blog

Business

05 March 3:46 pm

Pour sa vingtième saison, la MLS effectue une percée sur le marché télévisuel international, suite à la signature d’un contrat de télédiffusion de quatre ans avec Eurosport. Les premières rencontres seront retransmises dès le début du championnat, ce week-end. L’accord porte jusqu’à la fin de la saison 2018 et comprend l’exclusivité des droits télévisés et numériques sur toutes les rencontres de la saison : saison régulière, phase finale et, bien sûr, Coupe MLS.

« Nous sommes heureux d’annoncer un partenariat avec Eurosport au cours de cette saison charnière pour la MLS, qui va nous permettre d’élargir considérablement notre empreinte internationale, s’est réjoui Gary Stevenson, président et administrateur délégué de MLS Business Ventures. Eurosport a bâti sa réputation grâce à un contenu haut de gamme pour les téléspectateurs à travers l’Europe. »

En général, quatre rencontres seront retransmises lors de chaque journée de championnat, dont le match au sommet du dimanche soir (17h00, heure de New York et Montréal, 23h00 heure de Paris). Pour la première journée de championnat, les téléspectateurs pourront ainsi découvrir les premiers pas de Laurent Ciman, David Villa, Kaka et Ronald Zubar en MLS, faire (plus ample) connaissance avec des valeurs sûres de la compétition comme Bakary Soumare et Aurélien Collin, retrouver avec plaisir Péguy Luyindula mais aussi les internationaux américains qu’ils ont vu à la dernière Coupe du monde, ou encore voir à l’œuvre Robbie Keane avec le LA Galaxy, détenteur de la Coupe MLS.

Le programme est le suivant (heures de Paris) :

  • LA Galaxy - Chicago (samedi 4h00)
  • DC United - Montréal (samedi 21h00)
  • Orlando - New York City (dimanche 22h00)
  • Kansas City - New York RB (lundi 0h00)

« C’est un plaisir d’annoncer notre partenariat avec la MLS sur le long terme. Ce nouvel accord avec la MLS est une étape importante pour augmenter notre offre de football en direct. C’est également une preuve de confiance envers la ligue et son potentiel de développement », a déclaré Peter Hutton, directeur général d’Eurosport, qui également vanté la volonté de la ligue d’investir dans des joueurs reconnus comme Steven Gerrard et Frank Lampard.

L’accord porte sur tout le territoire de couverture d’Eurosport, à l’exception du Royaume-Uni. La chaîne est diffusée dans 20 langues et 54 pays différents, dépassant largement les frontières de l’Europe puisqu’on la capte jusqu’en Chine et en Nouvelle-Zélande. Il est donc désormais possible de regarder un grand nombre de rencontres de MLS en français en France, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg et dans les pays du Maghreb.

09 February 2:17 pm

La table ronde de Joey Saputo la semaine dernière a fait des vagues et continue d’alimenter les conversations. Les déclarations du président montréalais sont évidemment au centre de notre première émission de l’année. Vous découvrirez au fil des semaines de nouvelles rubriques, et nous tenterons cette saison le concept de baser chaque émission sur les questions que vous vous posez. Cette semaine :

  • Un joueur peut-il à lui tout seul ramener du monde au stade ?
  • Un gros salaire fait-il inévitablement du joueur un grand nom qui attire du public ?
  • La gestion de Toronto est-elle davantage synonyme de progrès ou de danger ?
  • Qui apportera le plus à son club : Ciman ou Giovinco ?
  • Quand un joueur devient-il une vedette aux yeux des supporters ?
  • Faut-il forcément être joueur désigné pour faire partie des grands de MLS ?
  • Les changements hivernaux à Montréal, une garantie de succès ?
  • Montréal est-il un marché de soccer ?
  • Joey Saputo s’est-il vraiment apitoyé ?
  • Peut-on parler d’une prise de conscience encourageante ?
  • Le départ de Karl Ouimette était-il inévitable ?
  • L’imbroglio Oyongo : que penser des positions des clubs et du joueur ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

04 February 5:30 pm

La formule est de plus en plus populaire : après le commissaire de la MLS, Don Garber, avant la finale de la Coupe MLS 2014, ce fut au tour du président de l’Impact de Montréal, Joey Saputo, de convier les journalistes à une table ronde, et de répondre aux questions en vrac. Avec autant de succès. Vous lirez certainement dans vos médias locaux ses réponses aux nombreux sujets qui concernaient uniquement le club. Mais il a également abordé un point qui touche la MLS dans son ensemble : les dépenses à la hausse de certains clubs pour attirer de grands noms.

« Quand les équipes dépensent beaucoup d’argent pour amener de gros joueurs, la MLS aime ça, a expliqué Saputo. C’est malheureux pour nous car l’équipe qui a dépensé le plus est notre plus grande rivale. J’espère que tous les mouvements que les équipes de MLS ont effectués vont amener cette ligue à un autre niveau. Comme je l’ai dit l’année passée, nous devons continuer de bâtir une équipe sans dépenser l’argent que nous n’avons pas. »

Ceux qui suivent le club montréalais et son président depuis longtemps savent qu’il est adepte d’une gestion saine. C’est entre autres ce qui lui a permis de l’amener en MLS alors qu’il l’avait repris en quasi-faillite en 2002. Mais s’y tenir n’est pas toujours simple, surtout quand les rivaux n’ont pas les mêmes méthodes… « Est-ce que les dépenses de Toronto nous influencent ? Non, mais ça nous met plus de pression. On a un plan, il faut continuer de l’appliquer. La seule chose que ça change, c’est que si amener un joueur d’Italie faisait partie de notre plan, il est certain que maintenant, le joueur pense qu’en Amérique du Nord, il y a de l’or dans les rues et qu’il va commencer à demander des sommes d’argent qui n’ont pas de sens. »

Une tendance qui, visiblement, ne plaît pas à Saputo, ce qu’il n’a pas manqué de faire savoir à Don Garber. « J’ai donné mon opinion au commissaire au sujet des dépenses qui sont faites. Je ne cache pas que je lui ai dit que c’est peut-être bien pour la Ligue en ce moment, mais qu’à long terme, ça va lui faire mal. Avec le temps, seulement quelques équipes vont dépenser : il va y avoir Los Angeles, Toronto, New York devant, puis tout le reste. À court terme, c’est bon pour la Ligue, car ça lui amène de la crédibilité. Mais à long terme, et je l’ai déjà dit au commissaire, j’ai peur que ça fasse mal. »

À la fin de la discussion, les deux hommes ne semblaient pas du même avis. « On ne partage pas la même opinion, a poursuivi Saputo. Pour lui, il est important que la MLS devienne une compétition de choix aux yeux des joueurs. C’est sûr, ça sera le cas si tu dépenses des sommes folles ! Mais pour moi, ce n’est pas la meilleure façon de faire. Son but est de s’assurer que la Ligue ait une certaine notoriété. Pour l’instant, ça marche. À long terme, je ne sais pas… »

Le président du club montréalais n’exclut pas pour autant d’attirer des joueurs renommés. Mais pas à n’importe quel prix. « Je ne veux pas courir derrière un joueur parce que les autres équipes courent derrière des joueurs. Je ne veux pas dépenser huit millions de dollars pour en gagner deux, ça n’a pas de sens. »

Il a d’ailleurs mis les choses au clair au sujet de deux noms qui ont circulé avec insistance ces dernières semaines : Alberto Gilardino et Antonio Di Natale. « On a fait une offre à Gilardino, qu’il a acceptée et qui était bien plus basse que celle que Toronto lui a faite l’an passé. Sauf qu’on n’a pas trouvé d’accord avec son club en Chine. Et à la dernière minute, la Fiorentina a fait une offre au joueur et au club, que les deux ont acceptée. »

Le cas de l’attaquant de l’Udinese est moins reluisant. « Di Natale utilise la MLS pour avoir un meilleur contrat à l’Udinese. Je vous le dis clairement et honnêtement : personne en MLS n’a fait d’offre de contrat à quatre millions de dollars pendant deux ans à Di Natale. Le problème, c’est que de plus en plus de gens se servent de la MLS et de l’argent qui y circule à de telles fins, et il faut être extrêmement prudent. »

Un autre sujet était cependant sur les lèvres de tous les journalistes à l’issue de la rencontre avec Saputo : sa déception sur la capacité du club à attirer un large public après trois saisons en MLS. Il a d’ailleurs étonné bien du monde en parlant de la situation actuelle de la vente des billets pour le match contre Pachuca. « Je sens que le buzz n’est plus là. Pas seulement pour le match de Ligue des champions, mais bien pour l’Impact dans son ensemble. Le slogan pour le match de Ligue des champions est “Marquons l’histoire”, mais je pense qu’on va marquer l’histoire négativement car il n’y aura pas beaucoup de monde au stade. En ce moment, nous avons vendu 15 000 billets et si on regarde la tendance de 2009 et qu’on la compare à celle de cette année, nous serons heureux d’arriver à 30 000. Ça m’inquiète énormément. Pas seulement pour ce match. »

Plus que la situation actuelle, c’est l’évolution des recettes à la billetterie saison par saison qui le préoccupe. « Quand je regarde où on était et où on s’en va… Par exemple, en 2012, on était le troisième club de la Ligue en vente de billets. L’an dernier, on était onzième. Si la tendance se maintient, cette année, on sera treizième sur vingt. C’est très inquiétant. On dit toujours que c’est difficile d’amener des joueurs à Montréal. Mais jouer devant des gradins vides, pour un joueur, ça pèse au moment de choisir. »

Pas de quoi, néanmoins, tirer les conclusions les plus alarmistes. « C’est décevant mais je ne veux pas qu’on commence à dire qu’on pense à vendre l’équipe. Je ne dis pas ça ! Ce que je dis, c’est qu’en tant que président, quand je regarde où on était et où on est, après trois ans en MLS, je vois que la tendance commence à aller dans l’autre sens. J’espère qu’elle va changer. On est là et on va continuer d’être là. C’est dur mais c’est réaliste. »

Un constat encore plus parlant chiffres à l’appui. « C’est la réalité quand je me présente à la Ligue. Nous y sommes tous partenaires, donc je connais les chiffres des autres équipes et je peux comparer nos prévisions et nos résultats financiers. Si je prends par exemple la vente de billets, nous avons manqué notre coup de deux millions de dollars. Au total, il y avait un manque à gagner de trois millions de dollars pour la Ligue, dont deux venant de l’Impact de Montréal. »

Il y a évidemment plusieurs manières de lire le discours du président de l’Impact. Certains le teintent de pessimisme. D’autres se disent qu’il a les pieds sur terre et que dans de telles circonstances, les chances d’avoir d’heureuses surprises génératrices d’engouement sont bien plus élevées que lorsque les attentes sont fixées bien trop haut, comme ce fut le cas par le passé. Il est toutefois clair que la saison 2014 a été lourde de conséquences, et pas seulement sportives.

07 January 5:36 pm

La Major League Soccer a dévoilé aujourd’hui le calendrier de sa 20e saison, une saison charnière dont le coup d’envoi sera donné le vendredi 6 mars et dont la phase classique prendra fin le 25 octobre, avant une phase finale dont l’apothéose aura lieu début décembre. Pour voir le calendrier de la saison régulière 2015 de la MLS, rendez-vous ici.

La saison 2015, la première d’un partenariat télévisuel et médiatique de huit ans avec les réseaux ESPN, FOX Sports et Univision, offre de nombreuses nouveautés, notamment en raison de cet accord mais aussi de l’arrivée de deux nouvelles équipes, Orlando et New York City. L’horaire a été construit de façon à mieux permettre aux supporters de suivre la compétition, avec notamment davantage de régularité dans les diffusions à la télévision.

La plupart des journées de championnat adoptent le même format : le bal s’ouvrira le vendredi soir avec le match de la semaine d’Univision Deportes (voir liste). Le dimanche, FOX Sports 1 et ESPN diffuseront deux rencontres consécutives (parfois davantage, voir liste), à 17h00 et 19h00 (heure de New York et Montréal, comme toutes les heures dans cet article). Les autres duels seront tous joués le samedi. Il y aura aussi de temps à autre un match en milieu de semaine. Les rencontres retransmises par les partenaires de télédiffusion nationale de la MLS aux États-Unis seront accessibles tant en anglais qu’en espagnol, et seront visibles aussi bien à la télévision que sur les supports numériques officiels des chaînes respectives.

Le coup d’envoi de la saison aura donc lieu un vendredi soir : ce sera le 6 mars à 22h00, avec LA Galaxy - Chicago. Les supporters seront gâtés le dimanche suivant, avec six heures et demie consécutives de programmation consacrées à la MLS. Trois duels seront au programme : Orlando - New York City (17h00), Kansas City - New York RB (19h00) et Seattle - New England (21h30). Les six autres rencontres de la première journée de championnat auront donc lieu le samedi.

Si le calendrier de l’avant-dernière journée de championnat a déjà été annoncé, la MLS et ses partenaires de télédiffusion y ont introduit de la flexibilité : on n’aura les détails qu’en dernière instance, mais cela assurera la retransmission à l’échelle nationale des rencontres les plus importantes à ce moment de la saison, et évitera le risque de donner en pâture aux supporters un match sans enjeu.

L’autre nouveauté apportée à l’horaire en 2015 plaira aux amoureux de l’équité et de l’esprit sportif (les Montréalais se souviennent que Marco Schällibaum s’était interrogé à ce sujet en son temps) puisque toutes les rencontres de la dernière journée de la saison régulière se joueront à la même heure dans chacune des conférences : à 17h00 (HE) dans l’est, à 19h00 (HE) dans l’ouest, le dimanche 25 octobre. Quatre d’entre elles seront retransmises à l’échelle nationale, et toutes seront visibles sur d’autres plateformes par l’ensemble des supporters, histoire que personne ne rate la moindre minute d’action ni de suspense.

Le passage à 20 équipes a aussi poussé la MLS à passer de dix à douze qualifiés pour la phase finale de la saison, dont le format reste identique dans les grandes lignes. Les six premiers de chaque conférence brigueront ainsi la Coupe MLS. Le premier tour, toujours disputé sur un seul match, verra donc quatre duels au programme, et il se jouera les mercredi 28 et jeudi 29 octobre. Par la suite, le format ne change pas : demi-finales (31/10, 1/11 et 7/11, 8/11) et finales de conférence (21/11, 22/11 et 28/11, 29/11) en matchs aller retour, puis finale de la Coupe MLS sur le terrain de l’équipe la mieux classée à l’issue de la saison régulière, le 5, le 6, le 12 ou le 13 décembre.

Pour rappel, les 20 équipes de MLS disputeront toutes 34 rencontres durant la saison régulière. Elles affronteront chaque équipe de l’autre conférence une fois, ce qui donnera cinq rencontres à domicile et cinq à l’extérieur. Elles affronteront les neuf adversaires de leur conférence au moins deux fois (une à domicile, une à l’extérieur), ce à quoi il faudra ajouter six autres rencontres face à diverses équipes de leur conférence – trois à domicile et trois à l’extérieur.

30 October 3:42 pm

Le commissaire de la MLS, Don Garber, a annoncé qu’une nouvelle équipe avait été attribuée à un groupe de propriétaires emmené Henry Nguyen, Peter Guber et Tom Penn. Il est prévu que le nouveau club effectue ses débuts en 2017 dans un nouveau stade de soccer qui sera construit spécialement pour l’équipe dans la communauté urbaine de Los Angeles.

« Nous sommes ravis d’accueillir Henry Nguyen, Peter Guber, Tom Penn et leurs associés propriétaires en Major League Soccer, a déclaré Garber. Ce groupe de propriétaires visionnaire tracera une voie qui va continuer d’amener le soccer à un niveau supérieur dans cette grande ville et, combinée à un nouveau stade ultramoderne, nous permettre de nous rapprocher plus vite de notre but de faire partie des meilleures compétitions de soccer au monde. »

« Los Angeles possède un marché diversifié et dynamique comptant des millions de supporters de soccer, et nous attendons avec impatience la rivalité qui opposera le Galaxy et le Los Angeles Football Club », a ajouté le commissaire par la suite.

Directeur général d’IDG Ventures Viêt-Nam, Nguyen est l’associé directeur du nouveau club de MLS. Né au Viêt-Nam, Nguyen était encore tout petit quand il s’est installé aux États-Unis. Diplômé de l’université Harvard, il est aussi titulaire d’un doctorat en médecine et d’une maîtrise en administration des affaires, décrochés respectivement à l’école de médecine de l’université Northwestern et à la Kellogg School of Management.

« Nous pensons que cette équipe peut devenir un des clubs les plus extraordinaires de Major League Soccer et une marque reconnue à travers le monde », a déclaré Nguyen. « Aujourd’hui, c’est le premier jour et le moment pour nous de nous concentrer sur la mise sur pied d’un stade de classe mondiale où le club pourra jouer et où les supporters pourront s’amuser. »

Faisant partie des entrepreneurs les plus respectés dans l’industrie des sports et des loisirs, Guber est président-directeur général du Mandalay Entertainment Group, propriétaire et co-président du conseil d’administration des Golden State Warriors évoluant en NBA et copropriétaire des Los Angeles Dodgers évoluant en Major League Baseball. Guber sera président du conseil d’administration du nouveau club de MLS.

« Faire des affaires dans les sports et les loisirs, c’est avant tout gagner sur le terrain et offrir un produit passionnant qui engendrera une base de supporters enthousiastes et loyaux, a déclaré Guber. Le marché de Los Angeles compte des millions de supporters de soccer, et nous savons que cette nouvelle équipe peut tenir une promesse de succès sur le terrain et offrir une expérience extraordinaire à ses supporters. »

Aux côtés de Nguyen, Guber et Penn, on retrouve un très grands nombre d’associés au sein du groupe de propriétaires. Parmi les plus connus, Earvin « Magic » Johnson, ancienne vedette de NBA, Vincent Tan, propriétaire de Cardiff City et du FK Sarajevo, ou encore Mia Hamm Garciaparra, figure marquante du soccer féminin aux États-Unis. Pour avoir plus d’informations sur l’équipe, baptisée Los Angeles Football Club (un nom qui pourrait changer, les supporters potentiels seront appelés à se prononcer à ce sujet, comme sur le logo et l’équipement), rendez-vous ici.

Avec l’ajout du nouveau club de Los Angeles, la MLS sera composée de 22 équipes en 2017 puisqu’une nouvelle équipe à Atlanta y effectuera également ses débuts la même année. Deux autres nouvelles équipes s’y joindront d’ici 2020.

22 October 10:35 am

La MLS et la Fédération américaine de soccer (U.S. Soccer) se sont associées à IMG, chef de file international dans les domaines des sports et des loisirs, pour la commercialisation et la distribution de leurs droits médiatiques internationaux de 2015 à 2022.

L’accord porte sur les rencontres de MLS ainsi que sur celles des équipes nationales américaines (tant les messieurs que les dames) disputées en sol américain, de même que sur les éliminatoires de la Coupe du monde pour les deux prochains cycles. Il vaut pour les droits médiatiques à l’extérieur des territoires des États-Unis et du Canada. IMG commercialisera les droits sur toutes les plateformes, y compris les secteurs numériques et du jeu. L’entente a été conclue entre IMG et Soccer United Marketing (SUM), représentant de la MLS et de la Fédération américaine en matière de droits commerciaux.

« À l’approche de la 20e saison de Major League Soccer, l’intérêt pour la compétition à travers le monde est à un sommet historique et connaît une croissance sensationnelle, a déclaré Gary Stevenson, président et administrateur délégué de MLS Business Ventures. Avec deux nouvelles équipes, à New York et Orlando, des vedettes mondiales comme David Villa, Frank Lampard et Kaka qui effectueront leurs débuts dans la compétition, et des joueurs représentant près de 60 pays, 2015 sera une année passionnante pour la MLS. De par son expertise et sa position unique sur le marché mondial, IMG est le partenaire qu’il nous faut et, ensemble, nous ferons augmenter la place occupée par la ligue à travers le monde. »

« Nous avons un grand nombre de supporters vivant à l’extérieur des États-Unis, et les résultats de l’équipe nationale à la Coupe du monde 2014 ont amené leur lot de nouveaux supporters, a déclaré Dan Flynn, chef de la direction et secrétaire général d’U.S. Soccer. Il est important pour nous de leur permettre de voir nos matchs. Nous sommes ravis de travailler avec IMG pour assurer notre contact avec les supporters à travers le monde au cours des prochaines années. » 

De son côté, Ioris Francini, président d’IMG Events & Media, a déclaré : « Le football aux États-Unis est dans une courbe très ascendante suite aux excellentes prestations de l’équipe nationale américaine masculine lors de la Coupe du monde au Brésil ainsi qu’à l’expansion continue et au développement de la MLS. Il y a, en MLS, une croissance considérable des affluences, des investissements, des infrastructures, des audiences télévisuelles et des transferts de joueurs locaux et étrangers. De nos jours, aucune autre compétition n’en fait autant. Plus de 20 joueurs ont été sélectionnés par leur équipe nationale pour la Coupe du monde et de plus en plus de grands joueurs de clubs européens traversent l’Atlantique. Nous voyons un grand potentiel de croissance dans la couverture et la notoriété tant de la MLS que des équipes nationales américaines. »

16 October 2:56 pm

C’est officiel, Joey Saputo, président de l’Impact de Montréal, fait désormais partie des propriétaires du FC Bologne, repris par un groupe d’investisseurs emmené par l’Américain Joe Tacopina, nouveau président du club d'Émilie-Romagne. Les deux hommes ont été présentés en Italie ce jeudi, lors d’une conférence de presse à laquelle Marco Di Vaio était également présent. À peine celle-ci terminée, Saputo participait à une conférence téléphonique pour répondre aux questions des médias montréalais.

Cela nous a permis d’en apprendre plus sur son rôle dans le club italien, ses ambitions et, surtout, les liens qu’il y aurait entre Montréal et Bologne. Car les hommes d’affaires ayant des intérêts dans plusieurs clubs de soccer n’adoptent pas tous le même comportement : pour certains, ce sont deux entreprises complètement différentes qu’ils préfèrent ne pas mêler, alors que d’autres en profitent pour multiplier les synergies.

Après avoir bien précisé que « ce n’est pas l’Impact de Montréal qui achète le FC Bologne mais bien Joey Saputo personnellement », ce dernier a expliqué qu’à ses yeux, des synergies entre les deux clubs étaient possibles. « Je ne sais pas comment les autres gèrent leurs équipes mais moi, je suis surpris que certains propriétaires (de clubs de MLS) ayant des équipes dans d’autres ligues ne le fassent pas. Le seul qui l’ait fait à ce jour, c’est Manchester City avec New York City. Moi, je vois ma participation dans Bologne comme une opportunité. »

Concrètement, Saputo a deux idées principales en tête pour que les deux clubs profitent l’un de l’autre. « Au niveau marketing, il y a beaucoup de choses que les Italiens peuvent apprendre du système nord-américain. Au niveau soccer, il y a beaucoup de choses qu’on peut apprendre du système européen. Nous voudrions amener des joueurs de 18-19 ans s’entraîner quelques mois en Europe, avec l’équipe première ou les jeunes du club, pour aider leur développement sportif mais aussi leur esprit soccer, cette culture soccer que nous n’avons malheureusement pas en Amérique du Nord et que nous voulons amener à Montréal. Ça ne pourra qu’aider le développement de nos jeunes joueurs. Je pense aussi à des échanges d’idées techniques, on pourrait envoyer les entraîneurs de nos équipes de jeunes ici quelques mois. En ce qui concerne les affaires, le marketing, la vente de billets, etc., je peux utiliser mes années à l’Impact pour les aider. »

Saputo n’est pas le premier propriétaire de MLS à avoir des intérêts dans un club étranger, ce à quoi la ligue de s’oppose pas. « J’ai parlé avec les gens de la MLS car j’avais d’autres projets en tête, comme un jumelage avec la Juventus. La ligue est en faveur de tout ce qu’on peut faire pour améliorer le soccer au Canada et aux États-Unis. Le propriétaire de Colorado est aussi propriétaire d’Arsenal ; le propriétaire de DC United est celui de l’Inter Milan. Il n’y a pas de problème. » Il n’a cependant pas discuté avec ces derniers : « Je ne veux pas entrer dans les affaires des autres », a-t-il précisé.

Il ne faut néanmoins pas se tromper : la raison principale pour laquelle Saputo investit à Bologne n’est pas la collaboration entre les deux clubs. Il a des idées pour assurer le succès sportif et financier du club italien, actuellement cinquième de Serie B (la D2 italienne), à un point de la première place. Mais que les supporters montréalais se rassurent : ça ne veut pas dire pour autant que Saputo délaissera l’Impact. « Je ne cache pas que c’est une décision d’affaires. Il y a un potentiel énorme ici en Italie. Avec le stade et le plan d’entreprise, ça peut être un investissement très intéressant. J’ai un plan : il y a le stade ici, faire monter l’équipe en Serie A dès l’an prochain et investir dans les joueurs lors du prochain mercato. Je dois vous dire honnêtement que Bologne ou l’Impact, je fais ça parce que c’est un plaisir. Je suis impliqué dans d’autres affaires. Je peux rester propriétaire longtemps car ce n’est pas une gestion qui prend 24 heures, 7 jours sur 7, pendant 365 jours par an. »

Deux noms importants de l’Impact de Montréal ont été cités pour être impliqués dans cette gestion : Nick De Santis, le directeur du développement international, et Marco Di Vaio, ancien capitaine de Bologne, joueur de Montréal depuis 2012 et qui a récemment annoncé qu’il raccrocherait les crampons le 25 octobre prochain, à l’issue du dernier match de la saison de son club en MLS. À leur sujet aussi, Saputo a apporté certaines précisions : « Nick n’aura pas de rôle spécifique à Bologne. Il continue d'avoir son rôle de directeur du développement international à l’Impact. Bologne est une des villes avec lesquelles on va continuer à travailler, comme on l’a fait dans le passé avec la Fiorentina, comme on cherche à le faire avec la Juventus. »

Quant à Di Vaio, si son avenir est à Bologne, son rôle n’est pas encore défini. « En tant que propriétaire de Bologne, je ne peux pas lui parler en ce moment car il est sous contrat avec un autre club, l’Impact de Montréal », a lancé Saputo sur le ton de la boutade, avant d’enchaîner plus sérieusement : « Amener Marco ici était important pour montrer aux gens ici que j’ai un plan. Il a été un grand joueur de Bologne et après sa carrière, il peut m’aider énormément avec le club. Une fois que la saison sera finie, on va se parler. Je n’ai pas encore eu la chance de discuter avec lui de ce qu’il veut faire : j’ai mon idée, mais je suis sûr qu’il a aussi d’autres idées de la manière dont il peut aider le club. »

23 September 11:15 am

Après une semaine de pause (encore désolés pour cette absence), Coup Franc vous revient avec les sujets qui ont fait débat depuis la dernière émission, sur le terrain, dans les vestiaires et dans les bureaux (des débats animés que vous pouvez aussi écouter ici).

La MLS se dote d’un nouvel écusson et d’une nouvelle identité visuelle pour renouveler son image de marque : un changement auquel il va falloir s’habituer, mais qui a un riche potentiel et montre l’importance de l’innovation aux yeux de la MLS, ainsi que son envie d’impliquer les supporters (qui ont déjà fait parler leur créativité).

Auteur de trois buts contre Seattle, Bradley Wright-Phillips a trouvé le fond des filets à 24 reprises et s’approche du record de 27 buts en saison régulière. Va-t-il le battre ?

Tim Leiweke n’a pas mâché ses mots au sujet du Toronto FC lors d’une conférence sur la gestion : il a jeté le blâme sur Jermaine Defoe et l’a mis en opposition à David Beckham, dit qu’il a fait une erreur en conservant Ryan Nelsen et son staff, avoué que Greg Vanney était le plan B depuis le début de la saison et affirmé que seulement deux personnes dans le vestiaire se sentaient concernées. Qu’en penser ? À mettre en perspective avec le gros plan sur Toronto que nous avions fait plus tôt cette saison.

Altercation Di Vaio - Felipe à Montréal : beaucoup de bruit pour rien, mais Frédéric Lord a tenu à apporter certaines précisions pour amener une autre perspective sur l'incident.

Le classement des meilleurs joueurs de moins de 24 ans sera dévoilé cette semaine : ce sera le sujet de notre prochaine émission, mais on se mouille quand même avec nos pronostics sur le nom du vainqueur issu d’une présélection impressionnante (voir bas de la page mise en lien). Qui voyez-vous comme numéro 1 ?

Pour finir, comme de coutume, nos conseils pour le jeu MLS Fantasy. Vous pouvez toujours joindre la ligue Coup Franc, les points que vous avez déjà marqués seront évidemment comptabilisés.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

18 September 12:56 pm

L’année prochaine, la MLS va entrer dans sa vingtième saison. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis ses débuts, on entend même souvent parler, par analogie avec l’informatique, de MLS 2.0 voire 3.0.

Il est à la fois bien lointain, mais quand même relativement proche, le temps où des clubs aux noms et aux logos « cartoonesques » évoluaient dans des stades pas adaptés au soccer pour disputer un match avec certains règlements insolites devant un public qui ne comprenait pas vraiment tout ce qu’il voyait. L’évolution a été rapide : le commissaire Don Garber a mis le pied sur l’accélérateur à son arrivée, et l’initiative « Place au jeu » en 2007 a fait passer la MLS à la vitesse supérieure.

Ce n’était encore rien comparé aux 18 derniers mois : annonces de plusieurs nouveaux clubs, de nouveaux stades dédiés au soccer, nouvel accord à long terme pour les droits TV représentant des sommes record pour la MLS. Ça, c’est en dehors du terrain. Dessus, on voit de plus en plus de joueurs de qualité : des étrangers méconnus avant qui apportent une plus-value au championnat, des vedettes mondiales renommées, des internationaux américains qui reviennent au pays, et des valeurs sûres de la compétition qui reçoivent des offres suffisamment intéressantes pour résister aux sirènes européennes.

Du changement d’image de Kansas City - bel exemple de l’évolution et de sa réussite - aux foules record à Seattle en passant par le nombre de joueurs de MLS en huitième de finale de la dernière Coupe du monde avec l’équipe nationale ou le nombre croissant de contrats prolongés avec un statut de joueur désigné : si les progrès étaient prévisibles, peu de monde aurait parié il y a trois ou quatre ans à peine qu’ils seraient aussi fulgurants.

Si vous êtes curieux et vous posez souvent la question « Quel est le prochain ? », vous avez certainement été enthousiastes quand sont arrivés, en rafale, les noms du prochain grand joueur à signer en MLS, de la prochaine vedette à décider d’y rester au lieu de s’enrichir ailleurs, du prochain stade dédié au soccer qui serait construit, du prochain club à être annoncé, du prochain accord qui vous permettra de suivre de plus près la compétition sur vos médias favoris tout en offrant aux clubs des moyens financiers supplémentaires afin d’être plus compétitifs sur la scène internationale, de la prochaine fois où l’on parlera de la MLS à l’étranger en termes élogieux, ce qui est de plus en plus fréquent.

La MLS change, la MLS évolue, et c’est tant mieux. La perception que s’en fait le public est bien différente de celle d’il y a 20 ans, et même de celle d’il y a 8 ans. Les dirigeants de la ligue souhaitent une évolution de l’image de marque de la Major League Soccer. Sa première représentation, que l’on retrouve partout, est son logo qui, lui, avait à peine changé en 20 ans, avec les fameux ballon et chaussure à crampons, souvent cibles des critiques, et trahissant facilement son âge. Il fallait adapter cela à une nouvelle réalité : exit le logo, place à un écusson plus moderne qui doit mieux traverser les époques, place à une nouvelle identité visuelle de la marque MLS.

« Nous avons franchi aujourd’hui une nouvelle étape vers notre futur – une apogée des nombreux changements monumentaux qui nous ont permis d’atteindre une croissance rapide, a ainsi déclaré Howard Handler, directeur commercial de la MLS. Au cours des 18 derniers mois, nous avons annoncé de nouvelles équipes, de nouveaux stades dédiés au soccer, un partenariat de huit ans portant sur les droits médiatiques valant des millions de dollars, et nos propriétaires ont effectué d’importants investissements pour engager des sportifs de classe mondiale. Réunis, ces éléments nous ont fait réaliser que notre image de marque actuelle ne représentait plus réellement la ligue que nous sommes et ce que nous voulons devenir. »

Inspiré de ce qui fait la tradition du soccer à travers le monde, le nouvel écusson de la MLS est sobre et épuré, divisé en deux parties égales par un sillon : l’une avec l’inscription « MLS » et trois étoiles, l’autre laissant place à un espace blanc ouvert… certainement signe de l’avenir qui offre d’infinies perspectives. Sa conception graphique a pour objectif de dire « soccer » sans l’utilisation prosaïque du ballon et de la chaussure à crampons que l’on retrouvait précédemment.

Ses couleurs rendent hommage aux nations représentées en MLS, le Canada et les États-Unis. Ou plutôt, ses couleurs de base. Car cet écusson et cette identité visuelle présentent une originalité peu commune : le fait de pouvoir être déclinés aux couleurs de chacun des clubs. Chaque club dispose donc d’une version de l’écusson de la ligue qui ne remplace pas celui du club, mais reflète son identité, ses couleurs et son marché local.

L’objectif est clair : la création d’un écusson flexible. Cela se remarquera certainement aussi dans d’autres utilisations futures, notamment dans les environnements mobiles et numériques tout comme dans les retransmissions télévisées, les publicités, sur les manches des maillots et sur les ballons. Mais les trois axes prioritaires de l’engagement de la MLS sont explicites : clubs, pays et communauté.

Cette nouvelle identité visuelle va commencer à apparaître graduellement : aucun changement n’aura lieu pour ce qui concerne la saison 2014, mais tout ce qui touche 2015 portera la nouvelle image. Ainsi, on la verra entre autres cette année lors du dévoilement des maillots d’Orlando et de New York City, mais aussi au cas où, par exemple, adidas devait présenter un nouveau ballon pour la saison prochaine. Et elle devrait être omniprésente à partir du SuperDraft 2015. Les 19 clubs actuels proposeront les maillots avec le nouvel écusson à partir de la Semaine des maillots qui aura lieu en prélude à la saison prochaine.

En fait, la première utilisation pratique du nouvel écusson est incessante, puisqu’il est incorporé dans le jeu FIFA 15, que certains possesseurs chanceux de Xbox One ont déjà pu télécharger aujourd’hui, et qui sera vendu partout à travers le monde à partir de la semaine prochaine. Quant au site Internet de la MLS et aux autres supports mobiles et numériques, ils doivent évidemment être mis à jour avec la nouvelle identité visuelle, et un gros travail va être accompli afin que tout soit prêt pour le lancement de la vingtième saison de la compétition.

Pour avoir encore plus de détails sur l’écusson, la signification de chacune de ses composantes, le télécharger et voir ses déclinaisons aux couleurs de tous les clubs, rendez-vous ICI.

09 September 11:56 am

Montréal a présenté d’ambitieux plans sportifs et extra-sportifs. Dans l’émission de cette semaine (que vous pouvez aussi écouter ici), l’équipe de Coup Franc prend le temps de les décortiquer en se penchant sur les thèmes suivants :

  • L’annonce qui a le plus d’intérêt
  • Utilités pratiques d’un centre d’entraînement au jour le jour
  • L’Impact, de plus en plus présent dans le quotidien de son quartier
  • L’apport potentiel et la réputation des nouveaux vice-présidents
  • L’image de marque, sur le terrain et en dehors
  • L’équipe réserve en USL Pro : utilité et gestion
  • Le danger de cannibalisation de la division USL Pro
  • Le rôle et les compétences de Richard Legendre pour diriger les opérations soccer
  • La mise en place d’une identité de jeu
  • Le développement des relations internationales
  • Ce que peut apporter un partenariat avec un club étranger

Tout cela saupoudré en fin d’émission de nos conseils pour le jeu MLS Fantasy.

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).