blog

Coup Franc

19 October 11:51 am

Il est à peu près certain que cet avant-dernier week-end de la phase « classique » de la compétition mettra fin au suspense pour l’un ou l’autre club encore impliqué dans une lutte d’ici la fin de la saison régulière.

Ainsi, San José, qui s’apprête à vivre un dimanche historique devant les caméras de Galavision, mettra la main sur le Supporters Shield en cas de victoire contre le tenant du trophée, le LA Galaxy, dont l’objectif est d’être exempté du premier tour de la phase finale en terminant parmi les trois premiers de sa conférence.

Même en cas de défaite, San José jubilera si Kansas City, où on a aussi sorti les calculatrices, ne s’impose pas lors du sommet à New York, qui se méfie particulièrement de la meilleure défense de la compétition.

Qualification sera un mot à la mode durant le week-end… comme il le fut pendant la semaine. Les Jamaïcains de Houston comptent battre Philadelphie pour offrir à leur club le même sort qu’à leur équipe nationale (direct TSN2 et NBC Sports Network). Ils ne seront toutefois rassurés sur leur sort que si DC United, en quête d’un point dans son « match de championnat le plus important depuis 5 ans », bat Columbus, qui n’a plus totalement son sort en mains.

Vancouver pourrait devenir le premier club canadien à se qualifier pour la phase finale : il doit pour cela battre Portland qui, en cas de victoire, mettra la main sur la Coupe Cascadia. Espérant encore dépasser Vancouver, Dallas compte sur la motivation du club de l’Oregon, mais devra aussi gagner à Seattle, emmené par un Eddie Johnson en pleine confiance après ses brillantes sorties en équipe nationale (match diffusé par ESPN et ESPN Deportes).

Loin de tous ces enjeux, Toronto et Montréal ouvriront la journée samedi en direct sur RDS et TSN.

LE PROGRAMME COMPLET
Samedi 20 octobre
13h30 : Toronto - Montréal
19h00 : New York - Kansas City
19h30 : New England - Chicago
19h30 : Houston - Philadelphie
19h30 : DC United - Columbus
22h30 : Chivas USA - Colorado
Dimanche 21 octobre
19h00 : San José - LA Galaxy
19h00 : Vancouver - Portland
21h00 : Seattle - Dallas

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs ou LiveSport.tv

18 October 4:58 pm

Après la pause internationale, le championnat a déjà repris ses droits hier avec un partage sans but mais riche en spectacle entre Seattle et Salt Lake (résumé vidéo).

Ce week-end, toute l’attention sera tournée vers San José, pour des raisons tant sportives qu’extra-sportives. Le match de dimanche contre le LA Galaxy pourrait être historique à plus d'un titre.

Tout commencera par la première pelletée de terre du nouveau stade, qui devrait être fini début 2014. Le club veut battre le record Guinness de participation à un tel évènement, établi en Inde par 4532 personnes. 5500 supporters ont déjà réservé leur place pour la cérémonie de dimanche.

Ensuite, place au match. Si tout va bien, 90 minutes plus tard, San José sera assuré de terminer la saison régulière en tête du classement, et donc officiellement vainqueur du Supporters Shield 2012. Le jour de son affrontement avec le vainqueur du trophée la saison dernière, cela aura une saveur encore plus particulière.

Chris Wondolowski pourra rendre cette journée encore plus historique en inscrivant deux buts : il ferait ainsi passer son compteur à 27 et égalerait la performance de Roy Lassiter, qui détient depuis 1996 le record du nombre de buts inscrits en une saison régulière.

17 October 8:51 am

L'émission Coup Franc de cette semaine (à écouter ici) est entièrement consacrée à la déconvenue de l’équipe nationale canadienne au Honduras. On revient sur ce 8-1 en abordant plusieurs angles :

- Le match en lui-même, et l’effondrement mental des Canadiens.
- Les responsabilités du sélectionneur Stephen Hart et des joueurs, tant sur le résultat du jour que sur le parcours du Canada lors de ces éliminatoires.
- John Limniatis, qui a porté le maillot de l’équipe nationale à 44 reprises, nous éclaire sur la pression réellement ressentie quand on joue en Amérique centrale, met en lumière les arguments qui servent de fausses excuses, parle du noyau étriqué du Canada et de la prochaine génération capable d’obtenir de bons résultats.
- Membre de la génération actuelle, Ali Gerba connaît bien les joueurs et l’entraîneur. Très affecté par ce résultat, il stigmatise les carences de certains éléments au niveau international, l’attitude de l’équipe à San Pedro Sula et les raisons plus profondes du mal. Il propose aussi ses solutions pour améliorer la situation.
- Olivier Brett, qui voit du positif dans ce résultat, aborde l’aspect formation, l’absence de ligne directrice, le manque de suivi dans les équipes de jeunes, les ratés du système de détection, le fait que beaucoup d’anciens espoirs aient disparu de la circulation et la cohérence entre les programmes de l’ACS, des provinces et des clubs professionnels.
- Quel avenir pour le sélectionneur actuel ? Quel est le profil idéal de son éventuel successeur ?
- Les mesures à prendre par l’Association canadienne de soccer. Par où commencer ? Quels sont les obstacles ?
- Comment s’annonce le futur ? Quelle équipe pour demain ?

L'émission Coup Franc est aussi disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com) ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

16 October 6:00 pm

Face à un adversaire emmené par un trio Bengtson - Costly - Martinez qui lui en a fait voir de toutes les couleurs, le Canada a vécu un véritable enfer au Honduras où il s'est incliné 8-1. Le Honduras est dès lors qualifié pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde alors que pour les Canadiens, la marche vers le Brésil s'est arrêtée abruptement.

On jouait depuis à peine plus de 5 minutes que Costly gagnait un duel de la tête avec McKenna, prolongeant le ballon en direction de Bengtson qui trompait Hirschfeld. On venait de passer le quart d’heure quand un tir de Martinez était repoussé dans les pieds de Bengtson qui faisait 2-0. Le festival n'était pas terminé : les Canadiens, sonnés, ont encaissé un troisième but à la demi-heure quand un centre de Bengtson était repris victorieusement d'une tête plongeante par Costly. À peine le temps de s'en remettre que Martinez faisait passer le marquoir à 4-0, score au repos.

Le Canada a obtenu ses meilleures occasions par Ricketts à la première minute, et via De Guzman dont le tir était repoussé par le poteau après 10 minutes de jeu.

La deuxième mi-temps commençait aussi mal que la première pour les Canadiens : un centre de Martinez arrivait au deuxième poteau à Costly qui faisait passer les chiffres au score de forfait (5-0). À l'heure de jeu, Martinez leur donnait des allures de tennis en envoyant un tir brossé du gauche dans le coin du but d'Hirschfeld. Un coup franc bien placé signé Hume a permis de légèrement adoucir la note (6-1). Un soulagement de courte durée puisque Bengtson faisait repasser l'écart à six buts en trouvant le chemin des filets pour la troisième fois de la journée  (7-1). Certainement jaloux, l'autre grand bonhomme de l'après-midi, Costly, a lui aussi marqué son troisième but, fixant les chiffres à 8-1.

« Tous les buts en première mi-temps étaient évitables : nous avons mal défendu tant individuellement que collectivement, et nous en avons payé le prix », a déclaré le sélectionneur Stephen Hart à l'issue de la rencontre, en plus de présenter ses excuses aux supporters.

Ce résultat constitue la deuxième défaite la plus sévère de l'équipe nationale canadienne depuis son premier match, le 7 juin 1924 en Australie. Il n'a fait pire que lors de la Gold Cup 1993, où il avait été rossé 8-0 par le Mexique.

Nous reviendrons sur ce match et le parcours canadien dans notre émission Coup Franc hebdomadaire, enregistrée suite au match et diffusée à partir de ce mercredi.

16 October 11:28 am

Le Canada va-t-il atteindre le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde pour la première fois depuis 16 ans ? On le saura ce mardi après-midi, après le match au Honduras (coup d’envoi 16h00 HE).

L’importance de la rencontre ne vous échappe certainement pas. Elle se perçoit encore mieux quand on entend les déclarations des joueurs. « C’est le match le plus important de ma carrière », insiste le capitaine Kevin McKenna. « Le match le plus important pour nous… mais aussi pour tout le pays », ajoute Julian De Guzman. « Nous n’avons pas le droit à l’erreur », prévient Patrice Bernier.

Les images du dernier entraînement prouvent que l’ambiance est au beau fixe dans le groupe. Évidemment, l’accueil des supporters locaux sera tout sauf amical, mais le Canada est habitué de jouer en Amérique centrale et les joueurs savent à quoi s’attendre.

On le répète encore : avec un point, le Canada passe au tour suivant. Le Honduras devra donc marquer, lui qui n’a trouvé le chemin des filets que contre Cuba depuis le début de ces éliminatoires. Les espoirs offensifs canadiens reposent en grande partie sur les épaules de Simeon Jackson. Les deux équipes sont en outre privées de joueurs importants.

Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 14h00 locales : les deux rencontres du groupe doivent se jouer en même temps et ce sera en plein après-midi faute de stade conforme éclairé à Cuba.

Dans les autres groupes de la Concacaf, on surveillera de près le duel États-Unis - Guatemala : un nul suffit aux deux équipes, au détriment de la Jamaïque qui prie pour que l’esprit sportif ne reste pas aux vestiaires.

15 October 11:55 am

On connaîtra bientôt le sort du Canada pour la suite des éliminatoires de la Coupe du monde. Vous le savez désormais : un point au Honduras sera suffisant pour continuer la route vers le Brésil. Mais ce sera tout sauf simple…

L’équipe est arrivée à San Pedro Sula sans Olivier Occean, suspendu et remplacé par Lucas Cavallini. Si l’accueil a été moins hostile qu’au Panama (souvenez-vous…), l’ambiance promet d’être suffocante à l’Estadio Olimpico, bâti il y a 15 ans à peine mais paraissant d’une autre ère.

André Hainault ne se souvient pas avoir joué dans un endroit aussi hostile, où on se fait quasiment cracher dessus. Ce qui ne l’a pas empêché d’y marquer son premier but en équipe nationale. Une des missions de Stephen Hart sera donc de garder l’esprit de ses joueurs concentré sur leur mission la plus importante, mais « leur dire qu’ils ont besoin d’un nul est ce qu’il y a de plus dangereux », prévient-il.

On aura également l’œil sur les autres rencontres de éliminatoires de la Coupe du monde, auxquelles prendront part de nombreux joueurs de MLS. Regardez ici les résultats qu’ils ont obtenus ce week-end avec leur équipe nationale respective. Après la victoire étriquée à Antigua-et-Barbuda, l’ambiance est à la polémique aux États-Unis, à qui un point suffit pour passer au tour suivant : en cas d’échec, ils n’auront aucune excuse.

13 October 11:43 am

Le match Canada - Cuba a eu des allures de stand de tir à la fête foraine, avec un viseur maladroit qui s’est acharné 90 minutes durant, et a finalement touché trois fois la cible après avoir tenté sa chance 37 fois. Ce succès 3-0 n’en reste pas moins très important.

Dès le coup d’envoi, le ton de la soirée était donné : cinq joueurs cubains avaient fait défection et les visiteurs n’avaient aucun remplaçant sur le banc. Imaginez si leur gardien avait dû quitter le terrain rapidement…

Les Canadiens se sont rués sur le but adverse et si Ricketts a ouvert la marque au quart d’heure, ils ont souvent péché par excès de précipitation tant et si bien que ce n’était que 1-0 à la pause. Stephen Hart leur a alors demandé d’être plus patients. Ils ont dû attendre les buts de Johnson et Edgar dans les 20 dernières minutes pour se rassurer. Suite à l’un deux, Olivier Occean, qui voulait récupérer le ballon rapidement, s’est chamaillé avec un adversaire et a été exclu. Il sera suspendu mardi.

Paradoxalement, il y avait une pointe de déception dans le vestiaire en raison des nombreuses occasions ratées, mais les joueurs étaient quand même heureux. « 3-0 à domicile, c’est un bon résultat sur lequel il faut bâtir », expliquait ainsi Atiba Hutchinson. « Nous sommes en bonne position pour aller au Honduras », ajoutait le premier buteur de la soirée.

Dans l’autre match du groupe, le Panama et le Honduras n’ont pu se départager (0-0). La mission du Canada est claire : avec au moins en point mardi au Honduras (coup d’envoi à 16h00 HE), il passe au tour suivant, sinon il est éliminé.

Ailleurs dans la Concacaf, le Costa Rica a réalisé une belle opération et les États-Unis ont tremblé toute la soirée, émergeant seulement à la dernière minute à Antigua-et-Barbuda.

12 October 12:22 pm

On l’a dit et répété : la route du Canada vers la Coupe du monde au Brésil passe par de bons résultats ce soir contre Cuba et mardi au Honduras. Tout commencera à BMO Field (19h30) face à un adversaire qui a tout perdu jusqu’à présent mais n’est pas à prendre à la légère.

D’ailleurs, le discours que tient l’équipe depuis qu’elle s’est réunie en milieu de semaine est clair : « Il ne faut pas déjà avoir la tête au Honduras. » Le Canada n’a marqué que deux buts lors de ses quatre premiers matchs dans le groupe C et avait gagné par le plus petit écart lors de son déplacement à Cuba.

« Personne ne les a battus facilement, il ne faut pas se faire piéger », prévient Patrice Bernier, qui ajoute par ailleurs que l’équipe va « jouer deux des plus importants matchs dans l’histoire du soccer canadien depuis longtemps ». A fortiori, Stephen Hart souligne à quel point une qualification pour la Coupe du monde pourrait aider le soccer à progresser au Canada.

La stratégie des Canadiens ce soir sera d’être dominateurs « comme lors de nos deux dernières rencontres à domicile », déclare Atiba Hutchinson. Privés de Dwayne De Rosario, blessé, ils pourront compter sur Olivier Occean, remis des pépins physiques qui l’avaient privé du déplacement au Panama et tenu à l’écart à Francfort.

Si vous souhaitez vous mettre en appétit, regardez See the Rise, des vidéos de l’Association canadienne de soccer qui suivent le parcours de l’équipe nationale depuis le début de l'année.

Outre le match à Toronto, il faudra garder à l’œil le duel Panama - Honduras, dont le résultat déterminera la mission du Canada mardi à San Pedro Sula. On suivra aussi attentivement les rencontres ailleurs dans la Concacaf et partout sur la planète.

11 October 12:09 pm

Accéder au dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde, et donc faire partie des six meilleures nations de la zone, est un must pour tout pays de la Concacaf le moindrement ambitieux. C’est un objectif que le Canada tentera d’atteindre pour la première fois depuis 16 ans.

Pour cela, il faudra commencer par battre Cuba ce vendredi. À en croire les diverses déclarations, les membres de l’équipe nationale canadienne ne sont pas stressés. Stephen Hart se dit très serein tout en insistant sur le fait que les joueurs sont concentrés sur ce duel, plutôt que sur le déplacement au Honduras de mardi. Olivier Occean ajoute que la pression, les joueurs la ressentent aussi dans leur club.

Les Canadiens récupéreront le jeune papa Will Johnson, de retour de suspension. À l’image de Terry Dunfield, ils sont nombreux à se rendre compte que c’est leur dernière chance de participer à la Coupe du monde.

Alors que les observateurs les voient déjà au Brésil, les États-Unis font preuve d’une inquiétude inhabituelle. Le choix Jurgen Klinsmann de ne pas sélectionner Jozy Altidore a ouvert un bal d’autres défections, pour raisons de santé celles-là. Ils n’étaient que 11 sur le terrain pour l’entraînement ce mercredi, et l’équipe, déjà privée de Landon Donovan et Brek Shea, a dû partir pour Antigua-et-Barbuda sans arrière gauche.

On s’affaire aussi beaucoup en haut lieu. Pendant que Don Garber participe à des conférences en Angleterre, les dirigeants de la MLS ont officiellement ouvert les discussions pour l’arrivée d’une deuxième équipe à New York en 2016.

09 October 11:38 am

À l’issue de la mini-trêve réservée aux équipes nationales, il ne restera que deux semaines de compétition à la saison régulière et deux rencontres à toutes les équipes dont le sort n’est pas encore scellé. Voici un tour d’horizon des différents enjeux. À vos pronostics !

SUPPORTERS SHIELD
San José est quasiment assuré de remporter le trophée. Avec 5 points d’avance sur Kansas City, il lui suffit à toutes fins pratiques d’un point pour terminer en tête du classement (en cas d’égalité, les équipes sont départagées par le nombre de buts marqués, ce qui avantage nettement les Californiens). Ils auront l’occasion de le remporter contre le LA Galaxy puis à Portland. En cas de double échec du leader, les Sportingmen devront réaliser le sans-faute à New York et contre Philadelphie pour s’adjuger le Supporters Shield.
San José est d’ores et déjà assuré de participer à la Ligue des champions car Kansas City s’y est qualifié en remportant la Coupe des États-Unis.

CONFÉRENCE OUEST
Salt Lake, Seattle et le LA Galaxy accompagneront San José en phase finale. Le dernier siège sera pour Vancouver ou Dallas. Avantage à l’équipe de Martin Rennie, qui compte quatre unités d’avance sur son adversaire. Une victoire contre Portland ou à Salt Lake lui suffira. Les Texans, qui ont marqué plus de buts, ne peuvent se permettre la moindre défaite et sont quasiment contraints au 6/6 à Seattle et contre Chivas USA.

CONFÉRENCE EST
Kansas City et Chicago sont déjà rassurés sur leur sort. Quatre équipes luttent pour les trois dernières places. DC United (3e, 54 pts) est le mieux classé mais son calendrier est ardu, avec la visite de Columbus et un déplacement à Chicago. Tout comme New York (4e, 53 pts), qui accueillera Kansas City avant d’aller à Philadelphie, il peut se contenter d’une victoire ou tabler sur une défaite des deux autres prétendants. Houston (5e, 50 pts), qui reçoit Philadelphie et se déplace à Colorado, doit prendre au moins autant de points que Columbus (6e, 49 pts et en mauvaise posture car la moins bonne attaque des quatre) qui, après son déplacement à DC United, jouera contre Toronto.