blog

Montreal Impact

21 December 12:44 pm

Pour le dernier Coup Franc de 2012 (à écouter ici), nous vous avons préparé une émission spéciale de fin d’année (ou fin du monde, c’est selon). Plusieurs intervenants récurrents sont au rendez-vous : Frédéric Lord, Matthias Van Halst, Olivier Tremblay, Olivier Brett, Patrick Leduc et Patrice Bernier. Au programme :
- Quel avenir pour l’Impact de Montréal ? L’effectif actuel est-il suffisamment armé pour mieux se classer en 2013 ? Sinon, quels renforts recruter et à quels postes effectuer des changements ? Y a-t-il assez de joueurs de premier plan dans le noyau ? Quelle place pour les jeunes du club dans le groupe en 2013 ?
- On discute du futur entraîneur de Montréal. Martin Andermatt est-il un candidat sérieux ? Qu’ont à gagner des entraîneurs ayant son profil en venant en MLS ?
- Petit détour outre-Atlantique pour parler du club de l’année : le FC Barcelone. Faut-il l’imiter, et comment ? Est-ce possible avec moins d’argent ? Que vaut vraiment son école de jeunes ? Un entrejeu surpeuplé sans attaquant de pointe : une nouvelle norme ? Qu’est-ce qui est le plus impressionnant dans son jeu ? Combien de temps son hégémonie va-t-elle se poursuivre ?
- Nouvel opus du club de lecture. Olivier Tremblay a épluché « Nobody Ever Says Thank You », une biographie du très coloré Brian Clough signée Jonathan Wilson… et plus précise que l’autobiographie du principal intéressé.

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com) ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

17 December 2:10 pm

Parmi les rares clubs de MLS à ne pas encore avoir d’entraîneur pour la saison prochaine, l’Impact de Montréal. Plusieurs noms ont été cités, dont celui du Suisse Martin Andermatt. Pour en avoir le cœur net, j’ai contacté l’intéressé.

Il a eu l’amabilité de répondre, et la forme de son message témoigne de sa bonne éducation. Je vous épargne les formules de politesse, voici l’essentiel de ce qu’il a écrit (traduit de l’allemand) :

« C’est un grand honneur pour moi et une formidable confirmation de mon travail d’entraîneur d’avoir été mis en lien avec un club aussi intéressant que l’Impact de Montréal. Je suis dans le métier depuis longtemps et il n’est pas dans ma nature d’effectuer une déclaration chaque fois qu’un journal émet un commentaire à mon sujet. »

Il faut dire qu’Andermatt, sans club actuellement, est annoncé un peu partout par divers journaux suisses et allemands : outre Montréal, il y a son ancien club Bellinzona, mais aussi Berne (qu’il a entraîné entre 2006 et 2008), Zurich et Dresde.

L’ancien international suisse, titulaire de la licence d’entraîneur UEFA Pro, ne serait pas dépaysé à Montréal puisque dès son enfance, il a vécu dans un environnement où se côtoyaient plusieurs cultures.

12 December 5:16 pm

Suite du résumé des bilans de saison des clubs faits sur MLSsoccer.com, avec ceux des quatre autres formations qui n’ont pas atteint la phase finale de la compétition.

C’était une première depuis 2009 pour Dallas, dont la saison a été marquée par de nombreuses blessures. L’arrivée de Julian De Guzman et le retour en santé de l’indispensable David Ferreira ont permis à l’équipe de mieux tourner en fin de saison, mais les Texans avaient un retard trop important à combler. Arrivé en début d’année, le directeur technique Fernando Clavijo n’a pas tout chamboulé : l’équipe portera davantage sa marque la saison prochaine.

Montréal (qui n’a mis personne à la disposition de MLSsoccer.com pour la traditionnelle entrevue de fin de saison) peut être satisfait des résultats obtenus pour sa première campagne en MLS. Quand on approfondit, on se rend compte que cette place dans le ventre mou ne reflète pas une équipe globalement moyenne, mais bien une formation avec de solides points forts et des manquements criants, ce qui ouvre grand la porte à l’incertitude.

Colorado a connu une saison difficile : le club a relativement bien transféré mais a été privés de plusieurs valeurs sûres. L’équipe a dû s’habituer au style de son nouvel entraîneur, Oscar Pareja, qui prône la patience et souhaite voir ses joueurs faire preuve de davantage de concentration. On a vraiment affaire à une équipe en construction et 2013 pourrait être une autre année de transition.

Un mot peut résumer la saison 2012 de Columbus : déséquilibre. Bloc de béton sans inspiration en début d’année, l’équipe est devenue durant l’été aussi virevoltante devant que friable derrière. « Nous avons été très constants », se réjouit cependant l’optimiste entraîneur Robert Warzycha. Matthew Doyle, un des analystes de MLSsoccer.com, pense qu’il accomplit du bon travail malgré des résultats sur la pente descendante.

Je recommencerai cet exercice à quelques reprises dans les prochains jours jusqu’à ce que le tour d’horizon de tous les clubs soit terminé. Rendez-vous ici pour retrouver sur la même page un lien vers tous les textes et les dates de parution des prochains bilans.

08 December 1:46 pm

The Canadian press is all abuzz over this one. As first reported on the Twitter feed of RDS' Patrick Friolet, apparently former Impact head coach Jesse Marsch has an offer to become the boss at Toronto FC:

In case you don't speak French, here's the translation via Nick Sabetti, who covers the Impact and the Canadian national team for Goal.com:

And if that's not enough, CBC.ca contributor Ben Raycroft says that Marsch has also had talks with his old club, Chivas USA:

Our take? Well, it's worth noting that Marsch and new TFC president Kevin Payne go back all the way to 1996, when Payne helped launch D.C. United and Marsch was one of the top midfield subs. They've reportedly been tight ever since.

Payne, however, said in his introductory press conference that current TFC head coach Paul Mariner would stay on for the 2013 season.

“He is a person I have a lot of respect for, competed against for a number of years in the East when he was a key member of the success in New England,” Payne said.

You can watch the entire press conference below:

05 December 2:00 pm

Je reprends aujourd’hui mon classement des tops et des flops de l’année, avec un détour par deux clubs qui ont affiché un bilan satisfaisant après leur première saison en MLS. Pour Portland, cela remonte à douze mois, et ce fut suivi par une saison pour le moins décevante. Montréal peut regarder de ce côté-là pour avoir un exemple à ne pas suivre en 2013, mais doit avant tout s’améliorer dans des domaines où l’équipe fut parmi les pires de la compétition.

4. L’effondrement de Portland
On peut témoigner dans l’Oregon que la saison de la confirmation est souvent la plus difficile. Après un premier exercice encourageant, Portland est passé à côté de son sujet cette année. Déjà faible en déplacement en 2011, Portland y est devenu un oiseau pour le chat : il suffisait quasiment de paraître pour les battre. Des chiffres sévères en témoignent : 10 buts marqués, 35 encaissés, 7 malheureux points et 16 rencontres consécutives sans victoire. Le bulletin d’ensemble est moins bon qu’en 2011. En cause, entre autres, un affaiblissement marqué sur les phases arrêtées et moins de présence dans le petit rectangle.

3. Montréal, sans ailes ni tête
Si pour leur première saison en MLS, les Québécois ont pas mal de raisons d’être satisfaits, dans de nombreux compartiments du jeu, ils ont été les cancres de la compétition. Tant offensivement que défensivement, ils ont été extrêmement faibles de la tête et sur les ailes. Si l’on ne tient pas compte des nombreux penaltys, ils n’ont quasiment jamais marqué sur phase arrêtée, alors qu’ils ont concédé beaucoup trop de buts de la sorte. Ajoutez-y une défense qui s’est souvent transformée en passoire en fin de match, et vous aurez une (trop) longue liste d’insuffisances.

Droit dans le mur : les flops de la saison 2012
5. Les lenteurs défensives de New York dans l'axe du jeu
6. Des chèvres sans étable ni percussion
7. Les errances de l’axe défensif de DC United
8. Les abonnements de la défense de Dallas
9. Columbus peut se réjouir de ne pas jouer au basket
10. Au LA Galaxy, défendre sur le flanc gauche est optionnel

03 December 7:23 pm

By now you've probably seen "the list," the group of guys available for the third-ever MLS Re-Entry process, which includes Stage One and Stage Two Re-Entry Drafts on Dec. 7 and 14.

Things could certainly change between now and then – guys could opt out of the process, come to new terms with their clubs, be traded to another MLS team or head overseas – but I thought it would be interesting to see what kind of lineup you could pluck from those made available by their clubs.

Without too much in-depth research, below is my Re-Entry XI. Feel free to discuss and share yours in the comment section below.

Goalkeeper: Kevin Hartman

Defense (left to right): Gonzalo Segares, Marvell Wynne, Ike Opara, Jeremy Hall 

Midfield (left to right): Justin Mapp, Julian de Guzman, Tony Tchani, Eric Avila

Forwards: Juan Pablo Ángel, Maicon Santos

16 November 10:51 am

Après les flops hier, j'inaugure aujourd'hui le classement « Pleine lucarne », mon top 10 de la saison, avec des satisfactions qui nous viennent de clubs qui ne se sont pas qualifiés pour la phase finale. Mais ce n’est pas parce qu’on n’a pas terminé en haut de classement qu’on n’a aucune raison de se réjouir.

10. Jaime Castrillon et Brian Mullan sauvent l’honneur de Colorado
Si la saison de Colorado est bien moins réussie que la précédente, c’est surtout la faute à sa défense. L’équipe a marqué autant en 2012 qu’en 2011 et deux joueurs m’ont particulièrement plu. Brian Mullan ne s’est pas fait remarquer uniquement pour sa poignée de main avec Steve Zakuani, qu’il avait gravement blessé l’an dernier. Malgré ses 34 ans, il a été cette saison un des meilleurs centreurs de MLS. Quant au Colombien Jaime Castrillon, il peut être qualifié de transfert réussi : ce milieu de terrain s’infiltre très bien, possède le sens du but et a fait preuve de beaucoup de présence dans le petit rectangle adverse.

9. Patrice Bernier - Felipe, axe des succès montréalais
Avec un bilan de 42 points, Montréal a disputé une première saison plus qu’honorable. Il le doit en grande partie aux buts qu’il a construits dans l’axe, pour lesquels il n’avait pas d’égal en MLS, et compte en Felipe Martins le meilleur passeur de la saison régulière depuis cette partie de terrain où Patrice Bernier a aussi brillé. Un duo en or, qui a notamment aidé les Québécois à remporter cinq victoires de suite durant l’été. Les nouveaux venus en MLS ont aussi réussi l’exploit d’ouvrir la marque 9 fois de suite en début de saison… mais ont rarement su conserver cette avance.

13 November 12:17 pm

L’émission Coup Franc de cette semaine (à écouter ici) s’intéresse tant à ceux qui sont en lutte pour la Coupe MLS qu’à ceux qui ont déjà la tête à 2013. Parmi les sujets de discussion :
- La phase finale de la saison en questions. Se dirige-t-on vers une nouvelle finale LA Galaxy - Houston ? Qui de Seattle ou de DC United a le plus de chances de renverser la tendance au match retour en finale de conférence ? Les animateurs parlent aussi de leurs surprises et de leurs pronostics.
- Entretien avec le journaliste Nick Sabetti, actuellement en Italie avec Montréal. Il évoque l’état d’esprit des joueurs et du staff technique, ce qui a changé (ou non) aux entraînements, la possibilité que Mauro Biello succède à Jesse Marsch ou encore le genre d’entraîneur que les joueurs aimeraient.
- Débat : Mauro Biello peut-il devenir le T1 de Montréal en 2013 ?
- Nouvelle rubrique : club de lecture. Aujourd’hui, Olivier Tremblay vous conseille « Football and Chess ». Si vous aimez lire, allez voir la bibliographie du site zonalmarking.
- La vente aux enchères du brassard de capitaine de l’Impact de Montréal par les Ultras Montréal.

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com) ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

06 November 11:56 pm

La séparation inattendue entre l’Impact de Montréal et Jesse Marsch a poussé l’équipe de Coup Franc à chambouler son programme habituel pour réaliser une émission spéciale sur le sujet (à écouter ici). L’équipe pose des questions de fond, analyse la situation en détails et s’attaque aux clichés. Elle est rejointe par Patrick Leduc, qui connaît les rouages internes du club pour y avoir joué 11 ans et nous livre certains secrets de son fonctionnement.

- Si la personnalité de Jesse Marsch faisait l’unanimité, comment évaluer le travail de l’entraîneur ?
- Fallait-il le choisir l’an dernier comme premier entraîneur du club en MLS ?
- Clivage Américains - Italiens : le juste milieu entre l’entente cordiale et la guerre des clans.
- Les « différences de philosophie », concrètement, c’est quoi ?
- Marsch a-t-il pu se sentir à l’écart de certaines décisions de ses dirigeants pendant la saison ?
- Quelle ingérence de la direction dans le travail de l’entraîneur ?
- Cette décision élimine-t-elle toute possibilité d’amélioration en 2013 ?
- Pourquoi un choix tout à fait justifiable est-il très mal perçu par de nombreux médias et supporters ?
- Quelles conséquences pour l’image du club dans le reste de la MLS ?
- L’Impact : un club où la pression est forte… car il se la met lui-même.
- Était-ce nécessaire de nommer Mauro Biello comme entraîneur intérimaire ?
- Quelques textes évoqués durant l’émission : la saison de Jesse Marsch vue par Pascal Milano, le blogue de Frédéric Lordl'opinion de Patrick Leduc

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com) ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

03 November 1:12 pm

Surprise ce matin au stade Saputo : la direction de l’Impact de Montréal et Jesse Marsch ont annoncé leur « séparation à l’amiable ». « Nous avons les mêmes objectifs à long terme pour le club mais pas la même philosophie sur les moyens d’y arriver », a résumé le président Joey Saputo, qui n’a toutefois pas souhaité entrer dans les détails et a précisé que même un meilleur classement n’aurait pas changé la décision.

« En allant en MLS, notre idée était de regarder, d’apprendre, de savoir, a déclaré de son côté le directeur sportif Nick De Santis. L’expérience de Jesse et de son staff nous a bien servis. Nous avons eu de grosses discussions pendant la saison mais nous sommes fiers de dire qu’elles n’ont jamais transpiré dans le vestiaire. Tout s’est déroulé de manière très professionnelle. »

Le discours de Marsch allait dans le même sens que celui de ses désormais anciens patrons. Il a remercié le club pour lui avoir donné sa chance, ainsi que Montréal pour avoir réservé un accueil de premier ordre tant à lui qu’à sa famille. Il n’a toutefois pas voulu émettre de commentaire quand on lui a demandé s’il avait le soutien des nouveaux joueurs important de l’équipe comme Alessandro Nesta ou Marco Di Vaio. Ses adjoints Mike Sorber et Dennis Hamlett restent en poste, contrairement à l’entraîneur des gardiens Preston Burpo et au préparateur physique Adam Rotchstein.

De leur côté, les joueurs ont fait part de leur surprise au moment où ils ont appris la nouvelle – avant l’entraînement de ce matin – sans toutefois s’avancer davantage, se limitant à dire que cela faisait partie de la vie professionnelle des footballeurs.

Le club est donc désormais à la recherche d’un nouvel entraîneur. S’il n’en connaît pas encore la provenance, Nick De Santis en connaît le profil : « Nous devons évaluer ce que nous avons à l’interne et où on veut s’en aller. Le club et le staff technique auront leurs opinions et devront marcher dans la même direction : on est un club. »