blog

CCL

06 August 12:32 pm

Ceux qui suivent la MLS de près depuis longtemps sont nombreux à penser que le transfert de Clint Dempsey à Seattle est un tournant aussi marquant que l’arrivée de David Beckham au LA Galaxy. Dans l’émission Coup Franc de cette semaine (à écouter ici), nous tentons d’expliquer pourquoi, et d’anticiper les conséquences de son arrivée. On aborde également le début de la Ligue des champions et on revient sur le Match des étoiles et les critiques qu’il a suscitées.

Clint Dempsey a signé à Seattle suite à un transfert inhabituel en MLS (nous vous conseillons cet article sur la genèse du transfert et ce texte sur les tendances actuelles du mercato) et cela amène son flot de questions :

  • Est-ce que ça restera une exception ou les cas vont-ils se multiplier ?
  • Les clubs qui ont le plus de recettes doivent-ils se priver de dépenser leur argent en transferts ?
  • Ce système ne doit-il servir qu’à aller chercher des joueurs à l’étranger ou faut-il l’implanter dans la ligue ?
  • La multiplication des joueurs désignés locaux : bon pour la MLS ?
  • Faut-il clarifier les règlements, qui semblent de plus en plus nombreux ?
  • Et, évidemment, quelles conséquences sportives pour Seattle ?

Le coup d’envoi de la Ligue des champions sera donné cette semaine, lors de laquelle trois équipes de MLS entreront en lice : Montréal accueillera San José alors que Kansas City se déplacera à Esteli (Nicaragua). Les Québécois partent-ils toujours favoris face aux détenteurs du Supporters Shield ou la forme des deux équipes inverse-t-elle la tendance ? On tente de déterminer les clefs du match et les changements que Marco Schällibaum va apporter à son onze. Cela nous amène aussi à parler des jeunes de l’Impact et de sa défaite à DC United.

Retour sur le Match des étoiles, et surtout sur le manque d’intérêt qui lui a été reproché (lisez la réponse de Jonah Freedman aux critiques). On débat de ses avantages et inconvénients, de l’essence et des objectifs d’une telle activité, de son évolution en quelques années, de son public cible, de la motivation des joueurs, du choix de l’adversaire, de la date du match et on se demande comment améliorer la formule actuelle. Donnez-nous votre avis !

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com), sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

05 June 12:16 pm

Ce lundi a eu lieu le tirage au sort de la Ligue des champions. On sait que la compétition est dominée par les clubs mexicains mais derrière, comment se dessine la hiérarchie ? Pour le savoir, j’ai décidé de calculer un coefficient Concacaf, à l’image du coefficient UEFA qui détermine le nombre de places par pays dans les différentes coupes d’Europe.

Mes calculs ont été effectués avec les mêmes méthodes et avec un barème très proche de ce qui se fait en Europe. Une victoire vaut deux points, un match nul un point (la moitié pour le tour préliminaire), une participation à la phase de groupes rapporte un point. Il y a aussi des bonus : deux points en cas de sortie du groupe, un point pour une qualification lors des tours suivants et en cas de victoire en finale. Le total annuel des points d’un pays est divisé par le nombre de ses clubs en lice et le coefficient porte sur les cinq dernières saisons.

Les détails dans le tableau ci-dessous confirment la domination sans partage du Mexique. Deuxième… le Canada, fortement avantagé par les calculs lorsque son unique représentant se rend loin dans la compétition. Les États-Unis sont troisièmes, largement devant la concurrence. S’il y avait un coefficient pour toute la MLS, il tournerait autour de 42.

Le Costa Rica, qui devançait aisément les Américains quand la compétition a été rebaptisée, recule à la quatrième place, un fifrelin devant le Honduras qui fait jeu égal avec lui sur les cinq dernières années. Si les clubs du Belize (quand il a un participant) et du Nicaragua font office de faire-valoir, il ne faut jamais exclure une surprise des représentants des autres associations en deuxième moitié de classement. Selon ces chiffres, les meilleurs et les plus réguliers viennent du Guatemala.

  2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 TOTAL
Mexique 17,750 21,375 17,250 18,250 14,750 89,375
Canada 13,000 0,500 8,500 17,000 5,000 44,000
États-Unis 3,250 6,375 9,375 9,750 11,750 40,500
Costa Rica 4,000 2,166 7,750 7,750 8,500 30,166
Honduras 9,500 6,666 6,166 2,666 4,500 29,498
Guatemala 3,500 5,000 3,750 3,500 7,000 22,750
Caraïbes 6,333 5,000 3,833 0,500 3,000 18,666
Panama 6,000 6,000 1,333 3,000 1,000 17,333
Salvador 3,500 2,000 2,500 6,000 2,333 16,333
Nicaragua 0,500 0,000 0,000 0,000 1,000 1,500
Belize 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000

04 June 1:55 pm

L’émission de cette semaine (à écouter ici) a été enregistrée immédiatement après le tirage au sort de la Ligue des champions, principal thème de discussion du jour avec, entre autres, les sujets suivants également abordés avec notre invité Richard Legendre, qui nous parlait en direct de l’évènement à Miami :

  • Sportivement, Montréal a-t-il hérité d’un groupe facile ?
  • Les renforts nécessaires pour jouer en Ligue des champions
  • L’aspect marketing de la compétition
  • La vitrine qu’elle constitue pour les joueurs
  • La confusion qui a régné lors du tirage au sort

Le débat (très animé) de la semaine est aussi lié à ce sujet : la manière dont est déterminé le qualifié canadien pour la Ligue des champions. La compétition actuelle (Championnat canadien Amway) garantit-elle d’avoir le meilleur club canadien sur la scène internationale ? Comment faire pour s’en assurer ? Quelle crédibilité si un club de D2 se qualifiait alors qu’un club canadien devenait champion en MLS ?

Après une brève discussion sur la finale retour entre Vancouver et Montréal et les polémiques du match de samedi à Kansas City, on se penche sur la présélection canadienne pour la Gold Cup, le message qui passe (ou non) au travers de cette liste de 35 noms et on tente désespérément d’y trouver une logique.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com), sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

02 May 11:35 am

Vancouver a facilement atteint la finale du Championnat canadien Amway lors de laquelle il affrontera Montréal, qui a atomisé Toronto 6-0 en demi-finale retour. Une formidable remontée à l’image de celle de Monterrey en Ligue des champions.

Le match au stade Saputo aurait pu basculer après une minute, avec un tir d’Earnshaw sur le poteau, mais les Montréalais, battus 2-0 à l’aller, ont rapidement pris leurs responsabilités et, emmenés par Mapp et Di Vaio présents dans presque tous les bons coups, ont égalé la plus large victoire de leurs 20 ans d’histoire. Se donnant à fond, à l’image de Paponi et Arnaud, qui ont dû sortir sur blessure, et Bush, resté sur le terrain malgré de nombreux soins, ils ont réagi aux critiques en bête blessée. Ryan Nelsen espère que ses hommes en feront autant après cette défaite, et qu’elle deviendra un point tournant positif de la saison de Toronto.

Sans surprise, Vancouver sera l’autre finaliste (aller le 15 mai à Montréal, retour le 29 à Vancouver) après sa victoire 2-0 contre Edmonton, confirmant le succès 2-3 de la semaine dernière. Les Britanno-Colombiens ont cependant mis un certain temps à asseoir leur suprématie, mais ont finalement émergé grâce à leurs jeunes comme Hertzog ou Teibert.

L’autre chevauchée héroïque de la soirée au eu lieu en finale de la Ligue des champions : après le nul vierge de l’aller, Santos Laguna pensait tenir le bon bout en ayant pris deux buts d’avance à Monterrey mais a subi en deuxième mi-temps la médecine qu’il a régulièrement administrée à des clubs de MLS pour finalement s’incliner 4-2 (résumé vidéo).

Ce soir, le championnat reprend déjà ses droits avec Portland - New England.

01 May 11:09 am

Si les Espagnols se demandent si le Real (c’est déjà raté) ou le Barça peuvent réaliser un miracle au match retour en Ligue des champions européenne, les Québécois se posent la même question au sujet de Montréal en demi-finale du Championnat canadien Amway (sujet principal de notre dernière émission Coup Franc).

Déçu de ses joueurs pour leur deuxième mi-temps au match aller, l’entraîneur Marco Schällibaum l’est aussi des supporters qui « ne comprennent pas » et insiste sur le fait que la compétition est importante pour le club. Fera-t-il encore tourner son effectif pour ce match retour (coup d’envoi à 19h45, direct TVA Sports et Sportsnet) ? Qui de Jeb Brovsky et Hassoun Camara (à qui fifa.com a consacré un article), les seuls à avoir joué les deux derniers matchs au complet, ou des cadres de l’équipe seront au repos ?

Chez les visiteurs, Ryan Nelsen sera forcé de se priver d’éléments importants : la liste des blessés s’allonge puisque après Richard Eckersley, Terry Dunfield et Darel Russell, ce fut au tour de Justin Braun et Hogan Ephraim de tomber au combat samedi dernier. Cela permettra peut-être de voir le jeune joueur désigné argentin Matias Laba, qui a effectué le voyage à Montréal. Un renfort qui en précède d’autres, puisque le TFC a quelques noms importants dans son viseur.

Après sa victoire 2-3 à l’aller, Vancouver a un pied et demi en finale et l’absence de Kenny Miller ne devrait pas être préjudiciable contre une équipe d’Edmonton dont le but n’est pas de se qualifier mais de jouer aussi bien que la semaine dernière (match à 22h00 HE).

Sur la scène internationale, on suivra de près la finale retour de la Ligue des champions entre Monterrey et Santos Laguna (22h00 HE ; aller 0-0). Double tenants du titre, les Rayados comptent sur leur expérience pour émerger chez eux face au finaliste malheureux de la saison dernière dont le gardien Oswaldo Sanchez est particulièrement motivé à l’idée de disputer la Coupe du monde des clubs.

25 April 11:14 am

Après les demi-finales aller, Vancouver et Toronto sont en bonne position afin de disputer leur troisième finale consécutive (en trois éditions sous ce format) du Championnat canadien Amway, grâce à leurs victoires respectives 2-3 à Edmonton (résumé vidéo) et 2-0 contre Montréal (résumé vidéo).

« Ayez confiance », insistaient les Montréalais avant le match, répondant aux supporters qui se plaignaient de voir la plupart des cadres de l’équipe laissés au repos. Marco Schällibaum justifiait encore cette décision après la rencontre, tout en reconnaissant que Toronto méritait de gagner, ses joueurs ayant commis trop d’erreurs. En face, Ryan Nelsen avait aussi aligné de nombreux réservistes habituels, et se félicitait de la maturité affichée par ses jeunes, qu’il pense désormais prêts à tous les combats.

En Alberta, Vancouver a souffert : après avoir ouvert la marque tôt (et cru qu’il pourrait s’imposer par quatre ou cinq buts d’écart), il a longtemps été mené 2-1 par une équipe d’Edmonton sans complexe. La montée d’Heinemann lui a toutefois permis d’émerger en fin de match et d’être optimiste à une semaine du match retour, sur son terrain.

Dans le même temps, Santos Laguna et Monterrey partageaient l’enjeu 0-0 en finale aller de la Ligue des champions. Dans un match engagé, les visiteurs se sont créé les meilleures occasions jusqu’à l’exclusion de Delgado à la 66e minute. Santos Laguna n’a toutefois pu profiter de son avantage numérique et aura une tâche difficile pour le match retour, le 1er mai sur le terrain du tenant du titre.

L’autre grosse nouvelle de la soirée d’hier soir, c’est la déclaration par le commissaire de la MLS, Don Garber, de l’imminence de l’annonce de l’entrée d’un 20e club en MLS. Les noms de New York et d’Orlando sont les plus cités. On devrait en savoir plus d’ici quatre à six semaines.

24 April 12:11 pm

Pas de championnat en ce milieu de semaine, mais bien les demi-finales aller de la coupe pour les quatre clubs canadiens qui prennent part à la compétition.

La tâche la plus facile est théoriquement pour Vancouver, qui se déplace à Edmonton, seule équipe ne jouant pas en MLS (21h30 HE, direct Sportsnet). Martin Rennie a quand même redoublé d’efforts pour motiver son groupe, dans lequel il y a très peu de Canadiens. Tout le contraire de l’effectif Albertain, dont plusieurs joueurs ont évolué en Colombie-Britannique. Il y a fort à parier que Vancouver alignera une équipe B, tant il y a d’absences (à Dallas aussi, beaucoup de réservistes habituels ont commencé le match).

Le duel Toronto - Montréal (19h45 HE, direct TVA Sports et Sportsnet) s’annonce plus serré mais les Québécois ont d’ores et déjà annoncé que de nombreux titulaires seraient laissés au repos. Cela n’empêche pas Marco Schällibaum de déclarer qu’il prend la compétition « très au sérieux ». Pour s’imposer, ses ouailles auront besoin de « l’esprit de 2008 », année où l’Impact avait déjà soulevé la Coupe des Voyageurs, suite à une compétition qui avait alors une formule de championnat et non de coupe comme actuellement.

Lors des quatre dernières saisons, Toronto a été couronné, ce qui lui a permis d'être le représentant canadien en Ligue des champions. Mais le TFC s’est incliné à Montréal en début de saison. Ryan Nelsen insiste toutefois sur le fait que son équipe s’est bien améliorée depuis lors, et a tiré des enseignements de cette défaite. Dans les prochaines semaines, Toronto pourrait aussi engager l’attaquant de Bolton Kevin Davies.

Enfin, pour parachever cette belle soirée qui s’annonce, ne manquez pas la finale aller de la Ligue des champions entre Santos Laguna et Monterrey (22h00 HE).

16 April 12:14 pm

Choisissez trois joueurs de MLS autour desquels vous bâtiriez votre nouvelle équipe : la question lancée par Frédéric Lord a inspiré l’équipe, à nouveau renforcée par Olivier Brett, pour la thématique de l’émission Coup Franc de cette semaine (à écouter ici).

Pensez-y bien… et écoutez l’émission pour vous rendre compte que nos spécialistes ont des visions très différentes. L’un choisit un joueur par ligne, l’autre se concentre sur la colonne vertébrale dans l’axe du jeu, un autre encore choisit trois joueurs d’un même secteur pour définir un modèle de jeu déjà précis. Et aucun nom ne fait l’unanimité. Nous sommes très curieux d’avoir votre opinion !

Autre débat très animé de cette émission : la Ligue des champions. Comment la MLS se compare au championnat du Mexique. La priorité que devraient lui accorder les entraîneurs. Le rayonnement qu’elle apporte à la MLS, qui veut à moyen terme entrer dans le top mondial. La discussion bifurque (évidemment) sur la compétition qui permet au représentant canadien de s’y qualifier et le fonctionnement du soccer au Canada. Là encore, des avis divergents de nos spécialistes : nous aimerions avoir les vôtres.

Enfin, on revient sur le match entre Montréal et Columbus. L’Impact retombe-t-il dans certains de ses travers de 2012 ? Le jeu sur les flancs reste problématique et les pistes de solution ne semblent pas nombreuses. Faut-il être inquiet ou confiant en vue de l’affrontement contre Toronto ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. Vous pouvez nous joindre par courriel (coup.franc@MLSsoccer.com), sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

10 April 11:18 am

Seattle a rêvé, a réussi à accrocher Santos Laguna sur son terrain (1-1, résumé vidéo) mais ce fut insuffisant pour se qualifier pour la finale de la Ligue des champions après la défaite 0-1 à l’aller. Aujourd’hui, le LA Galaxy abattra la dernière carte de la MLS et devra s’imposer à Monterrey.

Sigi Schmid regrette encore les occasions manquées par ses joueurs alors que leurs adversaires, plus réalistes, ouvraient la marque en début de match grâce à Quintero. L’ancien Montréalais Lamar Neagle a certes égalisé à 20 minutes du terme mais cet unique but, synonyme d’espoir, fut insuffisant. Malgré tout, Santos Laguna a souffert et, après le match, n’a pas caché son respect pour Seattle dont la priorité est désormais de confirmer ce regain de forme en championnat.

Tous les espoirs de voir un club de MLS en finale de la Ligue des champions 2013 reposent désormais sur les épaules du LA Galaxy. Battu 1-2 à l’aller, il défiera Monterrey dès 22h00 (HE) avec un état d’esprit simple : celui d’une équipe qui n’a rien à perdre. Elle pourra compter sur Juninho et Landon Donovan, tous deux titulaires probables.

Toute force offensive est la bienvenue pour les Californiens qui sont dans l’obligation de marquer au moins deux buts : mission difficile, certes, mais possible à leurs yeux en raison du scénario du match aller. Ils devront toutefois faire face à de nouveaux facteurs : le bouillant public local ainsi que la chaleur suffocante. L’objectif ? Prendre une avance rapide, avant que la fatigue ne se fasse sentir.

09 April 12:29 pm

Battu 0-1 chez lui à l’aller, sans victoire en championnat depuis le début de l’année et obligé de gagner à Torreón, antre des pire cauchemars des clubs étrangers visiteurs, Seattle fait face à une mission a priori impossible en demi-finale retour de la Ligue des champions.

Mais s’ils n’y croyaient pas, ils feraient mieux de rester chez eux et l’ampleur de la tâche ne les décourage certainement pas, que du contraire. « C’est chouette de faire des choses auxquelles les gens ne s’attendent pas », lance Sigi Schmid qui, comme ses joueurs, ne s’inclut pas dans « les gens ».

Finalement, marquer un but sans encaisser suffira à aller en prolongation. Dans cette optique, l’entraîneur a mis ses joueurs en garde de ne pas se ruer vers le but adverse. Il prône la patience et pourrait tenter d’endormir l’ennemi avant de lancer Eddie Johnson dans la bagarre. À moins que l’attaquant, de retour de blessure, ne soit titularisé…

Vainqueur 2-1 à l’aller en quart de finale contre le même adversaire l’an dernier, Seattle était revenu avec la gueule de bois de l’Estadio Corona où il s’était incliné 6-1. Les Mexicains ont déjà été clairs : malgré leur avantage, ils ne changeront pas leur approche et seront sans pitié. Alors, ce soir sera-t-il le cadre du deuxième set ou d’un exploit sans commune mesure de Seattle ? Réponse à partir de 20h00 (HE).