blog

Présentation de la saison 2014 : les autres vedettes à surveiller

04 March 3:04 pm

Présentation de la saison 2014 : les autres vedettes à surveiller

By Matthias Van Halst

La MLS regorge de vedettes. Si la liste de joueurs du championnat qui pourraient aller à la prochaine Coupe du monde est longue, celle des autres talents qui apportent un plus à la compétition ne l’est pas moins.

DÉJÀ TRÈS CÉLÈBRES HORS-FRONTIÈRES

Pour commencer, il y a évidemment ceux dont la renommée internationale n’est plus à faire. Champion du monde et d’Europe avec la France, l’attaquant Therry Henry est aujourd’hui le fer de lance de New York, où il a toujours autant de fraîcheur pour empiler buts et passes décisives. Parfait complice de Landon Donovan au LA Galaxy, l’Irlandais Robbie Keane est favori de bien du monde pour le titre de meilleur buteur cette saison. Parmi ses concurrents, Marco Di Vaio, l’ancien de Bologne qui a trouvé le fond des filets 20 fois pour Montréal lors de la défunte compétition.

Surtout connu pour ses passages à l’Inter et à Newcastle, le Nigérian Obafemi Martins est une des attractions de Seattle, quand il est en état de jouer. À ce sujet, son compatriote encore peu connu Bright Dike (Toronto) se serait retrouvé dans la liste des prétendants à une place en Coupe du monde s’il ne s’était pas grièvement blessé plus tôt cette année. Avant sa retraite internationale l’été dernier, l’attaquant Kenny Miller jouait encore régulièrement pour l’Écosse après son arrivée à Vancouver. Il est toutefois moins célèbre que les joueurs cités précédemment, à l’instar du défenseur gaucher de Seattle Djimi Traore, premier Malien à remporter la Ligue des champions européenne, en 2005 avec Liverpool.

LES JOUEURS DÉSIGNÉS

Quelqu’un qui connaît un peu les règles de la MLS mais pas encore les joueurs aura un réflexe pour savoir rapidement qui sont ses vedettes : éplucher la liste des joueurs désignés, ces joueurs dont seulement une partie du salaire compte dans le budget salarial. Beaucoup ont déjà été cités auparavant, mais ils sont de plus en plus nombreux à hausser le niveau de la compétition sans toutefois être très connus à l’étranger. Ainsi, Federico Higuain, maître à jouer de Columbus, n’est pas aussi célèbre que son frère Gonzalo. Il en va de même pour celui qui est peut-être le plus « pur » meneur de jeu du championnat, l’Argentin Javier Morales, qui défend les couleurs de Salt Lake depuis 2007 déjà. L’an dernier, c’est son compatriote Diego Valeri, expert pour dicter le rythme des échanges avec Portland, qui a suscité l’admiration et a reçu le titre de Nouveau venu de l’année de la MLS. Les bons joueurs n’ont pas forcément le statut de joueur désigné dès leur arrivée, comme le prouve le médian défensif cubain Osvaldo Alonso, qui a obtenu cette récompense en prolongeant son bail à Seattle cet hiver.

Être joueur désigné n’est pas non plus une garantie de succès et nécessite souvent un temps d’adaptation, notamment à ceux qui arrivent en cours de saison. Si l’attaquant de Chivas USA Erick Torres a rapidement empilé les buts, ses débuts prometteurs demandent confirmation. Idem pour son homonyme panaméen Gabriel Torres, qui présentait des statistiques impressionnantes avant de signer à Colorado en août. On attend également de deux médians défensifs argentins arrivés l’été dernier qu’ils expriment la pleine mesure de leur talent cette saison : Hernan Bernardello (Montréal) et Matias Laba (passé de Toronto à Vancouver il y a quelques jours à peine).

Le départ de Laba était dû à un point de règlement qui stipule qu'un club ne peut posséder que trois joueurs désignés. Il était donc surnuméraire à Toronto où il y a déjà Michael Bradley, Jermain Defoe mais aussi l’attaquant Gilberto, jeune Brésilien de 24 ans que l’on a dit convoité par des clubs mexicains et allemands. Bien entendu, la pression sera forte sur ses épaules, comme sur celles de tout transfert qui a ce statut particulier. À ce titre, les deux nouveaux que l’on dit les mieux armés pour réussir leur entrée en MLS sont l’attaquant de Dallas David Texeira, un jeune uruguayen de 23 ans auteur d’une quinzaine de buts en deux saisons et demie à Groningen (Pays-Bas), et Cristian Maidana, ailier argentin de Philadelphie passé par le Spartak Moscou.

LES VALEURS SÛRES

Comme tout championnat, la MLS compte également sur certains joueurs que les supporters de toutes les équipes connaissent et savent qu’il faut surveiller. Ils sont régulièrement candidats aux honneurs individuels ou à une place dans le onze idéal de la saison.

L’un des meilleurs exemples est le Français de Kansas City Aurélien Collin, élu meilleur joueur de la dernière finale de la Coupe MLS, et formant avec Matt Besler l’une des défenses centrales les plus réputées de la compétition. Autre arrière central très apprécié, Jamison Olave a aidé New York à faire le pas en avant qui lui a permis de remporter le dernier Supporters Shield. Il était arrivé de Salt Lake il y a douze mois en compagnie du rapide Fabian Espindola, qui a désormais la tâche de réveiller l’attaque de DC United. Quant à leur ancien coéquipier Will Johnson, il a trouvé l’environnement idéal à Portland pour planter de superbes coups francs et exprimer son plein potentiel, ce dont profite notamment le polyvalent Darlington Nagbe.

Vif comme l’éclair, le Ghanéen Dominic Oduro fait régulièrement parler la poudre pour Columbus. Longtemps valeur sûre à Seattle, et réputé pour la qualité de ses centres et de ses coups de pied arrêtés, le milieu droit Mauro Rosales défendra cette saison les couleurs de Chivas USA. Depuis son retour à Montréal, le milieu central Patrice Bernier en est la figure emblématique. Autre joueur réputé, pas toujours pour les bonnes raisons car il n’a rien d’un enfant de chœur, l’attaquant de San José Steven Lenhart.

S’il fallait énumérer la liste des joueurs bien établis et considérés comme des valeurs sûres de la MLS, ce texte n’en finirait pas. Il faut quand même mentionner la renommée du gardien de Chivas USA Dan Kennedy, du roi des coups de pied arrêtés Michel Garbini (Dallas), de Kenny Cooper, attaquant complet qui vient d’arriver à Seattle, ou encore de Diego Fagundez, emblématique de la jeune garde de New England. Et je vous passe les détails sur les jeunes Deshorn Brown, Dillon Powers, Austin Berry, Kofi Sarkodie, Andrew Farrell ou Amobi Okugo, qui sont appelés à être de plus en plus connus.

Certains joueurs n’ont pas besoin de bien longtemps pour devenir des vedettes en MLS où, il faut l’avouer, peu d’observateurs les connaissaient avant leur arrivée. Débarqué de Suisse il y a un an, le défenseur central de New England José Gonçalves n’a pas eu besoin d’une saison pour déjà être considéré comme le meilleur joueur du championnat à son poste. Le gardien panaméen Jaime Penedo a débarqué au LA Galaxy l’été dernier pour remettre à flots une défense en train de couler et les éloges pleuvent déjà à son sujet. Le portier de Dallas Raul Fernandez, international péruvien, en a reçu moins en fin de saison à cause de l’effondrement de son équipe mais avait été sélectionné pour le Match des étoiles (All-Star Game). Il est arrivé en MLS début 2013, tout comme Nigel Reo-Coker, titulaire plusieurs saisons à Aston Villa et aujourd’hui menace permanente sur le flanc droit de Vancouver.

LES NOUVEAUX QUI REGORGENT D’AMBITION

Les renforts venus de l’étranger ont une fois de plus été nombreux cet hiver, et tous aimeraient évidemment marcher sur les traces de Valeri et Gonçalves. Marco Pappa a un avantage sur les autres : l’ailier guatémaltèque était une vedette à Chicago avant de partir pour Heerenveen où ça ne s’est pas passé comme il le souhaitait. Idem pour le défenseur central international néo-zélandais Tony Lochhead qui avait passé deux saisons à New England avant de partir pour Wellington en 2007. Le choc culturel ne sera pas non plus énorme pour l’attaquant canadien Rob Friend, qui a quitté l’Allemagne pour le LA Galaxy. Sûrement davantage pour son nouveau coéquipier Stefan Ishizaki, ailier droit suédois sélectionné 13 fois en équipe nationale et qui quitte Elfsborg après 7 saisons, ou encore l’avant brésilien Samuel, prêté par Fluminense.

Le voisin de Chivas USA mise sur l’attaquant Adolfo Bautista, un vétéran mexicain de 34 ans qui a déjà porté 38 fois son maillot national, sur le médian défensif argentin Agustín Pelletieri qui compte près de 300 matches en D1 de son pays, ou encore Daniel Fragoso, qui a 31 ans et une carrière dans les divisions inférieures espagnoles. Son compatriote Christian Fernández, nouvel arrière gauche de DC United, a joué quelques années au sein de l’élite espagnole et présente un pedigree supérieur à celui d’un autre Ibère, l’arrière central de New York Armando.

Parmi les nouveaux, trois joueurs arrivent de France. Deux d’entre eux sont des médians défensifs français qui étaient restés fidèles au même club depuis le début de leur carrière : Jean-Baptiste Pierazzi, 28 ans, est passé d’Ajaccio à San José alors que Vincent Nogueira, 26 ans, a quitté Sochaux pour Philadelphie. Le soutien d’attaque colombien de Dallas Andrés Escobar appartient au Dynamo Kiev qui l’avait prêté l’an dernier à Évian, où il jouait à peine.

Pour finir, des duos. Le plus attendu, après le recrutement de Valeri l’an dernier : les Argentins de Portland Gastón Fernández, un soutien d’attaque de 30 ans qui vivra sa première expérience hors d’Amérique latine, et Norberto Paparatto, un arrière central du même âge qui a passé l’essentiel de sa carrière à Tigre dans son pays natal. Vancouver a misé sur les Uruguayens : le soutien d’attaque Sebastián Fernández et l’attaquant Nicolás Mezquida qui, à respectivement 24 et 22 ans, ont déjà beaucoup bourlingué mais pas forcément énormément joué. Enfin, les traditionnels anglais : Bradley Orr, arrière droit prêté par Blackburn à Toronto après avoir passé une demi-saison à Blackpool en D2, et Luke Moore, attaquant de Chivas USA venu en droite ligne de Wimbledon, en D4.