardien Faryd Mondragón ainsi que Sébastien Le Toux et Danny Mwanga. La percussion dans l’axe des deux derniers nommés a particulièrement manqué.

La défense de l'Union, parmi les moins perméables en 2011, n’était plus aussi solide mais se trouvait quand même dans la moyenne de la MLS. C’est offensivement que Philadelphie a surtout péché, avec un manque de cohésion guère surprenant pour une équipe aussi chamboulée : la bonne volonté de certains jeunes donne des raisons d’espérer pour le futur, mais cette saison était davantage à l’image d’un Freddy Adu au rendement insuffisant.

Droit dans le mur : les flops de la saison 2012
3. Montréal, sans ailes ni tête
4. L’effondrement de Portland
5. Les lenteurs défensives de New York dans l'axe du jeu
6. Des chèvres sans étable ni percussion
7. Les errances de l’axe défensif de DC United
8. Les abonnements de la défense de Dallas
9. Columbus peut se réjouir de ne pas jouer au basket
10. Au LA Galaxy, défendre sur le flanc gauche est optionnel

04 December 3:32 de la tarde

Give Caleb Porter some credit. The new Timbers head man wasted no time in proving he's plenty clever enough to navigate the MLS rulebook.

So clever, in fact, that he broke some MLS ground on Monday by convincing New York to throw in the Homegrown rights to Akron sophomore Bryan Gallego in a trade for Kosuke Kimura.

It's not the first time a Homegrown player has changed hands via trade in MLS – Colorado acquired Josh Janniere from Toronto – but it's the first time an unsigned Homegrown player has been included in a transaction (Janniere was signed by TFC as a condition of the deal). Now, nobody can be sure the US U-20 prospect will actually put pen to paper with the Timbers just yet, but it's still a great bit of business by the Portland boss, especially since he has first-hand knowledge of Gallego from coaching him the past two years at Akron.

Of course, the question going forward is whether or not this trade will add Homegrown rights to the list of assets clubs bring to the bargaining table. Is Porter blazing a path no one will follow, or will college players tied to MLS academies become the next big trade chip, a la minor-league prospects in Major League Baseball?

I'm already convinced that the next step in player development is not actually academy-to-MLS signings. Instead, the logical way forward, for the time being at least, is to develop players in the academy and send them off to a prominent college program to ensure they're ready for the rigors of MLS without impacting the salary cap or 30-man roster. Once the the time is right, clubs can sign the prospects ready to make the jump without using a SuperDraft pick or risking another team reaping the rewards of their developmental efforts.

Clearly, some players will have the chops – and enough interest outside of MLS – to force clubs to lock them up early and send them straight from the academy to the first team. Zach Pfeffer, who just sealed a year-long loan move to Hoffenheim at 17 years of age, is a perfect example.

And for those preparing the bash the college system as a developmental route, take a quick look at your team's roster. Odds are there are handful of college products in the starting lineup, and the likes of Chris Wondolowski, Matt Besler, Omar Gonzalez, Will Bruin, Graham Zusi and Chris Pontius (among many, many others) can all thank NCAA soccer for helping them prepare for success in MLS.

Is it perfect? No chance. Can MLS teams make it work to their advantage? That's been proven time and time again.

What do you think? What role, if any, will Homegrown rights play this offseason and in the years ahead?

04 December 2:50 de la tarde

Omar Gonzalez clearly isn't a shy guy. And that's not some baseless assumption.

David Beckham already alluded to MLS Cup MVP Gonzalez's in-the-buff celebrations on Saturday after the Galaxy won their second straight championship at the Home Depot Center, but a tweet from Omar himself sealed the deal on Tuesday, one of those classic social media moments that spreads like wildfire.

The tweet was simple ("Caption this," which you should definitely do in the comment section below), but perhaps the best thing about the photo are the faces of his teammates and LA's staff. My top three: Michael Stephens (a combination of shock and delight), Edson Buddle (pure disgust) and Juninho (a mixture of the two). Landon Donovan and Beckham round out the top five.

Let us know what you think below. Hilarious? Over the top?

03 December 7:23 de la tarde

By now you've probably seen "the list," the group of guys available for the third-ever MLS Re-Entry process, which includes Stage One and Stage Two Re-Entry Drafts on Dec. 7 and 14.

Things could certainly change between now and then – guys could opt out of the process, come to new terms with their clubs, be traded to another MLS team or head overseas – but I thought it would be interesting to see what kind of lineup you could pluck from those made available by their clubs.

Without too much in-depth research, below is my Re-Entry XI. Feel free to discuss and share yours in the comment section below.

Goalkeeper: Kevin Hartman

Defense (left to right): Gonzalo Segares, Marvell Wynne, Ike Opara, Jeremy Hall 

Midfield (left to right): Justin Mapp, Julian de Guzman, Tony Tchani, Eric Avila

Forwards: Juan Pablo Ángel, Maicon Santos

28 November 11:42 de la mañana

Suite du classement de la série « Pleine lucarne » avec d’autres réussites de la saison qui s’achève samedi. L’une a été couronnée hier lors de l’attribution du trophée de Retour de l’année à Eddie Johnson. Mais je commence avec deux hommes qui abattent du bon boulot sur tout leur flanc.

6. Chris Tierney et Andy Najar, recul sans frein
Le premier est milieu gauche de formation, le second carrément ailier droit. Et pourtant, leurs clubs respectifs, New England et DC United, leur ont assigné d’importantes tâches défensives. Des reconversions pour le moins réussies ! Si leurs formations encaissent peu de buts construits depuis le côté où ils jouent, Tierney et Najar n’y sont pas pour rien. Ils n’en oublient pas pour autant leurs premières amours et délivrent régulièrement l’une ou l’autre passe décisive.

5. Le retour réussi d’Eddie Johnson
Après quatre années guère prolifiques à l’étranger, Eddie Johnson comptait sur un retour au pays pour relancer sa carrière et a réussi son pari. Cela lui a même valu le trophée de Retour de l’année 2012 ! Il a parfaitement choisi sa destination avec Seattle, où sa complicité avec Mauro Rosales fait merveille. Si Johsnon est le meilleur buteur de la tête de la compétition cette année, il le doit aussi à la qualité des centres de son coéquipier. Ah, si les deux avaient été au sommet de leur forme contre le LA Galaxy, l’affiche de la finale de samedi serait peut-être différente…

Pleine lucarne : les tops de la saison 2012
7. Kenny Cooper a assuré sans Thierry Henry, puis confirmé avec lui
8. Direct dedans
9. Patrice Bernier - Felipe, axe des succès montréalais
10. Jaime Castrillon et Brian Mullan sauvent l’honneur de Colorado 

23 November 11:20 de la mañana

C’est aujourd’hui le « Black Friday » aux États-Unis, traditionnellement le premier jour d’achats des cadeaux de Noël. Je suis sûr que cette série « Droit dans le mur » vous donne des idées de ce que certains clubs devraient s’offrir. Alors, on continue de remonter le classement avec, comme les dernières fois, un club de haut de tableau et un cancre du fond de la classe.

6. Des chèvres sans étable ni percussion
Il fallait être courageux pour être supporter de Chivas USA cette année. Les abonnés qui se sont présentés à chaque match de leurs favoris chez eux n’y ont célébré que trois victoires et trois nuls. Ils ont dû patienter 382 minutes pour voir le premier de 9 malheureux buts à domicile, où leur gardien s’est retourné 30 fois. Il y a eu quelques bons résultats en déplacement, mais ce fut un feu de paille. Ça avait mal commencé, la fin ne fut pas meilleure : Chivas USA n’a pas marqué pendant plus d’un mois, entre le 8 septembre et le 10 octobre. Espérons pour eux que la nouvelle direction puisse leur offrir une saison 2013 plus réjouissante.

5. Les lenteurs défensives de New York dans l'axe du jeu
Deuxième plus mauvaise défense des 10 qualifiés pour la phase finale, New York est particulièrement friable dans l’axe dès que l’adversaire accélère. Il a dû attendre le mois d’août pour enfin bien gérer les pertes de balle. Jusque-là, sa reconversion défensive ressemblait souvent à une foire à la panique. Mais même par la suite, il a laissé beaucoup trop de latitude entre son grand rectangle et le rond central, d’où sont originaires de nombreux buts adverses, dont celui de De Leon qui lui fut fatal en demi-finale de conférence.

Droit dans le mur : les flops de la saison 2012
7. Les errances de l’axe défensif de DC United
8. Les abonnements de la défense de Dallas
9. Columbus peut se réjouir de ne pas jouer au basket
10. Au LA Galaxy, défendre sur le flanc gauche est optionnel

22 November 10:43 de la mañana

En ce jeudi de Thanksgiving pour les Américains, je poursuis la série « Pleine lucarne », mon classement des bons coups de la saison 2012.

8. Direct dedans
Je voulais souligner quelques beaux coups francs tirés cette saison en MLS, et notamment le coup de patte de David Beckham, toujours fidèle à sa réputation dans ce domaine. C’est un incontournable qu’on ne verra malheureusement plus en 2013, mais on a encore eu mieux cette année : deux corners directs ! On a beaucoup parlé de celui de Thierry Henry contre Columbus, mais Marco Pappa a aussi marqué de la sorte pour Chicago contre Seattle. C’est d’ailleurs ce but-là que j’ai choisi pour illustrer notre « pleine lucarne » du jour.

7. Kenny Cooper a assuré sans Thierry Henry, puis confirmé avec lui
Quand New York a été privé de plusieurs forces offensives à la fin du printemps, ils étaient peu nombreux à croire que Kenny Cooper pourrait porter l’attaque d’une équipe aussi ambitieuse. Il s’y est attelé avec brio, et a ensuite constitué un duo de choc avec Thierry Henry. Cooper marque dans toutes les situations, est aussi efficace en début qu’en fin de match, est bon tant du pied que de la tête. Quant au Français, il peut délivrer des passes décisives d’à peu près n’importe où sur le terrain et n’a pas perdu son sens du but.

Pleine lucarne : les tops de la saison 2012
9. Patrice Bernier - Felipe, axe des succès montréalais
10. Jaime Castrillon et Brian Mullan sauvent l’honneur de Colorado 

21 November 11:12 de la mañana

Retour à mes bilans de saison aujourd’hui, avec la suite de « Droit dans le mur », mon classement des déceptions de l’année.

8. Les abonnements de la défense de Dallas
Même si Brek Shea ne fut pas aussi étincelant que l’an dernier et que cela a nui aux Texans, ce n’est pas offensivement que Dallas a pâli, puisque l’équipe a marqué 42 buts en saison régulière tant en 2011 qu’en 2012. C’est la défense qui est à blâmer. Jamais Dallas n’a été capable de ne pas encaisser durant deux rencontres consécutives. Et ne parlons pas des fins de match catastrophiques : avec 30 buts encaissés durant la dernière demi-heure, Dallas y présente le plus mauvais bilan.

7. Les errances de l’axe défensif de DC United
Une des forces de DC United cette saison a été sa capacité à marquer dans toutes les situations de jeu. Mais l’équipe a trop rarement donné l’impression de maîtriser cet aspect et d’adapter son jeu défensif en conséquence de ses choix offensifs. L’organisation derrière a rarement été à la hauteur de l’inspiration devant. Particulièrement dans l’axe du jeu, où les adversaires ont bénéficié de beaucoup de latitude pour accélérer et servir un équipier en position de marquer.

Droit dans le mur : les flops de la saison 2012
10. Au LA Galaxy, défendre sur le flanc gauche est optionnel
9. Columbus peut se réjouir de ne pas jouer au basket