blog

Open Cup

08 August 12:22 pm

La finale de la Coupe des États-Unis opposera ce soir dès 21h00 (HE, 20h00 heure locale) Kansas City à Seattle. Elle pourrait être historique.

Seattle tentera en effet de remporter le trophée pour une quatrième fois consécutive, ce que personne n’a jamais réussi dans cette compétition créée en 1914. Si sur un match, tout est possible, arriver en finale quatre saisons de suite est loin d’être simple !

Et gagner encore moins… D’autant que cette année, l’autre finaliste, Kansas City, joue à domicile. Un avantage ? Pas tant que ça, vu que le Sporting n’a plus gagné sur son terrain depuis la mi-juin. « On n’y pense pas comme si on était à la maison, mais comme si c’était une finale », déclare d’ailleurs à ce sujet Peter Vermes. Le club a cependant remporté sa seule coupe nationale en 2004 chez lui : bien des choses ont changé depuis lors, témoigne l’entraîneur adjoint Kerry Zavagnin, seul rescapé de l’époque.

La courbe de forme des deux équipes est fort différente. Invaincu en 7 rencontres, Seattle peut miser sur un duo Johnson - Montero de plus en plus complémentaire. Kansas City ne compte plus ses blessés et est heureux de récupérer Roger Espinoza après la fin du beau parcours olympique du Honduras.

Les superstitieux de Kansas City fermeront les yeux sur les trois finales de coupe perdues par Jimmy Nielsen quand il jouait au Danemark. Ceux de Seattle verront en Osvaldo Alonso un porte bonheur : avant les trois victoires de son club, où il était présent, il avait disputé la finale avec Charleston, dernier club de division inférieure à avoir atteint ce stade de la compétition.

Les deux équipes se sont déjà affrontées une fois en championnat cette saison : c’était à Seattle et ça s’était terminé par un nul 1-1. Notons enfin que le vainqueur de la Coupe des États-Unis aura son billet pour la prochaine Ligue des champions.

12 July 12:56 pm

La finale de la Coupe des États-Unis, programmée de longue date à Kansas City, opposera le Sporting local à Seattle, triple tenant du titre. L’affiche rêvée !

Lors des demi-finales programmées ce mercredi, Kansas City s’est imposé 0-2 à Philadelphie, vengeant le cinglant 4-0 concédé en championnat il y a quelques semaines, alors que Seattle a confirmé son retour en forme en battant Chivas USA 4-1. Mais Sigi Schmid ne sera heureux qu’en cas de victoire lors de la finale, le 8 août. Rappelons que le vainqueur décrochera aussi un ticket pour la Ligue des champions 2013-2014.

La journée a également été très animée du côté nord de la frontière. On a commencé par des transferts : Davide Chiumiento quitte Vancouver pour le FC Zurich, Justin Braun rejoint Salt Lake et quitte Montréal qui s’est renforcé avec l’arrière gauche suisse Dennis Iapichino, alors que Toronto se sépare de Nick Soolsma et prête Joao Plata.

En soirée, le duel entre les Ontariens et leurs compatriotes du Pacifique a eu des allures de feu d’artifice (résumé vidéo complet). Le marquoir indiquait 2-1 à la fin du temps réglementaire, avant que Mattocks n’égalise de la tête suite à une détente digne de la NBA. Mais tard dans les arrêts de jeu, Dunfield a offert les trois points au TFC.

01 June 4:56 pm

They aren't even top half of their own league – ninth of 12 teams in the Gran Liga de Oxnard to be exact – but Cal FC are playing on the big stage.

Fox Soccer announced Friday that they would be televising the US Open Cup fourth round match between Cal FC, which is coached by Eric Wynalda, and the Seattle Sounders at Starfire Stadium (correction: The story previously stated incorrectly that the game would be played at CenturyLink Field) live on Tuesday (10 pm ET). In other words, Cinderella is going to the ball and a camera crew will be following her around to document the whole thing.

That's good news for US Open Cup aficionados, of which there seem to be many in the early stages of the 2012 competition. Don't go betting the farm on Cal FC just yet though. They may have knocked off a Portland side that couldn't hit the broad side of a barn, but the three-time defending champions are up next and aren't likely to be so wasteful.

Still, they'll get their moment in the spotlight with plenty of reason to believe they can compete at the very least.

31 May 11:49 am

Le Cal FC, Petit poucet de la Coupe des États-Unis, a réussi l’énorme surprise des seizièmes de finale, en gagnant à Portland 0-1 après prolongation (résultats complets ici).

De quoi susciter l’embarras du président du club de MLS, qui s’est excusé auprès de ses supporters, et permettre l’espace d’une soirée au Cal FC de faire partie des… tendances mondiales sur Twitter !

Le Cal FC est un club basé à Thousand Oaks, à environ 60 kilomètres à l’ouest de Los Angeles. Il a vu le jour en 2010 et évolue dans la « Gran Liga de Oxnard », une des divisions régionales de la USASA, le 5e niveau du soccer aux États-Unis.

Entraîné par l’ancien international américain Eric Wynalda, il est composé d’éléments locaux, jeunes (le plus âgé a 26 ans) et compte en ses rangs quelques joueurs prometteurs qui n’ont pas réussi à décrocher de contrat professionnel.

Avant de rêver aux exploits de Quevilly (club de D3 arrivé en finale de la dernière Coupe de France), le Cal FC devra commencer par passer l’écueil des huitièmes de finale : un déplacement à Seattle, triple tenant du titre !

Et vous, suivez-vous la Coupe des États-Unis ? Préférez-vous voir les équipes de MLS y démontrer leur suprématie ou s’y faire surprendre par des « petits » ?

30 May 11:00 am

Pour une équipe qui a des ambitions internationales, remporter la coupe de son pays est un chemin rapide pour accéder à la scène continentale. La Coupe des États-Unis ne fait pas exception.

Alors que le championnat est une épreuve d’endurance qui n’offre qu’une place en Ligue des champions (et deux autres aux finalistes de la Coupe MLS), il suffit de 5 rencontres à une équipe de MLS pour s’y qualifier via la coupe. On peut même y racheter sa saison, mais tout faux pas est interdit ! Le palmarès de cette vénérable épreuve presque centenaire montre toutefois qu’elle échappe rarement à un club de MLS depuis 1996.

Après deux tours qui ont opposé des équipes de divisions inférieures, les équipes de MLS entrent dans la danse cette semaine à l’occasion des seizièmes de finale. Toutes têtes de série, elles ne s’affrontent pas entre elles, ce qui n’a pas empêché 7 surprises à l’occasion des 14 rencontres disputées ce mardi. Pour les détails, voyez la couverture exhaustive offerte par mlssoccer.com.

Les supporters se passionnent aussi pour ce qu’on appelle le Petit poucet de la compétition, l’équipe de la division la plus faible. Au stade actuel, c’est le Cal FC (USASA), qui se déplace à Portland ce soir. Car les surprises font le charme de la coupe où, sur un seul match, les plus grands exploits sont possibles !