blog

SuperDraft : quel impact à long terme ?

16 January 12:15 pm

SuperDraft : quel impact à long terme ?

By Matthias Van Halst

Après avoir regardé hier l’impact immédiat des joueurs recrutés lors du SuperDraft, penchons-nous aujourd’hui sur leur impact à long terme. Pour cela, j’ai choisi la génération arrivée en 2008 (il y a 5 ans), des joueurs désormais dans la force de l’âge.

Cette année-là, 56 joueurs ont été choisis. Dix d’entre eux étaient en 2012 des éléments incontournables de leur club en MLS. Fait intéressant, la plupart des membres de ce cercle restreint ont conservé le même employeur durant cinq ans : Tony Beltran (Salt Lake, photo), Sean Franklin (LA Galaxy), Patrick Nyarko (Chicago), Chance Myers (Kansas City), Brek Shea (Dallas) et Roger Espinoza (Kansas City, transféré cet hiver à Wigan). On pourrait leur adjoindre Geoff Cameron, qui est resté plusieurs saisons à Houston avant de partir à Stoke l’été dernier.

Les autres sont David Horst (Portland), Andrew Jacobson (Dallas) et Steven Lenhart (San José). Ces deux derniers n’avaient été respectivement que le 24e et le 48e choix du SuperDraft 2008. Avec Cameron, 42e, ils étaient les bonnes pioches de cette génération. Parmi les dix réussites majeures, on retrouve les quatre premiers choix, mais seulement cinq joueurs du top 10.

Cinq autres recrues du SuperDraft 2008 sont encore en MLS aujourd’hui, mais passent le plus clair de leur temps sur le banc voire en tribune : Julius James (9e choix) ainsi qu’Eric Avila, Shea Salinas, Eric Brunner et Michael Videira (tous entre le 15e et le 20e choix).

En dehors de ces 15 joueurs, personne n’a su trouver sa place en MLS. Seul Ryan Miller a bien rebondi, puisqu’il est désormais titulaire à Halmstad, remonté en D1 suédoise pour la saison 2013. Nombre de ses partenaires de promotion ont disparu de la planète soccer, alors que d’autres se retrouvent dans les divisions inférieures aux États-Unis ou dans des compétitions aussi nébuleuses que le championnat d’Estonie, la D2 finlandaise ou la D4 anglaise.