blog

Blog

08 May 5:26 pm

MLS fans, are you in a New York State of Mind?  Better be because our two New York teams will meet for the first time ever at Red Bull Arena and it’s kind of a big deal!  This local rivalry also known as the Hudson River Derby starts Sunday at 7 pm ET between New York City FC and the New York Red Bulls.  When NYC FC crosses the river on Sunday, a little more than three-points is up for grabs; the true loyalties of their fan-bases will be defined.  Soooooo blue or red?  More excitement in MLS this weekend as Toronto FC is expecting a sold out crowd in their newly renovated BMO Stadium and Orlando City SC is pushing for their first win at home.  Now fans, hang out with your moms, watch some great soccer, and take a look at how your clubs making a difference on this Mother’s Day weekend! 

Whitecaps FC join forces with Canucks, BC Lions, and Canadians for kids with autism

 

Revs visit Hanscom Air Force Base

 

Third annual LA Galaxy 5k and Cozmo Family Fun Run to be held June 7th

 

United Drives Collects Soccer Equipment for Passback Program

 

Art and Soccer Collide at 2015 Art of Futbol

 

Portland Timbers, T2, Thorns FC team up with local partners to present fourth-annual Stand Together Week June 8-14

 

Portland Timbers, Thorns, and T2 players aid Stand Together's Rose City Readers initiative

 

Philadelphia Union Brings Soccer to Gym Class Presented By ACME

 

The Football Effect: Taher of City in the Community

 

D.C. Vote to Honor Olsen

 

Liam Fitzgerald visits the Revolution

 

New York City FC, Mayor's Office Team Up for Fitness & Health Spring Kickoff

 

Philadelphia Union Foundation Notebook: May

 

LA Galaxy host Special Olympics Team tryouts

 

Dynamo Update – hosting Manchester United in BBVA Compass Dynamo Charities Cup

07 May 11:50 am

Les joueurs francophones sont de plus en plus nombreux en MLS, et c’est pourquoi cette année, MLSsoccer.com a décidé d’élire mensuellement un Franco du mois. Pour entrer en ligne de compte, un joueur doit être capable de s’exprimer en français (pour le savoir, on a fait confiance aux chargés de relations publiques des clubs). Le système est très simple : chaque mois, nous vous proposons trois finalistes, et vous votez. Vos votes s’ajouteront à ceux des animateurs de l’émission Coup Franc (Frédéric Lord, Olivier Tremblay et moi-même), durant laquelle nous vous annoncerons le nom du vainqueur.

Vainqueur au mois de mars, Damien Perrinelle (New York RB) est encore finaliste pour le mois d’avril, en compagnie cette fois de Benoît Cheyrou (Toronto) et Tony Tchani (Columbus). Seules leurs prestations en championnat sont à prendre en compte au moment de voter, et également seules celles du mois d’avril (ne tenez par exemple pas compte de la défaite de Columbus à DC United il y a quelques jours). Vous pouvez voter dans le sondage ci-contre, sur Twitter ou sur Facebook.

Benoît Cheyrou
Le milieu de terrain français a commencé le mois en jouant un rôle dans les deux buts des siens à Chicago : auteur de l’avant-dernière passe sur le but égalisateur, il a ensuite donné l’avance aux siens, ce qui n’a pas empêché une défaite torontoise en bout de ligne. Sur le banc à Dallas, il a retrouvé sa place à Orlando où il a offert à Altidore le deuxième but d’une soirée que Toronto terminait avec sa deuxième victoire en six déplacements consécutifs.

Damien Perrinelle
Si fin avril, New York était encore invaincu, il le devait aussi à son arrière central français, qui n’avait pas encore manqué la moindre minute de jeu à ce moment-là. En raison de ses prestations défensives, mais aussi grâce à son but à DC United, relançant son équipe qui avait deux buts de retard et a pris un point in extremis. Après la victoire 2-0 contre San José, New York a concédé deux partages à domicile, chaque fois en encaissant, mais Perrinelle ne fut pas le plus mauvais des siens.

Tony Tchani
Huit points sur douze et quelques prestations convaincantes : Columbus a bien carburé en avril, et son médian central né au Cameron a été très régulier lors de quatre rencontres qu’il a disputées de bout en bout, dans un rôle où on ne reçoit pas toujours beaucoup de visibilité. On notera entre autres son bon match contre Philadelphie : auteur d’une passe décisive, il a montré ses excellentes aptitudes en récupération de balle et fut très propre défensivement.

06 May 1:05 pm

Ligue des champions, Coupe du Canada et guerres mondiales : les sujets de l’émission de cette semaine (que vous pouvez également écouter ici) sont très variés. Des pas en avant à effectuer à Montréal et en MLS suite à cette aventure au calendrier des compétitions en passant par la disparition du soccer dans les journaux, on associe les leçons du passé et les objectifs plus élevés. Et on vous annonce aussi les finalistes du Franco du mois d’avril.

LIGUE DES CHAMPIONS

  • Peut-on dire que le plus fort a logiquement gagné ?
  • Mais que se passe-t-il donc en début de deuxième mi-temps ?
  • Dans quel état physique sont les joueurs montréalais ?
  • Que doivent faire les clubs de MLS pour gagner la Ligue des champions ?
  • Des choses à dire sur l’arbitrage ?

COUPE DU CANADA

  • Qui est tenant du titre : Montréal ou Vancouver ?
  • Le changement de calendrier, une idée aux conséquences néfastes ?
  • Une compétition invendable ou mal vendue ?
  • Sportivement, cette compétition doit-elle être en bas de la liste de priorités ?

CHRONIQUE HISTORIQUE

  • Quelles conséquences les guerres mondiales ont-elles eu sur le soccer au Québec ?
  • Quel était le portrait avant les conflits ?
  • Les compétitions et les clubs ont-ils tenu le coup pendant les guerres ?
  • Pourquoi le soccer a-t-il disparu des médias après la Seconde Guerre mondiale ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

04 May 11:59 am

Entre les classiques printanières et les grands tours, on est en pleine saison cycliste et si l’on devait comparer le début de saison de MLS à une course en ligne, on dirait que les échappés matinaux Dallas et Vancouver se sont fait rejoindre par la tête du peloton, causant un beau regroupement à l’avant de la course. Mais l’info du week-end, c’est la chute de New York, qui a dû laisser filer ses adversaires.

Après avoir roulé à plat juste après le départ, New England a passé le grand braquet, a rejoint la tête et assure désormais le train à un rythme élevé. L’équipe en forme du moment a appliqué à la perfection les plans mis au point tant avant le match que dans le vestiaire à la mi-temps pour infliger à New York sa première défaite de la saison. L’équipe de Sacha Kljestan a regardé le TGV adverse lui passer devant dès les premières minutes, s’est retrouvée au sol et n’a jamais été en mesure de rejoindre son adversaire. Encaisser en premier, une mauvaise habitude dont l’équipe devra se défaire puisque c’était déjà la cinquième fois que ça lui arrivait cette saison (avec, à la clef, quatre nuls avant la défaite de samedi).

Malgré son bon départ, DC United laissait perplexe : les chiffres reflétaient-ils la réalité ? Le test contre Columbus, qui semblait avoir trouvé son rythme de croisière, était idéal pour donner des éléments de réponse, et a été brillamment réussi, notamment grâce à Espindola, qui apporte une plus-value supplémentaire après son retour de suspension qui lui avait fait manquer les six premières journées de championnat. Malgré l’égalité de points, DC United est virtuellement en tête puisqu’il a joué un match de moins que ses compagnons d’échappée (et même deux de moins que Vancouver). Après la défaite, Gregg Berhalter n’a pas tardé à déceler le manquement de ses hommes : les errements lors de petits moments qui font une grande différence.

Échappé matinal qui sentait déjà le souffle de ses rivaux dans son cou, Dallas n’avait pas le droit à l’erreur pour rester dans le groupe de tête et s’est imposé de brillante manière à Houston, une nouvelle fois grâce à un Mauro Diaz des grands soirs. Owen Coyle, qui assumait la défaite des siens, reconnaissait la classe des gestes de Diaz mais martelait : « Le problème, ce n’est pas ce qu’il a fait, mais qu’on l’ait laissé en position de le faire. » Inspirant.

Leader avant le début de la journée écoulée, Vancouver a donc vu la tête du peloton le rejoindre. Avançant par à-coups, l’équipe de l’ouest du Canada a quand même obtenu un bon résultat en allant partager l’enjeu 0-0 à Portland : un nul que son entraîneur explique par la familiarité entre les deux équipes. Bien que déçus d’avoir perdu deux points supplémentaires, la Timbers Army et tous les supporters locaux se réjouissaient néanmoins surtout du retour sur le terrain de Diego Valeri.

Le quatuor de tête (DC United, Dallas, New England, Vancouver / tous 17 points) est en point de mire de Seattle, qui compte 16 unités et est allé s’imposer 1-3 à New York City grâce à son duo magique Martins - Dempsey. C’était aussi la première défaite par deux buts d’écart de l’histoire des Citizens de MLS, qui font du surplace depuis quelques semaines : « Je ne me rendais pas compte que ce serait aussi difficile », admet Jason Kreis.

Le parcours d’un championnat de soccer est différent de celui d’une course cycliste (je sais, je ne vous apprends rien) aussi dans la mesure où tout le monde n’arpente pas les mêmes routes en même temps. Toronto a commencé par les étapes les plus ardues, avec sept déplacements consécutifs : ce départ hors-catégorie s’est terminé avec un bilan de neuf points, dont les trois derniers ce week-end à Philadelphie offerts par Giovinco et son gabarit de grimpeur. Le début de saison de l’Union ressemble davantage au parcours d’un routier-sprinter massif sur un col de haute montagne : l’effort est au rendez-vous mais l’équipe pédale dans le vide et peine même à accompagner le gruppetto.

Notons encore le premier but de la tête de la carrière de Nagamura qui a permis à Kansas City de battre Chicago, le trois cent cinquante millième (au moins) but de Gordon après être monté au jeu permettant au LA Galaxy de sauver un point contre Colorado, et la nouvelle contre-performance de Salt Lake, tenu en échec chez lui par San José.

LES RÉSULTATS
Houston - Dallas
Salt Lake - San José
Philadelphie - Toronto
DC United - Columbus
New England - New York RB
LA Galaxy - Colorado
Portland - Vancouver
Kansas City - Chicago
New York City - Seattle

 
1-4
1-1
0-1
2-0
2-1
1-1
0-0
1-0
1-3

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

01 May 4:29 pm

Saddle up y’all because you’re in for a treat.  We’re back at it with a weekend of MLS matches headlined by another chapter of the Texas Derby.  The Houston Dynamo and FC Dallas battle it out at BBVA Compass Stadium for a match with a little bit of spice and maybe a battle that’s not so nice.   Folks, are you ready to see an in-state rivalry that’ll define the loser as Texas toast?  Thought so!!  There are a lot of other exciting things to look forward to this weekend.  After being out with an injury for a few months, the Timbers could see Diego Valeri suit up and take the field again and the Chicago Fire have an opportunity to continue their three-game winning streak.  Before you turn on that TV or march on over to your local stadium, make sure to take a look at how your favorite MLS players are making a difference in the community. 

FC Dallas Foundation Partners with Friends of Rob on TX Shootout presented by Advocare

 

Finding a cure for Cystic Fibrosis is personal for Joe Bendik

 

Cocktails and Cleats 2015

 

Dynamo to face English Premier League’s Manchester City at BBVA Compass Stadium on May 28

 

D.C. United Foundation Night | May 2, 2015

 

Fire Celebrate Neighborhood Ties at 2015 Practice In The Community

 

Recycle Your Game campaign provides soccer equipment for local youth in need

 

March for Babies | 20 for Twenty

 

D.C. United, Mom Made Foods and SW Community Gardens Team Up to Celebrate Earth Day

 

Vancouver Whitecaps FC Jeans Day

 

Eric LeGrand visits the New York Red Bulls

 

Social Timeline: Sounders FC gets involved in a big way during Impact Seattle Week

 

Portland Timbers award $55,000 in Community Fund Grants

30 April 2:49 pm

Ce mercredi, l’America Mexico s’est donc imposé à Montréal 2-4 et a remporté la Ligue des champions 2015, après le partage 1-1 lors du match aller de cette finale. Cela n’a pas empêché Montréal de vivre une soirée magique, dont voici cinq aspects marquants d’ordres très divers.

1. Le match

L’essentiel, évidemment. Il se résume assez facilement. En première mi-temps, Montréal a fait beaucoup mieux que se défendre en ouvrant la marque via Romero, en menant des contres dangereux et en muselant un adversaire qui, malgré une archi-domination en possession de balle, peinait à se trouver et à se montrer menaçant. En deuxième mi-temps, l’équipe locale s’est effondrée : il a fallu cinq minutes aux visiteurs pour égaliser et, voyant que leur adversaire ne se relevait pas, ils ont porté le coup de grâce en 60 secondes à peine un quart d’heure plus tard, avant de planter une quatrième rose. En fin de match McInerney a réduit l’écart et offert une bonne note finale aux supporters locaux. Malgré tout, ce fut une soirée très riche en émotions. Pour la revivre de bout en bout, lisez ce compte-rendu détaillé. Si vous souhaitez vous contenter des buts et des occasions les plus dangereuses, regardez-en les faits saillants.

2. Le « lieu du crime »

Lors de la présentation de l’America Mexico dans Coup Franc la semaine dernière, on avait épinglé quelques caractéristiques évidentes de cette équipe. Parmi elles, le fait qu’elle aime jouer dans l’axe et que même ses joueurs excentrés préfèrent rentrer dans le jeu plutôt que d’aller tutoyer la ligne de touche. On avait aussi expliqué qu’elle aime faire circuler le ballon et envoyer des passes tranchantes qui déstabilisent la défense, avec une zone d’action privilégiée pour ces passes entre la sortie du grand rectangle et le rond central.

Regardez la photo ci-dessous, elle représente la passe à l’origine des quatre buts des visiteurs (soit la dernière, soit l’avant-dernière). Il y a plusieurs choses édifiantes.

Ces quatre passes ont de nombreux points communs. À commencer par l’endroit d’où elles ont été effectuées. Si l’on devait dessiner un quadrilatère entre les quatre points, il recouvrirait 3% du terrain, et encore… (en plus, le 1-3 fait au moins quintupler sa taille). Si tout est parti de cette zone d’action, les similitudes se sont poursuivies : le passeur en question (souvent, d’ailleurs, un latéral rentré dans le jeu) a toujours donné le ballon vers sa gauche, et trois fois sur quatre en direction du poteau à la droite de Nicht. On connaît la conclusion.

Plus étonnant encore : on retrouve une situation similaire sur les deux autres actions les plus dangereuses de l’America (photo ci-dessous), soit la reprise de Benedetto sur la transversale (qui, contrairement aux autres, partait cependant d’un coup franc, donc il pouvait y difficilement y avoir du monde autour de l’auteur de la passe) et la tête de Peralta qui a failli donner l’avance à ses couleurs peu avant l’heure de jeu.

Si les qualités des joueurs de l’America Mexico ont sans aucun doute un rapport avec cette stupéfiante constatation, il va sans dire que les Montréalais ont laissé une situation presque identique se reproduire trop souvent et devront travailler pour éviter qu’elle se reproduise à l’avenir.

3. Les réactions

Dans le camp local, elles allaient toutes dans le même sens. Quand on leur parlait du match, les Montréalais mettaient en exergue le flagrant contraste entre les deux mi-temps. Malgré les absences et la réorganisation de l’équipe, personne ne cherchait d’excuses, tout en stigmatisant la fatigue et la désorganisation qui ont provoqué l’effondrement fatal. Une déception d’autant plus forte qu’elle était empreinte du sentiment d’avoir tout donné jusqu’au bout et d’être passé tellement près de l’exploit. Un état d’esprit qui a envahi tout le soccer montréalais hier soir, à un tel point qu’entre les lignes de certaines analyses, on devinait le chagrin de l’auteur. Chez les supporters également, le contraste était de mise, entre les espoirs d’avant-match et la déception du résultat.

Du côté des vainqueurs, c’était évidemment bien différent, et on sait que les joies sont encore plus intenses quand on évite la catastrophe. Sans forfanterie, ils parlaient de différence de qualité entre les deux équipes, mais tenaient quand même à insister sur les mérites de leur adversaire. Les propos du gardien Muñoz résumaient bien l’état d’esprit de son équipe au sujet des 180 minutes de cette finale : « Montréal a été excellent lors des deux rencontres, mais ici nous avons fait ce que nous n’avions pas réussi à Mexico. »

4. La portée du match et de ce qui a précédé

Il semble bien loin le temps où Montréal jouait devant moins de 5000 personnes taiseuses dans un stade  anonyme, mais quand même plus connu des Québécois que l’équipe elle-même, passée par une faillite en 2001. Sur le terrain, dans les bureaux et dans les tribunes, ils n’étaient qu’une poignée à voir le grand potentiel sous leurs yeux, mais même les plus déterminés, comme le président Joey Saputo, n’auraient pas imaginé dans leurs rêves les plus fous une soirée comme celle de ce mercredi, et un tel parcours sur la scène internationale.

Cette finale, devant 61 000 personnes, avec un tifo et une ambiance probablement historiques pour la ville, étaient l’apothéose d’une grande aventure. Il faut espérer qu’elle ait porté ses fruits dans les diverses strates du paysage sportif montréalais. Parmi les novices qui ont découvert l’équipe, certains ont dû tomber sous le charme. Parmi les amateurs de sport aimant le soccer, l’Impact a certainement gagné quelques places dans la hiérarchie des passions. Et chez les autres ? Et dans les médias ? Et que se passera-t-il lors du retour aux réalités quotidiennes, notamment si les résultats sont décevants ? De nombreux observateurs extérieurs des milieux du soccer au Canada et aux États-Unis ont posé la même question après le match : « Le buzz va-t-il continuer ? »

Ce qu’il y a de plus paradoxal là-dedans, c’est que si à Montréal, certains rechignent à donner au soccer la place qu’il mérite, dans le monde, on parle plus de l’Impact que des Canadiens, le club de hockey local. Ce qui me rappelle des discussions au Costa Rica, où les gens me disaient « Oui, on a une culture de soccer, mais même les gens qui s’y intéressent moins l’aiment car c’est grâce à lui que notre pays a une visibilité internationale. »  Bien entendu, la place de sport national du hockey n’est en rien menacée au Canada, mais s’affirmer face à lui, ce n’est pas le dénigrer et il serait temps que le soccer, qui a la maturité nécessaire, prenne sa place et cesse d’être le petit de maternelle qui suit son grand frère partout avec une admiration aveugle.

5. Que manque-t-il pour gagner la Ligue des champions ?

Une question posée au sujet de Montréal mais aussi, voire surtout, des équipes de MLS en général. L’entraîneur visiteur Gustavo Matosas insistait sur l’importance de la formation des jeunes, et ce qu’ils peuvent apporter à long terme. Certains Montréalais, pas forcément devant les micros, avançaient que le niveau des onze joueurs était plus homogène dans l’autre équipe.

La question a été posée à Patrice Bernier, qui a fait un parallèle entre la MLS et la Premier League. « Comme en Europe, la Ligue des champions, c’est autre chose que le championnat local. En MLS, on est un peu comme les Anglais : on est basé sur un jeu très athlétique qui utilise les espaces. Les autres, y compris les petites équipes d’Amérique centrale, ont beaucoup de qualités techniques. Il faut être adroit avec le ballon, car quand on ne le garde pas, on le paye cash et on fait des erreurs de concentration. Il nous manque encore une petite coche pour être à la hauteur de ces équipes-là, et ça fait la différence dans l’exécution. »

Dans nos contrées depuis peu, Laurent Ciman peut amener un regard frais et expérimenté sur la question et a aussi été interrogé à ce sujet : « Ils ont l’habitude de jouer ces grands matches, les clubs de MLS peut-être moins. Je viens d’arriver mais par rapport à ce que j’ai vu de l’Impact, c’est juste de la concentration et de la rigueur. »

Depuis le coup d’envoi du quart de finale aller à Pachuca, Montréal a passé énormément de temps à subir le jeu. L’équipe a été efficace défensivement et opportuniste devant : si cela peut permettre des miracles l’une ou l’autre année, ce n’est néanmoins pas comme ça que les clubs de MLS vont devenir les meilleurs de la Concacaf (lisez la toute fin de l’article « One last thing »).

29 April 12:58 pm

Le grand jour est arrivé (prise 2, on disait déjà ça la semaine dernière). Ce soir, Montréal reçoit l’America Mexico lors du match retour de la finale de la Ligue des champions (20h00, HE / direct TVA Sports, Sportsnet One, Fox Sports 2, Unimas). Forts de leur partage 1-1 au match aller, les Québécois partent en position favorable puisqu’au moment du coup d’envoi, ils seront virtuellement lauréats de la compétition.

Mais avant de soulever le trophée et de composter son billet pour le Japon, il faudra jouer 90 minutes, voire 120, d’un match qui s’annonce aussi difficile que passionnant. Le contexte, déjà historique, a été chargé par de nombreuses péripéties autour de la rencontre, de la suspension de Bush aux déclarations tapageuses de son vis-à-vis mexicain. De quoi encore faire monter la température…

D’ailleurs, paradoxalement, peu de conversations tournent autour du jeu et du terrain. On parle davantage de l’ambiance, de l’enjeu, de l’importance du match, de sa couverture médiatique, de la pression, du feuilleton du gardien de but montréalais ou encore de l’état d’esprit que de la composition des équipes, du jeu qu’elles comptent développer ou de leurs stratégies pour surprendre l’adversaire. Certes, les entraîneurs veulent préserver certains mystères, mais l’émission Coup Franc de la semaine tente de prévoir leurs plans. D’ailleurs, si vous voulez connaître en détails la façon de jouer de l’America Mexico, celle de la semaine dernière est encore on ne peut plus pertinente.

Maintenant que le cas du gardien est réglé, avec l’arrivée de Nicht qui regardait le match aller seul dans un bar la semaine passée à Indianapolis, deux incertitudes demeurent dans la composition du onze montréalais : le poste d’arrière droit, où Cabrera est indisponible et Camara incertain (ce qui pourrait se répercuter au milieu défensif), et celui d’attaquant, où McInerney et Cooper font de la concurrence à Oduro qui a cependant très bien rempli sa mission la semaine dernière.

Ce qui ne changera pas – en apparence du moins – par rapport au match aller, c’est la mentalité des joueurs montréalais : ils ne semblent pas être submergés par la pression, mais davantage concentrés sur un match dont ils mesurent la portée, qui doit constituer un élément davantage mobilisateur qu’intimidant. Parmi les éléments particulièrement motivés, Ignacio Piatti a enfin la chance de jouer la finale retour d’une compétition continentale, alors qu’il avait dû quitter San Lorenzo pour Montréal juste avant l’apothéose de la Copa Libertadores 2014.

– ÉCOUTEZ L’ÉMISSION SPÉCIALE DE COUP FRANC CONSACRÉE À LA FINALE –

En face également, il y a deux points d’interrogation majeurs : Peralta, sur le banc au début du match aller puis épargné en championnat contre Chivas, ainsi que Sambueza dont la présence est douteuse depuis sa sortie sur blessure dimanche. Les joueurs de l’America croient fermement à la victoire, et si pour certains d’entre eux, leur équipe aurait dû s’imposer largement la semaine dernière, ça ne les empêche pas de respecter leur adversaire.

Malgré le résultat du match aller, il ne faut pas cacher que de nombreux observateurs neutres considèrent encore les visiteurs comme favoris. C’est compréhensible, puisque ceux-ci comptent confirmer la large domination mexicaine en Ligue des champions. Malgré tout, l’entraîneur Matosas déplore le manque de soutien de la Liga MX, tout en contrastes avec la MLS qui appuie Montréal de toutes les manières possibles, entre le report de matchs de championnat et l’envoi de messages en français par le compte Twitter officiel de la ligue, d’ordinaire en anglais.

Utilisé parfois à tort et à travers, le mot historique sera bel et bien pertinent aujourd’hui à Montréal, où les 61 000 places du Stade olympique ont très vite trouvé preneur. Le club invite les supporters à arriver au stade tôt, afin d’encourager leurs favoris dès l’échauffement, de dévoiler un tifo lorsque les joueurs monteront sur la pelouse avant le coup d’envoi et de ne rien manquer de ce match qui, quoi qu’il arrive, marquera les esprits. Un engouement chez les supporters du club et les amateurs de soccer qui, étonnamment, n’est pas relayé à sa juste valeur par les médias locaux. Chiffres à l’appui, une importante firme de surveillance médiatique explique ainsi qu’au Québec, on parle 60 fois plus de l’équipe montréalaise de hockey que de l’Impact, alors que dans le reste du monde, c’est bel et bien le soccer qui est à l’avant-plan et contribue à la renommée de la ville !

Cela n’empêche pas ceux qui aiment le soccer depuis longtemps, journalistes ou supporters, de raconter comment ils sont tombés sous le charme du ballon rond et de partager les histoires souvent magnifiques qui font qu’aujourd’hui, l’Impact de Montréal occupe la première place sportive dans leur cœur. Et, non, ces réussites sportives et populaires n’ont rien d’une anomalie.

Après le nul 1-1 du match aller, les cas de figure pour déterminer le vainqueur de la Ligue des champions à l’issue du duel de ce soir sont assez simples. Le vainqueur de la rencontre, après 90 ou 120 minutes, remporte le trophée et la place à la Coupe du monde des clubs. En cas de match nul 0-0, Montréal s’impose grâce à la règle des buts à l’extérieur. En cas de partage 2-2 ou plus, l’America Mexico gagne, en raison de la même règle. Si le marquoir affiche 1-1 après 90 minutes, on dispute une prolongation. Durant celle-ci, la règle des buts à l’extérieur n’est plus en vigueur. Donc, si les deux équipes sont toujours à égalité à l’issue de 120 minutes, on procède à la séance de tirs au but. Le suspense est intenable…

28 April 12:05 pm

À l’approche du match retour de la finale, l’excitation est à son comble et l’émission de la semaine (également disponible ici) est évidemment consacrée au duel Montréal - America Mexico. On l’aborde sous toutes ses coutures, sportives et extra-sportives, tout en revenant sur le match aller avec les impressions d’Olivier Tremblay qui était sur place.

  • Après le 1-1 de l’aller, Montréal doit-il ou va-t-il jouer pour le 0-0 ?
  • Peut-on dire que l’équipe qui marquera en premier va gagner ?
  • La physionomie du match retour sera-t-elle semblable à celle de l’aller ?
  • Que penser des nombreux épisodes du feuilleton du gardien de but montréalais ?
  • Que doit faire Frank Klopas si Cabrera et Camara sont indisponibles ?
  • Dans quel état physique et moral sont les joueurs de l’America Mexico ?
  • Ce match va-t-il faire franchir un pas à l’Impact au Québec et à la MLS ?
  • Quelles prestations individuelles nous ont marqués au match aller ?
  • Y avait-il hors-jeu sur le but annulé de l’America ?
  • La faute sur Oduro : l’arbitre avait-il un bon argument pour ne pas sortir de carton rouge ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

27 April 12:40 pm

Des buts, du spectacle, plusieurs sommets qui ont tenu leurs promesses, des victoires cinglantes et j’en passe : le week-end dernier a été marqué par les défaites des leaders qui voient quelques adversaires remonter au classement à pas de géant.

Vancouver était en tête vendredi et l’est toujours aujourd’hui, mais a joué plus que presque tout le monde et livré une nouvelle contre-performance à domicile. Il recevait DC United, toujours en haut de tableau mais qui avait perdu le contact suite à deux partages sur son terrain. Le match a débuté en fanfare puisqu’après à peine 70 secondes, Morales ouvrait la marque pour l’équipe locale, avant que Boswell n'égalise 7 minutes plus tard. La rencontre a finalement tourné à l’avantage des visiteurs, avec l’exclusion de Laba juste avant la mi-temps et le but de Rolfe peu après l’heure de jeu offrant l’avance au club rouge et noir qui a tenu bon avec Worra, son troisième gardien, dans le but.

La seule équipe encore invaincue de la compétition face au tenant du titre : difficile de faire plus alléchant que New York - LA Galaxy. Un sommet qui a tenu ses promesses, et dont un de ses principaux animateurs gagne sûrement à se faire connaître : le jeune Jamieson (18 ans) a ouvert la marque pour les visiteurs en imitant son coéquipier Robbie Keane. Après le coup de sifflet final, l’équipe locale se désolait d’avoir vu son adversaire marquer sur sa seule occasion. Les hommes de Jesse Marsch ont pressé, égalisé par Felipe et maintenu un rythme élevé au match pour tenter de s’imposer, mais ils ont dû se contenter d’un point.

Autre incontournable du week-end – comme chacun des affrontements entre les deux équipes –, Seattle - Portland fut haut en couleurs sur le terrain et dans les tribunes. Et comme cela devient une habitude, Dempsey a marqué. Ce fut le seul but de la rencontre, et si l’international américain a certainement hanté le sommeil des visiteurs la nuit suivante, il a dû être accompagné par le flagrant manque de réalisme offensif de Portland, qui a rendu caduque une prestation défensive plus qu’acceptable.

Remontons tout en haut du classement, où Dallas n’a pas profité de l’échec de Vancouver, puisque les Texans, qui avaient ouvert la marque, n’ont pas tenu le coup après l’exclusion de Perez à l’heure de jeu et ont été contraints au partage à Colorado, où l’entraîneur Mastroeni a dû pousser une gueulante à la mi-temps. Les formations de tête sont irrégulières ? Tout profit pour New England, équipe en forme du moment qui remonte le classement en quatrième vitesse et y est allé d’une démonstration offensive contre Salt Lake passé tellement à côté de son match que la seule satisfaction était le gardien Attinella qui a évité une dégelée plus sévère encore.

Autre formation qui enchaîne les bons résultats ces temps-ci, Chicago a remporté une troisième victoire de suite et a eu vendredi dernier une autre raison de se réjouir puisque son joueur désigné Accam commence à trouver ses sensations : il a marqué le seul but du match contre New York City, dont le bilan d’une victoire, trois nuls et quatre défaites par un but d’écart commence à peser sur le moral, tout comme les blessures qui s’accumulent. L’autre club disputant sa première saison dans la compétition, Orlando, ne va guère mieux en ce moment, et a peut-être disputé son plus mauvais match de la saison contre Toronto dont le plan ultra-défensif a parfaitement marché.

Défensif n’était cependant pas le maître-mot de la journée écoulée, tout au contraire. Et particulièrement lors de Houston - Kansas City, un 4-4 on ne peut plus spectaculaire. Si les regards neutres ont été ravis de ce feu d’artifice, le mécontentement dominait néanmoins dans les deux camps : Houston râlait d’avoir laissé filer son avance et suite à l’exclusion de Taylor, pendant que Peter Vermes déclarait que son équipe ne méritait pas de repartir avec un point. Quatre buts, c’est aussi l’addition que Columbus, emmené par un Finlay auteur d'un doublé, a infligé à Philadelphie où le mot inacceptable traduit non seulement cette défaite mais bien d’autres errements depuis le début de la saison. 

LES RÉSULTATS
Chicago - New York City
Colorado - Dallas
New England - Salt Lake
Columbus - Philadelphie
Houston - Kansas City
Vancouver - DC United
New York RB - LA Galaxy
Orlando - Toronto
Seattle - Portland

 
1-0
1-1
4-0
4-1
4-4
1-2
1-1
0-2
1-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

25 April 11:31 am

Did you know today is World Malaria Day? Join MLS WORKS and Nothing But Nets to help protect children, refugees, and families in sub-Sahara Africa from malaria, by taking The Million Nets Pledge.  The Million Nets Pledge is a two-year pledge by the United Nations Foundation's Nothing But Nets campaign to protect refugee families with one million bednets by 2016, the campaign's 10 year anniversay.

Brek Shea, today announced his committment to helping defeat malaria.  Brek will donate 30 bed nets for every team win, 10 bed nets for every tie and 10 bed nets for every goal he scores during Orlando City SC and USMNT matches.

Nothing But Nets is a global grassroots campaign to raise awareness and funding to fight malaria, a leading cause of death among children in Africa.

Every 60 seconds a child dies from malaria.  In sub-Saharan Africa, families worry that their children will get bitten by a disease-carrying mosquito, but one $10 bed net can mean the difference between life and death.  

Join MLS WORKS, Brek Shea and Nothing But Net  in the fight to defeat malaria. Learn more