blog

Les premiers pas des anciens joueurs de MLS au poste d’entraîneur

19 March 2:39 pm

Les premiers pas des anciens joueurs de MLS au poste d’entraîneur

By Matthias Van Halst

Avec la nomination de Pablo Mastroeni juste avant le début de saison, 15 des 19 entraîneurs de MLS en sont également d’anciens joueurs. Wilmer Cabrera (Chivas USA), Bruce Arena (LA Galaxy), John Hackworth (Philadelphie) et Sigi Schmid (Seattle) font figure d’exception. Depuis plusieurs années, c’est la norme, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Cette semaine, Coup Franc vous propose de revivre chronologiquement, en deux parties, l’évolution de la confiance accordée par les clubs aux anciens joueurs de MLS pour leur accorder le poste d’entraîneur.

Au début de la première saison de MLS, en 1996, aucun ancien joueur ne pouvait évidemment être entraîneur. Néanmoins, dès cette année-là, l’un d’entre eux a déjà reçu, très brièvement, sa chance. À Colorado, l’attaquant Roy Wegerle, qui joue régulièrement, se voit confier cette responsabilité pour le dernier match de la saison régulière après la démission de Bob Houghton. Cela se solde par une défaite 3-1 de la lanterne rouge à DC United et met fin à l’expérience.

Il faut attendre 1998 pour que celle-ci soit tentée à nouveau, avec un joueur bien plus renommé. Fin août, Thomas Rongen démissionne à New England. Walter Zenga, qui y a joué la saison précédente mais a pris sa retraite et est retourné en Italie, est appelé à lui succéder. La saison suivante, il devient le premier ancien joueur de MLS à commencer le championnat comme entraîneur. Comme joueur-entraîneur plus précisément, puisque le gardien a rechaussé les crampons. New England termine 10e sur 12 mais Zenga doit céder son poste à deux rencontres de la fin de la saison.

Les choses sérieuses commencent réellement à San José, en 2001. Après avoir arrêté sa carrière à Tampa Bay en 1998 (photo), Frank Yallop y a fait ses premières armes comme adjoint, avant d’occuper le même poste à DC United. San José décide d’aller plus loin, lui donnant sa chance en tant qu’entraîneur principal. La confiance est manifeste car le club est ambitieux et recrute en conséquence. Il ne le regrettera pas : le Canadien offre à San José sa première Coupe MLS, suite à une victoire 2-1 contre Los Angeles, avec des buts de Donovan et De Rosario, toujours actifs aujourd’hui. Yallop est également récompensé par le trophée d’Entraîneur de l’année.

Cela ne donne pas d’idées aux autres clubs. À vrai dire, en 2002, tous les entraîneurs (même ceux arrivés en cours de saison) ont déjà entraîné en MLS par le passé, mais Yallop reste le seul à y avoir joué. San José termine deuxième du classement général mais sa course vers la Coupe MLS s’arrête contre Columbus dès les quarts de finale. Encore deuxièmes du classement en 2003, les Californiens remportent cette fois leur deuxième Coupe MLS, 4-2 contre Chicago, avec entre autres un doublé de Donovan.

En 2004, Yallop répond à l’appel du Canada et prend la tête de l’équipe nationale. San José mise sur la continuité et donne sa chance à Dominic Kinnear, adjoint de Yallop et autre ancien joueur de MLS (Colorado, San José, Tampa Bay). L’Écossais n’a, techniquement, pas quitté le club depuis lors puisque ce dernier a été déménagé à Houston en 2006 et qu’il y entraîne toujours, alors que San José a relancé un club en 2008 en lui donnant la même identité qu’à son prédécesseur. Pour leur première saison sous Kinnear, les Californiens terminent septièmes (sur 10) et sont éliminés en quart de finale.

Pour la première fois en 2004, deux clubs de MLS sont entraînés par un ancien joueur du championnat. DC United décide en effet de donner les rênes de son équipe à Piotr Nowak, qui a terminé sa carrière deux ans plus tôt à Chicago. Et bis repetita : trois ans après Yallop, l’ancien international polonais décroche la Coupe MLS pour sa première année comme entraîneur, une victoire 3-2 contre Kansas City. Il devient ainsi le premier entraîneur à soulever le trophée après l’avoir gagné comme joueur (avec Chicago en 1998).

2005. N’ayant pu devenir, après Yallop, le deuxième ex-joueur du championnat à remporter la Coupe MLS en tant qu’entraîneur, Kinnear trouve le moyen d’écrire l’histoire à sa façon, puisqu’il devient le premier de cette catégorie à mener son équipe au Supporters Shield. San José tombe ensuite en quart de finale, ce qui n’empêche pas Kinnear de suivre les traces de son prédécesseur en devenant à son tour entraîneur de l’année. À DC United, Nowak, toujours en poste, vit une bonne saison, sans titre toutefois.

Les deux hommes reçoivent également de la compagnie en cours d’année. Columbus limoge Greg Andrulis à la mi-juillet et le remplace par Robert Warzycha, qui doit terminer la saison en tant qu’intérimaire. Après un 14/57, les noir et or prennent 24 points sur 39 sous sa direction, terminant dixièmes (sur douze) du classement général. Fidèle serviteur du club où il a joué de 1996 à 2002, l’ancien international polonais reprendra le rôle d’adjoint la saison suivante, avec l’arrivée de Sigi Schmid.

Les ambitieux MetroStars, où joue alors Youri Djorkaeff, n’ont pas de résultats à la hauteur de leurs espérances et, à trois rencontres de la fin de la saison régulière, remplacent Bob Bradley par son adjoint Mo Johnston. L’Écossais, qui a défendu les couleurs de Kansas City de 1996 à 2001, termine par un 7/9 en déplacement, ce qui lui garantit le poste pour 2006 même si le club est éliminé de la course à la Coupe MLS en quart de finale par New England.

2006 est la première saison à s’ouvrir avec trois ex-joueurs au poste d’entraîneur. Deux d’entre mèneront leur équipe aux prix les plus convoités. DC United, avec Nowak, occupe la tête du classement à l’issue de la saison régulière et remporte le Supporters Shield, avant de tomber en demi-finale contre New England. Les rouge et noir sont vengés en finale par Houston, qui vient de déménager de San José et est donc entraîné par Kinnear. Les Texans s’imposent aux tirs au but et ne font pas regretter à leur nouvelle ville d’adoption l’envie d’attirer une franchise de MLS.

Cela ne se passe pas aussi bien pour Johnston à New York, qui vient d’être totalement redessiné aux couleurs de Red Bull. Il est congédié fin juin, Bruce Arena lui succède trois semaines plus tard. Entre temps, Richie Williams, ex-joueur du club et de DC United, assure l’intérim. Néanmoins, comme en 2005, quatre anciens joueurs de MLS occupent un poste d’entraîneur à la fin de la saison. À Kansas City, Bob Gansler démissionne à la mi-juillet et est remplacé par Brian Bliss, qui y a joué en 1998 après des passages aux MetroStars et à Columbus. L’équipe ne perd que 3 de ses 13 dernières rencontres mais termine avant-dernière. À Los Angeles, Steve Sampson est limogé début juin et remplacé par Frank Yallop, de retour de son périple canadien. Il ne peut cependant pas redresser suffisamment la situation pour éviter que la saison de l’équipe s’arrête dès la fin de la saison régulière, une première dans l’histoire du club.

À de nombreux égards, 2007 est une année charnière dans l’histoire de la MLS. Un des innombrables changements notables cette année-là concerne ses ex-joueurs devenus entraîneurs : pour la première fois, ils sont en majorité sur les bancs lors du début de la saison. Sept sur treize ! Kinnear est bien entendu toujours à Houston, avec qui il remporte une deuxième Coupe MLS consécutive. DC United a perdu Nowak, devenu entraîneur adjoint de l’équipe nationale américaine, et a nommé Tom Soehn (ex-Dallas et Chicago) pour lui succéder : le résultat est le même, le club conserve le Supporters Shield. À Kansas City, l’arrivée d’une nouvelle direction amène des changements importants, et Bliss est remplacé par Curt Onalfo, qui a joué une trentaine de rencontres de MLS entre 1996 et 1999 : l’équipe termine en milieu de classement et atteint les demi-finales. Le LA Galaxy adopte son nouveau nom, engage David Beckham et maintient sa confiance en Frank Yallop, mais les résultats ne s’améliorent pas.

C’est peut-être dur à croire aujourd’hui, mais cette année-là, Chivas USA est le club phare du sud de la Californie. Preki, qui a joué 10 ans en MLS, y entame sa carrière d’entraîneur et mène l’équipe à la deuxième place en plus d’obtenir le titre d’entraîneur de l’année, mais la route vers la Coupe MLS s'arrête en quart de finale. Après y avoir terminé sa carrière de joueur en 2003, le Nord-Irlandais Steve Morrow devient entraîneur de Dallas, où il restera trois ans. De son côté, Johnston tente de rebondir à Toronto, qui vient d’entrer en MLS, mais ne peut éviter la lanterne rouge. Un huitième larron les rejoint rapidement : en mai, Jason Kreis raccroche les crampons et succède sur le champ à John Ellinger au poste d’entraîneur de Salt Lake, qui terminera avant-dernier. Il se rattrapera par la suite…

Dès lors, la tendance ne s’inversera plus : les clubs de MLS continueront de faire confiance à d’anciens joueurs du championnat pour le poste d’entraîneur. Une évolution continue qui sera le sujet du deuxième article de cette série, plus tard cette semaine.