blog

Des joueurs venus de partout jouent en MLS

30 May 10:54 am

Des joueurs venus de partout jouent en MLS

By Matthias Van Halst

Comme chaque année, la MLS a publié des statistiques géographiques sur la provenance de ses joueurs. On peut dire qu’il y a de la diversité, puisque les 543 joueurs actuellement dans les divers effectifs sont nés dans 57 pays différents.

Parmi eux, 335 sont nés aux États-Unis ou au Canada. Ce sont d’ailleurs les deux pays en tête de liste. Derrière les Américains, sans surprise les plus nombreux, on retrouve 22 joueurs ayant vu le jour au Canada, soit deux de moins que l’an dernier, ce qui n’empêche pas le pays de conserver sa deuxième place. Il faut dire qu’en un an, quelques Brésiliens sont partis, et ils ne sont plus que 18 cette saison, contre 23 en 2013, ce qui leur vaut de partager la troisième place du podium avec les Argentins, de plus en plus courtisés par nos clubs. Juste derrière, on retrouve 17 Anglais et 17 Jamaïcains. La Colombie (11) et la France (10) ont, elles aussi, vu naître au moins 10 joueurs actuels de MLS, total que n’atteint plus le Mexique. 60 joueurs viennent d’Amérique du Sud, 54 du reste de la Concacaf, 51 d’Europe, 36 d’Afrique et 7 d’Asie ou d’Océanie.

Certains clubs ont ce qu’on pourrait appeler des filières : ils font confiance à au moins trois joueurs originaires du même pays. Cela se produit notamment lorsque l’un d’entre eux y réussit et ouvre la voie aux autres. Ainsi, encouragé par les prestations de Diego Valeri, Portland compte désormais quatre Argentins en ses rangs, et ils sont tout aussi nombreux à Chivas USA. Les joueurs nés au Brésil sont, de leur côté, en vogue au LA Galaxy (4), à Philadelphie (4) et à Toronto (3). Le club de la métropole canadienne fait également confiance à 3 Anglais, imité en ce sens par Vancouver et New York. Le seul autre pays européen à avoir 3 représentants dans un même club est l’Espagne, à Kansas City. À Dallas, on se tourne plutôt vers la Colombie (3 joueurs), Houston dénombre 3 membres de son effectif nés en Jamaïque, alors que Columbus compte 3 Costariciens en ses rangs.

Intéressant : les trois Costariciens de Columbus sont internationaux pour leur pays, même si seuls deux d’entre eux sont assurés d’aller à la Coupe du monde. C’est qu’une partie de ces joueurs venus d’un peu partout sur la planète font partie des meilleurs dans leur pays d’origine. À la Coupe du monde qui commencera dans deux semaines, la MLS aura ainsi des joueurs dans six sélections différentes : les États-Unis, le Costa Rica, le Honduras, le Brésil, l’Australie et l’Iran. Et tout cela sans compter les internationaux de pays qui ne se sont pas qualifiés pour le Mondial.

La plupart des joueurs nés au Canada évoluent dans un des trois clubs de leur pays. DC United est la seule équipe américaine à en compter deux en ses rangs, alors qu’il y en a également un à Dallas, au LA Galaxy, à Portland et à New England.

Le portrait permet aussi d’en savoir plus sur les États américains et les provinces canadiennes de naissance des joueurs (pour l’exercice, les uns et les autres sont sur le même pied). La Californie est très fertile en footballeurs professionnels, puisque pas moins de 71 joueurs actuels de MLS y sont nés. C’est loin devant le Texas (32) et l’Ohio (23). Arrivent ensuite New York, la Floride, le Missouri, le New Jersey, l’Ontario, la Pennsylvanie, Washington et la Géorgie, où 10 joueurs ou plus ont vu le jour.

Je me suis amusé à regarder les États / provinces dans lesquels les clubs jouaient et leurs représentants, tant dans les clubs en question que dans l’ensemble de la MLS. Tous ont vu naître au moins un joueur de MLS, mais il n’y en a qu’un venant de l’Oregon (surprise tant l’engouement pour le soccer y est important), de la Colombie-Britannique et de l’Utah. Si les deux premiers jouent respectivement à Portland et Vancouver, Salt Lake est, avec DC United, le seul club à ne compter aucun joueur ayant vu le jour dans son État. Notons aussi que le Québec est le seul autre territoire n’exportant personne, puisque les quatre Québécois de MLS jouent à Montréal.

Sans surprise, les clubs californiens s’approvisionnent bien sur leur territoire : 9 joueurs du LA Galaxy, 8 de San José et de Chivas USA viennent de l’État américain le plus peuplé. Excellente note aussi pour Columbus, qui compte en ses rangs 8 des 23 joueurs nés dans l’Ohio. Avec 7 Ontariens, Toronto est le club canadien à la saveur la plus locale. 6 des 10 joueurs qui ont vu le jour dans l’État de Washington défendent les couleurs de Seattle.

Si l’on regarde la carte, il n’y a que quelques États / provinces qui ne fournissent aucun joueur, avec un trou gigantesque au nord-ouest des États-Unis allant de l’Idaho au Nebraska. En revanche, plusieurs États sans club ont été le berceau de nombreux joueurs : si la situation de la Floride et de la Géorgie va changer bientôt, et que celle du Missouri est particulière avec Kansas City (idem avec le duo New York / New Jersey), ils sont au moins 8 à être nés en Arizona, dans le Michigan, en Caroline du Nord et en Virginie.

Les chiffres fournis permettent également de comparer la MLS et les quatre autres compétitions principales de sports collectifs aux États-Unis. La MLS est celle où le plus de pays différents sont représentés, devant la NBA. La NFL est quasiment une chasse gardée avec à peine 2,5% de joueurs qui ne sont nés ni aux États-Unis ni au Canada. Le championnat de base-ball est, après la MLS, celui comptant la plus grande proportion de joueurs nés à l’étranger mais, des cinq, est celui où le nombre de pays représentés est le moins nombreux, juste devant la LNH.

Pour voir une carte du monde des joueurs de MLS par lieu de naissance, RENDEZ-VOUS ICI
Pour voir la liste des joueurs nés à l’étranger, RENDEZ-VOUS ICI.
Pour voir une carte des joueurs de MLS nés aux États-Unis et au Canada, RENDEZ-VOUS ICI.
Pour voir la liste de ces joueurs nés aux États-Unis et au Canada, RENDEZ-VOUS ICI.