blog

Trade

21 May 12:38 pm

Si l’arrivée de deux nouvelles équipes a provoqué une recomposition des conférences et le passage de 10 à 12 équipes qualifiées pour la phase finale, 2015 a également été marqué par une évolution des règlements concernant les effectifs et les transferts. Adaptations, nouveautés et clarifications sont au rendez-vous. Vous êtes nombreux à me poser régulièrement des questions à ce sujet, je vois ai donc préparé un tour d’horizon de points essentiels.

  • La taille maximale de l’effectif est passée de 30 à 28 joueurs.
  • Le budget salarial passe de 3,1 à 3,49 millions de dollars américains.
  • La part maximale du budget salarial pouvant être consacrée à un joueur passe de 387 500 à 436 250 $.
  • Le salaire minimum augmente, il est désormais de 50 000 $ au lieu de 36 500 $. Seuls 4 joueurs peuvent avoir cette rémunération, et aucun d’entre eux ne doit avoir 25 ans ou plus. Pour les autres, elle doit être d’au moins 60 000 $ (contre 48 500 $ en 2014).
  • Gros changement dont on a très peu parlé : les périodes de transferts, qui jusque-là ne concernaient que les joueurs venus de l’étranger, sont désormais d’application pour les échanges entre clubs de MLS si un joueur est impliqué. Ceux-ci ne sont donc plus possibles depuis le soir du 12 mai ; ils le redeviendront du 8 juillet au 6 août. Cela n’empêche pas de grossir l’effectif, en ajoutant par exemple un joueur venu de l’équipe réserve, à d’autres moments.
  • On connaît le montant annuel de base de la fameuse allocation monétaire : il est de 150 000 $ par club.
  • Il faut toujours payer 150 000 $ pour obtenir le droit d’avoir un troisième joueur désigné dans son effectif (sauf s’il a 23 ans ou moins). Cependant, depuis cette année, la cotisation n’est plus unique, mais se renouvelle chaque saison. Cela constitue un fonds, dont bénéficient les clubs qui ont moins de trois joueurs désignés : ils reçoivent chacun le même montant qui vient s’ajouter à leur allocation monétaire de base.
  • La limite du nombre de joueurs formés au club gagnant plus que le salaire minimum pour leur première année de contrat a été abolie.
  • La loterie pondérée a disparu.
  • La « découverte particulière », nouveauté de 2014, c’est un joueur transféré par le biais du processus de découverte dont le montant du transfert n’est pas imputé au budget salarial du club en une seule fois, mais amorti sur le terme du contrat.
  • Point qui peut paraître anodin à certains, important à d’autres : le mot « équipe » a été remplacé par le mot « club » dans de nombreux articles du règlement.

Deux des clarifications principales portent sur le processus d’allocation et le processus de découverte de joueurs. En fait, cela concerne les conditions que doivent remplir les clubs pour engager un joueur. Afin de rendre ça plus clair, avant d’expliquer ces clarifications, revoilà la liste de toutes ces conditions, à laquelle j’ai assorti un ordre d’application (non officiel mais qui, à toutes fins pratiques, marche plutôt bien).

  1. Les joueurs qui font partie de la liste d’allocation (voir détails plus bas), en général des gros noms ayant un lien avec les États-Unis ou la MLS, en fonction du classement d’allocation, qui donne la priorité aux clubs mal classés la saison précédente.
     
  2. Les joueurs sur lesquels un club a un droit de préemption, parce qu’ils ne sont pas restés en MLS après être arrivés en fin de contrat (y compris quand l’option n’a pas été levée par le club et y compris quand le club a tenté prolonger le contrat sans succès), parce qu’ils ont refusé l’offre d’un club lors du processus de découverte de joueurs (voir plus bas), parce qu’ils ont été sélectionnés lors du SuperDraft mais n’ont pas signé au club (sauf exception de la liste des joueurs disponibles, voir plus bas). C’est grâce à ce droit que Kansas City était prioritaire pour aller rechercher Roger Espinoza cet hiver.
     
  3. Les échanges, qui concernent tous les joueurs sous contrat avec un club de MLS. Ils peuvent être échangés contre un autre joueur, mais aussi contre d’autres avantages (place de joueur étranger, place au classement d’allocation, etc.)
     
  4. Les joueurs libres issus de MLS. C’est, dans le cas particulier de la MLS, le cas des joueurs âgés d’au moins 28 ans qui ont un minimum de huit ans de service en MLS et qui sont arrivés en fin de contrat ou dont l’option n’a pas été levée. C’est une nouveauté de 2015, et d’autres détails à ce sujet seront publiés suite à la ratification officielle de la nouvelle convention collective de travail.
     
  5. Le Processus de repêchage (ou simplement repêchage) a lieu une fois par an, après la Coupe MLS, et permet en gros aux clubs d’aller chercher des joueurs ayant plus de 23 ans et plus de trois ans d’expérience en MLS, et dont le contrat n’a pas été prolongé (ou l’option n’a pas été levée) par un autre club de MLS. C’est par exemple ainsi que Sanna Nyassi, que Montréal ne souhaitait pas conserver, a été recruté par San José cet hiver, ou que DC United a été chercher Fabian Espindola l’an dernier.
     
  6. Un joueur formé au club a été inscrit à l’école de jeunes du club pendant au moins un an et a rempli les conditions d’entraînement et de présence requises. Le club peut donc l’engager sans passer par le SuperDraft.
     
  7. Le SuperDraft est le recrutement de début d’année qui ouvre surtout les portes de la MLS aux joueurs qui ne sont pas encore pros et sont inscrits à l’université. Les clubs de MLS doivent choisir sur une liste établie par la MLS avec leur participation, comprenant surtout des étudiants de dernière année qui ne sont plus qualifiés pour jouer en championnat universitaire, mais aussi des joueurs Génération adidas (meilleurs joueurs des universités qui n’en sont pas encore à leur dernière année d’études et parfois certains des meilleurs joueurs des équipes nationales d’âge) et de certains joueurs étrangers qui n’ont pas été à l’université aux États-Unis.
     
  8. La liste des joueurs disponibles comprend principalement des éléments sur une voie de garage et se compose de joueurs écartés par un autre club de MLS, de joueurs qui n’étaient pas disponibles au SuperDraft mais dont la qualification pour jouer en championnat universitaire a échu la saison précédente, de joueurs universitaires absents du SuperDraft mais que la Ligue estime mûrs pour un contrat MLS, d’anciens joueurs de MLS sur laquelle une équipe a un droit de préemption dont elle ne se prévaut pas et de joueurs sélectionnés lors du SuperDraft mais qui n’ont pas reçu d’offre lorsque la saison commence. À la fin de l’année, les joueurs dont le contrat à échu et qui ne sont pas admissibles au repêchage se retrouvent aussi sur cette liste. Pour Montréal, il s’agissait de James Bissue, Gorka Larrea, Zakaria Messoudi et Gege Soriola. Après avoir été écarté il y a quelques semaines, Blake Smith y a également figuré.
     
  9. Le processus de découverte de joueurs, qui n’est pas nouveau mais a été modifié cette année (voir détails plus bas) permet de recruter tous les autres joueurs hors-MLS.

Outre l’apparition de la notion de joueur libre, deux modifications importantes sont mises en œuvre cette année : l’arrivée de la liste d’allocation, et des précisions quant au processus de découverte de joueurs. Elles valent quelques explications détaillées.

Le classement d’allocation existait déjà, son principe ne change pas : c’est un classement qui donne la priorité aux clubs moins bien classés la saison précédente pour engager certains joueurs de renom qui ont un lien, de près ou de loin, avec la MLS. C’est par exemple par ce biais que Sacha Kljestan et Kei Kamara sont revenus cette saison, tout comme Eddie Johnson et Bakary Soumare en 2012. Mais cela concerne aussi des joueurs qui n’avaient encore jamais joué en MLS : les clubs qui ont permis à Charlie Davies et Luis Robles d’y effectuer leurs premiers pas les ont engagés grâce à leur classement d’allocation.

Ce dernier est néanmoins désormais assorti d’une nouveauté très importante depuis cette année : la liste d’allocation. On y retrouve des internationaux américains, des espoirs américains et des anciens joueurs de MLS partis à l’étranger pour un montant de transfert supérieur à 500 000 $. Désormais, c’est clair, net et précis : seuls les joueurs de cette liste sont soumis au principe d’allocation, alors qu’avant, cela pouvait avoir des apparences de cas par cas.

Quant au processus de découverte de joueurs, il sert donc à engager les joueurs qui ne sont pas en MLS et ne doivent pas être embauchés par un des huit autres moyens. C’est comme ça, par exemple, que Lionel Messi pourrait arriver en MLS, tout comme un vétéran venu en droite ligne de la D2 luxembourgeoise et dont personne n’a entendu parler avant.

En pratique, chaque club a une « liste de découvertes » comptant un maximum de 7 joueurs, qu’il peut modifier en tout temps. Il peut en engager 6 par saison. Si deux clubs veulent ajouter un même joueur sur leur liste, celui qui a fait la demande en premier sera prioritaire au moment de l’engager. Cependant, si un club veut engager un joueur faisant partie de la liste d’un autre club, il peut lui offrir un montant d’allocation monétaire de 50 000 $ : si le club « prioritaire » refuse cette offre, il doit proposer un contrat sérieux au joueur.

Le terme de joueur désigné n’est donc pas lié à la manière dont le joueur arrive au club, mais bien au fait que son salaire dépasse la part maximale du budget salarial qu’un club peut consacrer à un joueur. Il peut donc aussi bien arriver grâce au processus de découverte de joueurs que venir de la liste d’allocation ou obtenir ce statut suite à une prolongation de contrat.

Voilà donc les principales modifications apportées aux règlements cette année, ainsi que quelques grandes lignes permettant de mieux les comprendre. Vous pouvez également les consulter dans leur intégralité, en français.

29 January 1:17 pm

C’était prévisible : ça bouge beaucoup sur le marché des transferts. Certaines équipes ont déjà été chercher du renfort depuis la reprise des entraînements, pourtant toute fraîche.

C’est à New York et Montréal que ce fut le plus animé. Ces deux clubs ont d’ailleurs été impliqués conjointement dans un méga-échange leur permettant d’attirer des joueurs mais aussi d’ouvrir d’autres portes. Ainsi, Felipe quittait le Québec pendant qu’Alexander et Oyongo en prenaient la direction. Montréal obtenait aussi une place de joueur étranger et un montant d’allocation, de quoi attirer Oduro (Toronto).

De son côté, New York recevait la première place du classement d’allocation, qui permet, pour faire simple, de rapatrier un international américain ou un ancien de MLS (à l’exception des joueurs désignés de top niveau). L’objectif était clair : aller chercher Sacha Kljestan (Anderlecht), ancien coéquipier de Jesse Marsch. Un vœu que les New Yorkais ont exaucé au nez et à la barbe, entre autres, du LA Galaxy. Ce n’était pas tout, puisque le club annonçait peu après avoir engagé les défenseurs centraux Ronald Zubar et Andrew Jean-Baptiste, et prolongé le contrat de Perrinelle.

Autre club qui a beaucoup bougé ces derniers jours, même si son effectif était déjà bien garni, Orlando a transféré deux jeunes Colombiens, l’ailier Carlos Rivas et le milieu de terrain Cristian Hiuguita, et loué l’attaquant nord-irlandais Martin Paterson.

La semaine a également été très active à Toronto. Quelques jours avant le départ d’Oduro, l’équipe avait acté celui de Bekker pour Dallas. Les Ontariens ont également comblé un besoin en défense centrale en embauchant Damien Perquis, international polonais qui a passé les dernières saisons au Betis Séville. Autre arrivée derrière, celle de Zavaleta, qui portait le maillot de Chivas USA en 2013.

Lors de la reprise des entraînements, les supporters de Chicago avaient déjà pu découvrir quelques gros transferts, et ils en ont un autre à se mettre sous la dent depuis la signature de Shaun Maloney, un attaquant écossais venu de Wigan (D2 anglaise) qui sera joueur désigné. Le club a également attiré l’ancien gardien de San José Jon Busch, qui revient dans son ancien club pour aider le jeune international Sean Johnson à poursuivre sa progression.

Autre joueur méconnu pour lequel les attentes seront grandes, l’arrière droit Hernan Grana arrive à Columbus dans la force de l’âge après 10 saisons pros en Argentine. Visage plus familier, l’arrière central Kah tentera de se relancer à Vancouver qui avait bien besoin d’expérience dans ce secteur. Enfin, Carrasco passe de Houston à Kansas City et tentera cette saison, à bientôt 27 ans, de dépasser les 10 titularisations pour la deuxième fois de sa carrière.

26 January 12:46 pm

Certains clubs de MLS ont entamé leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine dernière, les autres retrouvent les terrains en ce début de semaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes au moment de la reprise. Aujourd’hui, dernière revue d’effectifs, avec les formations qui avaient fini en haut de classement la saison dernière et comptent bien encore y figurer cet automne.

Détenteur de la Coupe MLS, le LA Galaxy doit encore s’activer. Certes, il a beaucoup fait parler de lui en annonçant la venue de Steven Gerrard, mais le joueur de Liverpool n’arrivera qu’en juillet. Pour le moment, il n’y a aucun nouvel élément sous contrat. Par contre, il y a eu deux départs très importants : le retraité Donovan, évidemment, ainsi que Sarvas, soit deux des trois meilleurs donneurs de passes décisives de l’équipe l’an dernier. Les autres joueurs ayant quitté le club ont permis de dégraisser un effectif qui sera à coup sûr renforcé d’ici début mars.

À Seattle, qui avait terminé en tête du classement général à l’issue de la saison régulière 2014, les travaux concernent surtout la défense. Yedlin est parti à Tottenham, les arrières centraux Anibaba et Traore (qui n’étaient pas titulaires indiscutables et avaient environ 40% de temps de jeu) sont partis également, alors que Scott s’est fait opérer le pied cet hiver. Le Jamaïcain Tyrone Mears, qui a beaucoup bourlingué en Angleterre, doit succéder à Yedlin mais peut aussi jouer dans l’axe. Avec l’arrivée de Perkins, Frei a un sérieux concurrent pour le poste de gardien titulaire. Les autres nouveaux sont des jeunes.

Après avoir perdu plusieurs vedettes en 2013 et changé d’entraîneur en 2014 sans connaître de réelle baisse de régime, Salt Lake sera à coup sûr pointé parmi les favoris au moment des pronostics de début de saison. Pourtant, l’équipe a perdu trois des quatre joueurs qui ont passé le plus de temps sur le terrain l’année dernière : l’arrière central Borchers, le back gauche Wingert et le médian axial Grabavoy. Le départ du premier nommé est compensé par le retour d’Olave, un des enfants chéris partis il y a deux ans. Demar Phillips, international jamaïcain chevronné, peut occuper n’importe quelle position sur le flanc gauche. Le milieu défensif Pecka, bien que Brésilien, reste sur plusieurs saisons à Fort Lauderdale, en D2. Parmi les autres départs, Salcedo, Velasquez et Findley pouvaient être utiles mais ont peu joué l’an dernier.

DC United en a assez des montagnes russes et compte bien rester accroché au sommet du classement. À cette fin, Ben Olsen a attiré deux joueurs étrangers qui ont déjà une certaine expérience de la MLS mais ne trouvaient pas de terrain d’expression idéal dans leur ancien club : l’attaquant Arrieta et l’ailier Driver. Autre renfort intéressant et, surtout, très polyvalent, l’international finlandais Halsti. Ils viendront apporter de la concurrence dans un noyau dont les deux départs les plus sérieux jusque à présent (Parke et Neal) ont passé le plus clair de leur temps sur le banc.

Finaliste de la dernière Coupe MLS et équipe surprise de la saison passée, New England conserve aussi l’essentiel des pions importants de son effectif, sa plus grande perte pour le moment étant le départ de l’attaquant Mullins, un espoir auteur de 4 buts. Tristan Bowen et Jeremy Hall, qui ont connu une saison 2014 difficile mais avaient déjà été régulièrement titulaires en MLS par le passé, sont à ce jour les deux joueurs les plus chevronnés à être arrivés. Mais on sait que Jay Heaps aime attirer de nombreux jeunes et arrive toujours à en faire sortir l’un ou l’autre du lot.

Le cas de Dallas est assez mystérieux. Malgré un onze de base très instable l’an dernier, l’équipe a réussi à se maintenir en haut de classement, sans s’effondrer en fin de championnat comme l’année précédente. Oscar Pareja a laissé filer quelques-uns de ces titulaires intermittents : Fernandez, Benitez et Escobar. Il a réussi un gros coup en attirant Dan Kennedy après la dissolution de Chivas USA, et misé sur l’expérience avec Harris et la jeunesse avec Bekker. Sans oublier quelques autres espoirs qui pointent leur nez à la fenêtre. De loin, tout ça semble énigmatique, mais l’entraîneur de Dallas a déjà prouvé qu’il était capable de construire discrètement une équipe performante et à sa main.

CAP SUR LA REPRISE
Objectif Ligue des champions
Le programme des 20 clubs
Revue des troupes plus ambitieuses
Revue des troupes en quête de progrès

21 January 5:22 pm

Les 20 clubs de MLS entameront leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes à quelques jours de la reprise. Aujourd’hui, les formations du ventre mou, qui ont terminé juste au-dessus ou juste en-dessous de la ligne rouge, ainsi que les deux nouveaux venus, New York City et Orlando.

Il y avait à l’issue de la saison régulière 2014 sept points d’écart entre l’équipe la mieux classée du dernier tiers et celle la moins bien classée de notre liste d'aujourd’hui. Mais si celles-ci ont une certaine marge sur leurs poursuivants – qui se sont pour la plupart améliorés –, elles doivent cependant redoubler d’efforts pour s’installer en haut de tableau et arriver en phase finale sans trop de stress.

Annoncé parmi les favoris l’an dernier, Portland n’avait ainsi pas terminé en ordre utile. La faute en particulier à la défense, remodelée suite aux départs de Ricketts, Harrington, O’Rourke et Kah. Pour les remplacer, le gardien international ghanéen Kwarasey, une valeur sûre de MLS en la personne de Borchers et le jeune Brésilien Jeanderson Pereira. L’ailier droit Valencia vient renforcer un secteur offensif où soit Adi, soit Fernandez soit Urruti devra s’affirmer en tant que buteur régulier.

À égalité de points avec Portland, Kansas City avait pour sa part réussi à se qualifier pour la phase finale, mais ce fut de peine et de misère alors que tout le monde attendait le tenant du titre en haut de classement. L’équipe de Peter Vermes a laissé filer ses gardiens, a perdu Collin, Olum et, surtout, presque tout son banc avec les départs de Zizzo, Sapong, Bieler, Dovale et Saad. Elle a attiré plusieurs joueurs intéressants, qu’il faudra intégrer rapidement. Ce sera plus facile pour Espinoza, ancienne vedette de la maison revenue après un séjour difficile en Angleterre. L’international hongrois Nemeth a de solides arguments pour s’imposer devant. Le gardien Luis Marin compte huit sélections en équipe nationale chilienne. Anibaba vient pour être titulaire en défense centrale. À Columbus, Añor a fait autant d’allers-retours entre le terrain et le banc que Marcelin entre la MLS et les divisions inférieures.

Transférer peu mais transférer bien : tel semble actuellement le leitmotiv de Columbus qui compte poursuivre la reconstruction de l’équipe entamée avec succès par Gregg Berhalter l’an dernier. Kei Kamara était un des meilleurs joueurs de la compétition avant de la quitter. Klute était une des révélations de la saison 2013 au poste d’arrière gauche avant de se blesser l’an dernier. Steindorsson et Mohammed Saeid étaient des valeurs sûres dans le championnat de Suède, que Berhalter connaît bien. Rayon départs, le talentueux Williams avait peu joué l’an dernier, Arrieta ne convenait pas au style de l’équipe, Añor et Gehrig étaient des roues de secours utiles mais sans plus. Parmi les renforts indirects, il y a aussi plusieurs jeunes au club l'an dernier qui pourraient bien franchir un palier important cette saison.

À Vancouver, c’est plutôt calme. Carl Robinson semble heureux du groupe qu’il avait sous la main à l’issue de sa première saison et a déjà la réputation de donner leur chance aux jeunes et d’attirer des joueurs sud-américains reconnus pour leur inspiration. Les deux transferts importants effectués jusqu’à présent sont d’ailleurs uruguayens : l’attaquant Octavio Rivero, qui jouait au Chili, et l’arrière central Diego Rodriguez. Ils devront respectivement remplacer O’Brien et Fernandez, deux départs majeurs. DeMerit, Mitchell et Leveron jouaient beaucoup moins mais laissent un trou que de jeunes défenseurs devront combler.

Malgré le départ de Thierry Henry et sa réputation d’ogre instable, New York fait partie des clubs les moins actifs sur le marché des transferts jusqu’à présent. Il faut aussi dire qu’il est le dernier à avoir nommé son entraîneur pour 2015, Jesse Marsch prenant la place de Mike Petke à l’étonnement de nombreux observateurs. Le milieu latéral Zizzo est pour le moment le seul renfort important d’une équipe orpheline d’un champion du monde français mais aussi d’Olave et Sekagya, tous deux titulaires, ainsi que de plusieurs joueurs dont le coup de main était apprécié (comme Eckersley et Kimura) et de quelques espoirs. Cela devrait encore beaucoup bouger durant les prochaines semaines.

Non loin de là, New York City veut frapper fort dès sa première saison. Je ne vous ferai pas la liste complète des nouveaux venus, mais la plupart d’entre eux connaissent bien la MLS et parmi les noms les plus familiers, on a un mélange de valeurs sûres (Grabavoy, Jacobson, Josh Williams, Hernandez, Wingert, George John) et de jeunes au potentiel reconnu (Brovsky, Mullins, McNamara, Velasquez). La vedette incontestable de l’équipe sera évidemment le goleador David Villa, un des rares renforts qui découvrira la compétition, au même titre que le meneur de jeu international américain Mix Diskerud et le gigantesque arrière équatorien Andrés Mendoza.

Autre équipe qui effectuera ses débuts dans la compétition, Orlando a également été chercher sa star offensive étrangère, le Brésilien Kaka. Vu que le club jouait déjà à un niveau inférieur l’an dernier, il conserve quelques éléments et renouvelle sa confiance en son entraîneur, Adrian Heath. L’effectif est déjà très garni. La défense centrale composée de Collin et Okugo s’annonce solide, tout comme la concurrence entre les gardiens Hall et Ricketts. De grands attentes reposent sur les épaules de l’ailier gauche Shea dont le retour est très attendu. Le groupe est néanmoins composé de nombreux jeunes, dont le Canadien Larin et deux espoirs venus de Benfica (Estrela et Ramos), ainsi que de joueurs qui ont un peu d’expérience en MLS mais dont le temps de jeu a été limité lors des saisons précédentes.

20 January 4:45 pm

Les 20 clubs de MLS entameront leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes à quelques jours de la reprise. Pour commencer, les équipes qui ont terminé à la queue du classement la saison dernière et ont donc une importante pente à remonter.

Montréal déploie les grands moyens pour ne plus terminer lanterne rouge de la compétition. Tant l’axe de l’entrejeu (Donadel, Reo-Coker) que celui de la défense (Soumare, Cabrera et probablement Ciman) ont reçu du renfort. Dans le même temps, Ferrari, Pearce, Perkins (remplacé numériquement par Kronberg) et Di Vaio sont partis. McInerney pourrait reprendre le rôle du joueur désigné italien, mais le club cherche au moins une solution de rechange devant. L’arrière gauche Toia est pour le moment le seul nouveau venu sur les flancs.

Pour se relancer, San José a misé jusqu’à présent sur deux cartes principales : un changement d’entraîneur, avec l’arrivée de Dominic Kinnear, et le repêchage de joueurs que les autres clubs ne souhaitaient pas conserver (Gruenebaum, Wynne, Sanna Nyassi). Ajoutons-y l’arrivée de jeunes et du créatif Barrera (ex-Chivas USA), alors que les principales pertes sont celles de Busch et Harris. Cela paraît léger mais le staff semble vouloir évaluer son effectif avant de voir s’il y a besoin d’autres renforts.

La donne sera d’autant plus compliquée que la Conférence Ouest a l'air particulièrement relevée cette année. On peut tenir le même raisonnement en regardant les changements effectués par Colorado jusqu’à présent. Sarvas sera un réel renfort, les autres (Cronin, MacMath, Burling, Imbongo, Harrington) doivent à nouveau prouver leur capacité à améliorer une équipe en difficulté, qui a en outre perdu du beau monde avec LaBrocca, Wynne, Klute, Piermayr et José Mari.

Roi du nul en 2014, Chicago ne lésine pas sur les moyens pour retrouver le chemin de la victoire. L’équipe de Frank Yallop a beaucoup recruté à l’étranger, avec les arrivées des attaquants Igboananike et Accam (tous deux à titre de joueur désigné) et Do Prado, de l’international trinidadien Joevin Jones, de l’arrière central bourlingueur Adailton, sans oublier le retour au bercail de Michael Stephens et l’arrivée de Gehrig qui a contribué à la bonne deuxième moitié de saison 2014 de Columbus. Les emplettes ne sont pas terminées, comme en témoigne l’intérêt pour l’ailier écossais Shaun Maloney. De quoi rapidement faire oublier les départs de Segares, Alex et Soumare et permettre à Yallop d’imposer sa griffe à l’équipe.

Quand on parle de grandes manœuvres pour espérer finir du bon côté de la ligne rouge, il faut évidemment inclure Toronto dans l’équation. L’arrivée qui a fait couler le plus d’encre est celle d’Altidore, qui doit compenser le départ de Defoe. Confirmée, celle de Giovinco ne se matérialisera cependant que cet été. Le secteur offensif a été priorisé, comme en témoigne le recrutement de Robbie Findley. L’équipe doit cependant encore se solidifier derrière, surtout après les départs d’Orr et Henry ; le nom de Damien Perquis a été cité. De Rosario quitte aussi le club, mais il ne jouait presque plus.

Après avoir eu le même entraîneur depuis ses débuts en 2006, Houston entamera la dixième saison de son histoire en entrant dans une nouvelle ère marquée par l’arrivée d’un directeur sportif (Matt Jordan) et le remplacement de Dominic Kinnear par Owen Coyle. Malgré les départs de Driver, Cummings et Hall, le cœur du noyau reste intact, et reçoit même quelques renforts intéressants avec l’arrière droit Inkoom, le jeune milieu offensif argentin Miranda et l’arrière central espagnol Raul Rodriguez. Erick Torres, lui, n’arrivera que cet été.

C’est beaucoup plus calme pour le moment à Philadelphie, dont le renfort le plus sérieux à ce jour est CJ Sapong. S’il y a assez de gardiens de qualité pour compenser le départ de MacMath, Okugo n’a pas encore été remplacé en défense centrale. Casey pourrait lui aussi s’en aller. S’il n’y a pas d’autres renforts, ce ne sera guère rassurant pour les supporters d’une formation qui avait terminé à sept points de la dernière place qualificative pour la phase finale de la Coupe MLS 2014.

10 December 6:55 pm

Entre la finale de la Coupe MLS jouée dimanche dernier et ce mercredi, une trentaine de joueurs ont déjà un nouveau club de MLS. Il faut dire que la plupart d’entre eux étaient impliqués dans le Repêchage d’expansion de ce mercredi, mais ils ne sont pas les seuls à avoir bougé.

Dès lundi, il y a eu beaucoup d’activité. Notamment à Orlando, qui n’a pas attendu de pouvoir piocher dans les effectifs des autres clubs pour attirer les joueurs dont il avait besoin, en recrutant Aurélien Collin, Amobi Okugo et Tally Hall. Le départ du Français de Kansas City, dont il était une pierre angulaire en défense centrale depuis plusieurs années, était dans l’air mais en a quand même surpris plus d’un. Peter Vermes a expliqué qu’en raison de contraintes liées au budget salarial, il n’avait guère le choix.

De son côté, New York City avait été chercher Omar Salgado à Vancouver et Josh Williams à Columbus, qui a également cédé Bernardo Anor à Kansas City. Deux départs qui étaient liés à un des points stratégiques de la brève période des transferts du premier jour de cette semaine : préparer le Repêchage d’expansion. Pendant ce temps, Portland transférait tous azimuts : Michael Harrington prenait la direction de Colorado, alors que Nat Borchers (Salt Lake) arrivait en compagnie d’un arrière gauche brésilien, d’un ailier colombien et d’un gardien de but international ghanéen.

Donovan Ricketts n’a cependant pas eu à vivre longtemps avec cette concurrence puisque le portier jamaïcain a été le premier choix d’Orlando lors du Repêchage d’expansion de ce mercredi. De son côté, New York City a commencé sa sélection de 10 joueurs par Ned Grabavoy (Salt Lake). Ci-dessous, la liste complète des joueurs recrutés (peut-être temporairement) par les deux clubs qui feront leurs débuts dans la compétition en 2015. Avec respectivement 19 et 22 éléments, New York City et Orlando ont déjà des effectifs solides et seraient prêts s’il les entraînements reprenaient dès demain.

TOUR ORLANDO NEW YORK CITY
1 Donovan Ricketts (POR) Ned Grabavoy (RSL)
2 Tony Cascio (COL) Patrick Mullins (NE)
3 Jalil Anibaba (SEA) Jason Hernandez (SJ)
4 Pedro Ribeiro (PHI) Daniel Lovitz (TOR)
5 Lewis Neal (DC) Tony Taylor (NE)
6 Jairo Arrieta (CLB) Mehdi Ballouchy (VAN)
7 Heath Pearce (MTL) George John (DAL)
8 Danny Mwanga (COL) Thomas McNamara (DC)
9 Mark Sherrod (HOU) Sal Zizzo (SKC)
10 Eric Gehrig (CLB) Chris Wingert (RSL)

La journée ne s’est pas arrêtée là puisque deux heures après le dernier choix de cette séance, commençait celle permettant aux clubs de puiser dans la Liste des joueurs disponibles où figurent, en gros, les éléments libres n’ayant pas assez d’expérience en MLS pour être admissibles au Processus de repêchage. Ce fut surtout une occasion de se recaser pour d’anciens joueurs de Chivas USA, puisque les trois seuls éléments recrutés viennent du club dissout il y a quelques semaines.

À peine le temps de souffler qu'un autre gros transfert pointait à l'horizon : le défenseur central Jamison Olave (New York), retournait à Salt Lake dont il était une des vedettes durant plusieurs saisons. Et au moment d'écrire ces lignes, il ne fait aucun doute que d'autres tractations importantes ont lieu en coulisses, impliquant entre autres des joueurs qui ont déjà bougé aujourd'hui.

Parallèlement à tout cela, notons aussi que l’Écossais Owen Coyle est le nouvel entraîneur de Houston, que Michael Stephens a signé à Chicago et revient donc en MLS dans le club le plus proche de l’endroit où il a grandi, et que l’ancien international canadien Rob Friend a pris sa retraite alors que sa saison au LA Galaxy a été minée par les blessures.

Retrouvez ici le récapitulatif complet de toutes les arrivées et de tous les départs, y compris ceux de joueurs dont le contrat n’a pas été prolongé.

06 November 3:53 pm

On est au plein cœur de la phase finale de la saison actuelle, mais les premières couleurs de la saison prochaine pointent déjà à l’horizon. Tout d’abord sous la forme de la présentation des maillots des deux nouvelles équipes. Orlando a ouvert le bal, avec un maillot tout mauve, couleur assez rarement portée par des clubs professionnels mais qui a quand même ses lettres de noblesse. Jeudi prochain, ce sera au tour de New York City, qui devrait sans surprise arborer le bleu ciel de son grand frère de Manchester. Ces deux maillots sont aussi les premiers à arborer le nouvel écusson de la MLS.

La ligue a par ailleurs confirmé les dates clefs menant à la reprise des entraînements en janvier prochain, notamment en matière de transferts, de recrutement et d’échanges, où il y aura encore plus d’animation qu’à l’accoutumée en raison de la fin des activités de Chivas USA et de l’arrivée des deux nouveaux clubs.

Pas le temps de prendre de vacances après la finale de la Coupe MLS le 7 décembre, puisque dès le lendemain, les clubs disposeront de quatre heures (entre 9h et 13h – toutes les heures ici sont HE, soit l’heure de New York et Montréal) afin d’effectuer des échanges et de prolonger les contrats de leurs propres joueurs. Avant cela (peut-être même avant la finale de la Coupe MLS), il y aura aussi eu le « repêchage de dissolution », une séance permettant aux autres clubs de recruter les joueurs de Chivas USA.

Dès 13h le lundi 8 décembre, commencera une période dite de black-out, durant laquelle il ne sera pas possible d’échanger de joueurs ni de prolonger de contrats. Elle se prolongera jusqu’au repêchage d’expansion, le 10 décembre. Celui-ci permettra aux deux nouvelles équipes, Orlando et New York City, de recruter des joueurs des autres équipes de MLS. Les détails n’ont pas encore été officialisés, mais si l’on se réfère à son organisation en 2011, elles pourront protéger 11 joueurs de leur effectif. S’y ajouteront les joueurs formés au club, les joueurs Génération adidas bénéficiant toujours de ce statut la saison prochaine et les joueurs désignés ayant dans leur contrat une clause de non-échange. Les joueurs arrivés en fin de contrat sont toujours considérés comme des joueurs du club, sauf s’ils ont annoncé leur retraite.

Dès la fin du repêchage d’expansion, les échanges seront à nouveau autorisés jusqu’au lendemain soir, soit le 11 décembre à 17h. Entre temps, le 10 décembre, aura lieu une séance de recrutement des éléments que les clubs ne souhaitent pas conserver et auront placés sur la liste des joueurs disponibles.

On passera ensuite aux deux phases du processus de repêchage, autre type de séance de recrutement, permettant cette fois aux joueurs ayant plusieurs années d’expérience en MLS, dont le contrat au club est arrivé à échéance et n’a pas été prolongé (avec certaines autres particularités, je vous passe les détails) d’être repêchés par un autre club de MLS et de ne pas rester à l’eau. La première étape aura lieu le 12 décembre, la seconde le 18. Entre temps, les échanges et négociations seront à nouveau possibles. Idem après la deuxième étape du repêchage.

Certains profiteront certainement de cette période pour prendre des vacances bien méritées, puisque dès début janvier, les prospecteurs auront beaucoup de travail de visionnage à effectuer. Du 2 au 5 janvier, aura lieu l’évaluation de joueurs des Caraïbes. Ensuite, du 9 au 13, ce sera l’Évaluation annuelle des espoirs. Tout cela culminera le 15 janvier avec le SuperDraft de la MLS, lors duquel les clubs recruteront des joueurs qu’ils auront vu à l’œuvre plus tôt dans le mois, généralement venus des rangs universitaires, dont les talents précoces ayant reçu un contrat Génération adidas leur permettant d’être recrutés avant la fin de leur études.

Il sera alors temps de reprendre les entraînements, avec des effectifs qui auront déjà pas mal évolué après les processus précités, sans oublier les transferts plus traditionnels, et seront encore appelés à le faire avec entre autres l’ouverture de la période des transferts internationaux en février.

17 September 1:15 pm

Si la période des transferts internationaux a officiellement pris fin le mois dernier, ce n’est qu’en ce début de semaine que tombait la date de fixation de la liste des joueurs, c’est-à-dire le moment à partir duquel les clubs ne peuvent plus toucher à leur effectif. Entre les deux, les clubs ont quelques possibilités intéressantes et ne se sont pas privés de s’en servir cette saison, attirant au passage quelques joueurs qui devraient hausser le niveau de la MLS.

Mais commençons avec les façons les plus prévisibles d’apporter des changements durant cette période : le transfert interne et l’échange standard. C’est-à-dire, tout simplement, recruter un nouveau joueur dans un autre club de MLS. Chivas USA est allé chercher Jhon Kennedy Hurtado à Chicago, et a envoyé Mauro Rosales à Vancouver en échange de Nigel Reo-Coker. À ce moment-là de la saison, deux objectifs semblent se dégager de ces transactions : apporter une nouvelle dynamique dans une équipe qui ne tourne pas aussi bien que prévu, et se donner de l’air financièrement en allégeant la masse salariale ou en obtenant une allocation monétaire.

Autre manière prévisible (voire souhaitable) d’ajouter de nouveaux joueurs dans son effectif : faire signer des jeunes du club. En effet, les règlements de la MLS obligent les clubs à fournir une liste de maximum 30 joueurs, qui sont les seuls autorisés à jouer en championnat. Si en fin de saison, moment idéal pour cela, un club veut récompenser un de ses jeunes prometteurs en lui offrant quelques escapades avec l’équipe première, il n’a pas d’autre choix que de l’ajouter à la liste en question. C’est ce qu’a entre autres fait Montréal avec Louis Béland-Goyette : deux jours après, il était déjà sur le terrain à New England. Les clubs canadiens semblent avoir envie de récompenser leurs pépites, puisque Toronto et Vancouver ont également promu des joueurs qu’ils ont formés.

Et puis, il y a ceux qui ont sillonné le marché international à la quête de joueurs sans contrat, et donc libres de signer en dehors des périodes de transfert. Plusieurs raisons expliquent les différentes arrivées, mais les joueurs cités ci-dessous ont tous un CV intéressant.

Le moins connu d’entre tous est certainement l’arrière droit Pablo Pintos, dernier renfort en date de San José. Depuis le départ de Steven Beitashour à Vancouver, les Californiens du nord étaient à la recherche d’une valeur sûre pour le poste. Ils ont d’abord jeté leur dévolu sur Andy Gorlitz, mais sa saison a pris fin en mai suite à une blessure au genou. Brandon Barklage, Ty Harden et Shaun Francis se sont relayés au back droit, mais le club voulait y trouver un titulaire fixe au plus vite. Il a donc recruté l’Uruguayen, revenu au Defensor Sporting, son club d’origine, après des passages en Argentine, en Espagne et en Turquie.

Le joueur de talent qui cherche encore la bonne voie pour sa carrière. C’est clairement ainsi que l’on peut identifier Samuel Inkoom. Ce nom vous dit sans aucun doute quelque chose, puisque l’arrière droit a souvent brillé sous le maillot ghanéen. Mais vous êtes certainement bien moins nombreux à connaître son parcours en club. Et pour cause : il est assez chaotique. Le potentiel est là, reste à trouver la stabilité. C’est le pari commun qu’on fait le joueur et DC United en signant le contrat qui les lie.

Le remplacement d’urgence. La MLS attire de plus en plus le regard des grands championnats. Génial ! Mais vu que son calendrier est différent, ses périodes de transfert aussi. Et quand le mercato estival est fini ici, les clubs européens peuvent encore attirer des joueurs pour leur début de saison. C’est comme cela que Columbus a vu son international costaricien Giancarlo Gonzalez, auteur d’une brillante Coupe du monde, prendre la direction de Palerme. Réaction immédiate dans l’Ohio : lui trouver un remplaçant d’un niveau au moins comparable. Le choix s’est porté sur Emanuel Pogatetz, international autrichien de 31 ans qui compte plus de 60 sélections, a joué en Premier League et en Bundesliga, mais que Nuremberg ne souhaitait pas conserver à l’issue de la saison dernière.

Toutes ces raisons… et d’autres encore. Voilà comment on peut parler du transfert de Florent Sinama-Pongolle à Chicago. Un joueur intéressé à venir en MLS et séduit par le discours de son entraîneur, mis à l’essai par un club qui n’était pas forcément pressé de l’embaucher en pensait peut-être attendre au début de la saison prochaine. Un joueur qui revient d’une grave blessure qui l’a mis sur une voie de garage dans son ancien club, Rostov, en Russie, mais n’a pas un lourd passé l’ayant laissé hors des terrains. Un attaquant qui présente un CV intéressant, avec entre autres des passages à Liverpool et l’Atletico Madrid, ainsi qu’une sélection en équipe nationale. Et puis, une opération, celle de Mike Magee, qui accélère le mouvement et permet la signature du Français avant la date de fixation de la liste des joueurs 2014.

On espère évidemment, tant pour les joueurs que pour leurs clubs et pour la MLS, que tous seront de grandes réussites. L’avenir, plus ou moins proche, nous apprendra qui parviendra à avoir un impact immédiat, qui profitera de cette signature en fin de saison pour s’adapter à un nouvel environnement avant d’éclater la saison prochaine et qui tombera rapidement dans l’anonymat à la recherche d’une nouvelle étape à sa carrière.

21 May 11:54 am

L’émission de cette semaine (à écouter ici) est très éclectique, puisqu’elle parle de l’équipe en forme du moment, New England, fait le tour de celles qui risquent de souffrir des absences durant la Coupe du monde, décortique l’échange de Warner contre Nakajima-Farran et évoque le nouveau contrat de droits TV signé par la MLS.

Les présélections pour la Coupe du monde ont été officialisées la semaine passée et les clubs de MLS ont commencé à être privés de leurs internationaux lors de la dernière journée (voyez la liste complète ici). On se demande quelle équipe souffrira le plus de ces absences. Celles que nous avons épinglées :

  • San José, dont deux défenseurs centraux - Goodson et Bernardez - et le buteur Wondolowski ont été convoqués
  • Houston, sans deux gros morceaux, Garcia et Davis… si celui-ci est dans les 23
  • Columbus, qui pourrait être le club de MLS le mieux représenté au Brésil
  • Le LA Galaxy, sans Gonzalez ni Donovan
  • Kansas City, qui vient déjà de passer une semaine très difficile
  • Toronto, qui perd Bradley et Julio Cesar, mais devrait conserver Defoe
  • Salt Lake, qui perd beaucoup de talent… ce qui n’inquiète pas grand-monde
  • New York, où les absences de Cahill et Miller ne paraissent pas insurmontables
  • Quant à Seattle, privé de plusieurs internationaux, il ne semble guère susciter de craintes

New England est l’équipe en forme du moment, ayant entre autres inscrit cinq buts pour le deuxième match consécutif. On parle de son effectif jeune (mais pas tant que ça) et bien bâti, de Lee Nguyen, un joueur qui plaît tant aux amateurs aguerris qu’aux profanes, des révélations de l'an dernier qui confirment, des nouveaux qui se sont bien intégrés et de la suite de la saison.

On évoque également l’échange de Collen Warner contre Issey Nakajima-Farran entre Montréal et Toronto : son côté surprenant (ou non), le désir de connaître la genèse de cette transaction, le côté éthique de ces échanges sans le consentement du joueur. Relisez aussi l’article sur les responsabilités des différents directeurs à Montréal.

Enfin, on parle du nouveau contrat de droits TV signé la semaine dernière, avec les matches à heure fixe, l’engagement à long terme de partenaires importants et ses implications au Canada. Sans oublier, évidemment, nos conseils pour le jeu MLS Fantasy.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

14 January 5:54 pm

Si l’arrivée de Michael Bradley à Toronto fait énormément parler d’elle ces jours-ci, elle s’inscrit dans la lignée des mouvements de ce début d’année en MLS : le retour au bercail.

Ainsi, un autre international américain qui évoluait en Europe a traversé l’Atlantique : le défenseur Michael Parkhurst, qui a signé à Columbus. Les canaris de l’Ohio ont aussi été chercher Hector Jimenez au LA Galaxy. Les Californiens ont pour leur part attiré l’international canadien Rob Friend qui jouait en Allemagne depuis sept ans. Mais le gros renfort de ce début d’année pour l’équipe de Bruce Arena n’est autre que l’attaquant brésilien Samuel, prêté par Fluminense.

Même les transferts internes ont des saveurs de retour. En effet, si DC United est allé chercher Jeff Parke à Philadelphie, c’est aussi pour permettre à l’Union de se retrouver au premier rang du classement d’allocation, qui donne le premier choix en cas de retour d’un ancien joueur de MLS. Il se chuchote que ce serait pour attirer Maurice Edu. Philadelphie serait aussi en discussions avec le médian français de Sochaux Vincent Nogueira. Le classement d’allocation pourrait également servir à s’adjuger les services de Marco Pappa, dont le contrat a été rompu à Heerenveen : Seattle serait sur les rangs, et il a été cité à Montréal où il retrouverait son ancien entraîneur Frank Klopas.

De son côté, Chivas USA a embrigadé l'attaquant Adolfo Bautista, un ancien international mexicain, alors que Portland serait sur le point d'attirer deux Argentins, l’attaquant Gaston Fernandez et le défenseur central Norberto Paparatto. La liste des joueurs français en MLS s’est par ailleurs allongée, avec l’arrivée du milieu défensif d’Ajaccio Jean-Baptiste Pierrazzi à San José, qui a également recruté Atiba Harris alors que Marvin Chavez effectuait le chemin inverse et prenait la direction de Colorado.

Ce sont cependant des départs dont on parle le plus dans les montagnes en ce moment, puisque l’équipe surprise de la saison dernière a perdu à la fois son entraîneur principal Oscar Pareja, qui entraînera Dallas cette saison (un autre retour au bercail, puisque Pareja y a disputé les huit dernières saisons de sa carrière de joueur), que son adjoint Wilmer Cabrera, nommé à la barre de Chivas USA, et est désormais le seul club à encore se chercher un entraîneur pour 2014 : la direction a dit qu’elle ne se presserait pas et qu’un intérimaire pourrait assurer la reprise.

S’il y a eu beaucoup de retours de joueurs en MLS, il y a eu aussi quelques départs à l’étranger, bien moins nombreux cependant. Notons le passage du défenseur central international canadien Dejan Jakovic de DC United à Shimizo S-Pulse (Japon) et la fin du feuilleton Juan Agudelo, qui a annoncé lui-même avoir signé à Stoke City - transfert qui avait achoppé dans un premier temps - qui le prêtera pour les six prochains mois (en Espagne, aux Pays-Bas ou en Belgique, où Anderlecht et le Standard seraient intéressés).