blog

Coup Franc

17 September 11:39 am

Ce milieu de semaine est consacré à la Ligue des champions et chacun des quatre clubs de MLS qui sera en lice peut résumer son objectif de match par “Vaincre ou…”

San José : vaincre ou mourir. Derniers avec deux défaites en autant de sorties, Wondolowski et ses coéquipiers seront éliminés s’ils ne battent pas Montréal (qui compte 3 points sur 6) ce soir en Californie (22h00 HE). C’est d’autant plus important que l’équipe s’enlise en championnat et que la scène internationale pourrait sauver sa saison.

Montréal : vaincre ou perdre le contrôle de son destin. Cette fois, les Québécois, qui veulent être les premiers de leur groupe à prendre des points à l’extérieur, n’ont pas laissé leurs vedettes à la maison. En cas de succès ce soir, il leur suffira de battre Heredia la semaine prochaine par deux buts d’écart pour assurer leur qualification. Une défaite relancerait leur adversaire du jour. En cas de partage, ils seront dépendants du résultat du dernier match du groupe qui verrait Heredia (actuel leader avec 6 points) se déplacer sur le terrain d’une équipe de San José déjà éliminée.

Kansas City : vaincre ou patienter. Chez lui contre les nicaraguayens d’Esteli (20h00 HE), le Sporting a la tâche la plus aisée sur le papier mais ne compte certainement pas lever le pied. Il a gagné lors de ses deux déplacements et pourrait donc se retrouver avec un neuf sur neuf… qui ne lui assurera pas encore la qualification mathématiquement. Mais toute la pression serait alors sur Olimpia, qui serait contraint de faire mieux qu’un sans-faute la semaine prochaine contre Esteli et le 23 octobre au Sporting Park.

LA Galaxy : vaincre ou choisir ses ambitions. À Los Angeles, l’objectif à ce jour est encore de briller dans toutes les compétitions dans lesquelles l’équipe est engagée. Cette semaine sera cruciale, avec le match de Ligue des champions de ce mercredi contre Isidro Metapan (22h00) puis la venue de Seattle ce week-end en championnat. Un partage suffirait au LA Galaxy pour reprendre la tête du groupe mais il lui restera ensuite deux déplacements difficiles. Autant se donner de l’air rapidement.

16 September 11:53 am

Vainqueur du sommet contre Salt Lake, Seattle a pris la tête du championnat. Avec plus de matches à jouer que presque tous ses principaux concurrents, qui ont en outre multiplié les faux pas, le nouveau premier de classe est plus que jamais favori dans la course au Supporters Shield.

Dans un stade une fois de plus copieusement rempli (55000 spectateurs étaient au rendez-vous), Seattle a commencé en trombe, ouvrant la marque dès la 3e minute grâce à Martins avant que l’homme en forme du moment, Neagle, ne porte le coup de grâce en fin de première mi-temps. Sportifs, les vaincus reconnaissent que le meilleur a gagné… mais qu’eux-mêmes n’étaient pas au sommet de leur forme, comme Seattle ne l’était pas quand il a perdu dans l’Utah.

Battu, Salt Lake compte un point de retard sur le leader, mais a joué deux rencontres de plus. À ce compte, il est à stricte égalité avec New York, facile vainqueur de Toronto, un troisième succès consécutif qui a aussi montré une équipe plus soudée. Contre Columbus, Montréal avait toutes les cartes en mains pour revenir à un point de la première place, sans le moindre match d’avance sur le leader. Mais les Québécois se sont endormis en deuxième mi-temps, offrant les trois unités à leur bête noire.

Autre équipe en mesure d’ennuyer Seattle, le LA Galaxy a perdu deux points précieux en fin de match sur le terrain de DC United. Un deuxième faux pas consécutif pour les hommes de Bruce Arena après leur défaite à domicile contre Colorado. Ce dernier a poursuivi sur son élan et a battu Dallas grâce à un Sanchez éblouissant. Les Texans voient une place parmi les cinq premiers de la Conférence Ouest s’éloigner, tout comme Vancouver et San José auteurs d’un nul qui n’arrange que leurs devanciers.

Dans la Conférence Est, les trois premiers ne semblent pas avoir grand-chose à craindre de leurs poursuivants qui ont joué à saute-mouton : en s’imposant respectivement à Philadelphie et contre New England, Houston et Chicago ont pris la place de leurs adversaires du jour du bon côté de la ligne rouge.

LES RÉSULTATS
Seattle - Salt Lake
Montréal - Columbus
DC United - LA Galaxy
New York - Toronto
Philadelphie - Houston
Chicago - New England
Colorado - Dallas
Chivas USA - Portland
San José - Vancouver

 
2-0
1-2
2-2
2-0
0-1
3-2
2-1
1-1
0-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

13 September 11:02 am

La journée de championnat s’ouvre ce vendredi soir avec un sommet incontestable : Seattle - Salt Lake (direct TSN2, NBCSN), le deuxième contre le premier, la meilleure défense contre la meilleure attaque. Sigi Schmid devrait en outre pouvoir compter sur toutes ses vedettes (dont Eddie Johnson, qui a expliqué sa célébration controversée) pour affronter le leader qui a pris six points sur six lors des confrontations entre les deux clubs cette saison. Mais elles ont eu lieu dans l’Utah. Cette fois, Seattle aura l’appui de son célèbre douzième homme, que son adversaire trouve toutefois plus encourageant qu’intimidant.

Troisième larron en excellente position pour décrocher le Supporters Shield, Montréal aura une tâche autrement plus aisée : il accueillera Columbus, qui reste sur sept défaites en déplacement, et ne visera rien d’autre que la victoire qui lui permettra aussi d’améliorer ses statistiques de meilleure équipe canadienne de l’histoire de la MLS.

Un peu plus loin dans la course à la première place du classement général, mais ne l’ayant certainement pas abandonnée, les deux « gros noms » du championnat auront également un adversaire à leur portée. Chez lui contre Toronto (et devant les téléspectateurs de RDS2 et TSN2), New York voudra répéter le festival offensif qui lui a permis de gagner à Houston la semaine dernière. Sur le terrain de la lanterne rouge DC United (et devant les caméras d’Unimas), le LA Galaxy se méfie d’un adversaire qui « joue mieux que ce qu’indiquent les chiffres ».

Puisque les équipes du haut et du bas de classement s’affrontent entre elles, cela signifie que de nombreuses confrontations opposent des équipes du ventre mou, en pleine lutte pour une place parmi les cinq premiers de leur conférence. Parmi ces duels, pointons celui retransmis gratuitement sur MLSsoccer.com entre Philadelphie et Houston, ou Chicago - New England dans l’Est, ainsi que celui entre Colorado et Dallas (qui retrouve Peter Luccin) ou la visite de Vancouver à San José (dont le nouveau stade prend du retard) dans l’Ouest.

LE PROGRAMME COMPLET
Vendredi 13 septembre
22h00 : Seattle - Salt Lake
Samedi 14 septembre
14h00 : Montréal - Columbus
16h00 : DC United - LA Galaxy
19h00 : New York - Toronto
19h30 : Philadelphie - Houston
20h30 : Chicago - New England
21h00 : Colorado - Dallas
22h30 : Chivas USA - Portland
22h30 : San José - Vancouver

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs

12 September 11:56 am

Il y avait un match de championnat au programme hier soir : Toronto et Chicago ont partagé l’enjeu 1-1 (résumé vidéo), un verdict qui ne convient à aucune des deux équipes. Les visiteurs reconnaissent avoir effectué une mauvaise opération dans la course à une place en phase finale. Quant aux Ontariens, ils auraient pu prendre les trois points s’ils avaient mieux négocié leurs face à face avec Johnson.

Les Torontois ont quand même découvert leur nouveau renfort, Bright Dike, échangé à Portland contre Maximiliano Urruti. Certains d’entre vous m’ont demandé si le passage d’un club canadien à un club américain (et vice-versa) était bien réglementaire alors que la période des transferts internationaux était terminée… Excellente question ! Je me suis donc renseigné en haut lieu.

Voilà la réponse venue en ligne droite des bureaux de la MLS à New York : « Il n’a pas besoin de Certificat International de Transfert (CIT) car le Canada n’a pas de championnat de Division 1 – raison pour laquelle des clubs canadiens sont autorisés à jouer en MLS. Cependant, s’il y avait une D1 canadienne, il aurait eu besoin de son CIT pour aller de celle-ci en MLS (dans laquelle il n’y aurait alors pas de club canadien). » J’espère que c’est désormais plus clair pour vous.

Ce matin, la Fifa a également publié son classement mondial mis à jour. Les États-Unis grimpent à la treizième place et espèrent continuer leur ascension pour avoir la chance d’être tête de série lors du tirage au sort de la Coupe du monde début décembre : certains se demandent même s’il s’agit de la meilleure équipe nationale américaine de l’histoire. Quant au Canada, il poursuit sa chute et pointe désormais au 106e rang (13e de la Concacaf).

11 September 11:18 am

Pour beaucoup de pays, les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 ont pris un tournant décisif hier. C’est notamment le cas pour les États-Unis et le Costa Rica, qui ont poinçonné leur ticket pour le Brésil.

Les Américains se sont imposés 2-0 contre le Mexique (résumé) dans l’ambiance très dynamique de Columbus. Les autres résultats du jour leur garantissent une place parmi les trois premiers, synonyme de qualification. Le début de parcours des hommes de Klinsmann avait pourtant été difficile, mais ils ont su retourner la situation en leur faveur.

Les Mexicains, eux, sont en pleine crise. Actuellement cinquièmes, ils ont encore leur sort en mains mais au cours de leur histoire, quand ils ont pris part aux éliminatoires de la Coupe du monde, ils n’ont jamais terminé au-delà de la troisième place. Ils font donc face à une déplorable première historique.

La Concacaf aura trois ou quatre représentants au Brésil. Outre les États-Unis, le Costa Rica est aussi assuré d’y être. L’attaque des Ticos, autour de leur vedette Bryan Ruiz, est toujours flamboyante mais leur défense est désormais plus sûre, ce qui les rend plus complets et est une des clefs de leur succès.

De nombreux joueurs de MLS étaient en action hier pour leur équipe nationale, mais le succès a rarement été au rendez-vous. C’est qu’on jouait sur presque tous les continents et que d’autres nations ont assuré leur qualification pour le Brésil : l’Italie, les Pays-Bas et l’Argentine.

Très loin de ces considérations, l’équipe nationale canadienne est en pleine traversée du désert et s’est inclinée 1-0 contre la Mauritanie en Espagne, deux jours après avoir réalisé un nul blanc contre le même adversaire. Benito Floro a encore davantage conscience de la montagne de travail qui l’attend.

10 September 11:54 am

Certaines émissions se concentrent sur un seul sujet, celle de cette semaine (à écouter ici) est au contraire très éclectique. Au programme :

  • Les déboires du Toronto FC. Les récents changements dans l’organigramme sont-ils encourageants ? Veulent-ils recruter des Italiens pour marcher sur les plates-bandes de Montréal ? Ryan Nelsen est-il l’entraîneur qui convient à la situation ?
  • La stabilité des entraîneurs en MLS, sujet inspiré par le congédiement de Robert Warzycha qui était en poste depuis 2009 à Columbus. Comparez ici la longévité des entraîneurs actuellement en poste à celle de leurs homologues des grands championnats européens. Une stabilité aux nombreuses vertus, mais doit-on craindre une stagnation du niveau des entraîneurs ?
  • Les blessures à Montréal. Quelle absence sera plus préjudiciable : celle de Bernardello ou celle de Lopez ? On a déjà vu l’apport du médian défensif argentin et il est plus facile de se rendre compte des problèmes causés par son absence. En revanche, sans le défenseur central espagnol, les autres arrières risquent de s’essouffler d’ici la fin de saison.
  • Le prêt de Dwyer à Orlando par Kansas City pour la finale de l’USL Pro. Est-ce logique ou est-ce de la concurrence déloyale pour les clubs dont l’équipe A joue dans cette compétition ? Quel intérêt d’avoir un « club école » loin de chez soi quand on a déjà ses équipes de jeunes ? Comment fausser le moins possible la compétition où évoluent les équipes réserves des clubs de MLS tout en la rendant intéressante ?
  • Les revendications d’Eddie Johnson. A-t-il raison de négocier sur la place publique ? Est-ce un problème pour l’équipe ? Mérite-t-il l’argent qu’il demande ? Comment le payer dans les limites du budget salarial ? À quel point certains règlements ne pénalisent-ils pas ceux qui travaillent bien ?
  • Les éliminatoires de la Coupe du monde. Le Mexique risque-t-il de ne pas se qualifier ? Le niveau de la Concacaf s’est-il amélioré ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

09 September 12:17 pm

Tous deux vainqueurs ce week-end, Seattle et Montréal semblent les mieux placés pour détrôner Salt Lake de sa première place, qui s’éloigne pour le LA Galaxy surpris chez lui.

Alors que le leader était au repos, Seattle a battu Chicago pour s’installer seul à la deuxième place : ces derniers temps, tout réussit aux hommes de Sigi Schmid qui recevront Salt Lake pour le sommet incontestable de la prochaine journée. Autre équipe en réussite actuellement, Montréal a son sort en mains pour viser à tout le moins la première place de sa conférence après sa victoire à New England marquée par l’exclusion contestable de Matt Reis.

Deux équipes sont à égalité de points avec les Québécois mais ont joué deux rencontres de plus. Elles ont aussi gagné brillamment ce week-end. Kansas City a répondu sur le terrain à la provocation verbale de Columbus alors que New York rêve encore du Supporters Shield après n’avoir fait qu’une bouchée de Houston dont la défense s’est encore fait jouer dans le dos.

Outre Salt Lake, qui ne jouait pas, le seul des neuf premiers du classement général à ne pas avoir gagné est le LA Galaxy, qui a encore perdu des points lors d’une date Fifa, ce que ne supporte plus Bruce Arena. Cette fois, Colorado est allé s’imposer en Californie grâce à un but d’Edson Buddle qui célébrait de la plus belle des manières son retour sur le terrain de son ancien club.

Emmené par un brillant duo Will Johnson - Chara, Portland a atomisé Toronto. Contre Vancouver, Dallas a remporté sa première victoire convaincante depuis bien longtemps grâce à un Diaz inspiré auteur d’un très beau but mais qui ne vaut pas celui de son coéquipier Benitez (vidéo ci-dessus).

En apéritif de cette passionnante journée de championnat, on a eu droit à une très belle journée d’éliminatoires de la Coupe du monde, marquée par les défaites conjointes des États-Unis et du Mexique, ce qui a coûté sa place au sélectionneur mexicain. Les deux équipes s’affronteront ce mardi à Columbus dans un match qui pourrait emmener les Américains au Brésil et leur adversaire en enfer. Pendant ce temps, le Costa Rica et le Honduras se frottent les mains.

LES RÉSULTATS
Dallas - Vancouver
Kansas City - Columbus
Seattle - Chicago
LA Galaxy - Colorado
Portland - Toronto
Houston - New York
New England - Montréal
Chivas USA - DC United
San José - Philadelphie

 
3-1
3-0
2-1
0-1
4-0
1-4
2-4
1-0
1-0

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

06 September 1:18 pm

Même en étant au repos ce week-end, Salt Lake est assuré d’être encore leader lundi matin. Ses adversaires ne peuvent donc nourrir qu’un seul objectif : s’en rapprocher le plus possible. Mais certains devront pourvoir au remplacement d’éléments importants.

Les deux équipes qui emmènent le groupe de chasse ont une mission à leur portée, d’autant qu’elles jouent à domicile. Et Seattle n’a plus perdu sur son terrain depuis sa défaite contre Montréal en tout début de saison. Chicago ne devrait pas interrompre la série, d’autant que les pelouses artificielles lui réussissent très mal. À voir sur NBCSN. Quant au LA Galaxy, s’il partira favori contre Colorado, il devra quand même remplacer quatre internationaux d’un bout à l’autre du terrain.

À Kansas City, c’est Kei Kamara qu’il faut remplacer : l’attaquant a signé pour de bon à Middlesbrough et son retour en MLS aura donc été de courte durée. L’équipe avait déjà trouvé des automatismes sans lui et devrait y revenir contre Columbus. Ce ne sont ni l’équipe nationale ni les départs, mais bien les blessures qui font les manchettes à Montréal : celles d’Hernan Bernardello et d’Adrian Lopez obligeront Marco Schällibaum à trouver de nouvelles solutions dès ce dimanche à New England.

Pour son difficile déplacement à Houston, New York sera également privé de plusieurs éléments importants et Mike Petke devra improviser pour composer sa défense (direct Unimas). Face à Toronto et devant les caméras de TSN, Portland devra se relancer après une période un peu moins faste. Visant également une place dans les cinq premiers de leur conférence respective, San José et Philadelphie ne pourront se permettre de faux pas dans le duel qui les opposera sur ESPN2 et ESPN Deportes.

Ce vendredi, la planète aura aussi les yeux rivés sur les éliminatoires de la Coupe du monde. En tête de la zone Concacaf, les États-Unis se déplaceront au Costa Rica, deuxième. Chez lui contre le Honduras, le Mexique doit gagner pour évacuer les doutes. Quant au Panama, qui reçoit la Jamaïque et son nouvel entraîneur, il veut s’imposer pour conserver l’espoir d’une qualification.

LE PROGRAMME COMPLET
Samedi 7 septembre
20h30 : Dallas - Vancouver
20h30 : Kansas City - Columbus
22h00 : Seattle - Chicago
22h30 : LA Galaxy - Colorado
23h00 : Portland - Toronto
Dimanche 8 septembre
17h00 : Houston - New York
19h30 : New England - Montréal
21h00 : Chivas USA - DC United
23h00 : San José - Philadelphie

Classement général
Toutes les heures HE (heure de New York et Montréal)
Rendez-vous ici pour la disponibilité des matchs sur MLS Live et les diffuseurs locaux
Hors États-Unis et Canada, vous pouvez voir des matchs de MLS via ces diffuseurs

05 September 12:03 pm

Un mauvais début de saison et moins de matchs que les autres : Seattle a longtemps regardé le haut du classement de loin mais voilà que suite à sa victoire d’hier 1-0 contre Chivas USA (résumé vidéo), il se retrouve deuxième ! Sans convaincre, l’équipe gagne et la chance lui sourit, comme quand l’arbitre siffle la fin du match au lieu d’un coup franc menaçant. Cette dernière décision faisait aussi beaucoup parler les Californiens qui, sans la contester, la trouvent à l’image de leur saison.

Il est sûrement trop tard pour sauver sa saison, mais Columbus a pleinement recueilli les fruits de son changement d’entraîneur en battant Houston 2-0 (résumé vidéo). Brian Bliss a admis qu’en un court laps de temps, les changements qu’il a apportés étaient plus mentaux que tactiques et pense qu’ils ont permis à ses joueurs d’accélérer le jeu au bon moment pour remporter les trois points. Houston a eu le tort de ne pas profiter de ses occasions durant les premières minutes et de laisser son adversaire rentrer dans le match.

Et à Toronto, le vent va-t-il tourner ? Chaque année, un entraîneur et/ou un haut dirigeant du club passe à la trappe, dans l’espoir que le suivant obtiendra de moins mauvais résultats. Cette saison ne fait pas exception et le président-directeur général Kevin Payne a été congédié. Dire que certains pensaient qu’il était l’homme de la situation en raison de son passé à DC United… Le Toronto FC a expliqué qu’il préparait la saison 2014 et y partirait dans une autre direction. Encore…

04 September 11:58 am

Seattle rejoindra-t-il le LA Galaxy à la deuxième place du classement général ce soir ? Pour y parvenir, il devra se défaire chez lui de l’autre équipe de Los Angeles, Chivas USA : une tâche a priori facile mais il se méfie de rojiblancos « mieux organisés derrière » et, surtout, armés d’Erick Torres devant.

L’autre match au programme de la soirée sera le premier de Brian Bliss à la tête de Columbus : il ne « réinventera pas la roue » selon ses joueurs mais s’il a l’ambition de diriger l’équipe en 2014, il voudra commencer par une victoire contre Houston. Si les Texans gagnent, ils effectueront une opération juteuse au classement mais se mettront aussi dans de meilleures dispositions avant de passer presque toute la fin de la saison régulière à affronter des concurrents directs.

Ces rencontres du mercredi passeront-elles bientôt à la trappe ? Selon NBCSN, la ligue pourrait décider de réduire la saison régulière à 28 rencontres. Quand il y aura 24 clubs, en 2020, cette nouvelle formule générera... 34 matchs par équipe. Je ne crois donc guère à une réduction drastique prématurée et, à lire les réactions, elle serait très mal accueillie.

Pendant ce temps, à Philadelphie, l’Union a inauguré sa propre école secondaire. Baptisée YSC Academy, elle accueille 32 élèves – tous membres des équipes de jeunes du club – qui s’entraîneront le matin et étudieront l’après-midi avec l’espoir de passer pros un jour. On s’approche des conditions de travail des jeunes dans les centres de formation européens !