blog

Match Reaction

12 November 1:13 pm

La phase finale de la MLS bat son plein en ce moment : on vient de disputer le match aller des finales de conférence, point d’orgue d’une série de 10 rencontres en 12 jours. Ce blitz est évidemment au cœur de notre émission de cette semaine (à écouter ici) :

  • Les mérites de Salt Lake, dont tous les joueurs savent ce qu’ils ont à faire une fois sur le terrain
  • L’étiolement de la confiance de Portland et sa faiblesse sur les phases arrêtées
  • Le non-match entre Houston et Kansas City
  • Faut-il prendre en compte les buts à l’extérieur ?
  • L’élimination de New York : hara-kiri ! Les limites de Mike Petke
  • Le LA Galaxy sorti en raison de ses faiblesses défensives… et de l’échange Magee - Rogers ?
  • L’importance, ou non, de respecter le calendrier international
  • Quelques mots aussi sur la situation de Marco Schällibaum à Montréal

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

11 November 12:46 pm

Les finales de conférence aller ont été pour le moins contrastées : dans l’Est, Houston et Kansas City n’ont pu se départager et le nul blanc reflète parfaitement la qualité de la rencontre, alors que dans l’Ouest, six buts et le spectacle étaient au rendez-vous à l’occasion de Salt Lake - Portland.

L’objectif de Kansas City était clair : ne pas encaisser, et il a été atteint. Même quand l’équipe avait une mini-chance d’aller menacer Hall, elle évitait le moindre risque, d’autant qu’il n’y a pas de « double bénéfice » au but marqué à l’extérieur en MLS. Houston, qui disputait son quatrième match en dix jours, son sixième en moins de trois semaines, était quelque peu sur les rotules et affrontait un adversaire contre qui il n’a jamais marqué en trois confrontations au Texas cette saison.

Si ce 0-0 (résumé vidéo) n’a rien de surprenant, certains annonçaient un « combat de chiens ». Ce fut laid, mais encore plus qu’on ne le croyait. Oui, il y a eu des coups salauds, oui, de nombreux joueurs ont des plaies à panser (le calendrier chargé y est pour beaucoup) mais on a aussi longtemps assisté à un simulacre de combat : on grogne pour gagner la bataille de l’entrejeu, mais on ne prend ensuite pas le risque d’attaquer. La concentration pour éviter de prendre des buts était plus importante que la volonté d’en marquer et il n’y eut guère de menaces sérieuses durant 90 minutes.

Ce fut une histoire bien différente dans l’autre duel, lors duquel Salt Lake a battu Portland 4-2 (résumé vidéo). Tout avait bien commencé pour les visiteurs, qui avaient profité d’une approximation de Rimando pour prendre l’avance sur un superbe coup franc de Will Johnson. Mais ils ont payé leurs carences défensives sur phases arrêtées au prix fort. Après avoir concédé l’égalisation sur corner, le doute les a envahis. Salt Lake l’a immédiatement senti et les a pris à la gorge, sans relâcher. Portland est sorti de son match : les ingrédients du désastre étaient réunis, et une bourde de Danso a permis à Findley de donner l’avance à ses couleurs.

Sandoval a porté l’écart à deux buts juste après le repos, et Morales a profité d’une erreur de Ricketts sur corner pour faire 4-1. En toute fin de rencontre, Piquionne reprenait un centre de la droite de Jewsbury pour fixer les chiffres à 4-2. Un but ô combien important, car tout Portland croit qu’il est possible de remonter un écart de deux buts à domicile dans deux semaines. La position de Salt Lake est évidemment enviable, mais ne comptez pas sur Jason Kreis et ses hommes pour dire que leur avance est confortable.

08 November 12:55 pm

Après avoir bataillé dur pour une place en finale de la Coupe des États-Unis plus tôt cette année, Salt Lake et Portland remettront le couvert dans quelques jours, pour une place en finale de la Coupe MLS cette fois.

Le LA Galaxy ne coiffera pas sa couronne de champion pour une troisième fois consécutive. Il doit avant tout s’en prendre à lui-même. Après avoir gâché une montagne d’occasions chez lui au match aller, il est retombé dans ses travers défensifs au retour : les phases arrêtées et le jeu de tête. Le but d’ouverture dit tout : Sebastian Velasquez a été dominateur dans les airs, lui qui dépasse les 170 cm grâce à l’épaisseur de sa chevelure… Les deux équipes étant à égalité parfaite après 90 minutes, on a eu droit à des prolongations pour la troisième fois en deux jours.

Après avoir maintes fois repoussé l’échéance (transversale, poteau, but annulé), les Californiens durent finalement s’avouer vaincus quand Schuler a prolongé un coup franc au fond des filets pour fixer les chiffres à 2-0 (résumé vidéo). « On n’était pas censé gagner mais on le voulait davantage », a déclaré un Jason Kreis qui avait été assez défaitiste au cours des heures précédentes. Volonté ou incapacité, toujours est-il que si Nick Rimando a dû effectuer quelques interventions, il a surtout regardé de loin des adversaires improductifs offensivement.

La dernière demi-finale de conférence a été la moins équilibrée. Après s’être imposé 1-2 à l’aller, Portland a battu Seattle 3-2 (résumé vidéo). Sigi Schmid avait tenté le tout pour le tout en sortant une carte inattendue de son chapeau : aligner Shalrie Joseph à l’attaque. Il avait aussi promis que ses joueurs allaient attaquer dès le coup d’envoi, mais ils ont plutôt subi les foudres d’un adversaire qui n’était pas rassasié et menait 2-0 avant d’en planter un troisième juste après le repos.

Deux buts visiteurs en fin de rencontre ont davantage contribué à sauver l’honneur des visiteurs qu’à relancer le suspense, et ont réveillé une équipe locale qui avait soudainement levé le pied après avoir disputé ses « 45 meilleures minutes de la saison », dixit Darlington Nagbe. Mais ne croyez pas que ça leur monte à la tête : si les supporters ont longtemps fêté la qualification face à l’ennemi viscéral, Caleb Porter et ses joueurs ont déjà fixé leurs esprits sur le tour suivant.

07 November 11:38 am

Il a fallu recourir aux prolongations pour connaître les participants à la finale de la Conférence Est, qui opposera Houston à Kansas City (match aller samedi au Texas), respectivement vainqueurs à New York et contre New England.

Chez lui, le vainqueur du Supporters Shield avait toutes les cartes en mains pour passer au tour suivant mais a une fois de plus laissé filer la montre en or, s’inclinant 1-2 (résumé vidéo). Dominateur, il avait ouvert la marque grâce à Wright-Phillips, qui reprenait un centre de Sam et profitait d’une bourde du gardien Hall. Ce dernier s’est ensuite parfaitement repris en multipliant les réflexes salvateurs. L’égalisation est tombée en fin de première mi-temps quand Sekagya offrait littéralement le ballon à Davis, qui n’avait plus qu’à conclure. L’auteur de la mauvaise passe s’était fait mal quelques minutes plus tôt et peinait encore à courir : un cadeau parmi d’autres offert par les New Yorkais.

Il y avait certes un peu de malchance dans ce but, mais l’équipe a remis tellement souvent son adversaire dans le match qu’elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Les deux formations n’ont pu se départager au cours des 90 minutes réglementaires, et Dominic Kinnear a donné une leçon de coaching à son homologue Mike Petke en effectuant des remplacements plus judicieux. Parmi eux, le nouveau héros orange, Omar Cummings, auteur du but décisif après avoir déjà égalisé dans les derniers instants au match aller.

Avec un but de retard suite à sa défaite à Foxborough, Kansas City a entamé sa rencontre face à New England tambour battant. L’équipe locale a cependant buté sur un Reis qui a multiplié les miracles, ne s’avouant vaincu que par Collin juste avant la pause. Le stade s’est tu lorsqu’Imbongo a fait 1-1 à 20 minutes de la fin mais a retrouvé l’espoir quand l’arrière gauche Sinovic a marqué le but le plus important de sa carrière, replaçant les deux équipes à égalité parfaite suite au 2-1 du match aller. Pour la deuxième fois de la soirée, il fallait recourir aux prolongations.

Durant celles-ci, l’assaut que les visiteurs avaient prévu de subir s’est poursuivi. Mais c’est paradoxalement après un dégagement raté de New England que les Ciel et Marine ont pu mener un contre ponctué victorieusement par Bieler pour fixer les chiffres à 3-1 (résumé vidéo) à 7 minutes de la loterie des tirs au but. Peter Vermes était très fier de ses joueurs, qui ont à la fois parfaitement géré le match et offert du spectacle.

04 November 12:43 pm

Les demi-finales de conférence retour promettent d’être hautes en couleur. À l’image de ceux joués samedi, les matchs aller de dimanche ont été serrés et si le LA Galaxy et New York sont en bonne position, ils devront encore cravacher pour arracher leur qualification.

Le vainqueur du Supporters Shield pensait avoir fait le plus difficile à la mi-temps de son duel à Houston, alors qu’il menait 0-2. Mais un dégagement raté et un tackle trop appuyé plus tard, les Texans avaient réduit l’écart et jouaient avec un homme de plus. « Nous avons contribué à les relancer avec nos propres erreurs », se désolait Mike Petke. Une chance que l’armada orange a saisie à pleine mains, puisque Cummings, dont l’année s’était résumée à une accumulation de blessures, a égalisé dans les dernières minutes pour porter le score final à 2-2 (résumé vidéo).

Le match aurait pu tourner complètement quand le même Cummings (déjà à l’origine de l’exclusion d’Olave) se fit apparemment mettre à terre dans le rectangle par Sekagya sans que l’arbitre ne bronche. « Omar ne plonge pas », affirmait-on du côté local, pour qui il y avait clairement penalty. Les sourires étaient un peu coincés dans le vestiaire des visiteurs suite à cette fin de match difficile, reste qu’un nul en déplacement est un bon résultat, à confirmer à domicile… ce que New York n’avait pas su faire l’an dernier au même stade de la compétition.

Des huit équipes encore en lice, le LA Galaxy est la seule à avoir réussi à garder ses filets inviolés, lors de sa victoire 1-0 contre Salt Lake (résumé vidéo). Jason Kreis avait préparé une surprise en alignant un 4-5-1 inhabituel dans son chef, avec deux médians défensifs. Le score serré ne l’a pas empêché d’être déçu de voir son adversaire se créer un bon nombre d’occasions. Quant aux Californiens, s’ils auraient aimé en mettre plus qu’une au fond, ils sont persuadés qu’ils auront… encore plus de possibilités de but au match retour.

Ce but, parlons-en justement : une tentative de centre près de la ligne de fond contrée est arrivée à 25 mètres du but où Franklin, fin seul, a envoyé un boulet de canon imparable pour Rimando. Une superbe frappe que son propre auteur n’a pu admirer : il a fermé les yeux et une fois qu'il les a rouverts, le ballon était au fond des filets. Le score en est resté là, et ce n’est pas faute de tentatives des joueurs locaux. D’ailleurs, à l’issue du match, Rimando parlait d’un résultat fantastique pour son équipe, qui a encore toutes ses chances au match retour... comme les sept autres participants encore en lice. Ça promet !

03 November 12:57 pm

Portland a frappé un grand coup hier soir en remportant la première victoire en déplacement de cette phase finale, 1-2 à Seattle (résumé vidéo). Les visiteurs ont, à dessein, laissé le ballon à leur adversaire, misant sur le contre. Si la vitesse de Ryan Johnson et de Nagbe leur a servi sur leurs deux buts, ceux-ci étaient cependant la conclusion d’action patiemment construites. C’est en fait la vitesse d’exécution et la réactivité de Portland qui ont été impressionnantes tout au long de la soirée. Il faut en donner le mérite à Caleb Porter, qui a vu juste en titularisant Ryan Johnson pour la première fois depuis longtemps et dont la mise en place défensive était proche de l’excellence.

Seattle accumulait les corners et les coups francs, Dempsey a été régulièrement menaçant mais, même s’il a fait étalage de ses réflexes, Ricketts n’a pas dû intervenir si souvent que ça. Soit l’arrière-garde visiteuse repoussait le danger, soit le ballon filait hors-cadre, soit la transversale était dans le chemin. Ça a duré 89 minutes, et la défense de Portland a cédé sur une phase arrêtée (son gros point faible), une touche prolongée au fond des filets par Alonso : une réduction du score in extremis qui permet à son équipe de reprendre espoir en vue du match retour. Rappelons que la règle des buts à l’extérieur n’est pas appliquée en MLS : en gagnant 0-1, Seattle forcerait des prolongations.

Plus tôt dans la soirée, il a fallu s’armer de patience avant de s’amuser un peu à New England - Kansas City. Le match s’est fini sur le score de 2-1 (résumé vidéo), mais que ce fut laborieux… En première mi-temps, les défenses ont largement eu le dessus et seuls les visiteurs ont pu se montrer quelque peu menaçants. Il a fallu un but controversé de Dorman pour lancer le match. Le club local a doublé son avance grâce à son jeu rapide au sol dans l’axe, Rowe ponctuant de très belle manière le superbe travail préparatoire de Nguyen. Dans le même temps, Reis préservait ses filets.

Kansas City était surtout dangereux sur phases arrêtées et c’est sur l’une d’elles que Collin a donné son allure finale au résultat. Les Ciel et Marine sont confiants en vue du match retour, trouvant que leur adversaire n’a eu que deux occasions sur tout le match, ses deux buts. En attendant, c’est New England qui est en avance, une position enviable même si ses joueurs sont conscients de la lourde tâche que les attend en milieu de semaine.

01 November 12:49 pm

Pas le temps de se prélasser : ce week-end marque déjà le début des demi-finales de conférence, pour lesquelles Houston a été le dernier à se qualifier en battant Montréal 3-0 hier soir (résumé vidéo).

Alors que Dominic Kinnear alignait son onze de base à l’exception de Taylor, Marco Schällibaum composait une équipe expérimentale. Et si le plan de match montréalais était bon, les mauvais moyens choisis pour l’exécuter ont permis à la rencontre de tourner court : d’énormes erreurs des visiteurs ont été sévèrement punies par des Texans mieux rodés, avec deux buts de Bruin qui avait retrouvé ses meilleures sensations et un penalty converti par Garcia. « Ils ont senti le sang et nous ont tués », résumait le défenseur montréalais Jeb Brovsky à l’issue de la rencontre.

Un sang pour le moins chaud, puisque les Québécois ont fini le match à huit après les exclusions de Rivas (à la 70e) puis de Romero et Di Vaio suite à une bagarre générale en fin de match provoquée par un coup de pied donné par l’Argentin à Sarkodie. Triste manière de finir la saison… Celle de Houston – dont le calme des joueurs a été mis à rude épreuve – se poursuivra face à New York dimanche.

Le match aller des deux premières demi-finales de conférence se jouera ce samedi. À 20h00 (HE), New England recevra Kansas City (direct RDS2, NBCSN). Une mission a priori difficile pour l’équipe locale, qui n’a plus marqué depuis 501 minutes contre son adversaire du jour. C’est que la défense de Kansas City est très solide… Celle de New England aussi, mais la possible absence de José Gonçalves pourrait lui porter préjudice. Pour la mettre à mal, les visiteurs tenteront sûrement de poser leur jeu et de la faire reculer, emmenés par un Graham Zusi qui a pris du galon cette année sur la scène internationale et « autour de qui il est facile de bâtir une équipe », dixit Peter Vermes.

À 22h00 (HE), la folie s’emparera du Nord-Ouest à l’occasion de Seattle - Portland. Ce choc sera diffusé sur NBCSN, au milieu d’un calendrier très chargé, aussi en raison d’autres sports. « Mais il faut se mesurer à eux. Si on planifiait en fonction d’eux, on ne jouerait jamais », déclare sans hésiter Will Johnson. Clint Dempsey devrait à nouveau adopter le rôle de meneur de jeu, ce qui lui avait bien réussi contre Colorado. Mais la tâche ne sera pas aussi simple et Caleb Porter, qui vient de prolonger pour cinq ans, a sûrement une idée de la parade à adopter. C’est qu’il prépare cette rencontre depuis le début de la semaine, car il était persuadé de l’issue du match du 1er tour ! Nul doute que les supporters des deux camps seront chauds comme la braise. À l’opposé, les entraîneurs veulent garder la tête froide pour adopter le bon plan de match. Entre les deux, les joueurs…

31 October 11:57 am

Seattle s’est imposé 2-0 (résumé vidéo) hier soir contre Colorado et affrontera Portland en demi-finale de la Conférence Ouest. Malgré quelques belles occasions et des rebondissements en fin de rencontre, le duel a été assez fermé et l’essentiel était dit après l’ouverture du score par Evans peu avant la demi-heure. L’équipe locale avait été la plus dangereuse, profitant de nombreuses pertes de balle de son adversaire dont le pari de réorganisation défensive a été raté.

Passé à côté du début de son match, Colorado a pris du mieux par la suite mais sans réellement se montrer dangereux. Seattle s’est quand même causé des frayeurs après la pause : privé de Yedlin, sorti sur blessure, il a fini à 10 suite à l’incroyable bourde de Gspurning mais Eddie Johnson a mis fin au maigre suspense en faisant 2-0 dans les arrêts de jeu. On sentait d’ailleurs plus de soulagement que de joie dans les réactions d’après-match des vainqueurs.

Le second match du premier tour aura lieu ce soir à partir de 20h30 (HE) entre Houston et Montréal (direct RDS, TSN, NBCSN). Chez eux, les Texans recueillent les faveurs des pronostics, d’autant que leur place en finale ces deux dernières années montre qu’ils savent gérer ce moment crucial de la saison, alors que leur adversaire reste sur des mois très difficiles.

Mais il ne faut pas oublier que les Québécois les ont étrillés il n’y a pas si longtemps au stade Saputo. Ils devront s’inspirer de cette victoire pour être efficaces en terrain adverse, en utilisant leurs armes les plus dangereuses : le jeu rapide et le contre, dont Houston se méfie particulièrement. Robuste, la défense orange laisse souvent des espaces dans son dos et le remplacement de Taylor par Brunner ne va pas améliorer sa mobilité. Montréal a donc un coup à jouer contre cet adversaire dont les défauts défensifs lui conviennent parfaitement.

28 October 11:14 am

De tous les clubs évoluant en MLS depuis la saison inaugurale de la compétition en 1996, un seul n’avait pas encore remporté de trophée officiel : New York. Cette disette est révolue puisque l’équipe vient de mettre la main sur le Supporters Shield à l'issue d'une lutte aussi chaude que celles pour les dernières places en phase finale et pour le titre de meilleur buteur.

Tout a commencé samedi, alors que Lawrence Olum jouait les héros pour propulser Kansas City en tête du classement général, scellant par la même occasion l’élimination de Philadelphie où régnait un profond sentiment de gaspi. Du côté de Montréal, le stress prenait le dessus : pendant le match à Toronto, où l’équipe s’est inclinée, et après puisqu’elle devait désormais attendre 24 heures pour être fixée sur son sort. En soirée, un Valeri des grands soirs permettait à Portland d’atomiser Chivas USA et de prendre la première place de la Conférence Ouest, alors que San José bouclait sa saison par une victoire en révélant que Wondolowski avait joué avec une fracture au pied durant une partie de l’année.

Dimanche matin, les données étaient claires. New York devait battre Chicago pour remporter le Supporters Shield, sans quoi il serait pour Kansas City. Les cinq qualifiés de l’Ouest connus, il restait trois places pour quatre équipes dans l’Est – Montréal, Houston, New England et Chicago. Les Texans ont assuré leur qualification en gagnant sans convaincre à DC United, mais savent que désormais tout peut arriver. New England s’est imposé à Columbus et malgré sa qualification qui en étonne plus d’un, ne célèbre pas mais pense à son prochain match.

New York - Chicago serait donc décisif sur les deux tableaux. Quand Magee a ouvert la marque après 5 minutes, les supporters locaux ont craint la malédiction, leurs collègues montréalais étaient dans leurs petits souliers. Mais Thierry Henry a sorti le grand jeu pour amener les siens vers une victoire éclatante 5-2. La longue attente prenait fin pour les supporters et les joueurs pouvaient savourer leur succès.

Dans le camp d’en face, c’était évidemment la désolation, avec l’impression d’avoir essayé mais d’avoir été submergé. Maigre consolation potentielle, le but de Magee pouvait lui permettre de finir meilleur buteur. Mais même ça, ils ne l’auront pas : le triplé de Camilo plus tard dans la soirée permet au Brésilien de Vancouver de se chausser d’or. Tout s’est terminé par un LA Galaxy - Seattle plus loin des feux des projecteurs que d’habitude, qui a quand même vu Dempsey marquer son premier but depuis son retour, et a aussi donné sa forme définitive aux classements.

La phase finale commencera mercredi, avec le déplacement de Colorado à Seattle. Le gagnant jouera contre Portland au tour suivant, alors que l’autre match mettra aux prises Salt Lake et le LA Galaxy. Dans la Conférence Est, le premier tour verra Houston accueillir Montréal jeudi soir. Le vainqueur de ce duel aura la lourde tâche de se mesurer à New York au tour suivant, pendant que New England fera face à Kansas City.

LES RÉSULTATS
Philadelphie - Kansas City
Toronto - Montréal
San José - Dallas
Chivas USA - Portland
DC United - Houston
Columbus - New England
New York - Chicago
Vancouver - Colorado
Seattle - LA Galaxy

 
1-2
1-0
2-1
0-5
1-2
0-1
5-2
3-0
1-1

Classement général final
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

25 October 10:04 am

On connaît les noms des huit quarts de finaliste en Ligue des champions. On retrouve trois clubs américains (San José, Kansas City, LA Galaxy), trois mexicains (Tijuana, Toluca, Cruz Azul), un costaricien (Alajuelense) et un panaméen (Arabe Unido).

Ce dernier a battu Houston 1-0 (résumé vidéo), provoquant l’élimination des Texans en n’hésitant pas à jouer la montre en fin de match. Indirectement, les Panaméens vengeaient leur équipe nationale, dont les rêves de Coupe du monde ont été anéantis dans les derniers instants de sa rencontre face aux États-Unis. Mais le règlement de comptes n’était pas terminé. Le LA Galaxy a sombré 4-0 chez les Salvadoriens d’Isidro Metapan, emmenés par le… Panaméen Nicolas Muñoz, auteur des 4 buts en 12 minutes (résumé vidéo) ! Même s’ils étaient déjà qualifiés avant le match, les Californiens n’en sont pas moins déçus de leur prestation.

Pour rappel, les huit premiers de chaque groupe sont qualifiés et leurs résultats du premier tour déterminent les quarts de finale. Les évènements de ce mercredi nous permettent d’avoir un tableau dantesque, puisque on aura trois duels États-Unis - Mexique, notamment un somptueux affrontement entre le LA Galaxy et Tijuana, où évoluent de nombreux américains dont Herculez Gomez.

Kansas City affrontera Cruz Azul et San José se mesurera à Toluca. Les trois clubs américains disputeront le match aller à domicile. Un des deux « invités surprise » rejoindra donc le carré d’as (où il jouera contre San José ou Toluca) puisque le dernier quart de finale opposera Arabe Unido à Alajuelense (le match retour se jouera au Costa Rica). À voir à partir du 11 mars.