blog

League

23 September 11:15 am

Après une semaine de pause (encore désolés pour cette absence), Coup Franc vous revient avec les sujets qui ont fait débat depuis la dernière émission, sur le terrain, dans les vestiaires et dans les bureaux (des débats animés que vous pouvez aussi écouter ici).

La MLS se dote d’un nouvel écusson et d’une nouvelle identité visuelle pour renouveler son image de marque : un changement auquel il va falloir s’habituer, mais qui a un riche potentiel et montre l’importance de l’innovation aux yeux de la MLS, ainsi que son envie d’impliquer les supporters (qui ont déjà fait parler leur créativité).

Auteur de trois buts contre Seattle, Bradley Wright-Phillips a trouvé le fond des filets à 24 reprises et s’approche du record de 27 buts en saison régulière. Va-t-il le battre ?

Tim Leiweke n’a pas mâché ses mots au sujet du Toronto FC lors d’une conférence sur la gestion : il a jeté le blâme sur Jermaine Defoe et l’a mis en opposition à David Beckham, dit qu’il a fait une erreur en conservant Ryan Nelsen et son staff, avoué que Greg Vanney était le plan B depuis le début de la saison et affirmé que seulement deux personnes dans le vestiaire se sentaient concernées. Qu’en penser ? À mettre en perspective avec le gros plan sur Toronto que nous avions fait plus tôt cette saison.

Altercation Di Vaio - Felipe à Montréal : beaucoup de bruit pour rien, mais Frédéric Lord a tenu à apporter certaines précisions pour amener une autre perspective sur l'incident.

Le classement des meilleurs joueurs de moins de 24 ans sera dévoilé cette semaine : ce sera le sujet de notre prochaine émission, mais on se mouille quand même avec nos pronostics sur le nom du vainqueur issu d’une présélection impressionnante (voir bas de la page mise en lien). Qui voyez-vous comme numéro 1 ?

Pour finir, comme de coutume, nos conseils pour le jeu MLS Fantasy. Vous pouvez toujours joindre la ligue Coup Franc, les points que vous avez déjà marqués seront évidemment comptabilisés.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

18 September 12:56 pm

L’année prochaine, la MLS va entrer dans sa vingtième saison. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis ses débuts, on entend même souvent parler, par analogie avec l’informatique, de MLS 2.0 voire 3.0.

Il est à la fois bien lointain, mais quand même relativement proche, le temps où des clubs aux noms et aux logos « cartoonesques » évoluaient dans des stades pas adaptés au soccer pour disputer un match avec certains règlements insolites devant un public qui ne comprenait pas vraiment tout ce qu’il voyait. L’évolution a été rapide : le commissaire Don Garber a mis le pied sur l’accélérateur à son arrivée, et l’initiative « Place au jeu » en 2007 a fait passer la MLS à la vitesse supérieure.

Ce n’était encore rien comparé aux 18 derniers mois : annonces de plusieurs nouveaux clubs, de nouveaux stades dédiés au soccer, nouvel accord à long terme pour les droits TV représentant des sommes record pour la MLS. Ça, c’est en dehors du terrain. Dessus, on voit de plus en plus de joueurs de qualité : des étrangers méconnus avant qui apportent une plus-value au championnat, des vedettes mondiales renommées, des internationaux américains qui reviennent au pays, et des valeurs sûres de la compétition qui reçoivent des offres suffisamment intéressantes pour résister aux sirènes européennes.

Du changement d’image de Kansas City - bel exemple de l’évolution et de sa réussite - aux foules record à Seattle en passant par le nombre de joueurs de MLS en huitième de finale de la dernière Coupe du monde avec l’équipe nationale ou le nombre croissant de contrats prolongés avec un statut de joueur désigné : si les progrès étaient prévisibles, peu de monde aurait parié il y a trois ou quatre ans à peine qu’ils seraient aussi fulgurants.

Si vous êtes curieux et vous posez souvent la question « Quel est le prochain ? », vous avez certainement été enthousiastes quand sont arrivés, en rafale, les noms du prochain grand joueur à signer en MLS, de la prochaine vedette à décider d’y rester au lieu de s’enrichir ailleurs, du prochain stade dédié au soccer qui serait construit, du prochain club à être annoncé, du prochain accord qui vous permettra de suivre de plus près la compétition sur vos médias favoris tout en offrant aux clubs des moyens financiers supplémentaires afin d’être plus compétitifs sur la scène internationale, de la prochaine fois où l’on parlera de la MLS à l’étranger en termes élogieux, ce qui est de plus en plus fréquent.

La MLS change, la MLS évolue, et c’est tant mieux. La perception que s’en fait le public est bien différente de celle d’il y a 20 ans, et même de celle d’il y a 8 ans. Les dirigeants de la ligue souhaitent une évolution de l’image de marque de la Major League Soccer. Sa première représentation, que l’on retrouve partout, est son logo qui, lui, avait à peine changé en 20 ans, avec les fameux ballon et chaussure à crampons, souvent cibles des critiques, et trahissant facilement son âge. Il fallait adapter cela à une nouvelle réalité : exit le logo, place à un écusson plus moderne qui doit mieux traverser les époques, place à une nouvelle identité visuelle de la marque MLS.

« Nous avons franchi aujourd’hui une nouvelle étape vers notre futur – une apogée des nombreux changements monumentaux qui nous ont permis d’atteindre une croissance rapide, a ainsi déclaré Howard Handler, directeur commercial de la MLS. Au cours des 18 derniers mois, nous avons annoncé de nouvelles équipes, de nouveaux stades dédiés au soccer, un partenariat de huit ans portant sur les droits médiatiques valant des millions de dollars, et nos propriétaires ont effectué d’importants investissements pour engager des sportifs de classe mondiale. Réunis, ces éléments nous ont fait réaliser que notre image de marque actuelle ne représentait plus réellement la ligue que nous sommes et ce que nous voulons devenir. »

Inspiré de ce qui fait la tradition du soccer à travers le monde, le nouvel écusson de la MLS est sobre et épuré, divisé en deux parties égales par un sillon : l’une avec l’inscription « MLS » et trois étoiles, l’autre laissant place à un espace blanc ouvert… certainement signe de l’avenir qui offre d’infinies perspectives. Sa conception graphique a pour objectif de dire « soccer » sans l’utilisation prosaïque du ballon et de la chaussure à crampons que l’on retrouvait précédemment.

Ses couleurs rendent hommage aux nations représentées en MLS, le Canada et les États-Unis. Ou plutôt, ses couleurs de base. Car cet écusson et cette identité visuelle présentent une originalité peu commune : le fait de pouvoir être déclinés aux couleurs de chacun des clubs. Chaque club dispose donc d’une version de l’écusson de la ligue qui ne remplace pas celui du club, mais reflète son identité, ses couleurs et son marché local.

L’objectif est clair : la création d’un écusson flexible. Cela se remarquera certainement aussi dans d’autres utilisations futures, notamment dans les environnements mobiles et numériques tout comme dans les retransmissions télévisées, les publicités, sur les manches des maillots et sur les ballons. Mais les trois axes prioritaires de l’engagement de la MLS sont explicites : clubs, pays et communauté.

Cette nouvelle identité visuelle va commencer à apparaître graduellement : aucun changement n’aura lieu pour ce qui concerne la saison 2014, mais tout ce qui touche 2015 portera la nouvelle image. Ainsi, on la verra entre autres cette année lors du dévoilement des maillots d’Orlando et de New York City, mais aussi au cas où, par exemple, adidas devait présenter un nouveau ballon pour la saison prochaine. Et elle devrait être omniprésente à partir du SuperDraft 2015. Les 19 clubs actuels proposeront les maillots avec le nouvel écusson à partir de la Semaine des maillots qui aura lieu en prélude à la saison prochaine.

En fait, la première utilisation pratique du nouvel écusson est incessante, puisqu’il est incorporé dans le jeu FIFA 15, que certains possesseurs chanceux de Xbox One ont déjà pu télécharger aujourd’hui, et qui sera vendu partout à travers le monde à partir de la semaine prochaine. Quant au site Internet de la MLS et aux autres supports mobiles et numériques, ils doivent évidemment être mis à jour avec la nouvelle identité visuelle, et un gros travail va être accompli afin que tout soit prêt pour le lancement de la vingtième saison de la compétition.

Pour avoir encore plus de détails sur l’écusson, la signification de chacune de ses composantes, le télécharger et voir ses déclinaisons aux couleurs de tous les clubs, rendez-vous ICI.

02 September 10:17 pm

Deux sujets principaux sont au cœur de notre émission de la semaine (que vous pouvez aussi écouter ici), sans aucun lien entre l’un et l’autre, ce qui nous permet de quitter un peu le terrain pour vous emmener dans les coulisses d’un club instable et auprès des amateurs des sports collectifs et individuels les plus populaires des États-Unis.

Ryan Nelsen et son staff technique ont été limogés au Toronto FC, Greg Vanney reprenant les rênes de l’équipe. Surprise pour les uns, décision attendue par les autres, ce choix semble davantage la conséquence d’un jeu de coulisses qu’une décision sportive. On tente d’en exposer les tenants et aboutissants, sur le terrain mais surtout en dehors, et de se mettre à la place des supporters, ce qui nous amène aussi à discuter du syndrome des jeunes entraîneurs et du non-transfert de Defoe.

Comment le public du soccer se compare-t-il à celui des autres sports en Amérique du Nord ? De nombreuses études exhaustives sont effectuées sur les profils sociaux-économiques des amateurs de sport. Le magazine The Atlantic nous fournit des données que nous avons analysées pour vous, en fonction de l’âge, du genre, de l’origine ethnique et des revenus des adeptes des compétitions les plus populaires aux États-Unis. Quel sport, individuel ou collectif, a le public le plus vieux, touche le plus de femmes, est celui des riches par excellence ou touche très peu de communautés ethniques ? Quels sont ceux qui réunissent des amateurs venus de tous les horizons ? Vous saurez tout, et connaîtrez la place du soccer dans ce contexte. Faites-nous savoir ce que ça vous dit sur le potentiel de croissance de la MLS !

On anticipe brièvement les nouvelles qui seront annoncées ce jeudi par Montréal lors d’une conférence de presse, en les agrémentant de réflexions sur certaines des 20 pensées de « Fred Lord le jovialiste ». Comme de coutume, nous vous donnons aussi nos conseils pour le jeu MLS Fantasy (voici d’ailleurs la liste des absents en raison d’une sélection en équipe nationale).

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

26 August 12:39 pm

Le transfert de Jermaine Jones à New England a rouvert un débat sur les règlements en MLS et leur transparence. L’équipe de Coup Franc ne manque pas d’y mettre son grain de sel dans l’émission de cette semaine (que vous pouvez aussi écouter ici).

Les critiques n’ont pas manqué au moment de l’annonce - dont on évoque aussi l’aspect sportif - et elles sont bien résumées dans ce texte, dont nous reprenons certains points pour les expliquer, voire les réfuter. Cela nous amène à approfondir les sujets suivants :

  • L’évolution fulgurante de la MLS qui provoque de nouvelles situations
  • En quoi le cas de Jones diffère de celui de Bradley
  • La ligue doit-elle rendre d’urgence ces mécanismes plus transparents ?
  • On réexplique certains règlements (disponibles en français ici)
  • Le passage d’un fonctionnement de « Ligue fermée nord-américaine » à la réalité mondialisée du soccer
  • Les joueurs et les supporters trouvent-ils la situation problématique ?
  • Les traitements de faveur que recevraient certains clubs
  • L’influence des salaires perçus par les internationaux américains qui reviennent en MLS

Si vous voulez voir le tifo de Portland contre Seattle dont on parle en fin d’émission, il est ici. Et le programme se termine comme de coutume par nos conseils pour le jeu MLS Fantasy.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

18 August 12:13 pm

Quatre équipes ont marqué au moins quatre buts ce week-end faisant certaines victimes prestigieuses pendant que Salt Lake s’imposant dans le sommet contre Seattle, provoquant un nouveau resserrement des rangs en tête.

Meilleur buteur de Salt Lake cette saison, Joao Plata a de quoi avoir le sourire : du haut de ses 157 cm, il a marqué de la tête contre Seattle et ouvert la voie la victoire à son équipe dans ce duel des géants. Absences, conditions de jeu et qualité de l’adversaire : tous des facteurs combinés qui ont fait qu’au bout du compte, Clint Dempsey et ses coéquipiers n’ont pas été en mesure de tenir le rythme imposé par l’équipe locale. Avec un bilan de 6 points lors de leurs 6 dernières rencontres, ils ont quand même certaines raisons de s’inquiéter.

Quand on regarde le classement ce lundi matin, la première place est occupée par Kansas City - à égalité de points mais avec une victoire de plus que Salt Lake. La dernière en date, un 4-1 bien tassé contre Toronto, pour qui ce fut néanmoins tout sauf un match à sens unique. Malgré ces quatre buts, ce ne sont pas les atouts offensifs des Ciel et Marine qui font parler, mais plutôt son troisième gardien, le produit local Joe Kempin qui a empêché le 2-2 grâce à un superbe arrêt.

Le calendrier étant ce qu’il est, les deux équipes de tête pourraient légitimement se faire dépasser par DC United, qui compte deux points de moins mais un match de retard (et aussi par Seattle, qui n’est qu’à une unité de la première place avec deux rencontres de retard). Privée d’Eddie Johnson suspendu, l’équipe de la capitale américaine a réalisé un des autres cartons de la semaine, 4-2 contre Colorado, grâce au duo Silva - Espindola, deux attaquants qui s’entendent comme larrons en foire.

Autre gros score, la victoire 0-5 de Dallas à San José. Les Texans, dans une forme étincelante, en sont à neuf rencontres consécutives sans défaite et disposent actuellement de la meilleure attaque de la compétition, grâce entre autres à Castillo qui est moins prévisible et meilleur sans ballon que la saison dernière. Alors que l’entraîneur Mark Watson ne comprenait toujours pas ce qui était arrivé, le gardien Busch répétait son embarras à qui voulait l’entendre, ajoutant : « Ils nous ont botté le cul de la première à la dernière minute ».

Le succès par des chiffres plantureux le moins attendu est certainement le 4-1 de Columbus contre le LA Galaxy. Une victoire qui arrive à point nommé, sous les yeux d’Andy Loughnane, nouveau responsable du département commercial du club et qui planche déjà sur deux dossiers très importants : la modernisation des installations et de l’image de marque. En se regardant dans le miroir, les Californiens disaient qu’ils ne s’étaient même pas donné la chance de gagner en terres ohioaines.

Auteurs d’un nul lors de deux déplacements abordables respectivement à New England et Chivas USA, Portland et Vancouver déplorent tous deux la perte de deux points importants. Caleb Porter pointait deux coupables à l’échec de son équipe : lui-même, pour la mauvaise première mi-temps, et l’arbitre, pour un but annulé après la pause. Privés de Morales, les Canadiens résumaient leur sortie par une bonne prestation défensive mais un manque de réalisme offensif.

Les deux derniers du classement à l’aube de la journée se sont imposés. Houston a simplifié son jeu en deuxième mi-temps pour battre Philadelphie et grappiller quelques places. Montréal restera lanterne rouge au moins quelques semaines encore, mais avait beaucoup de raisons de sourire après sa victoire contre Chicago : la fin d’une série de sept défaites consécutives, les débuts d’Ignacio Piatti et la possibilité de voir Marco Di Vaio retarder sa retraite.

LES RÉSULTATS
Houston - Philadelphie
Montréal - Chicago
Salt Lake - Seattle
Columbus - LA Galaxy
New England - Portland
Kansas City - Toronto
Chivas USA - Vancouver
San José - Dallas
DC United - Colorado

 
2-0
1-0
2-1
4-1
1-1
4-1
0-0
0-5
4-2

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

11 August 11:54 am

Seattle a repris la tête du classement grâce à sa victoire acquise de haute lutte contre Houston, alors que plusieurs de ses concurrents ont perdu des plumes, que Salt Lake a réalisé une nouvelle bonne opération et que la course se resserre en milieu de classement. Pour faire une analogie avec le cyclisme : ça frotte tant en tête qu’en milieu de peloton.

Les hommes de Sigi Schmid ont souffert pour reconquérir la première place : il a fallu que Frei arrête un penalty en première mi-temps puis que Pineda en convertisse un à un quart d’heure du terme pour qu’ils prennent l’avance contre Houston dans un match plus physique qu’esthétique, avant que Pappa ne scelle la victoire d’un tir de loin (on en parlait justement dans notre émission spéciale Seattle il y a deux semaines).

Le sommet de la journée opposait Salt Lake à DC United, mais jamais la rencontre n’a semblé équilibrée. Nick Rimando n’a eu que deux arrêts à effectuer pour devenir seul détenteur du record de rencontres sans encaisser en saison régulière, ce qui lui a aussi valu de chaleureuses félicitations de ses adversaires. Après 25 minutes, l’équipe locale avait déjà marqué les trois buts de la rencontre et les visiteurs semblaient résignés et déjà concentrés sur leurs échéances futures.

En tête avant le début de la journée, Kansas City a également chuté : sa série de cinq succès consécutifs en déplacement a pris fin de manière abrupte à Vancouver qui a « gagné facilement et méritoirement », pour reprendre les mots de Peter Vermes, mais doit parvenir à se concentrer sur les éléments qu’il peut contrôler, ce dont Carl Robinson est le premier conscient.

Autre formation de pointe à avoir galvaudé des unités, le LA Galaxy a été tenu en échec par San José malgré une domination outrancière en possession de balle, inefficacité préoccupante plutôt que maigre consolation. Les sentiments étaient bien différents à Dallas, qui a fêté en grand le retour de Mauro Diaz en s’imposant largement contre Colorado. Les Texans se replacent en position intéressante, tout comme Toronto, vainqueur à Columbus, ce qui n’empêche pas les Ontariens d’être conscients des progrès à accomplir.

Alors que quelques équipes qui étaient tout juste du bon côté de la ligne rouge vendredi ont fait du surplace, d’autres, derrière, ont remporté des victoires importantes, ce qui provoque des embouteillages en milieu de classement. Chicago a gagné ce qu’il considérait comme un match de la dernière chance, face à un New York toujours aussi inconstant. Contre Montréal, Philadelphie a facilement pris trois points grâce à un doublé de Le Toux, qui attend d’être définitivement rassuré après sa blessure en fin de match. Vainqueur de Chivas USA, Portland se réjouissait particulièrement de sa meilleure prestation défensive de la saison.

LES RÉSULTATS
LA Galaxy - San José
Philadelphie - Montréal
Columbus - Toronto
Dallas - Colorado
Salt Lake - DC United
Portland - Chivas USA
Chicago - New York
Vancouver - Kansas City
Seattle - Houston

 
2-2
2-1
2-3
3-1
3-0
2-0
1-0
2-0
2-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

04 August 10:58 am

Seattle et DC United qui perdent, Kansas City tenu en échec chez lui : le trio de tête n’a pas été à la fête ce week-end. Tout profit pour Salt Lake, mais aussi pour le LA Galaxy qui semble trouver le rythme d’un prétendant à la Coupe MLS.

Deux défaites de suite sans marquer : les fantômes de la fin de la saison dernière vont-ils ressurgir à Seattle ? On en est loin, et ce revers 1-0 à San José était, dans la manière, moins inquiétant que celui contre le LA Galaxy il y a une semaine. Et puis, comme le rappelle Sigi Schmid, son équipe n’avait pas encore eu de passage à vide cette saison. San José, de son côté, vient de remporter un deuxième succès consécutif et recolle au peloton, mais ne verse pas dans l’excès d’enthousiasme.

Il y a ce lundi matin un nouveau leader en tête du classement général, mais il ne fanfaronne pas non plus : Kansas City a un point d’avance mais compte deux matches de plus, et a en outre pris cette unité petitement en étant tenu en échec par Philadelphie au Sporting Park, où il ne parvient pas à confirmer son étincelante forme à l’extérieur. DC United aurait pu s’emparer de la première place dimanche soir, mais il s’est incliné à Houston où la réussite ne lui a jamais souri.

Ces contre-performances du trio de tête permettent à Salt Lake de s’en rapprocher, suite à une victoire importante à Colorado, match qui a permis à Nick Rimando de rentrer dans l’histoire puisque pour la 112e fois de sa carrière, il a terminé un match de saison régulière sans encaisser, égalant ainsi le record de Kevin Hartman.

Autre équipe qui avance à grandes enjambées, le LA Galaxy a combiné efficacité et automatismes pour venir à bout de Portland après avoir été mené au score. Cinquièmes, les Californiens ont toutefois quelques rencontres de plus à disputer que leurs devanciers au classement. Quant à Caleb Porter, il se demande pourquoi ses hommes ont arrêté de jouer après avoir pris l’avance.

C’est que dans la Conférence Ouest, chaque point perdu coûte très cher, les adversaires ne musardant pas en chemin. Comme Dallas, qui s'est imposé à Chivas USA sous l'impulsion de son jeune attaquant canadien Akindele dont l'éclosion coïncide avec le retour en forme des Texans.

Dans l’Est, c’est le contraire, le surplace est souvent de mise, comme illustré par le partage de Columbus à Chicago qui, bien qu’avant-dernier, a perdu moins que… Seattle, deuxième. Mais plus que de ce 13e nul de la saison, dans l’Illinois, on parlait surtout de l’offre faite à Jermaine Jones. Après avoir déjà abandonné trop de points bêtement, New York veut appuyer sur l’accélérateur comme il l’a fait lors de l’excellente deuxième mi-temps qui lui a permis de battre New England.

Sans toujours convaincre, Toronto fait partie des équipes les plus régulières et, malgré l’absence de Defoe, s’est facilement imposé à Montréal grâce, entre autres, à Bradley qui a été le roi du terrain. Quant aux Québécois, ils s’enfoncent à la dernière place, avec désormais huit points de retard sur l’avant-dernier, et leur lamentable performance a provoqué un coup de gueule de Camara à l’issue du match.

LES RÉSULTATS
Kansas City - Philadelphie
LA Galaxy - Portland
New York - New England
Chicago - Columbus
Colorado - Salt Lake
San José - Seattle
Montréal - Toronto
Houston - DC United
Chivas USA - Dallas

 
1-1
3-1
2-1
1-1
0-1
1-0
0-2
1-0
0-1

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

28 July 12:09 pm

Une journée étalée sur six jours avec une équipe qui joue deux fois. Si vous avez eu un peu de mal à suivre cette semaine, je vous comprends. Mais je vais vous résumer tout ça…

Un tout ça qui prend fin ce lundi soir avec le sommet entre Seattle et le LA Galaxy. Bon, chez lui, le leader part favori, et il compte se livrer à fond même si ce match est le premier de huit duels en un mois. Ô calendrier fou… Et d’ici la fin de la saison régulière, le LA Galaxy a un match de plus à jouer et onze points de retard sur son adversaire, qu’il sait pratiquement intraitable sur ses terres. Après deux mois sans défaite, la bande à Donovan a perdu en championnat à Kansas City avant de se faire trucider 0-7 par Manchester United en match amical.

En attendant, Kansas City réussit une formidable remontée puisque Aurélien Collin et ses équipiers ont bouché le trou béant que Seattle avait creusé derrière lui. Certes, les Ciel et Marine ont joué trois rencontres de plus, mais ils respirent la forme comme en témoigne leur cinquième victoire consécutive en déplacement, dont trois malgré une exclusion. Cette carte rouge à l’adversaire n’a pas empêché la victime du jour, Toronto, de se plaindre de l’arbitrage.

Autre équipe invincible depuis plusieurs semaines, Dallas se montrait extrêmement satisfait du point pris à Vancouver même s’il menait à la mi-temps. Il faut dire que Fernandez a réussi quelques arrêts de la plus haute importance et que ses équipiers ont parfaitement exploité les moments d’égarement de la défense de Vancouver, qui s’en mord encore les doigts. Voilà peut-être une autre raison de regretter la blessure qui a poussé Jay DeMerit à la retraite. Parlant de fin de carrière, celle de Thierry Henry est anticipée par Gérard Houllier.

Lors de Colorado - Chivas, Garbiel a gagné le match des Torres, fêtant sa première titularisation depuis début mai en étant impliqué dans les trois buts des siens alors qu’Erick et ses coéquipiers californiens ont admis avoir mal joué face à un adversaire supérieur.

Autre résurrection, celle d’Olmes Garcia, qui n’avait plus marqué depuis un an et a causé la première défaite de la semaine d’une équipe de Montréal qui a continué de s’enfoncer à la dernière place en s’inclinant contre Portland. Cinq revers consécutifs : ça n’était plus arrivé depuis 13 ans au club où l’on ne cache plus sa fragilité. Les visiteurs voulaient les trois points et les ont obtenus en se montrant aussi à l’aise dans deux mi-temps au scénario différent.

Maigre consolation pour les Bleu Blanc Noir : il y a pire, puisque New England vient de concéder sa huitième défaite d’affilée. Manque d’efficacité devant et buts stupides concédés, la rengaine est connue. Hasard du calendrier, Columbus vient d’affronter et de battre ces deux équipes en méforme et d’emmagasiner du moral pour relancer sa saison. C’est peut-être aussi ce qu’a réussi San José en retrouvant, enfin, sa puissance offensive grâce au duo Wondo-Djalo, bougie d’allumage d’une cinglante victoire 5-1 contre Chicago passé complètement à côté de son sujet à l’occasion du retour de Frank Yallop sur la terre de ses anciens exploits.

LES RÉSULTATS
San José - Chicago
Salt Lake - Montréal
Toronto - Kansas City
New England - Columbus
Colorado - Chivas USA
Vancouver - Dallas
Montréal - Portland
Seattle - LA Galaxy

 
5-1
3-1
1-2
1-2
3-0
2-2
2-3
 

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

21 July 11:44 am

Une fois n’est pas coutume, ce ne sont pas les résultats qui font la une de l’actualité de la journée de championnat écoulée, mais bien l’ouverture des contrats de Matt Besler et Graham Zusi : leur nouveau bail les lie à Kansas City jusqu’en 2018 mais leur octroie surtout le statut de joueur désigné. Une grande nouvelle fêtée comme il se doit ce samedi en battant le LA Galaxy, « de loin la meilleure équipe » affrontée par les Ciel et Marine cette année, selon Peter Vermes, même si les Californiens ont surtout été à leur meilleur en deuxième mi-temps.

Qui, en début d’année, aurait parié que l’autre match du week-end opposant deux équipes en forme aurait été celui entre DC United et Chivas USA ? Il a tourné à l’avantage des joueurs de la capitale des États-Unis grâce à un Eddie Johnson qui retrouve ses meilleures sensations. Battus après quatre victoires consécutives, Erick Torres et ses coéquipiers mettent cette contre-performance sur le dos d’un jour sans et promettent de retrouver rapidement le chemin du succès.

Respectivement deuxième et troisième du classement général, Kansas City et DC United profitent de leur victoire pour se rapprocher du premier, Seattle, qui ne jouait pas – du moins en championnat, puisque le leader du classement a partagé lors d’un match amical contre Tottenham. Parlant de duels contre des adversaires étrangers, on connaît les 23 joueurs retenus par Caleb Porter pour affronter le Bayern le 6 août.

Derrière ce trio, Dallas retrouve la forme et reste en bonne position après sa victoire contre New England (battu pour une septième fois consécutive !) en finissant le match sans encaisser ni prendre de carton, ce qui est bien rare dans son chef cette saison. Autre équipe en embuscade qui affrontait un adversaire qui n’avance plus depuis quelques semaines, Toronto est entre la réjouissance d’avoir pris un point dans des conditions difficiles à Houston et la déception des occasions ratées. Sentiments partagés aussi à Salt Lake, tenu en échec par Vancouver au terme d’un match pour le moins animé.

Vendredi, Portland a battu Colorado grâce à des changements en fin de match et s’est relancé dans une Conférence Ouest bien plus relevée que son homologue de l’Est où New York a encore bêtement perdu des points et craint que ces erreurs défensives ne coûtent cher au décompte final. Chicago reste l’équipe qui a le moins gagné et le moins perdu (!) cette saison après son nouveau partage, cette fois contre Philadelphie qui doit son point à un penalty converti par Sébastien Le Toux. Après sa défaite à Columbus, Montréal continue de s’enfoncer en bas de classement et Frank Klopas fait appel aux « décisions difficiles » pour provoquer du changement.

LES RÉSULTATS
Portland - Colorado
Kansas City - LA Galaxy
New York - San José
Columbus - Montréal
Chicago - Philadelphie
Dallas - New England
Houston - Toronto
Salt Lake - Vancouver
DC United - Chivas USA

 
2-1
2-1
1-1
2-1
1-1
2-0
2-2
1-1
3-1

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

17 July 3:27 pm

L’émission Coup Franc revient à sa forme traditionnelle maintenant que la Coupe du monde est terminée. Pour celle de cette semaine (que vous pouvez aussi écouter ici), on comptait faire un bilan du Mondial 2014 avec Olivier Brett et Christian Schaekels mais… notre passion de la MLS est tellement grande que rapidement, le débat s’est centré sur ce que la MLS avait apporté à cette Coupe du monde et les progrès qu'il faut qu'elle accomplisse pour que ses joueurs deviennent encore plus performants sur la scène internationale. Cela donne, sincèrement, une des émissions les plus intéressantes depuis les débuts de Coup Franc. Voilà certains des sujets que nous avons approfondis :

  • Bilan général de la compétition
  • Qu’est-ce qui fait qu’une Coupe du monde est belle ?
  • Pourquoi l’équipe allemande est au football ce que le téléphone intelligent est à la technologie
  • Tactique : l’audace récompensée, beaucoup de buts sur reconversion rapide, le jeu à trois défenseurs centraux
  • Le rôle différent en équipe nationale des vedettes de leurs clubs en MLS
  • L’influence des écarts de niveau entre les joueurs d’un même club
  • Une nouvelle mission qu’il faudrait donner aux joueurs désignés
  • Progrès à accomplir : avoir un projet de jeu, des joueurs pour l’incarner et des qualités techniques pour l’appliquer
  • La solution de la formation et les modèles de jeu à développer pour augmenter ses chances de réussite
  • Les moyens à donner aux formateurs en leur inculquant une philosophie
  • Le chemin à parcourir par les entraîneurs actuels de MLS et le rôle des directeurs techniques
  • Les traces que cette Coupe du monde laissera sur la MLS et les grands championnats étrangers
  • Et en conclusion, comment la société influence, positivement et négativement, la façon de jouer
  • Bien entendu, on illustre avec de nombreux exemples, impliquant entre autres Montréal

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).