blog

Analytics

21 June 2:21 de la tarde

Since this week is dedicated to numbers here at MLSsoccer.com, I figured I would pass on some of the raw data and illustrations collected over the past few weeks in the hunt for fresh Opta Spotlight* ideas.

*On Friday, I'll examine the magnificent season Columbus' Andy Gruenebaum has put together with Will Hesmer sidelined.

Below are the touch charts for Clint Dempsey in the quarterfinal and semifinal at last summer's Gold Cup as well as the most recent qualifier in Guatemala under Jurgen Klinsmann's direction. Duece scored in all three matches.

What do these illustrations say to you? Is Dempsey playing a different role under Klinsmann than he did under Bob Bradley? I'll leave it to you to draw your own conclusions in the comment section below.

vs. Jamaica (2-0 victory - June 19, 2011)

vs. Panama (1-0 victory - June 22, 2011)

at Guatemala (1-1 draw - June 13, 2012)

20 June 12:26 de la tarde

Becoming familiar with the ins and outs of the MLSsoccer.com MatchCenter Chalkboard, a feature offered after each and every MLS game, may seem like a tedious task to some. Honestly, it’s not difficult, and it can reveal intricate insights about the match and the players. Here's a primer.

First, go to the MatchCenter for any game you’d like to review and select the Chalkboard tab. I’ve selected the Montreal vs. Seattle game from June 16 (shown below):

 

When you click the tab an image of a full soccer field will load along with several selectable options located on both sides of the pitch. On the left side of the page, you’ll see a list of both teams and all the players listed on the active roster for that particular game. You can select the entire team or you can choose individual players from the same (or different) teams to draw comparisons with. On the right side of the screen you can choose from nearly 50 different actions, gathered by Opta Sports’ live-game analysts.

 

Next, pick a player. If you hover over a player's name, you'll see a heat map, which shows where on the field he was involved in the action. If you click the checkbox next to his name, you can dive into the actual actions. For example, here is Felipe's heat map (right) and his "Distribution." I have narrowed it down further just to show his successful passes (below).

And what can I see? The heatmap shows that Felipe was deployed very high up in an attacking midfield position, and that he was active on both sides of the field.

The passing matrix shows that he was more active in possession on the left side of the field -- which, not coincidently, is where his goal came from. Also, there are three successful long passes that switch the field of play, actions that any observer of the match could see unbalanced the Seattle defense in the game.

Basically, the heatmap and the matrix are a graphical representation the performance turned in by Felipe, one that got him named to the MLSsoccer.com Team of the Week

My favorite part of the Chalkboard is a feature rarely noticed, a tool that could extremely benefit journalists when drawing comparisons among both players and teams. It’s the “Share your analysis” button located at the very bottom of the right column.

Say you want to share Montreal midfielder Felipe’s total production against Seattle with a friend, colleague or another soccer fan. A screenshot won’t give the viewer the ability to hover over each action and identify what happened at that particular position on the field. This option on the Chalkboard, however, is extremely user friendly. Just select what you want – and share!

With the “Share your analysis” feature, select your data and click the button. A link will instantly appear that you can send to whoever you want…check it out below!

Felipe’s total production vs Sounders FC

It's as simple as that. 

 

22 May 12:29 de la tarde

Après avoir regardé les problèmes défensifs du LA Galaxy cette saison, voyons ce qui ne fonctionne pas dans son jeu offensif, où plusieurs secteurs sont en panne.

Alors qu’il avait marqué près de la moitié de ses buts sur phase arrêtée (le tiers si on ne compte pas les penaltys) en 2011, le Galaxy n’a trouvé le chemin des filets qu’à deux reprises de la sorte cette saison : le coup franc direct de Beckham à Montréal et celui propulsé dans son propre but par Wynne à Colorado. Rien sur corner.

Même déduction pour les buts de la tête : 16 en 2011 (dont 10 passes décisives de Beckham) contre deux cette saison, et plus aucun depuis le 19 mars (vidéo ci-dessous) ! L’importance de l’Anglais dans ces phases est primordiale : a-t-il perdu son coup de patte ou ses partenaires ne parviennent-ils plus à en profiter ?

Ce n’est pas tout : l’an dernier, 20 buts de l'équipe étaient venus de la droite. Grâce à Beckham, mais aussi à Donovan, Barrett et Magee, voire Angel et Lopez. Cette année, elle n’a marqué que deux fois en passant par ce côté (ses deux seuls buts de la tête, avec donc la même impuissance depuis le 19 mars).

Ajoutons qu’en 2011, Los Angeles avait réussi à envoyer un joueur seul face au gardien adverse sur 10 de ses 55 buts. Cette année, ce n’est encore arrivé qu’une seule fois.

22 May 12:27 de la tarde

Nous sommes au tiers de la compétition et le LA Galaxy, impérial l’an dernier, pointe en fond de classement. Mais que se passe-t-il chez le champion en titre ?

Défensivement, il y a une grosse tache au dossier du club : quatre buts ont pour origine ce que les techniciens appellent la zone 4, c’est-à-dire le camp adverse. Cela représente 25% des buts encaissés par l’équipe, ce qui en fait la pire formation de MLS dans ce domaine. Trois d’entre eux le sont sur du kick and rush (long ballon sur lequel doivent se précipiter les attaquants, comme le but d'Arnaud à Montréal) : personne n’encaisse davantage sur cet aspect tactique.

Tout cela est à moitié nouveau pour le Galaxy. En effet, la saison dernière, il n’avait jamais encaissé suite à un kick and rush. En revanche, il faisait déjà partie des plus mauvais élèves de MLS sur les buts venus de la zone 4. Il y a donc là un problème structurel que doit résoudre l’entraîneur Bruce Arena.

L’autre aspect frappant des difficultés défensives du club, c’est la friabilité de son axe central. Alors que sur l’ensemble de la saison 2011, il n’avait encaissé que 3 buts venus de l’axe, il a déjà concédé 5 buts cette année de la sorte (dont trois originaires de la zone 4…)

01 May 11:19 de la mañana

À en croire les déclarations de l’entraîneur et des joueurs de Montréal avant le match de samedi dernier, Portland est une équipe physique très menaçante sur coups de pieds arrêtés. Vraiment ?

Le match ne fut guère musclé, et Portland n'y fut jamais dangereux sur phase arrêtée. Rien de surprenant quand on regarde les chiffres sur le long terme. Les pensionnaires de l’Oregon n’ont inscrit que deux buts cette saison de la sorte (remontant au premier match contre Phildadelphie) : seuls New England, Chivas USA et le LA Galaxy ont fait pire !

L’an dernier ? Certes, Portland avait marqué vingt buts sur phase arrêtée… mais seulement deux après le 4 août, soit en treize rencontres !

Au fait, qu’est-ce qui cloche chez les bûcherons ? L’équipe a encaissé 13 buts, dont deux penaltys et un coup franc direct. Il en reste 10 de plein jeu dont… 9 sont venus de son côté droit ! C’est encore là que l’équipe a péché à Montréal samedi.

Le penalty qui a permis aux Québécois d’ouvrir le score était consécutif à un centre de l’arrière gauche Wahl et c’est du même côté qu’Arnaud a offert le 2-0 à Ubiparipovic. Tout cela dans le dernier quart d’heure, lors duquel Portland a concédé plus de la moitié de ses buts. Des carences flagrantes à corriger au plus vite par John Spencer !

24 April 12:20 de la tarde

Deux autobuts et de nombreux autres buts offerts directement par l’adversaire ou résultant d’erreurs des gardiens et joueurs de l’équipe qui encaisse, les cadeaux ont été nombreux lors de la dernière journée.

Au lieu de stigmatiser les bêtises, j’ai préféré me concentrer sur un autre aspect des réalisations du week-end : le kick and rush. De plus en plus rare (3% des buts en MLS en 2011, comme la moyenne des grands championnats européens), il existe encore. On n’avait marqué que deux fois de la sorte depuis le début de l’année, trois (jolis) buts avaient cette physionomie ce week-end. Le topo est simple : on balance un long ballon devant, tout le monde se précipite et là, place à la débrouillardise.

Le plus beau est celui de Pontius (DC United) contre New York : un dégagement mal négocié par la défense lui arrive dans les pieds et il déjoue l’arrière-garde adverse avant de marquer. Celui de Cummings (Colorado) contre Los Angeles est similaire : il récupère une longue balle de son arrière droit, elle aussi mal repoussée, et conclut de superbe manière.

Mais le but qui résume la journée est celui ci-dessous de Gaven (Columbus) contre Houston : kick and rush qui part d’un dégagement du gardien, passe décisive d’un défenseur et erreur combinée de la défense et du gardien. Tout y est…

23 April 7:19 de la tarde

Toronto FC came out in their normal 4-3-3 lineup against Chicago minus Danny Koevermans and Nick Soolsma. Crossing has been a huge inconsistency for Toronto which makes it even more perplexing as to why they keep doing it. According to @OptaJack, TFC are attempting the most crosses by any team in 2012.

Toronto attempted 30 crosses from open play against the Fire, completing just 5 of them. The problem isn’t the number of crosses – it’s who’s taking them. Out of 25 unsuccessful crosses, TFC’s three forwards were responsible for 18 (image below) and 4 of the 5 successful crosses. Koevermans and Johnson are TFC’s best options in the air. So if Johnson is crossing and Koevermans is out, who (from TFC) is going to get on the end of these crosses?

 

Before this past Saturday’s game against the Chicago Fire, Toronto had conceded ten goals while netting just two. They’ve missed some sitters (6 Big Chances Fluffed) – Ryan Johnson and Danny Koevermans with 3 each – so the opportunities are there. With Koevermans and Soolsma out, Reggie Lambe has stepped up.

Lambe is listed as a midfielder in FS: M for $7.5m. He might not have another game like he did against Chicago anytime soon, but he’s providing a nice spark for a struggling squad. In his last 3 games he’s had 7 key passes (three equals a point), so if he continues getting regular minutes up top, there may be potential value in a TFC striker after all.

17 April 11:49 de la mañana

Contrairement à il y a deux semaines où, hormis les trois sur penalty, aucun but n’avait été inscrit sur phase arrêtée, lors de la dernière journée, les filets ont tremblé pas moins de 10 fois suite à de telles actions, et ont complètement décidé du sort de cinq rencontres, dont quatre se sont terminées sur le score de 1-0.

Philadelphie, qui ne marque que comme ça depuis le début de la saison (ses deux seuls buts venaient d’un coup franc et d’un corner) a remporté sa première victoire de l’année grâce à un penalty.

Mais ce sont surtout les coups de coin qui ont pesé lourd ce samedi : celui tiré par Graham Zusi sur la tête d’Aurélien Collin a permis à Kansas City de remporter le sommet contre Salt Lake. Zach Scott a repris de la tête un corner d’Alex Caskey pour Seattle contre Colorado. Et celui déposé sur la tête d’Oswaldo Minda par Miller Bolaños a enfoncé le clou pour Toronto face à Chivas USA.

À Dallas, ce fut carton plein avec trois buts sur phase arrêtée : Montréal avait ouvert la marque sur penalty, mais les Texans ont remporté la victoire suite à un coup franc prolongé par Perez au fond des filets puis une rentrée de touche victorieusement exploitée par Brek Shea.

12 April 4:57 de la tarde

With wins over Columbus, Philadelphia and Chicago in 3 of their first 4 games to start the 2012 MLS Season, Colorado seemed to be moving in the right direction. Unfortunately, that all came to a halt this past weekend when RSL ran rampant in the second half, possibly in part to a makeshift formation.

Drew Moor played midfield for the first time since I don’t know when and Tyrone Marshall filled in as if everything was just fine and dandy. Moor played alright – with 87 touches (second most among all players), winning nine of his 13 duels and completing 44 of 59 passes (75 percent). All in all, he was quite active.

Now let’s dig a little deeper and examine some graphics produced by the Opta Chalkboards that show Moor’s presence (in the defensive third), in every game so far this season. Let’s select clearances, blocks and interceptions by Moor in Colorado’s first five games and what Marshall did when he filled in vs RSL.

You can see what Marshall did – or didn’t do – against RSL (he has #34 inside his circles), but can you pick the corresponding image for Moor in that game as well?

If you haven’t guessed which graphic represents Moor’s production from the Real Salt Lake game, it’s the top right. Marshall’s clearances, blocks and interceptions vs RSL are shown in the bottom right image.

Put together the images from both players’ vs RSL and it still doesn’t equal the defensive production Drew Moor has had in any previous game this season.  Colorado has to make adjustments soon because Moor’s absence on the backline could prove to be quite costly over time.

(Image below) CBAI’s for Zapata, Marshall, Wynne and Kimura vs RSL

Playing Together? – Larentowicz and Moor’s Positioning vs RSL

As seen in the graphic below, Colorado lined up in a 4-5-1 formation with Drew Moor and Jeff Larentowicz playing as duel holding midfielders.

If this was the plan from Head Coach Oscar Pareja, everything went awry. After playing around with the Opta Chalkboards, you can see that Larentowicz and Moor played much different roles. The image below shows all passes completed by the two midfielders from box-to-box – Larentowicz on the left and Moor on the right.

Larentowicz seemed to play his normal role regardless, but Moor acted as if he was told to play right mid. How do players – that start the game in similar positions – end up with completely different outcomes?

07 April 5:01 de la tarde

Récupération du ballon, reconversion offensive rapide, but : telle était la tendance, lourde, des buts inscrits la semaine dernière. Parmi eux, les deux inscrits par Montréal à New York et celui encaissé par Toronto à Columbus.

Rien de surprenant dès lors que cette recette ait été celle du premier succès des Québécois en MLS contre leur grand rival canadien.

Sur le premier but, Neagle vole un ballon à Dunfield et six secondes plus tard, Kocic peut aller chercher le ballon envoyé par Ubiparipovic au fond de ses filets. En milieu de deuxième mi-temps, Nyassi prend le ballon au nez et à la barbe d’Harden avant qu’Emory ne commette une faute qui lui vaudra un carton rouge.

Et sur le 2-0, Toronto est à 20 mètres du but de l’Impact quand un tir de Johnson est contré par Ferrari en direction de Mapp qui, de son camp, lance Wenger qui pliera le match.

Autre morale de ce résultat : les statistiques pures et dures peuvent être trompeuses. En effet, l’Impact a eu le ballon la plupart du temps durant ce match, mais c’est bien grâce à des moments où il ne le contrôlait pas, où il ne faisait pas le jeu, qu’il a forgé sa victoire…