blog

CCL

23 February 4:43 pm

Montréal et DC United joueront cette semaine leur match aller en quarts de finale de la Ligue des champions : le vainqueur de la Coupe du Canada 2014 se déplacera chez les Mexicains de Pachuca, alors que la lauréat de la Coupe des États-Unis 2013 jouera à Alajuelense, au Costa Rica.

Si le passé n’est pas garant de l’avenir et qu’il faut remettre chaque rencontre dans son contexte, voilà néanmoins quelques données tirées des dernières phases à élimination directe (donc pas de feu le tour préliminaire) depuis que la Coupe des champions est devenue Ligue des champions en 2008.

On en est à la septième saison de cette formule, où il y a donc eu 42 duels à élimination directe, puisque ceux-ci commencent au stade des quarts de finale, tous joués en matchs aller-retour, y compris les finales. Des 48 équipes encore en lice à ce moment-là, 22 étaient mexicaines, 12 américaines, 3 costariciennes, 3 honduriennes, 2 canadiennes, 2 panaméennes, 2 guatémaltèques, 1 salvadorienne et 1 caribéenne. Ont franchi ce tour pour se retrouver dans le carré d’as, 17 représentants du Mexique, trois des États-Unis, deux du Costa Rica, un du Canada et un des Caraïbes. Quant aux 42 duels, ils se sont terminés par 34 qualifications mexicaines, quatre américaines, deux costariciennes, une canadienne et une caribéenne.

C’est dire si la domination mexicaine est imposante. Des chiffres qui auraient pu être encore plus impressionnants si en 2011, les Mexicains ne s’étaient pas éliminés entre eux, puisqu’ils se sont tous affrontés en quarts de finale, avant que les rescapés n’en décousent en demi-finale, laissant l’autre moitié de tableau complètement libre à leurs adversaires des autres pays. Un an plus tôt, c’était le contraire : les quatre clubs mexicains en lice en quart de finale s’y étaient alors déjà débarrassés de tous leurs concurrents étrangers dès ce moment-là.

Au total, il aurait pu y avoir 24 équipes mexicaines en quarts de finale. Elles n’étaient donc que deux à ne pas avoir franchi le premier tour avant cette saison. Premiers à avoir réussi l’exploit de barrer la route à un mastodonte, les guatémaltèques de Xelajù il y a deux ans avaient terminé en tête de leur groupe à égalité de points avec Guadalajara, qu’ils avaient battu 1-0 et où ils avaient perdu 2-1. L’an dernier, Alajuelense (adversaire de DC United jeudi) avait fait mieux encore en battant l’America Mexico 1-0 et en allant y gagner 0-1. Cette saison, pour la première fois, deux clubs mexicains ont chuté en phase de groupe, et leurs tombeurs sont deux clubs costariciens : Alajuelense a fini devant le tenant du titre Cruz Azul (avec qui il a partagé l’enjeu 1-1 à deux reprises) et Herediano a devancé Leon (qu’il a battu 2-1 et où il a partagé 1-1).

Le reste du temps, les Mexicains se sont généralement éliminés entre eux. En fait, en six saisons, il n’y a eu qu’une seule exception : lors de la saison 12/13, Seattle a sorti Tigres UANL en quart de finale (photo). Après avoir perdu 1-0 au Mexique, les hommes de Sigi Schmid se sont imposés 3-1 au retour. Les Mexicains étaient bien partis en championnat et ont joué le match aller, chez eux, avec leur équipe-type quasiment au complet. À Seattle, ils ont en revanche aligné un seul titulaire habituel, trois joueurs aux portes du onze de base, et une moitié d’équipe composée d’éléments ayant à peine joué en championnat. Ça ne les avait pas empêchés d’ouvrir la marque. Mais, réduits à dix juste avant la pause, ils ont encaissé trois buts en deuxième mi-temps.

Outre cet exploit, les trois autres qualifications américaines ont été celles du LA Galaxy contre Herediano il y a deux ans, ainsi que le beau parcours de Salt Lake en 2011, avec des victoires contre Columbus en quart de finale puis contre Saprissa en demi-finale. Au tour précédent, les Costariciens avaient éliminé Olimpia (Honduras). Un deuxième club du Costa Rica s’est hissé en demi-finale : Alajuelense, après avoir éliminé Arabe Unido (Panama) en quart de finale, s’est fait barrer la route de la finale par Toluca l’an dernier. Le bilan États-Unis - Costa Rica est nettement en faveur des Américains, qui se sont imposés deux fois, en jouant une fois le match retour à domicile, l’autre en déplacement.

Quant au parcours printanier des Canadiens, il est composé de deux volets : l’élimination de Montréal par Santos Laguna il y a six ans en quart de finale, et celle, par le même adversaire, de Toronto en demi-finale trois ans plus tard, non sans avoir sorti le LA Galaxy au tour précédent en gagnant le match retour sur le terrain de l’équipe de David Beckham.

Le duel entre Pachuca et Montréal sera donc le troisième affrontement canado-mexicain après l’hiver. Le club mexicain, qui jouait chaque fois le match retour à domicile, s’est toujours imposé. Les Mexicains ont aussi rencontré douze fois une équipe américaine de MLS. La seule qui est arrivée à causer une surprise est donc Seattle. En raison des résultats des tours précédents, les clubs du sud du Rio Grande avaient aussi réussi à se mettre en bonne position leur permettant de jouer le match retour à domicile. Il n’y eut que deux exceptions : le match Tigres UANL - Seattle, ainsi que la finale 2011 entre Monterrey et Salt Lake. L’aller s’est terminé par un partage 1-1 chez une équipe de Monterrey qui alignait son cinquième match de suite sans victoire. Une série qui s’est arrêtée à sept, avant que les Mexicains ne s’imposent 0-1 dans l’Utah pour remporter la Ligue des champions. Lors d’aucun des deux matches, Monterrey n’avait laissé ses titulaires au repos.

L’avantage du terrain semble souvent jouer un rôle indéniable. Les chiffres confirment cette impression : des 42 duels, 30 ont été remportés par l’équipe qui jouait le match retour à domicile. Il y a donc 12 exceptions. Pour la moitié d’entre elles, ce sont des clubs mexicains qui se sont éliminés entre eux. Parmi les autres clubs à jubiler devant les supporters adverses, nous avons déjà évoqué Salt Lake à Saprissa, Monterrey à Salt Lake et Toronto au LA Galaxy. Les trois derniers sont les Puerto Rico Islanders (à Marathon), Saprissa (à Olimpia) et Alajuelense (à Arabe Unido). Cela revient à dire que seulement six clubs ont émergé en jouant le match retour à l’étranger (en 27 occasions puisqu’il faut évidemment éliminer les duels entre formations du même pays). Le bilan des 84 rencontres est aussi sans appel : 49 victoires de l’équipe jouant chez elle, 20 succès visiteurs et 15 nuls.

Il est difficile de juger quel résultat au match aller est suffisant pour se mettre à l’abri tant il y a des divergences de niveau et tant les Mexicains ont pu retourner des situations à leur avantage chez eux. Cependant, jamais en six ans et 42 rencontres, le match retour ne semblait futile, sauf peut-être lorsque les Mexicains commençaient par gagner sur le terrain d’un adversaire étranger. Un seul match aller s’est terminé par trois buts d’écart, la victoire 3-0 de Monterrey contre Pumas en 2011. Il convient aussi de dire qu’il y a généralement peu de buts à l’aller. Lors des deux dernières saisons, on a eu un match avec quatre buts, un autre avec trois, un partage 1-1, sept victoires par le plus petit écart et quatre nuls blancs.

Il y a donc des chances pour que Montréal réussisse le meilleur résultat d’un club canadien au Mexique lors de la phase à élimination directe, après sa défaite douloureuse 5-2 à Santos Laguna (il avait gagné 2-0 à l’aller) et celle 6-2 de Toronto au même endroit (après un nul 1-1 en Ontario). Et penser que les espoirs de qualification des Québécois seront encore élevés mercredi matin n’a rien d’utopique. L’ampleur de la tâche DC United est bien différente, même si aucun club américain n’a encore gagné au Costa Rica dans ces rencontres cruciales, puisque le LA Galaxy a partagé l’enjeu 0-0 à Herediano alors que Salt Lake s’est incliné 2-1 à Saprissa. Les deux représentants de MLS se sont toutefois qualifiés grâce à leur victoire chez eux.

L’issue des chapitres précédents de l’histoire nous donne une idée des difficultés qui attendent les deux clubs de MLS en lice cette semaine et la semaine prochaine. Toutefois, ce sont Montréal, DC United et leurs adversaires respectifs qui écriront les prochains. Ils s’annoncent passionnants, ne les manquez pas !

20 February 6:42 pm

Montréal sera le premier club de MLS à jouer un match officiel en 2015, son quart de finale aller de Ligue des champions mardi prochain à Pachuca. L’émission de la semaine (que vous pouvez également écouter ici) préface ce duel, vous présente les Tuzos en détails, donne les dernières nouvelles du Mexique et tente de définir les atouts en faveur des Montréalais.

  • Que vaut Pachuca ?
  • Quelles sont ses forces et ses faiblesses ?
  • Qui est la vedette de l’équipe ?
  • Quel est le profil des titulaires habituels ?
  • Les Mexicains mettront-ils leur meilleur onze sur le terrain ?
  • Quel onze de départ pour Montréal ?
  • Qui risque de ne pas jouer ?
  • Comment exploiter les points faibles de l’adversaire ?
  • Quelles sont les options de Frank Klopas ?
  • À quel point ne pas avoir joué depuis octobre handicape Montréal ?
  • L’altitude et la pollution vont-elles peser dans la balance ?
  • Intimidation : quelle influence du public et du jeu physique ?
  • Comment faire mousser l’intérêt pour la Ligue des champions ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

23 January 6:02 pm

Parmi les clubs de MLS qui ont repris l’entraînement ce matin, deux n’avaient pas du tout la même préoccupation que les autres. Alors qu’en temps normal, une préparation dure six semaines, DC United et Montréal n’ont qu’un petit mois devant eux avant leur prochain match officiel. En plus, il est crucial, puisqu’il est en Ligue des champions. Quand on rate son premier match de championnat, on en a 33 autres pour se reprendre. En quart de finale d’une compétition internationale, il y a moins le droit à l’erreur…

Première question que tout le monde se pose légitimement dans une telle situation : mais pourquoi ne pas recommencer à s’entraîner plus tôt ? Frank Klopas, l’entraîneur de Montréal, a la réponse. Elle est on ne peut plus claire : « C’est très compliqué : on n’a pas le droit de commencer tôt car il faut suivre les règlements de la ligue. Même pour moi, qui suis là depuis longtemps, c’est difficile à comprendre. Quand j’étais en Europe, les vacances se limitaient à un mois. Ce n’est pas facile d’être inactif pendant deux mois et demi puis de jouer 33 jours plus tard. »

Il faut donc éviter à tout prix de voir arriver à la reprise un joueur hors forme ou présentant un excès de poids. Au contraire, chacun doit déjà être bien affûté. D’ordinaire, les joueurs reçoivent quelques devoirs de vacances pour ne pas reprendre les entraînements avec un retard de condition physique. Cette année, ils ont été adaptés aux circonstances. « Avec notre préparateur physique, nous avons donné un programme individualisé aux joueurs et effectué un suivi quotidien, poursuit Klopas. Ils devaient nous envoyer les informations demandées chaque jour. Quand ils ne le faisaient pas, nous devions nous assurer de les appeler pour les rappeler à l’ordre… et c’est arrivé. »

Désormais, au grand plaisir de tout le monde, les entraînements individuels sont remplacés par des séances de groupe. Les objectifs quotidiens évoluent également, et Bakary Soumare schématise très bien le programme des semaines à venir. « La première chose à faire, c’est le travail physique. Tout le monde revient de vacances. Ensuite, nous devrons adopter le schéma tactique que l’entraîneur va essayer de nous apprendre et qu’il faudra mettre en place avant le match. En trente jours, vous avez amplement le temps d’être prêt défensivement et offensivement. »

Ce travail sera d’autant plus important pour les joueurs à vocation défensive, puisqu’ils sont nombreux à découvrir leur nouveau club et n’ont donc pas encore adopté d’automatismes. L’un des anciens, Hassoun Camara, a sa petite idée sur la manière d’accélérer le processus. « Il faut maximaliser le temps qu’on a entre nous. Sur le terrain, mais aussi en dehors afin de parfaire les affinités. On a des joueurs francophones, ça va faciliter la tâche derrière, c’est une bonne chose pour nous. »

De quoi aussi passer de bons moments ensemble, parce que le travail de fond typique des premières semaines d’entraînement est rarement l’activité préférée des footballeurs professionnels. « Une préparation reste toujours difficile, poursuit Camara. Les joueurs n’aiment pas forcément courir… Mais voilà, on a un mois de préparation, et ça s’appelle préparation pour une raison : il faudra être prêt pour le premier match, sans non plus aller plus vite qu’il ne faut. »

En effet, courir comme des lapins au Mexique pour tirer la langue trois semaines plus tard serait malvenu. Et évidemment, le préparateur physique a dû travailler sur le long terme. Il peut compter sur Patrice Bernier pour le rappeler. « Il faut faire attention car on commence par un match de haute voltige, mais après il y a une saison complète qui suit et il ne faut pas l’hypothéquer, prévient l’international canadien. C’est sûr qu’on part avec un temps de retard sur Pachuca, qui est en pleine saison, mais la préparation a été méticuleusement mise en place pour éviter qu’on arrive au sommet de notre forme contre Pachuca mais que ça nous affecte ensuite. »

Afin de se mettre en forme de match, il y aura bien entendu quelques duels amicaux. DC United ira à Austin pour participer à l’ATX Pro Challenge alors que Montréal prendra rapidement la direction du Mexique. « La première phase de la préparation se passera ici. Nous irons ensuite au Mexique pour nous acclimater aux conditions là-bas, explique Klopas. Nous ferons tout ce qu’il faut pour être prêts, mais il faudra également effectuer un suivi de la condition physique afin de voir où chacun se situe, et qui est le plus en mesure d’aider l’équipe lors de ce match. »

S’il y aura évidemment une préparation physique et tactique, la connaissance de l’adversaire n’est pas à négliger. « Chaque joueur, tout comme le staff technique, a sûrement déjà vu au moins un match depuis que Pachuca a recommencé à jouer, a ainsi précisé Bernier, qui était au Mexique et a déjà pu voir les Tuzos à l’œuvre. Tout le monde va faire ses devoirs. Ils jouent régulièrement et on va encore avoir la possibilité de les voir trois ou quatre fois. J’ai aussi parlé à quelques joueurs mexicains de MLS, notamment Pineda, qui connaissent bien le championnat. » Avec une préparation raccourcie, autant mettre tous les atouts de son côté.

CAP SUR LA REPRISE
Le programme des 20 clubs
Revue des troupes plus ambitieuses
Revue des troupes en quête de progrès

16 January 1:42 pm

Les équipes les moins bien classées de la Concacaf connaissent le début du parcours qui pourrait les mener à la Coupe du monde 2018 en Russie. Parmi eux, le Canada (triste réalité). Exempté du premier tour, il devra ensuite battre le vainqueur du duel opposant les Îles Vierges britanniques à la Dominique.

Le match aller se jouera au Canada le 8 juin prochain, le match retour dans les Caraïbes le 16 juin. Le vainqueur sera qualifié pour le troisième tour, dont le tirage au sort (ainsi que celui des tours subséquents) aura lieu à Saint-Pétersbourg le 25 juillet. Retrouvez ici le fonctionnement complet des éliminatoires de la Coupe du monde dans la zone Concacaf. Le tirage au sort complet des deux premiers tours est au bas de cet article.

La Dominque est favorite du duel du premier tour l’opposant aux Îles Vierges britanniques, les deux nations étant classées respectivement 25e et 34e (sur 35) dans la zone Concacaf (je vous épargne leur classement Fifa). Les deux derniers affrontements entre les deux équipes, en 2009 et 2010, se sont soldés par de nettes victoires de la Dominique, 4-0 et 0-10. Les deux nations avaient par ailleurs terminé à la dernière place de leur groupe lors du premier tour des éliminatoires de la dernière Coupe des Caraïbes. Le Canada (9e dans la zone Concacaf) ne devrait donc pas avoir trop de problème à franchir son premier écueil.

La Concacaf et la Fifa ont effectué une autre annonce très intéressante hier : l’introduction d’une licence pour les clubs dans la zone Concacaf. Si on ne connaît pas encore les détails du système, on sait que les clubs devront respecter certaines normes pour obtenir leur licence. « Il est basé sur cinq critères essentiels : sport, personnel et administration, finances, infrastructures et domaine juridique. Ces critères ont pour objectif de protéger la crédibilité et l'intégrité des compétitions de clubs tout en améliorant le niveau du professionnalisme au sein de la famille du football et en favorisant la transparence dans les finances, la propriété et le contrôle des clubs », explique la Fifa.

« À la fin de ce processus, les avantages pour les clubs, les championnats et les associations membres seront nombreux : meilleur niveau de gestion des clubs, meilleur niveau des joueurs formés au pays, augmentation du nombre de fans et des revenus et, en dernière instance, meilleur niveau de l'équipe nationale », poursuit la Fédération internationale. Concrètement, dans les zones où un tel système est déjà implanté, il permet actuellement de déterminer selon des critères objectifs préétablis qui peut participer aux compétitions internationales ou jouer dans telle division – les critères de la licence passant cependant toujours après les critères sportifs.

Ah, et pour terminer, la nouvelle du jour en MLS – vous êtes certainement déjà tous au courant – Jozy Altidore a signé à Toronto, alors que Jermain Defoe effectue le chemin inverse et prend la direction de Sunderland.

LE TIRAGE AU SORT

1er tour
1. Bahamas - Bermudes
2. Îles Vierges Britanniques - Dominique
3. Barbade - Îles Vierges Américaines
4. Turks-et-Caicos - Saint-Kitts-et-Nevis
5. Nicaragua - Anguilla
6. Belize - Îles Caïmans
7. Curaçao - Montserrat

2e tour
Saint-Vincent et Grenadines - Guyana
Antigua et Barbuda - Sainte-Lucie
Porto Rico - Grenade
Canada - Vainqueur 2
République dominicaine - Vainqueur 6
Guatemala - Vainqueur 1
Aruba - Vainqueur 3
Vainqueur 4 - Salvador
Vainqueur 7 - Cuba
Vainqueur 5 - Surinam

08 December 12:11 pm

Le lever du soleil est particulièrement joyeux ce matin à Los Angeles, et plus particulièrement dans le cœur des supporters du LA Galaxy, qui célèbrent leur troisième Coupe MLS en quatre ans, la cinquième de l'histoire du club.

Relisez le compte-rendu, avec vidéos des faits saillants, de cette rencontre serrée, pas toujours de haut vol, mais riche en suspense et dont le dénouement est tombé après prolongation. À l’analyse, il y a eu beaucoup de déchet technique et peu de risques, les vedettes n’ont pas été dans leur meilleur jour et ce fut donc tout sauf académique. Quels joueurs se sont démarqués à vos yeux ? Voici les notes de la rédaction de MLSsoccer.com.

Mais peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. Surtout lors d’une finale. Et les finales gagnées, Landon Donovan connaît ça, lui qui a mis la main sur sa sixième Coupe MLS, ce qui lui permet d’allonger la liste des records dont il est seul détenteur. Si vous êtes féru de statistiques individuelles isolées, voyez les chiffres de sa finale, comparés à ceux des joueurs arrivant en tête de liste hier. Il serait surprenant que le principal intéressé s’y replonge, lui qui a déjà la tête à son avenir.

Si le jeune retraité était évidemment célébré de toutes parts, les éloges allaient surtout du côté de Robbie Keane. Il faut dire que l’Irlandais a marqué le but de la délivrance à moins de 10 minutes d’un coup de sifflet synonyme de loterie des tirs au but. S’il faut souligner sa conclusion, c’est surtout son appel de balle qui fut décisif, mais il n’aurait pas pu surprendre la défense sans la superbe passe de Sarvas. Sarvas et Juninho ont d’ailleurs eu des rôles cruciaux dans cette rencontre : outre la passe décisive précitée, ils ont mis Nguyen et Jones sous l’éteignoir. La journée a aussi été très particulière pour Robbie Rogers, qui mesurait l’évolution de sa vie depuis la Coupe MLS qu’il a remportée en 2008, deux succès entre lesquels il avait pris une brève retraite anticipée et annoncé publiquement son homosexualité.

La joie n’était pas seulement de mise à Los Angeles. La victoire du LA Galaxy arrange aussi les bidons de Salt Lake, qualifié pour la Ligue des champions puisqu’il était le mieux placé au classement général à ne pas avoir encore un billet que le vainqueur de la Coupe MLS avait déjà assuré auparavant. La défaite de ce dimanche est donc double pour New England, où la peine est perceptible et où les joueurs ne cachent pas qu’ils mettront du temps à s’en remettre.

13 November 1:06 pm

Comme lors des saisons précédentes, je vous ai préparé mon « top 10 » et mon « flop 10 » de l’année en MLS. Voilà donc le retour des rubriques « Pleine lucarne » et « Droit dans le mur » dont je vous dévoilerai le classement en alternance les jours où l’actualité est plus calme. On commence aujourd’hui avec les n°9 et 10 de « Droit dans le mur ».

10. Coups d’arrêt en Ligue des champions

Fin août, on pensait légitimement voir quatre clubs de MLS en quarts de finale de la Ligue des champions, ce qui est le maximum possible. Finalement, ils ne seront que deux (un américain, DC United, et un canadien, Montréal) à passer l’hiver au chaud. Mais Portland, Kansas City et même New York (qui serait passé au détriment de Montréal) ont de quoi nourrir des regrets.

La question est toujours de savoir quels efforts supplémentaires l’équipe aurait dû fournir pour passer un tour largement à sa portée, ce que ça lui aurait coûté et ce que ça lui aurait rapporté. Les New-Yorkais ont clairement laissé la plupart de leurs titulaires au repos sur la scène continentale, et en ont surtout payé les pots cassés en étant tenus en échec au Deportivo FAS. Ils auraient aussi dû au moins battre une fois Montréal pour se qualifier. Ils ont choisi de tout miser sur le championnat, et peuvent légitimement espérer gagner la Coupe MLS. Par contre, avec l’arrivée d’un puissant rival la saison prochaine, commencer avec des duels de prestige n’aurait pas fait de tort.

Mais ce sont surtout les deux autres qui semblent avoir misé sur le mauvais cheval et ont tout perdu en l’espace de quelques jours. Portland a réussi une brillante fin de saison en championnat, conclue par une impressionnante victoire à Dallas, mais a échoué aux portes de la phase finale quelques jours après une défaite à Olimpia, où un match nul aurait suffi à sa qualification.

Quant à Kansas City, détenteur de la Coupe MLS, mais miné par les blessures et à bout de souffle en fin de saison, il voulait à tout prix défendre son titre. Il a payé très cher les points bêtement perdus à Esteli milieu août et Saprissa lui a assené le coup de grâce lors du dernier match de groupe. Une semaine plus tard, l’équipe tombait au premier tour de la phase finale à New York. Tout ça pour ça…

DC United était dans un groupe beaucoup plus facile ; quant à Montréal, il a évité de commettre certaines erreurs - peut-être aussi en raison de l’envol de tous ses espoirs en championnat - et a bien géré son parcours sur la scène continentale.

9. Chicago en recul, comment veux-tu le point du nul ?

Perdre le même nombre de rencontres que le vainqueur du Supporters Shield mais terminer quatorze places derrière lui avec 28 points de retard : c’est l’exploit peu commun réussi par Chicago qui, s’il était difficile à battre, ne trouvait pas non plus le moyen de gagner et a fini la saison avec 18 nuls en 34 rencontres, un record dans l’histoire de la MLS. Le début de saison avait donné le ton, avec 6 partages consécutifs entre le 16 mars et le 19 avril.

Il faut dire que passer de Frank Klopas à Frank Yallop, dont les conceptions de jeu sont pour le moins différentes, n’a pas semblé facile et que les joueurs ont souvent semblé pris entre deux chaises. Mais il convient toutefois de stigmatiser le manque de concentration, source à la fois de nombreuses erreurs défensives mais aussi de buts concédés alors que les joueurs de Chicago semblaient s’être arrêtés de jouer pendant que les joueurs de l’autre équipe, eux, avaient suivi le mouvement.

30 September 11:34 am

Les 24 meilleurs joueurs de moins de 24 ans évoluant en MLS ont été désignés la semaine dernière : un classement très serré qui ne suscite pas d’énorme polémique mais où les joueurs rapides et offensifs ont la part belle. On se penche sur le profil et la saison du vainqueur, DeAndre Yedlin, mais aussi sur la liste complète qui nous permet de constater l’évolution plus que positive des jeunes en MLS et de leurs parcours de plus en plus diversifiés afin d’y arriver.

Montréal s’est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Quel est l’adversaire idéal… pour le plaisir, pour les chances de qualification et pour le marketing ? Ne manquez pas non plus le débat pour le moins animé au sujet de la qualification montréalaise : méritée ou « par défaut », les animateurs ne sont pas d’accord.

Tout cela est lié au partage de New York au CD FAS avec des joueurs au repos, ce qui ne les a pas aidés quelques jours plus tard au LA Galaxy lors d’un sommet que nous sommes nombreux à avoir regardé, qui nous a régalés et dont nous parlons en fin d’émission avant nos conseils habituels pour le jeu MLS Fantasy.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

19 August 12:16 pm

De Marco Di Vaio (moins ?) proche de la retraite aux filles qui disputent actuellement la Coupe du monde des -20 ans, votre heure en notre compagnie cette semaine (émission que vous pouvez aussi écouter ici) vous fera passer d’un bout à l’autre de la pyramide des âges du soccer de haut niveau.

Montréal a donc retrouvé le chemin de la victoire, mais aussi célébré les débuts d’Ignacio Piatti : on évoque le premier match du nouveau joueur désigné devant son public et son entente avec Di Vaio qu’il voudrait convaincre… de retarder sa retraite. On débat aussi des objectifs de fin de saison du club, qui ne semblent pas clairs pour tout le monde, entre autres en raison de déclarations contradictoires de Frank Klopas. La discussion porte aussi sur la gestion de l’effectif, le « sacrifice » de matchs et le plaisir de jouer.

Une fois n’est pas coutume, on parle aussi de soccer féminin, dont la Coupe du monde des moins de 20 ans se joue au Canada. Le niveau de jeu continuellement à la hausse nous enthousiasme, le fait que les pays de la Concacaf perdent leur avance nous inquiète. On se demande ce que le Canada et les États-Unis devraient faire pour rester au sommet. L’organisation du tournoi fait également partie de nos sujets de discussion tout comme le Stade olympique de Montréal.

Comme de coutume, l’émission se termine par nos conseils pour le jeu MLS Fantasy.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

10 April 3:17 pm

La finale de la Ligue des champions opposera Cruz Azul à Toluca (aller le 15 avril, retour le 23 avril). Une finale 100% mexicaine, la cinquième en six ans. Cette domination est évidente et connue de tous. Le portrait, derrière, est souvent plus flou. C’est pourquoi je tiens à jour chaque année un « coefficient Concacaf », à l’image du coefficient UEFA qui détermine le nombre de places par pays dans les différentes coupes d’Europe. On peut déjà calculer celui à l’issue de cette saison, vu que deux clubs du même pays sont en finale. Il figure dans le tableau ci-dessous.

Mes calculs ont été effectués avec les mêmes méthodes et avec un barème très proche de ce qui se fait en Europe. Une victoire vaut deux points, un match nul un point (la moitié pour feu le tour préliminaire), une participation à la phase de groupes rapporte un point. Il y a aussi des bonus : deux points en cas de sortie du groupe, un point pour une qualification lors des tours suivants et en cas de victoire en finale. Le total annuel des points d’un pays est divisé par le nombre de ses clubs en lice et le coefficient porte sur les cinq dernières saisons.

Le classement est clair : la domination du Mexique est sans partage. Logique : depuis que la compétition a été rebaptisée et réorganisée en 2008, les clubs étrangers sont rarement capables de bouter leurs adversaires mexicains hors de la Ligue des champions. En six éditions, avec donc 24 équipes à éliminer, ce n’est arrivé que trois fois. L’an dernier, les Guatémaltèques de Xelajù ont sorti Guadalajara lors de la phase de groupes, devenant les premiers à réaliser l’exploit. Il a été répété en quart de finale par Seattle, qui a éliminé Tigres UANL. Cette saison, les Costariciens d’Alajuelense ont émergé de leur groupe au détriment de l’America Mexico. Bonne nouvelle pour leurs adversaires : après avoir été intouchables pendant quatre ans, les clubs mexicains ne sont plus invincibles.

Les États-Unis sont deuxièmes. Ce n’est pas une surprise et pourtant, ce n’est que la deuxième fois en six ans que je fais ce tableau que ça se produit, la saison 10/11 étant la première. La faute, entre autres, au Canada. J’y reviendrai. Bien plus important pour les Américains : jamais n’ont-ils compté autant de points à ce coefficient fictif, ce qui traduit une constante (et nette) progression. Il faut dire que les résultats de cette année (trois clubs en quarts de finale, et le quatrième qui s’est battu jusqu’au bout pour la qualification) ont remplacé ceux calamiteux de la saison 08/09 (un quart de finaliste, un dernier de groupe et deux éliminés au tour préliminaire). Autre point intéressant : la régularité des Américains depuis quatre ans est très encourageante. Il est évident que désormais, ils pensent davantage à se rapprocher de la première place qu’à regarder derrière eux.

Le Canada, donc, est troisième. Le calcul, pour lui, est quelque peu faussé par le fait qu’il n’a qu’un seul représentant. En cas d’excellent parcours, il fait un important plein de points pour le pays. La place de demi-finaliste du Toronto FC lors de la saison 11/12 lui vaut d’ailleurs près de la moitié des points qu’il a accumulés sur cinq saisons. Il perd cette année les bénéfices semblables du quart de finale de Montréal il y a 5 ans, alors que les Québécois, qui représentaient à nouveau le Canada cette année, ont réalisé un bien moins bon parcours que lors de leur première participation. Si on devait calculer un coefficient pour la MLS, il tournerait autour de 44.

Si la situation derrière est parfois plus floue, surtout lorsqu’on regarde le reste de la Concacaf de loin (ou de haut, c’est selon…), elle est pourtant très intéressante à plusieurs égards. Elle permet notamment aux « grands » de connaître les nations dont il faut davantage se méfier afin d’éviter toute mauvaise surprise. Et aux supporters de savoir si le tirage au sort est bon ou semé d’embûches.

Sans surprise, le Costa Rica mène la danse derrière les puissances actuelles de la région. Ses clubs ont mis deux saisons à digérer le changement de formule de la compétition, mais depuis quatre ans, ont retrouvé un certain niveau et de la régularité. Ils ne rivalisent certes plus avec les Américains, mais devancent chaque saison les autres pays d’Amérique centrale. Les résultats de l’équipe nationale témoignent également d’un soccer en relativement bonne santé.

La surprise vient juste derrière. Alors qu’il a longtemps été à la même hauteur que le Costa Rica et que son équipe nationale brille, le Honduras est en net recul quand on parle de clubs. À un point tel que cette année, il vient d’être dépassé par le Guatemala dans mon classement fictif. Un championnat à la baisse n’est pas toujours le reflet d’une catastrophe imminente (il peut par exemple avoir été soudainement pillé de ses talents et être en transition) mais est quand même un signe qui oblige à la vigilance. À l’inverse, les représentants guatémaltèques sont des adversaires qu’il ne faut désormais plus prendre à la légère.

Suivent, assez loin, le Panama et le Salvador, capables d’un exploit de temps à autre mais dont les clubs ne peuvent rivaliser dans le durée. En chute libre, les représentants des Caraïbes avaient donné du fil à retordre à leurs adversaires lors de leur entrée dans la compétition (Cruz Azul n’avait éliminé Puerto Rico qu’aux tirs au but en demi-finales en 2009) mais ont de plus en plus souvent un rôle de faire-valoir. C’est toujours le cas du représentant du Nicaragua, alors que le Belize, bien que théoriquement accepté, n’envoie aucun club en Ligue des champions.

  2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14 TOTAL
Mexique 21,375 17,250 18,250 14,750 15,250 86,875
États-Unis 6,375 9,375 9,750 11,750 9,250 46,500
Canada 0,500 8,500 17,000 5,000 5,000 36,000
Costa Rica 2,166 7,750 7,750 8,500 7,333 33,499
Guatemala 5,000 3,750 3,500 7,000 5,000 24,250
Honduras 6,666 6,166 2,666 4,500 3,500 23,498
Panama 6,000 1,333 3,000 1,000 6,500 17,833
Salvador 2,000 2,500 6,000 2,333 5,000 17,833
Caraïbes 5,000 3,833 0,500 3,000 1,333 13,666
Nicaragua 0,000 0,000 0,000 1,000 2,000 3,000
Belize 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000

25 March 12:01 pm

L’émission de cette semaine (à écouter ici) est en grande partie consacrée à l’Impact de Montréal, dont nous disséquons le début de saison avec Olivier Tremblay, qui suit l’équipe au quotidien pour MLSsoccer.com. On parle également d’autres rencontres de la dernière journée, du toit du Stade olympique de Montréal, de la Coupe du Canada, de la Ligue des champions et du jeu MLS Fantasy.

Trois rencontres, zéro point pour Montréal. Trois rencontres, aussi, sans Marco Di Vaio qui, disait-on avant la saison, devaient permettre d’effectuer certaines évaluations importantes en son absence. On fait donc le tour de la question, en abordant les sujets qui reviennent le plus souvent après ces premières semaines de compétition :

  • Faut-il s’inquiéter ou ce 0/9 ne reflète-t-il pas la réalité du terrain ?
  • Comment l’entraîneur et les joueurs ont-ils réagi après le match contre Seattle ?
  • Quel est l’état d’esprit dans le vestiaire et aux entraînements ?
  • Le problème est-il plus offensif ou défensif ?
  • Ce que Klopas fait en cours de match change-t-il l’allure de la rencontre ?
  • En l’absence de Di Vaio, Wenger a-t-il saisi la chance de se prouver ?
  • Que penser de l’expérience Warner sur les côtés ?
  • Miller a-t-il réussi ses premiers pas chez les professionnels ?
  • Di Vaio aura-t-il, pour Klopas, le même effet que Magee à Chicago l’an dernier ?
  • Comment le jeu de Felipe et de Mapp va-t-il évoluer avec le retour de Di Vaio ?

En deuxième partie d’émission, on se penche sur les sujets suivants :

  • Toit du Stade olympique de Montréal : comment on en est arrivé là et perspectives d’avenir
  • La victoire de Toronto lors de son premier match à domicile de la saison, contre DC United
  • Le match New England - Vancouver et le retour en grâce de Gonçalves
  • Les frasques des gardiens de Portland à Colorado
  • Modifications au Championnat canadien Amway
  • Les quarts de finale de la Ligue des champions
  • La gestion des blessés au jeu MLS Fantasy

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).