blog

Statistics

22 May 11:29 am

Après avoir regardé les problèmes défensifs du LA Galaxy cette saison, voyons ce qui ne fonctionne pas dans son jeu offensif, où plusieurs secteurs sont en panne.

Alors qu’il avait marqué près de la moitié de ses buts sur phase arrêtée (le tiers si on ne compte pas les penaltys) en 2011, le Galaxy n’a trouvé le chemin des filets qu’à deux reprises de la sorte cette saison : le coup franc direct de Beckham à Montréal et celui propulsé dans son propre but par Wynne à Colorado. Rien sur corner.

Même déduction pour les buts de la tête : 16 en 2011 (dont 10 passes décisives de Beckham) contre deux cette saison, et plus aucun depuis le 19 mars (vidéo ci-dessous) ! L’importance de l’Anglais dans ces phases est primordiale : a-t-il perdu son coup de patte ou ses partenaires ne parviennent-ils plus à en profiter ?

Ce n’est pas tout : l’an dernier, 20 buts de l'équipe étaient venus de la droite. Grâce à Beckham, mais aussi à Donovan, Barrett et Magee, voire Angel et Lopez. Cette année, elle n’a marqué que deux fois en passant par ce côté (ses deux seuls buts de la tête, avec donc la même impuissance depuis le 19 mars).

Ajoutons qu’en 2011, Los Angeles avait réussi à envoyer un joueur seul face au gardien adverse sur 10 de ses 55 buts. Cette année, ce n’est encore arrivé qu’une seule fois.

22 May 11:27 am

Nous sommes au tiers de la compétition et le LA Galaxy, impérial l’an dernier, pointe en fond de classement. Mais que se passe-t-il chez le champion en titre ?

Défensivement, il y a une grosse tache au dossier du club : quatre buts ont pour origine ce que les techniciens appellent la zone 4, c’est-à-dire le camp adverse. Cela représente 25% des buts encaissés par l’équipe, ce qui en fait la pire formation de MLS dans ce domaine. Trois d’entre eux le sont sur du kick and rush (long ballon sur lequel doivent se précipiter les attaquants, comme le but d'Arnaud à Montréal) : personne n’encaisse davantage sur cet aspect tactique.

Tout cela est à moitié nouveau pour le Galaxy. En effet, la saison dernière, il n’avait jamais encaissé suite à un kick and rush. En revanche, il faisait déjà partie des plus mauvais élèves de MLS sur les buts venus de la zone 4. Il y a donc là un problème structurel que doit résoudre l’entraîneur Bruce Arena.

L’autre aspect frappant des difficultés défensives du club, c’est la friabilité de son axe central. Alors que sur l’ensemble de la saison 2011, il n’avait encaissé que 3 buts venus de l’axe, il a déjà concédé 5 buts cette année de la sorte (dont trois originaires de la zone 4…)

01 May 10:19 am

À en croire les déclarations de l’entraîneur et des joueurs de Montréal avant le match de samedi dernier, Portland est une équipe physique très menaçante sur coups de pieds arrêtés. Vraiment ?

Le match ne fut guère musclé, et Portland n'y fut jamais dangereux sur phase arrêtée. Rien de surprenant quand on regarde les chiffres sur le long terme. Les pensionnaires de l’Oregon n’ont inscrit que deux buts cette saison de la sorte (remontant au premier match contre Phildadelphie) : seuls New England, Chivas USA et le LA Galaxy ont fait pire !

L’an dernier ? Certes, Portland avait marqué vingt buts sur phase arrêtée… mais seulement deux après le 4 août, soit en treize rencontres !

Au fait, qu’est-ce qui cloche chez les bûcherons ? L’équipe a encaissé 13 buts, dont deux penaltys et un coup franc direct. Il en reste 10 de plein jeu dont… 9 sont venus de son côté droit ! C’est encore là que l’équipe a péché à Montréal samedi.

Le penalty qui a permis aux Québécois d’ouvrir le score était consécutif à un centre de l’arrière gauche Wahl et c’est du même côté qu’Arnaud a offert le 2-0 à Ubiparipovic. Tout cela dans le dernier quart d’heure, lors duquel Portland a concédé plus de la moitié de ses buts. Des carences flagrantes à corriger au plus vite par John Spencer !

25 April 12:10 pm

As Real Madrid and Brazil star Kaka ticks over the 10 million followers mark on Twitter — a quite remarkable feat — which other athletes generate the most interest from fans, journalists and other professionals worldwide?

Four out of the top five followed athletes are soccer players, once again proving soccer's global appeal. This is what Kaka had to say:

Here are the top five followed athletes on Twitter on the planet:

1. Kaka – 10,014,735 million

2. Cristiano Ronaldo - 9,015,170 million

3. LeBron James - 4,340,534 million

4. Neymar - 4,102,275 million

5. Wayne Rooney - 3,942,544 million

24 April 11:20 am

Deux autobuts et de nombreux autres buts offerts directement par l’adversaire ou résultant d’erreurs des gardiens et joueurs de l’équipe qui encaisse, les cadeaux ont été nombreux lors de la dernière journée.

Au lieu de stigmatiser les bêtises, j’ai préféré me concentrer sur un autre aspect des réalisations du week-end : le kick and rush. De plus en plus rare (3% des buts en MLS en 2011, comme la moyenne des grands championnats européens), il existe encore. On n’avait marqué que deux fois de la sorte depuis le début de l’année, trois (jolis) buts avaient cette physionomie ce week-end. Le topo est simple : on balance un long ballon devant, tout le monde se précipite et là, place à la débrouillardise.

Le plus beau est celui de Pontius (DC United) contre New York : un dégagement mal négocié par la défense lui arrive dans les pieds et il déjoue l’arrière-garde adverse avant de marquer. Celui de Cummings (Colorado) contre Los Angeles est similaire : il récupère une longue balle de son arrière droit, elle aussi mal repoussée, et conclut de superbe manière.

Mais le but qui résume la journée est celui ci-dessous de Gaven (Columbus) contre Houston : kick and rush qui part d’un dégagement du gardien, passe décisive d’un défenseur et erreur combinée de la défense et du gardien. Tout y est…

23 April 6:19 pm

Toronto FC came out in their normal 4-3-3 lineup against Chicago minus Danny Koevermans and Nick Soolsma. Crossing has been a huge inconsistency for Toronto which makes it even more perplexing as to why they keep doing it. According to @OptaJack, TFC are attempting the most crosses by any team in 2012.

Toronto attempted 30 crosses from open play against the Fire, completing just 5 of them. The problem isn’t the number of crosses – it’s who’s taking them. Out of 25 unsuccessful crosses, TFC’s three forwards were responsible for 18 (image below) and 4 of the 5 successful crosses. Koevermans and Johnson are TFC’s best options in the air. So if Johnson is crossing and Koevermans is out, who (from TFC) is going to get on the end of these crosses?

 

Before this past Saturday’s game against the Chicago Fire, Toronto had conceded ten goals while netting just two. They’ve missed some sitters (6 Big Chances Fluffed) – Ryan Johnson and Danny Koevermans with 3 each – so the opportunities are there. With Koevermans and Soolsma out, Reggie Lambe has stepped up.

Lambe is listed as a midfielder in FS: M for $7.5m. He might not have another game like he did against Chicago anytime soon, but he’s providing a nice spark for a struggling squad. In his last 3 games he’s had 7 key passes (three equals a point), so if he continues getting regular minutes up top, there may be potential value in a TFC striker after all.

17 April 10:49 am

Contrairement à il y a deux semaines où, hormis les trois sur penalty, aucun but n’avait été inscrit sur phase arrêtée, lors de la dernière journée, les filets ont tremblé pas moins de 10 fois suite à de telles actions, et ont complètement décidé du sort de cinq rencontres, dont quatre se sont terminées sur le score de 1-0.

Philadelphie, qui ne marque que comme ça depuis le début de la saison (ses deux seuls buts venaient d’un coup franc et d’un corner) a remporté sa première victoire de l’année grâce à un penalty.

Mais ce sont surtout les coups de coin qui ont pesé lourd ce samedi : celui tiré par Graham Zusi sur la tête d’Aurélien Collin a permis à Kansas City de remporter le sommet contre Salt Lake. Zach Scott a repris de la tête un corner d’Alex Caskey pour Seattle contre Colorado. Et celui déposé sur la tête d’Oswaldo Minda par Miller Bolaños a enfoncé le clou pour Toronto face à Chivas USA.

À Dallas, ce fut carton plein avec trois buts sur phase arrêtée : Montréal avait ouvert la marque sur penalty, mais les Texans ont remporté la victoire suite à un coup franc prolongé par Perez au fond des filets puis une rentrée de touche victorieusement exploitée par Brek Shea.

10 April 10:27 am

Il a fallu attendre le cinquième match pour voir Vancouver encaisser ses premiers buts de la saison. San José s’en est chargé en trompant Joe Cannon trois fois en 10 minutes.

La saison dernière, Vancouver avait un côté faible : le droit, d’où il avait encaissé 35% de ses buts. L’arrivée de Lee Young-Pyo remédie au problème, mais la brèche s’est rouverte en Californie, puisque c’est de là que sont venues les trois réalisations locales.

Sur les deux premières, l’arrière gauche de San José, Ramiro Corrales, a un rôle prépondérant : il offre l’égalisation à Chris Wondolwoski sur une lumineuse rentrée de touche avant de centrer au premier poteau où Gordon, d’une tête croisée, donne l’avantage à ses couleurs.

Enfin, Wondolowski a continué d’alimenter son compteur-buts en reprenant d’une belle volée un coup franc, toujours venu de la gauche, tiré par Tressor Moreno. Et dire que le côté gauche n’est pas le plus fort de San José et que Shea Salinas, milieu gauche transféré cet hiver de Vancouver, n’était impliqué dans aucun des buts…

Autre fait notable de cette rencontre : Sébastien Le Toux a ouvert la marque pour Vancouver en marquant le premier but de la saison ayant pour origine une rentrée de touche.

07 April 4:01 pm

Récupération du ballon, reconversion offensive rapide, but : telle était la tendance, lourde, des buts inscrits la semaine dernière. Parmi eux, les deux inscrits par Montréal à New York et celui encaissé par Toronto à Columbus.

Rien de surprenant dès lors que cette recette ait été celle du premier succès des Québécois en MLS contre leur grand rival canadien.

Sur le premier but, Neagle vole un ballon à Dunfield et six secondes plus tard, Kocic peut aller chercher le ballon envoyé par Ubiparipovic au fond de ses filets. En milieu de deuxième mi-temps, Nyassi prend le ballon au nez et à la barbe d’Harden avant qu’Emory ne commette une faute qui lui vaudra un carton rouge.

Et sur le 2-0, Toronto est à 20 mètres du but de l’Impact quand un tir de Johnson est contré par Ferrari en direction de Mapp qui, de son camp, lance Wenger qui pliera le match.

Autre morale de ce résultat : les statistiques pures et dures peuvent être trompeuses. En effet, l’Impact a eu le ballon la plupart du temps durant ce match, mais c’est bien grâce à des moments où il ne le contrôlait pas, où il ne faisait pas le jeu, qu’il a forgé sa victoire…

 

06 April 11:51 am

Photo Courtesy of Getty Images

With the exception of Shaquille O'Neal – known to some as the Big Aristotle – pro athletes are not necessarily known for their smarts. Leave it to the Swedish to shatter our worldview.

A new study by Stockholm's Karolinska Institutet on the cognitive function of top-tier soccer players in Sweden reveals that they are way smarter than we are. As a matter of fact, the 29 players tested combined for an average score in the top five percent of all participants.

My immediate reaction is that these results are skewed: I assume everyone who lives in Sweden is smart, attractive and interesting. But apparently even by that lofty standard, these soccer players are at the top of the heap, because they also scored better than guys in the lower divisions.

So now the people who are in much better shape than us are also better at using their brains. Ladies and gentlemen, we are truly, desperately in trouble.