blog

matthias van halst

08 June 11:49 am

Le troisième tour des éliminatoires de la Coupe du monde dans la zone Concacaf commence ce vendredi. Le Canada se déplace à Cuba (14h00) avec un seul objectif en tête : la victoire.

Il s’agit du déplacement théoriquement le plus facile pour les Canadiens… d’où l’obligation de gagner. D’autant que dans la Concacaf, les rencontres à l’extérieur sont rarement une partie de plaisir. « C’est probablement le pire terrain sur lequel j’ai joué », a déclaré Kevin McKenna après le premier entraînement sur place (video). Et pour ne rien arranger, le match est programmé en pleine chaleur de l’après-midi.

Mais à l’image de Dwayne De Rosarion, le Canada n’a qu’une seule préoccupation : les trois points. Il faudra pour cela battre un adversaire mystérieux. Et quand Stephen Hart a voulu les visionner en Jamaïque… Cuba avait emmené son équipe espoirs ! L’essentiel de la préparation de l’équipe a eu lieu au Brésil, contre des adversaires de divisions inférieures ou des équipes de jeunes. Les Cubains sont des passionnés de soccer, comme le confirme le joueur de Montréal Eduardo Sebrango, et espèrent terminer parmi les deux premiers de leur groupe et ainsi passer au tour suivant.

L’autre match du groupe C opposera le Honduras au Panama. Pour leur premier match officiel sous Jürgen Klinsmann, les États-Unis ne devraient éprouver aucune peine face à Antigua-et-Barbuda, pas plus que le Mexique contre le Guyana. Costa Rica - Salvador et Jamaïque - Guatemala complètent le programme.

07 June 2:46 pm

Eh bien voilà, je préparais tranquillement un texte intitulé « Peter Byers défie l’Amérique » pour vous présenter les éliminatoires de la Concacaf dans les autres groupes que celui du Canada, quand le Toronto FC a encore frappé.

Aron Winter est la victime de cette nouvelle poussée de renvoyite aiguë : le Néerlandais cède sa place à Paul Mariner, qui devient le septième entraîneur d’un club qui joue en MLS depuis à peine plus de 5 ans. Nommé en janvier 2011, Winter détient pourtant un record de la longévité à la tête du TFC.

Il était venu pour construire, prônait un système de jeu chatoyant et a lancé plusieurs jeunes comme Morgan ou Henry, promis à un bel avenir. Winter a hissé l’équipe en demi-finale de la Ligue des champions, a remporté deux fois la Coupe du Canada, mais ce n’était pas suffisant. Ses dirigeants lui font payer les résultats désastreux de l’équipe en MLS… juste au moment où elle commence à prendre des points et de la confiance.

Et maintenant ? Mariner dit qu’il suffit de « quelques ajustements mineurs »… demandant « beaucoup de travail ». Comme le dit une chanson pour enfants : Trois pas en avant, trois pas en arrière, trois pas sur le côté, trois pas de l’autre côté…

06 June 11:33 am

Maintenant que le match du centenaire contre les États-Unis est passé, le Canada se concentre sur le troisième tour des éliminatoires de la Coupe du monde dans la zone Concacaf, avec deux échéances aussi importantes que proches, ce vendredi à Cuba et mardi contre le Honduras.

Une seule rencontre de préparation contre un autre pays, solide et prestigieux, certes, mais dont le style ne correspond pas vraiment au jeu latino-américain des prochains adversaires : est-ce suffisant ? Heureusement, le Canada disputera son premier match à Cuba, équipe en théorie la plus faible du groupe et qui n’a plus joué depuis le mois de février. Mais tout droit à l’erreur est interdit sous peine de déjà compromettre la qualification.

L’attaquant Tosaint Ricketts ne s’attend pas à un déplacement facile. « Nous sommes préparés à une ambiance chaude : jouer à deux heures de l’après-midi, dans un environnement hostile. Les cubains sont de grands passionnés de football. Mais nous sommes pour la plupart des professionnels jouant dans des pays où nous effectuons des déplacements dans des stades hostiles. Nous devrons respecter la stratégie établie et rester concentrer sur notre match pour obtenir un bon résultat. » Le groupe s’y prépare dans la bonne humeur.

Ensuite, il faudra se mesure au Honduras, véritable bête noire du Canada, qui s’est préparé de la meilleure des manières en s’imposant de manière impressionnante 0-3 au Salvador (vidéo).

La journée d’hier a été marquée par le tirage au sort de la Ligue des champions et l’élimination de New York ainsi que du Cal FC en Coupe des États-Unis.

05 June 11:09 am

Régulièrement, je me réjouis de voir des joueurs de l’Impact montrer leurs efforts pour apprendre le français - sur Twitter, notamment. En revanche, j’ai abandonné l’idée de suivre en français les activités de l’Association canadienne de soccer.

L’ACS n’est pas amie avec la langue de Molière. On en eut une nouvelle preuve avant Canada - États-Unis. L’hymne national, Ô Canada, fut chanté entièrement en anglais (quelle idée de le chanter, alors que presque partout ailleurs, on passe la version instrumentale). On ne nous a même pas offert de réaction en français du Québécois Samuel Piette, pour ses débuts en équipe nationale à 17 ans (bravo à lui, en passant).

Un compte Twitter en français quasiment à l’abandon depuis fin mars, des communiqués trop souvent mal traduits ou écrits dans une langue approximative, un site Internet (en réfection, certes, mais ce n’est pas le meilleur moment) qui nous renvoie sur des textes en anglais même si on s’évertue à cliquer sur « français » : c’est indigne d’une organisation de cette envergure dont les employés ne rechignent pourtant pas sur les efforts.

En même temps, comment lui reprocher de délaisser le français alors que les médias francophones n’accordent pas à l’équipe nationale l’attention qu’elle mérite ? Pas une chaîne n’a daigné présenter en français le match du centenaire de la fédération sportive qui compte le plus d’affiliés au pays, dans la discipline la plus populaire au monde…

Dans un tout autre ordre d’idées, les huitièmes de finale de la Coupe des États-Unis se joueront ce soir. De nouvelles surprises à l’horizon ? C’est à suivre sur mlssoccer.com.

04 June 11:35 am

Dans son unique match de préparation avant la reprise des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, le Canada a fait match nul 0-0 avec les États-Unis. Un bon résultat dans l’absolu, mais il faut éviter de tomber dans l’enthousiasme démesuré.

S’il y avait une bonne discipline défensive, la construction du jeu était souvent déficiente, reposant davantage sur des inspirations individuelles que sur un collectif bien huilé. Le Canada a dominé la deuxième mi-temps, contre des Américains fatigués, et a même marqué un but annulé. Je rejoins toutefois davantage l’avis du capitaine des États-Unis, Carlos Bocanegra, qui n’a pas vu un grand match, que celui de Dwayne De Rosario, très heureux du travail accompli.

La rencontre a été précédée de diverses cérémonies soulignant le centenaire de l’Association canadienne de soccer. Sur la photo d’équipe, les joueurs canadiens (qui portaient un équipement rétro spécialement conçu pour l’occasion) avaient pris avec eux un maillot floqué du numéro 11 de Josh Simpson, leur coéquipier qui s’est cassé la jambe il y a une dizaine de jours.

Malgré le duel Canada - États-Unis, la MLS ne faisait pas complètement relâche ce week-end, et New England y a battu Chicago 2-0.

01 June 11:29 am

Ce dimanche, le Canada reçoit les États-Unis dans les cadre des festivités du centenaire de l’Association canadienne de soccer.

Le premier duel entre les deux équipes est aussi le premier match à domicile de l’histoire de l’équipe nationale canadienne. Il a eu lieu le 27 juin 1925 à Alexandra Park, stade de Montréal domicile du club CNR (Canadian National Railway), basé à Pointe-Saint-Charles (si l’un d’entre vous sait où était situé ce terrain, merci de partager l’information).

Environ 3500 personnes ont assisté à la rencontre. Six joueurs du Québec faisaient partie du onze de base canadien. L’un d’entre eux, Ed McLaine, a inscrit le seul but de la partie peu après le quart d’heure. Finisseur redoutable évoluant au poste d’intérieur droit, McLaine a plus tard défendu les couleurs de Providence, dans le championnat des États-Unis, professionnel à l’époque.

Le match de ce dimanche sera le trentième affrontement officiel entre les deux pays.

Canada : Arthur Halliwell, George Campbell, Andy Clarke, Fred Dierden, John B. Foy, Bill McKean, Roy Faulkner, Jim Galloway, Ed McLaine, Dave McKenzie, Alex Smith
États-Unis : Jimmy Douglas, Irving Davis, Jock Ferguson, Tom Stark, Tommy McFarland, Henry Meyerdierks, Barney Battles, Davey Brown, Archie Stark, Bob Millar, Tom Florie
Arbitre : Horace S. Lyons
Le but : 16e McLaine (1-0)

31 May 11:49 am

Le Cal FC, Petit poucet de la Coupe des États-Unis, a réussi l’énorme surprise des seizièmes de finale, en gagnant à Portland 0-1 après prolongation (résultats complets ici).

De quoi susciter l’embarras du président du club de MLS, qui s’est excusé auprès de ses supporters, et permettre l’espace d’une soirée au Cal FC de faire partie des… tendances mondiales sur Twitter !

Le Cal FC est un club basé à Thousand Oaks, à environ 60 kilomètres à l’ouest de Los Angeles. Il a vu le jour en 2010 et évolue dans la « Gran Liga de Oxnard », une des divisions régionales de la USASA, le 5e niveau du soccer aux États-Unis.

Entraîné par l’ancien international américain Eric Wynalda, il est composé d’éléments locaux, jeunes (le plus âgé a 26 ans) et compte en ses rangs quelques joueurs prometteurs qui n’ont pas réussi à décrocher de contrat professionnel.

Avant de rêver aux exploits de Quevilly (club de D3 arrivé en finale de la dernière Coupe de France), le Cal FC devra commencer par passer l’écueil des huitièmes de finale : un déplacement à Seattle, triple tenant du titre !

Et vous, suivez-vous la Coupe des États-Unis ? Préférez-vous voir les équipes de MLS y démontrer leur suprématie ou s’y faire surprendre par des « petits » ?

30 May 11:00 am

Pour une équipe qui a des ambitions internationales, remporter la coupe de son pays est un chemin rapide pour accéder à la scène continentale. La Coupe des États-Unis ne fait pas exception.

Alors que le championnat est une épreuve d’endurance qui n’offre qu’une place en Ligue des champions (et deux autres aux finalistes de la Coupe MLS), il suffit de 5 rencontres à une équipe de MLS pour s’y qualifier via la coupe. On peut même y racheter sa saison, mais tout faux pas est interdit ! Le palmarès de cette vénérable épreuve presque centenaire montre toutefois qu’elle échappe rarement à un club de MLS depuis 1996.

Après deux tours qui ont opposé des équipes de divisions inférieures, les équipes de MLS entrent dans la danse cette semaine à l’occasion des seizièmes de finale. Toutes têtes de série, elles ne s’affrontent pas entre elles, ce qui n’a pas empêché 7 surprises à l’occasion des 14 rencontres disputées ce mardi. Pour les détails, voyez la couverture exhaustive offerte par mlssoccer.com.

Les supporters se passionnent aussi pour ce qu’on appelle le Petit poucet de la compétition, l’équipe de la division la plus faible. Au stade actuel, c’est le Cal FC (USASA), qui se déplace à Portland ce soir. Car les surprises font le charme de la coupe où, sur un seul match, les plus grands exploits sont possibles !

29 May 2:39 pm

Auteur d’un magnifique but samedi dernier contre l’Écosse, Michael Bradley s’est une fois plus fait remarquer positivement par les nombreux clubs qui le convoitent.

Toujours sous contrat au Chievo Vérone, l’international américain peut partir pour une somme que les médias italiens estiment entre 2,5 et 4,5 millions d’euros (3,2 à 5,6 millions de dollars). Le directeur sportif du club déclare d’ailleurs que « la possibilité de le voir sous le maillot de Chievo la saison prochaine est vraiment faible ».

Le milieu de terrain est cité dans plusieurs clubs italiens. La Gazzetta dello Sport mentionne le nom de Palerme, mais ceux qui reviennent le plus souvent sont l’AS Rome et Naples. Toutefois, il pourrait bien prendre la direction d’Anderlecht, qui pense à remplacer l’international argentin Lucas Biglia, annoncé en partance.

L’information annoncée en Italie par Tuttosport et en Belgique par Het Laatste Nieuws est relayée par de nombreux médias. Le site officiel du championnat de Belgique (l’équivalent de mlssoccer.com) mentionne même que son agent dément les contacts avec Rome et Naples, et confirme des discussions de longue date avec Anderlecht.

En signant chez le champion de Belgique, Bradley y deviendrait coéquipier d’un autre international américain, Sacha Kljestan.

28 May 11:37 am

Aux deux extrémités du classement, Kansas City et Toronto ont remporté une victoire très attendue qui leur échappait depuis longtemps.

Fatigué par un programme chargé, San José n’a pu retourner une situation difficile une fois de plus, sur le terrain d’une équipe de Kansas City où CJ Sapong a retrouvé le chemin des filets grâce aux souliers de Kei Kamara.

Tenu en échec à Chivas USA, Seattle est l’autre ténor à réaliser la mauvaise opération du jour et peut remercier David Estrada qui lui permet de rester invaincu en déplacement. Malgré un goût de trop peu, DC United a confirmé sa forme resplendissante à domicile. Salt Lake, privé de nombreux titulaires, a souffert mais gagné contre Dallas, dont l’entraîneur cherche du positif dans un bilan de 1 sur 18.

Rien ne va plus non plus au LA Galaxy, qui a également pris un point en six rencontres, et qui met sa défaite à Houston sur le compte de la chaleur et de l’humidité. Les Texans ont pris leur revanche de la Coupe MLS grâce à André Hainault, qui a fêté son retour de la plus belle des manières.

La seule équipe de bas de classement à s’être imposée est Toronto, qui a enfin pris ses premiers points de la saison grâce à l’apport de son duo néerlandais en fin de match.

LES RÉSULTATS
Houston - LA Galaxy
Toronto - Philadelphie
Columbus - Chicago
DC United - New England
Salt Lake - Dallas
Colorado - Montréal
Portland - Vancouver
Chivas USA - Seattle
Kansas City - San José

2-1
1-0
2-1
3-2
3-2
3-2
1-1
1-1
2-1
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo