blog

New York Red Bulls

29 January 12:17 pm

C’était prévisible : ça bouge beaucoup sur le marché des transferts. Certaines équipes ont déjà été chercher du renfort depuis la reprise des entraînements, pourtant toute fraîche.

C’est à New York et Montréal que ce fut le plus animé. Ces deux clubs ont d’ailleurs été impliqués conjointement dans un méga-échange leur permettant d’attirer des joueurs mais aussi d’ouvrir d’autres portes. Ainsi, Felipe quittait le Québec pendant qu’Alexander et Oyongo en prenaient la direction. Montréal obtenait aussi une place de joueur étranger et un montant d’allocation, de quoi attirer Oduro (Toronto).

De son côté, New York recevait la première place du classement d’allocation, qui permet, pour faire simple, de rapatrier un international américain ou un ancien de MLS (à l’exception des joueurs désignés de top niveau). L’objectif était clair : aller chercher Sacha Kljestan (Anderlecht), ancien coéquipier de Jesse Marsch. Un vœu que les New Yorkais ont exaucé au nez et à la barbe, entre autres, du LA Galaxy. Ce n’était pas tout, puisque le club annonçait peu après avoir engagé les défenseurs centraux Ronald Zubar et Andrew Jean-Baptiste, et prolongé le contrat de Perrinelle.

Autre club qui a beaucoup bougé ces derniers jours, même si son effectif était déjà bien garni, Orlando a transféré deux jeunes Colombiens, l’ailier Carlos Rivas et le milieu de terrain Cristian Hiuguita, et loué l’attaquant nord-irlandais Martin Paterson.

La semaine a également été très active à Toronto. Quelques jours avant le départ d’Oduro, l’équipe avait acté celui de Bekker pour Dallas. Les Ontariens ont également comblé un besoin en défense centrale en embauchant Damien Perquis, international polonais qui a passé les dernières saisons au Betis Séville. Autre arrivée derrière, celle de Zavaleta, qui portait le maillot de Chivas USA en 2013.

Lors de la reprise des entraînements, les supporters de Chicago avaient déjà pu découvrir quelques gros transferts, et ils en ont un autre à se mettre sous la dent depuis la signature de Shaun Maloney, un attaquant écossais venu de Wigan (D2 anglaise) qui sera joueur désigné. Le club a également attiré l’ancien gardien de San José Jon Busch, qui revient dans son ancien club pour aider le jeune international Sean Johnson à poursuivre sa progression.

Autre joueur méconnu pour lequel les attentes seront grandes, l’arrière droit Hernan Grana arrive à Columbus dans la force de l’âge après 10 saisons pros en Argentine. Visage plus familier, l’arrière central Kah tentera de se relancer à Vancouver qui avait bien besoin d’expérience dans ce secteur. Enfin, Carrasco passe de Houston à Kansas City et tentera cette saison, à bientôt 27 ans, de dépasser les 10 titularisations pour la deuxième fois de sa carrière.

28 January 12:37 pm

Ça y est, les 20 clubs de MLS ont commencé leur préparation de la saison 2015. Supporters et médias ont pu constater l’état des troupes et les journalistes ont pu parler avec joueurs et entraîneurs. Souvent, un sujet de conversation sortait du lot. Tour d’horizon :

  • Chicago : Comment permettre au gardien Johnson de faire un pas supplémentaire dans sa carrière ? En allant chercher Jon Busch.
  • Colorado : La concurrence accrue pour le poste de gardien de but, au plus grand plaisir de l’entraîneur.
  • Columbus : L’acclimatation en MLS de deux hommes venus du froid, le Suédois Saeid et l’Islandais Steindorsson.
  • Dallas : L’arrivée d’un nouveau préparateur physique, Fabian Bazan, qui a travaillé en D1 mexicaine et avec l’équipe nationale vénézuélienne.
  • DC United : Le cas Eddie Johnson, absent trois semaines pour des raisons médicales non divulguées, et probablement forfait en Ligue des champions.
  • Houston : Les préceptes du nouvel entraîneur Owen Coyle, qui préconise la conservation du ballon peu importe la disposition de l’équipe sur le terrain.
  • Kansas City : Un effectif qui a beaucoup changé, à un point tel que Peter Vermes pourrait délaisser son traditionnel 4-3-3.
  • LA Galaxy : La retraite de Landon Donovan laisse une place à prendre, convoitée notamment par Jose Villarreal.
  • Montréal : Les supporters ne reconnaîtront pas beaucoup de titulaires dans l’équipe solidement renforcée, et seront heureux de la voir prendre un virage francophone.
  • New England : Le retour possible de Juan Agudelo, dont le passage en Europe ne se passe pas comme il l’espérait.
  • New York City : Mix Diskerud, un joueur qui veut mieux se faire connaître du grand public et prendre ses responsabilités pour progresser dans sa carrière.
  • New York RB : Le club est très actif sur le marché des transferts ces jours-ci, et les questions ne manquent pas (Marsch, Cahill, défense centrale, etc.)
  • Orlando : Tous les yeux sont tournés vers Kaka, y compris ceux de ses nouveaux coéquipiers admiratifs.
  • Philadelphie : L’entraîneur Jim Curtin rassure les supporters inquiets de la légèreté de l’effectif et annonce des renforts à venir bientôt.
  • Portland : Après une saison 2014 aussi riche en attentes qu’en déceptions, Caleb Porter dit qu’il a désormais appris à être efficace.
  • Salt Lake : Les malheurs de Joao Plata, qui s’est cassé le pied au premier entraînement et sera absent pendant trois ou quatre mois.
  • San José : Un nouvel entraîneur, un effectif méconnaissable et la décision du Gruenebaum de mettre un terme à sa carrière au lieu d’aller en Californie.
  • Seattle : Alors, cette Coupe MLS, c’est pour quand ? Sigi Schmid est optimiste.
  • Toronto : Qui sera le vrai leader dans le vestiaire ? Steven Caldwell doit-il garder le brassard de capitaine ?
  • Vancouver : Une préparation entamée dans de meilleures conditions que l’an dernier, mieux planifiée et avec 22 joueurs qui étaient déjà dans l’effectif en 2014.

22 January 1:23 pm

Ça y est, c’est reparti ! Certains clubs de MLS ont repris le chemin des terrains ce jeudi, pour leur premier entraînement de l’année. Afin de mieux suivre qui fera quoi au cours des prochaines semaines, voilà le programme de chacun des clubs, selon les informations qu’ils ont communiquées.

CHICAGO
Reprise des entraînements :
dimanche 25 janvier (tests physiques), lundi 26 janvier (terrain)
Stage : 1er au 13 février, à Norwich et Londres (Angleterre)
Tournoi de préparation : Tournoi de Portland, 22 au 28 février
Premier match officiel : 6 mars, LA Galaxy - Chicago

COLORADO
Reprise des entraînements :
22 janvier
Stage : n.c.
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Philadelphie - Colorado

COLUMBUS
Reprise des entraînements :
22 janvier
Stage : Floride, du 24 janvier au 6 février
Tournois de préparation : ATX Pro Challenge (Austin), 13 au 15 février ; tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Houston - Columbus

DALLAS
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier
Stage : Floride, du 1er au 8 février
Tournoi de préparation : ATX Pro Challenge (Austin), 13 au 15 février
Premier match officiel : 7 mars, Dallas - San José

DC UNITED
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier (tests physiques), vendredi 23 février (terrain)
Stages : Floride, du 24 janvier au 6 février ; Dallas, du 16 au 22 février
Tournoi de préparation : ATX Pro Challenge (Austin), 13 au 15 février
Premier match officiel : 26 février, Alajuelense - DC United (Ligue des champions)

HOUSTON
Reprise des entraînements :
lundi 26 janvier
Stage : Tucson, du 4 au 10 février
Tournoi de préparation : Carolina Challenge Cup (Charleston), 21 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Houston - Columbus

KANSAS CITY
Reprise des entraînements :
23 janvier
Stages : Tucson, du 25 janvier au 10 février et du 15 février au 1er mars
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Kansas City - New York RB

LA GALAXY
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier (tests physiques), vendredi 23 février (terrain)
Stage : Irlande et Suède, du 11 au 22 février
Tournoi de préparation : aucun
Premier match officiel : 6 mars, LA Galaxy - Chicago

MONTRÉAL
Reprise des entraînements :
vendredi 23 janvier
Stage : Mexique, à partir du 8 février
Tournoi de préparation : aucun
Premier match officiel : 24 février, Pachuca - Montréal (Ligue des champions)

NEW ENGLAND
Reprise des entraînements :
jeudi 22 janvier
Stage : Casa Grande (Arizona), du 26 janvier au 6 février
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Seattle - New England

NEW YORK CITY
Reprise des entraînements :
samedi 24 février
Stage : Floride, du 24 février au 2 février ; Manchester (Angleterre), du 6 au 16 février
Tournoi de préparation : Carolina Challenge Cup (Charleston), 21 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Orlando - New York City

NEW YORK RB
Reprise des entraînements :
lundi 26 janvier
Stage : Orlando, 26 janvier au 6 février ; Brandeton (Floride), 16 février au 1er mars
Tournoi de préparation : tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Kansas City - New York RB

ORLANDO
Reprise des entraînements :
vendredi 23 janvier
Stage : aucun
Tournoi de préparation : Carolina Challenge Cup (Charleston), 21 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Orlando - New York City

PHILADELPHIE
Reprise des entraînements :
lundi 26 janvier
Stage : Clearwater (Floride), 2 février au 1er mars
Tournoi de préparation : tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Philadelphie - Colorado

PORTLAND
Reprise des entraînements :
24 janvier
Stage : Tucson, du 28 janvier au 11 février
Tournoi de préparation : Tournoi de Portland, 22 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Portland - Salt Lake

SALT LAKE
Reprise des entraînements :
samedi 24 février (tests physiques), lundi 26 janvier (terrain)
Stage : Californie, 3 au 12 février
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Portland - Salt Lake

SAN JOSÉ
Reprise des entraînements :
25 janvier
Stage : Arizona, du 2 au 10 février
Tournoi de préparation : aucun
Premier match officiel : 7 mars, Dallas - San José

SEATTLE
Reprise des entraînements :
24 janvier
Stage : Californie, du 29 janvier au 6 février
Tournoi de préparation : Desert Diamond Cup (Tucson), 18 au 28 février
Premier match officiel : 8 mars, Seattle - New England

TORONTO
Reprise des entraînements :
24 janvier
Stage : n.c.
Tournoi de préparation : tournoi Suncoast Pro (Floride), 18 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Vancouver - Toronto

VANCOUVER
Reprise des entraînements :
samedi 24 février (tests physiques), lundi 26 janvier (terrain)
Stage : Tucson, 4 au 10 février
Tournoi de préparation : Tournoi de Portland, 22 au 28 février
Premier match officiel : 7 mars, Vancouver - Toronto

21 January 4:22 pm

Les 20 clubs de MLS entameront leur préparation de la saison 2015 à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine. Si plusieurs d’entre eux seront encore actifs sur le marché des transferts d’ici le coup d’envoi de la saison début mars, voilà un premier état des troupes à quelques jours de la reprise. Aujourd’hui, les formations du ventre mou, qui ont terminé juste au-dessus ou juste en-dessous de la ligne rouge, ainsi que les deux nouveaux venus, New York City et Orlando.

Il y avait à l’issue de la saison régulière 2014 sept points d’écart entre l’équipe la mieux classée du dernier tiers et celle la moins bien classée de notre liste d'aujourd’hui. Mais si celles-ci ont une certaine marge sur leurs poursuivants – qui se sont pour la plupart améliorés –, elles doivent cependant redoubler d’efforts pour s’installer en haut de tableau et arriver en phase finale sans trop de stress.

Annoncé parmi les favoris l’an dernier, Portland n’avait ainsi pas terminé en ordre utile. La faute en particulier à la défense, remodelée suite aux départs de Ricketts, Harrington, O’Rourke et Kah. Pour les remplacer, le gardien international ghanéen Kwarasey, une valeur sûre de MLS en la personne de Borchers et le jeune Brésilien Jeanderson Pereira. L’ailier droit Valencia vient renforcer un secteur offensif où soit Adi, soit Fernandez soit Urruti devra s’affirmer en tant que buteur régulier.

À égalité de points avec Portland, Kansas City avait pour sa part réussi à se qualifier pour la phase finale, mais ce fut de peine et de misère alors que tout le monde attendait le tenant du titre en haut de classement. L’équipe de Peter Vermes a laissé filer ses gardiens, a perdu Collin, Olum et, surtout, presque tout son banc avec les départs de Zizzo, Sapong, Bieler, Dovale et Saad. Elle a attiré plusieurs joueurs intéressants, qu’il faudra intégrer rapidement. Ce sera plus facile pour Espinoza, ancienne vedette de la maison revenue après un séjour difficile en Angleterre. L’international hongrois Nemeth a de solides arguments pour s’imposer devant. Le gardien Luis Marin compte huit sélections en équipe nationale chilienne. Anibaba vient pour être titulaire en défense centrale. À Columbus, Añor a fait autant d’allers-retours entre le terrain et le banc que Marcelin entre la MLS et les divisions inférieures.

Transférer peu mais transférer bien : tel semble actuellement le leitmotiv de Columbus qui compte poursuivre la reconstruction de l’équipe entamée avec succès par Gregg Berhalter l’an dernier. Kei Kamara était un des meilleurs joueurs de la compétition avant de la quitter. Klute était une des révélations de la saison 2013 au poste d’arrière gauche avant de se blesser l’an dernier. Steindorsson et Mohammed Saeid étaient des valeurs sûres dans le championnat de Suède, que Berhalter connaît bien. Rayon départs, le talentueux Williams avait peu joué l’an dernier, Arrieta ne convenait pas au style de l’équipe, Añor et Gehrig étaient des roues de secours utiles mais sans plus. Parmi les renforts indirects, il y a aussi plusieurs jeunes au club l'an dernier qui pourraient bien franchir un palier important cette saison.

À Vancouver, c’est plutôt calme. Carl Robinson semble heureux du groupe qu’il avait sous la main à l’issue de sa première saison et a déjà la réputation de donner leur chance aux jeunes et d’attirer des joueurs sud-américains reconnus pour leur inspiration. Les deux transferts importants effectués jusqu’à présent sont d’ailleurs uruguayens : l’attaquant Octavio Rivero, qui jouait au Chili, et l’arrière central Diego Rodriguez. Ils devront respectivement remplacer O’Brien et Fernandez, deux départs majeurs. DeMerit, Mitchell et Leveron jouaient beaucoup moins mais laissent un trou que de jeunes défenseurs devront combler.

Malgré le départ de Thierry Henry et sa réputation d’ogre instable, New York fait partie des clubs les moins actifs sur le marché des transferts jusqu’à présent. Il faut aussi dire qu’il est le dernier à avoir nommé son entraîneur pour 2015, Jesse Marsch prenant la place de Mike Petke à l’étonnement de nombreux observateurs. Le milieu latéral Zizzo est pour le moment le seul renfort important d’une équipe orpheline d’un champion du monde français mais aussi d’Olave et Sekagya, tous deux titulaires, ainsi que de plusieurs joueurs dont le coup de main était apprécié (comme Eckersley et Kimura) et de quelques espoirs. Cela devrait encore beaucoup bouger durant les prochaines semaines.

Non loin de là, New York City veut frapper fort dès sa première saison. Je ne vous ferai pas la liste complète des nouveaux venus, mais la plupart d’entre eux connaissent bien la MLS et parmi les noms les plus familiers, on a un mélange de valeurs sûres (Grabavoy, Jacobson, Josh Williams, Hernandez, Wingert, George John) et de jeunes au potentiel reconnu (Brovsky, Mullins, McNamara, Velasquez). La vedette incontestable de l’équipe sera évidemment le goleador David Villa, un des rares renforts qui découvrira la compétition, au même titre que le meneur de jeu international américain Mix Diskerud et le gigantesque arrière équatorien Andrés Mendoza.

Autre équipe qui effectuera ses débuts dans la compétition, Orlando a également été chercher sa star offensive étrangère, le Brésilien Kaka. Vu que le club jouait déjà à un niveau inférieur l’an dernier, il conserve quelques éléments et renouvelle sa confiance en son entraîneur, Adrian Heath. L’effectif est déjà très garni. La défense centrale composée de Collin et Okugo s’annonce solide, tout comme la concurrence entre les gardiens Hall et Ricketts. De grands attentes reposent sur les épaules de l’ailier gauche Shea dont le retour est très attendu. Le groupe est néanmoins composé de nombreux jeunes, dont le Canadien Larin et deux espoirs venus de Benfica (Estrela et Ramos), ainsi que de joueurs qui ont un peu d’expérience en MLS mais dont le temps de jeu a été limité lors des saisons précédentes.

29 December 12:09 pm

Non, l’équipe n’a pas terminé tout en haut du classement. Non, elle n’a pas été en finale de la Coupe MLS. Oui, elle a été irrégulière et sa défense ne fut pas exempte de tout reproche. Mais quand les joueurs offensifs de New York étaient dans de bonnes dispositions, ils nous ont offert un jeu de grande qualité, et c’est arrivé assez souvent pour mériter la place de n°2 dans mon top de la saison.

2. New York attaque en fanfare

« Et quand New York se met à jouer, c’est tout le stade qui se met à vibrer » : si les nombreux joueurs maîtrisant la langue de Molière ayant côtoyé les stades français devaient apprendre une chanson aux membres du kop adossé à la rivière Passaic, celle-là serait des plus inspirées. En tout cas, pour les jours où New York veut jouer, car ce ne fut malheureusement pas toujours le cas, notamment en déplacement. Mais lorsque tout l’orchestre est au diapason, quel plaisir… pour les yeux !

Quand l’équipe décidait de prendre le ballon et de s’installer dans le camp adverse, rien ne pouvait l’arrêter. Constructions patientes ou accélérations soudaines, peu importe le tempo, l’attaque new-yorkaise parvenait à faire valser ses adversaires grâce notamment à des centres venus de tous les côtés qui donnaient le tournis.

Parlant de tempo, son unité a changé cette année : le bpm a cédé le relais au BWP, initiales de Bradley Wright-Phillips, meilleur buteur de la compétition avec 27 réalisations en saison régulière, ce qui lui a permis d’égaler un record. Ce renard des surfaces ayant beaucoup de présence dans le petit rectangle est bon de la tête malgré sa petite taille. Il est aussi à l’aise à la réception de centres que de ballons dans les pieds ou dans l’espace, qu’ils viennent d’un joueur près de lui ou d’un coéquipier plus loin de lui. Efficace de la première à la dernière minute, il est capable de prendre le dessus sur son adversaire en attendant calmement le ballon ou grâce à sa vitesse. Et il marque aussi sur penalty…

Thierry Henry est l’autre vedette offensive des taureaux ailés. S’il ne faut plus lui demander de piquer un sprint pour être à la conclusion des actions, il a encore le nez fin pour se placer au bon endroit et trouver le chemin des filets. Mais le Français, qui a souvent sonné la charge en deuxième mi-temps, a surtout des atouts de chef d’orchestre, aussi bien capable de lancer des partenaires dans des espaces que d’en trouver un d’une courte passe subtile. Avoir à la fois ces capacités de buteur et de passeur lui permet aussi de traîner en zone de conclusion sans que ses adversaires sachent s’il va tenter sa chance directement ou servir un coéquipier bien placé. Encore un dont la décision de partir à la retraite n’avait rien à voir avec une baisse de niveau…

Je voudrais aussi souligner la toute bonne saison de Lloyd Sam, un milieu impliqué et clairvoyant capable de jouer sur toute la largeur du terrain et d’envoyer des passes bien dosées très près du but et tellement difficiles à négocier pour le gardien et les défenseurs.

Pleine lucarne : les tops de la saison 2014
3. La valeur ajoutée Obafemi Martins
4. Les joueurs de MLS sur la scène internationale
5. Le renouveau de DC United
6. Salt Lake confirme encore
7. New England confirme, Nguyen s’affirme
8. Pause. Dallas. Boum !
9. Le Columbus nouveau est déjà arrivé
10. Philadelphie : à l’abordage !

16 December 11:30 am

Ce matin, Thierry Henry a donc annoncé sa retraite. Un peu partout, vous lirez des éloges de toutes parts à son sujet et verrez les plus beaux buts qu’il a inscrits tout au long de sa carrière. Ici, j’ai voulu me focaliser sur ceux qu’il a marqués depuis son arrivée en MLS, au milieu de la saison 2010. Ils sont par ordre chronologique (et il y en a au moins un par saison), à vous de juger lesquels vous enthousiasment le plus.

New York - Colorado, 11 septembre 2010

New York - Dallas, 24 juillet 2011

New York - Chicago, 18 juillet 2012

New York - Columbus, 15 septembre 2012

New York - Toronto, 29 septembre 2012

New York - Montréal, 8 mai 2013

New York - Chicago, 27 octobre 2013

New York - Kansas City, 6 septembre 2014

02 December 4:33 pm

Le LA Galaxy et New England s’affronteront donc en finale de la Coupe MLS : leur duel à venir et leur qualification sont évidemment au cœur de l’émission de cette semaine (que vous pouvez aussi écouter ici), qui se termine sur une petite note canadienne.

Seattle - LA Galaxy 2-1 (aller 0-1)

  • La pertinence de la règle des buts à l’extérieur
  • Le double duel dans l’axe du milieu de terrain
  • Les changements effectués par les deux entraîneurs
  • La diversité des options du LA Galaxy
  • Sigi Schmid : stop ou encore ?

New England - New York 2-2 (aller 2-1)

  • Deux équipes qui ont trouvé des solutions inhabituelles pour elles
  • Le genre de match devant lequel on reste accroché de bout en bout
  • La retraite de Thierry Henry et sa réaction surréaliste dans le vestiaire
  • Quels lendemains pour New York ?

La finale LA Galaxy - New England

  • L’intérêt de la jouer sur un terrain naturel
  • Le LA Galaxy sera aussi poussé par les adieux de Landon Donovan
  • Le match de trop pour New England ?
  • Le « buzz MVLee »
  • Les pronostics de l’équipe : qui va gagner et pourquoi ?

En fin d’émission, on se penche sur le transfert de Donadel à Montréal et sur les finalistes prétendant au titre de joueur canadien de l’année.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

01 December 11:19 am

La finale de la Coupe MLS 2014 opposera la LA Galaxy au New England Revolution ce dimanche 7 décembre. Vainqueurs 1-0 à l’aller, les Californiens ont réussi à inscrire un but important à Seattle, qui leur permet de se qualifier malgré leur défaite 2-1. Contre un New York très accrocheur, New England est revenu deux fois à la marque, et le partage 2-2 suffit à son bonheur puisqu’il s’était imposé 1-2 à l’aller.

Le duel entre Seattle et le LA Galaxy (résumé vidéo) était une finale avant la lettre. Disputé dans un froid de canard, il a tenu toutes ses promesses en matière de suspense. Il y a quand même eu de longs temps morts, comme la moitié initiale de la première mi-temps : habituée des départs lents et s’attendant à voir un adversaire qui penserait avant tout à défendre, l’équipe locale semblait assoupie mais a surtout endormi son adversaire qui n’arrivait plus à sortir du faux rythme qui lui avait suffi pour dominer jusqu'alors. Le réveil a été pour le moins soudain : deux accélérations et deux buts en 7 minutes. La qualification avait changé de camp.

À la pause, Bruce Arena a su trouver les mots qu’il fallait pour réorganiser sa formation. L’axe de l’entrejeu, qui s’était fait manger tout cru dès le réveil de Seattle, a dès lors cadenassé le terrain et, moins de 10 minutes après la reprise, Juninho faisait oublier son match très moyen jusque-là en reprenant victorieusement un corner. Avec Sarvas, ils ont ensuite fermé la porte devant la défense, et Seattle n’est jamais parvenu à trouver de solution pour menacer Penedo. Le vainqueur du Supporters Shield est donc éliminé, avec un sentiment de déception au bout d’une saison très réussie. Quant à Landon Donovan, il disputera le dernier match de sa carrière devant ses supporters, avec un trophée à la clef. Il y pensait déjà, et tenait des propos lucides en déclarant : « Nous n’avons encore rien gagné. »

Pour soulever la Coupe MLS, le LA Galaxy devra se défaire d’une tenace équipe de New England qui, contre New York, a été davantage poussée dans ses derniers retranchements que ce que les observateurs prévoyaient (résumé vidéo). Mike Petke était au pied du mur : privé de Wright-Phillips, il avait aligné en pointe un Cahill souvent irrégulier cette saison. L’Australien a toutefois parfaitement suppléé son coéquipier en ponctuant victorieusement une accélération et une sublime passe d’Henry. Mais juste avant la pause, Davies égalisait suite à un corner joué en deux temps.

Dès le retour des vestiaires cependant, New England a plié et a semblé au bord de la rupture lorsque Luyindula a profité d’un centre de Sam mal contrôlé par Farrell pour donner l’avantage à ses couleurs, et rétablir l’égalité parfaite au total des deux rencontres. L’équipe locale n’avait toutefois pas abdiqué, loin de là : un ballon relâché par Robles lui a permis de développer une nouvelle action, lors de laquelle un centre de Tierney trouvait la tête de Davies, qui égalisait. Cinq ans après l’accident qui a failli lui coûter la vie, l’ancien attaquant de Sochaux a retrouvé les sommets. En reprenant l’avance, New York aurait été qualifié : il a tout fait pour gagner, mais n’a pas réussi à trouver le fond des filets. Cette élimination a été suivie des adieux de Thierry Henry, qui a officiellement annoncé son départ du club.

28 November 11:59 am

Vainqueurs respectivement 1-2 à New York et 1-0 contre Seattle, New England et le LA Galaxy ouvriront le match retour des finales de conférence en position avantageuse, mais leurs adversaires ont encore bon espoir de disputer la finale de la Coupe MLS le 7 décembre prochain.

New England semble être l’équipe dont les chances de qualification sont les plus grandes, lors d’un match dont le coup d’envoi sera donné à 15h00 ce samedi. Non seulement elle fait preuve de solidité défensive sur son terrain, mais en outre New York peine en déplacement. Il lui faudra pourtant marquer au moins deux buts, et ce sans Wright-Phillips dont la suspension hante toujours les esprits et a été évoquée sur Twitter par Mike Petke lors d’une séance de questions-réponses improvisée ce jeudi.

New York devra donc prendre des risques. Mais comment ? New England ne s’attend à rien de très original, et pense qu’il lui suffira de contrôler un adversaire qui jettera toutes ses forces à l’attaque. De quoi évidemment réjouir ces amoureux de la reconversion offensive, qui veulent aussi passer par les ailes grâce à Bunbury. Mais New York devrait modifier son système de jeu pour tenter de déstabiliser son adversaire : établir et appliquer un plan de match totalement inhabituel pour eux cette saison, voilà certainement la seule chance de salut pour Mike Petke et ses joueurs.

Seattle aussi doit gagner, mais sera chez lui dans un stade plein à ras-bord certainement bien avant le coup d’envoi prévu pour 21h20 (HE) dimanche. Sa mission n’est cependant pas simple : avec la règle des buts à l’extérieur, s’il encaisse un but, il devra trouver le fond des filets à trois reprises en 90 minutes. Pour tenir le fort derrière, il comptera donc sur Chad Marshall, fraîchement élu Défenseur de l’année et particulièrement touché d’avoir été plébiscité par les joueurs. Devant, le duo Dempsey - Martins devra une fois de plus faire preuve de complicité pour tromper la solide arrière-garde californienne. Si Neagle rentre dans le jeu, il pourrait leur prêter main forte afin d’amorcer des accélérations tranchantes.

Dans l’autre camp, les vedettes offensives seront également observées de près : Zardes, Keane et Donovan ne sont toutefois pas seuls à pouvoir apporter la menace. On l’a vu lors du seul but du match aller, dessiné par DeLaGarza et conclu par Sarvas, mais depuis quelques semaines, Ishizaki a aussi pris une nouvelle dimension dans l’équipe. Avec un adversaire qui doit prendre des risques, le LA Galaxy pourrait miser sur la qualité de passes et la vitesse pour envoyer des ballons dans l’axe et dans le dos de la défense : cela ferait inévitablement penser à la période, pas si lointaine, où David Beckham était dans une équipe qui a pourtant bien évolué depuis le départ de l’Anglais, il y a deux ans à peine.

25 November 2:38 pm

Les finales de conférence sont au centre des préoccupations de l’émission de cette semaine (que vous pouvez aussi écouter ici), où l’on parle également de la nomination d’Adam Braz à Montréal.

New York - New England 1-2

  • Le match complet de New England, particulièrement dans l’axe de l’entrejeu
  • Les chances de qualification de New York
  • New England a encore une fois exploité ses forces avec efficacité
  • Le mauvais plan de match de New York, particulièrement en deuxième mi-temps
  • Le rôle et l’apport de Jermaine Jones
  • Tim Cahill ne fait pas honneur à son statut
  • Wright-Phillips ne savait pas qu’il était menacé de suspension : la faute à qui ?

LA Galaxy - Seattle 1-0

  • Un résultat qui ne provoque aucun stress à Seattle
  • Le jeu varié du LA Galaxy
  • La défense de Seattle a muselé les vedettes adverses
  • Les joueurs moins renommés du LA Galaxy ont réussi à faire la différence
  • Le match d’Azira qui suppléait Alonso, blessé
  • Les clefs du match retour

La nomination d’Adam Braz au poste de directeur technique de l’Impact de Montréal suscite le scepticisme chez les supporters : pas en raison du principal intéressé mais de la manière dont la décision a été prise. Ce qui a donné à Fred (qui dresse par ailleurs un long portrait de Donny Toia) l’idée originale d’un jeu, préparé et animé par Olivier : « Braz ou Schalli », à partir de citations. On y joue et vous pouvez le faire avec nous.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).