blog

MLS Cup

05 December 1:10 pm

La finale Kansas City - Salt Lake est évidemment le sujet de discussion principal de notre émission de la semaine (à écouter ici) lors de laquelle on discute aussi du discours sur l’état de la Ligue – avec des débats sur les sujets les plus chauds – et on présente notre Onze idéal de la saison.

Qui gagnera la Coupe MLS ? En plus de nos pronostics, on compare Kansas City et Salt Lake ligne par ligne, on décrit les forces et faiblesses de chacun des protagonistes, l’animation du jeu préférée des deux équipes, on tente de prévoir le scénario de la rencontre, on évoque les points d’interrogations et les cartes cachées des deux équipes, on parle des deux entraîneurs, de leur état d’esprit et des choix qu’ils ont à faire.

Le discours sur l’état de la Ligue a mis en avant les points chauds concernant l’avenir de la MLS. D’où viendront les nouvelles équipes, qui sont les candidats et quelle est leur situation ? Calendrier : avantages théoriques et difficultés pratiques du passage de l’année scolaire à l’année civile. Comment s’assurer d’avoir un match phare à date fixe pour obtenir des droits TV plus rémunérateurs ? Formation : Don Garber a demandé à la NCAA de s’adapter.

L’émission se termine avec le dévoilement du Onze idéal de l’émission Coup Franc avec, eh oui, des arrières latéraux, mais aussi les choix des animateurs pour des catégories originales : « le secret le mieux gardé » et « le meilleur joueur sur Twitter ».

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

04 December 4:29 pm

À trois jours de la finale de la Coupe MLS opposant Kansas City à Salt Lake, le match est sur de plus en plus de lèvres (d’ailleurs on vous en parlera abondamment dans l’émission Coup Franc en ligne ce jeudi) et les comparaisons entre les deux équipes pleuvent.

La meilleure défense recevra la meilleure attaque, mais on aura aussi sur le terrain deux équipes qui aiment avoir une importante possession de balle. Pensez-vous qu’on aura droit à une opposition de styles ? La question n’est pas simple, et même à Salt Lake, il y a désaccord sur la réponse. Pendant que Borchers insiste sur les points communs entre les deux équipes, Morales parle d’un adversaire physique qui pratique un jeu totalement différent. Il faut dire que, même s’il ne s’en formalise guère, le meneur de jeu s’attend à recevoir un traitement particulier.

S’ils souhaitent évidemment la victoire de leur équipe, les supporters de Kansas City ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été gâtés cette année : ils verront la finale chez eux, où il y a également eu ces derniers mois le Match des étoiles et une rencontre des éliminatoires de la Coupe du monde. L’avantage du terrain vient aussi avec une certaine pression, que les visiteurs ne se privent pas d’accentuer en insistant sur leur aisance devant des foules hostiles.

Ces derniers jours, MLSsoccer.com a également comparé les deux équipes ligne par ligne. Chez les gardiens, tous deux d’un âge avancé, les réflexes de Rimando auront-ils le dessus sur la concentration de Nielsen ? Le Danois a des regrets à effacer, lui qui n’avait pas savouré à sa juste valeur le titre de champion de son pays remporté il y a 14 ans. Moins perméable de la compétition, la défense de Kansas City semble avoir le dessus sur celle de son adversaire, dont on sous-estime néanmoins peut-être certaines qualités.

Comparer l’entrejeu est difficile tant chaque équipe a un style qui lui est propre, avec des animations différentes. Face au milieu en losange de Salt Lake qui peut se transformer en rouleau compresseur, le trio de Kansas City se concentre sur ses tâches défensives pour priver l’adversaire du ballon avant de tenter d’écarteler sa défense. Devant, avantage à l’attaque la plus prolifique du championnat face à un adversaire à qui il manque un vrai buteur.

Quant aux entraîneurs, ils ont la particularité de tous deux avoir évolué à un poste offensif lorsqu’ils étaient joueurs (même si Vermes a reculé dans le jeu au fil de sa carrière). De là à dire que ça laisse présager une finale qui fera la part belle à l’attaque, il y a un pas de géant que je me garde de franchir !

25 November 11:31 am

Salt Lake disputera la finale de la Coupe MLS 2013 à Kansas City : vainqueur 4-2 à l’aller, il a conservé son avance de main de maître en remportant 0-1 le match retour de sa finale de conférence à Portland (résumé vidéo).

À vrai dire, l’équipe de Caleb Porter n’est jamais complètement rentrée dans son match et a peiné à inquiéter Rimando. Essayant de jouer au sol dans l’axe, elle trouvait toujours un pied adverse pour la contrer. Ses principales menaces ont été sur phases arrêtées, deux d’entre elles se terminant même par un but, à chaque fois annulé. S’il y avait clairement hors-jeu sur le deuxième, l’entraîneur local ne comprend pas le coup de sifflet sur le premier, tournant du match à ses yeux. Il pourrait aussi invoquer les blessures de Piquionne et Wallace, l’obligeant à remplacer deux joueurs avant même la mi-temps.

Pendant ce temps, Salt Lake tenait parole et ne se recroquevillait pas devant son but. Au contraire, Beckerman et ses coéquipiers faisaient tout pour maîtriser l’entrejeu. Dans un duel entre deux équipes qui aiment jouer loin dans le camp de l’adversaire, cela ne débouchait pas sur de nombreuses occasions. Un scénario rêvé pour les visiteurs, qui ont fait preuve d’efficacité quand un dégagement de Rimando a fini dans les pieds de Gil dont le tir à distance était mal maîtrisé par Ricketts : Findley, à l’affût, n’en demandait pas tant pour inscrire un autre but très important. Ce fut le seul du match, dont Portland passa la suite à chercher la clef, en vain. Salt Lake est sa bête noire, mais même les vainqueurs ont du mal à en expliquer la raison.

Malgré une déception évidente, les supporters locaux ont soutenu leurs joueurs jusqu’au bout. Ces derniers ne cachaient pas leur peine tout en soulignant la très belle saison du club, où s’est installée la culture de la victoire. Sportifs, les visiteurs n’ont pas manqué de souligner les mérites d’un adversaire coriace. Avant de fêter la qualification qui couronne une saison qui a largement surpassé les attentes. Ils ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin, mais bien soulever la Coupe MLS le 7 décembre prochain.

24 November 10:35 am

C’est à Kansas City qu’il faudra se rendre le samedi 7 décembre pour assister à la finale de la Coupe MLS. Meilleure équipe de la saison régulière encore en lice, le Sporting local s’est en effet qualifié en battant Houston 2-1 (résumé vidéo) alors que les deux équipes s’étaient quittées sur un nul vierge au match aller de leur finale de conférence.

Le match le plus froid de l’histoire de la MLS avait pourtant commencé de la meilleure manière qui soit pour les Texans : après avoir récupéré le ballon à 25 mètres de leur but, ils ont filé dans le camp adverse, profité d’un dégagement approximatif et ouvert la marque dès la troisième minute par l’entremise de Boniek Garcia. Le spectacle était lancé pour une rencontre très agréable à regarder.

L’homme du match a, sans le moindre doute, été Benny Feilhaber. Généralement brillant contre des équipes friables défensivement dans l’axe, il s’en est donné à cœur-joie contre Houston, et a grandement aidé Kansas City à remporter la bataille de l’entrejeu. Il a aussi été à la base de l’égalisation, au quart d’heure, se faufilant entre plusieurs adversaires avant d’envoyer une passe que Boswell a malencontreusement prolongée dans les pieds de Sapong, qui a trompé Hall sans peine. Le score à la pause (1-1) aurait pu être bien plus élevé mais les attaquants ont multiplié les ratés.

Le début de la deuxième mi-temps a certainement été le moment le moins animé de la rencontre. Et celui, après l’ouverture du score, lors duquel l’équipe locale semblait la plus prenable. Mais privé de Clark et de Bruin, Houston n’a pas été en mesure d’en profiter. Et peu après l’heure de jeu, Feilhaber, encore, a superbement pris la mesure de l’axe de l’entrejeu adverse pour envoyer une magnifique passe vers Dwyer qui a donné l’avance aux siens d’un but tout aussi beau. En l’espace de quelques semaines, l’attaquant se muait en héros pour un deuxième club différent.

Dans le dernier quart d’heure, Houston a tenté d’enfoncer son adversaire mais il est vraiment très difficile de manœuvrer face à la défense de Kansas City une fois qu’elle est en place. On en eut encore une belle démonstration, et le score ne bougea plus. Le public local, déjà en feu, avait une raison de plus de se réjouir : pour la première fois de l’histoire, Kansas City accueillera la finale de la Coupe MLS. Contre Portland ou Salt Lake ? Réponse ce dimanche soir.

12 December 1:43 pm

¡Qué día para nombrar un técnico! 12-12-12

Mientras en Los Ángeles empezaba la jornada laboral, en la Costa Este de los Estados Unidos, ya eran las 12 del mediodía (otro 12 más para la colección), cuando Chivas USA anunció oficialmente que José Luis Sánchez Solá “El Chelís” es el nuevo entrenador del Rebaño angelino.

Cuando algunos nos encontrábamos consternados aun porque nuestros relojes marcaban las 12:12 PM, la oficina Rojiblanca estaba preparando el primer campanazo de la restructuración del club para 2013.

A continuación algunos datos del nuevo técnico de Chivas USA, que buscará en sus propias palabras: "En Chivas USA hay que retomar el sabor y el trato de la pelota y combinarla con el juego de la MLS".

- En 2010, llevó al Puebla a las semifinales de la SuperLiga ante New England Revolution, donde vio por primera vez las habilidades del granadino Shalrie Joseph, quien hoy milita con Chivas USA.
- Curiosamente, “El Chelís” no usa medias, al igual que el dueño del club, Jorge Vergara.
- Su disciplina como entrenador, la aprendió en sus épocas escolares desde la primaria hasta el bachillerato en la escuela militar.
- Tiene tres hijos; dos mujeres y un hombre, Isidro Sánchez “Pidri”, exjugador del Puebla mexicano y la selección nacional de Canadá.
- Obtuvo su licencia como entrenador, luego de viajar durante tres horas diariamente entre Ciudad de México y Puebla.
- @ElChelis siempre está dispuesto a responder los comentarios de sus seguidores en Twitter, y tanto como en la cancha, es igual de apasionado.

Con información de Olivia Cervantes, en el blog “Inside The Herd

04 December 2:50 pm

Omar Gonzalez clearly isn't a shy guy. And that's not some baseless assumption.

David Beckham already alluded to MLS Cup MVP Gonzalez's in-the-buff celebrations on Saturday after the Galaxy won their second straight championship at the Home Depot Center, but a tweet from Omar himself sealed the deal on Tuesday, one of those classic social media moments that spreads like wildfire.

The tweet was simple ("Caption this," which you should definitely do in the comment section below), but perhaps the best thing about the photo are the faces of his teammates and LA's staff. My top three: Michael Stephens (a combination of shock and delight), Edson Buddle (pure disgust) and Juninho (a mixture of the two). Landon Donovan and Beckham round out the top five.

Let us know what you think below. Hilarious? Over the top?

04 December 2:41 pm

En el día de ayer, LA Galaxy ofreció una fiesta a sus fanáticos para celebrar el bicampeonato obtenido el sábado pasado.

Pero la verdadera fiesta se vivió en el camerino, el mismo día del partido. Omar González, defensa central del equipo fue nombrado jugador más valioso del partido luego de conseguir el gol del empate (una sinfonía que significó el vuelco en el partido [VIDEO]), y como no era de esperarse, celebró en grande.

Tanto, que hoy puso esta foto en su Instagram, y luego la replicó por Twitter:

Instagram.com/ogonzal1

Tal como lo señala el mismo Omar, le estamos buscando un título a la imagen… ¿Se atreven? ¡Dennos su título en los comentarios!

03 December 12:37 pm

Les effluves de la victoire du LA Galaxy en finale samedi se font encore ressentir. Les vainqueurs de la Coupe MLS 2012 célébreront leur titre ce soir avec leurs supporters. Cette grande fête leur permettra de dire au revoir à David Beckham mais peut-être aussi de tourner la page Landon Donovan, toujours aussi incertain quant à son avenir.

À Houston, on panse encore les plaies de la défaite. Quel fut le tournant du match ? La terrible blessure de Carr ? Ou certaines décisions arbitrales qui, selon les finalistes malheureux, n’ont pas décidé de l’issue de la rencontre mais en ont changé l’allure ? Il y a une chose dont les Texans sont convaincus : ils ont largement dominé leur adversaire, mais ce n’était pas suffisant pour s’imposer.

Les autres équipes ont déjà la tête à 2013 depuis plus ou moins longtemps. Salt Lake se prépare à un grand ménage, prélude à une période des transferts qui s’annonce animée pour la plupart des 19 clubs. Suivez-la au quotidien sur MLSsoccer.com : la colonne des arrivées de votre club favori va commencer à se remplir bientôt.

01 December 7:17 pm

Le LA Galaxy a battu le Houston Dynamo 3-1 et a remporté la Coupe MLS pour la quatrième fois de son histoire. Après l’ouverture du score par Calen Carr en fin de première mi-temps, les Californiens ont égalisé grâce à Omar Gonzalez avant de prendre leurs distances sur deux penaltys, convertis par Landon Donovan et Robbie Keane.

La première mi-temps a été dominée par Houston mais le LA Galaxy est passé le premier près de l’ouverture du score quand Landon Donovan a raté l’immanquable seul face à Tally Hall. La réplique est venue des pieds de Sarkodie dont le ballon piqué a été dévié par Josh Saunders du bout des doigts.

Calen Carr a ouvert la marque juste avant la pause. Lancé par Adam Moffat, il est parti dans le dos de Tommy Meyer et a filé seul battre Saunders (0-1).

Fort de son avance, Houston ne s’est pas recroquevillé pour autant mais le LA Galaxy a mis sa machine en route et à l’heure de jeu, un centre de Juninho était repris victorieusement par Omar Gonzalez au deuxième poteau d’une tête croisée ne laissant aucune chance à Hall (1-1). Gonzalez a aussi reçu le trophée de Joueur du match.

Cinq minutes plus tard, une tentative de retourné de Mike Magee était écartée de la main par Ricardo Clark dans son propre rectangle : M. Petrescu n’a pas hésité et Donovan a converti le penalty en prenant Hall à contre-pied (2-1).

Houston a cherché à égaliser mais ne put se montrer plus dangereux que sur un tir à distance de Brian Ching. L’homme de la fin du match fut Robbie Keane, qui a d’abord buté sur Hall suite à une superbe action individuelle, avant d’être accroché par le gardien visiteur dans les arrêts de jeu, ce qui a provoqué le second penalty de la rencontre : l’Irlandais se fit justice pour fixer les chiffres à 3-1.

Cette victoire permet au LA Galaxy de remporter sa deuxième Coupe MLS consécutive, la quatrième de son histoire après ses victoires en 2002, 2005 et 2011.

01 December 4:45 pm

In the aftermath of Hurricane Sandy, Major League Soccer's charitable arm, MLS W.O.R.K.S., and the New York Red Bulls joined in the efforts to provide relief to those affected by the storm.

Mark Hornish, a self-proclaimed avid listener of ExtraTime Radio, heard Simon Borg outline the plight of Woodhaven Soccer Club in Queens, which saw scores of families lose everything in the storm, including their cleats, balls, shin guards and everything else associated with the beautiful game.

Hornish, a New Jersey native now living in Southern California, immediately responded, reaching out to help provide equipment for those in need, something he's done for years in the Los Angeles area. He also invited the ETR crew out to his tailgate at the Home Depot Center before MLS Cup, busting Simon's chops with a pair of suspenders hidden under his shirt and giving me some well-deserved flack for my habitual mispronunciations.

Many thanks to Mark (between Borg and Firchau below) for donating his time and money to the relief efforts as well as his hospitality before the big match. If you'd like to contribute equipment to the boys and girls of Woodhaven Soccer Club, shoot an email to extratime@mlssoccer.com for details.

Oh, and come on Simon. Everybody else managed to keep their eyes open. As always, he just had to be different.