blog

Blog

25 April 11:31 am

Did you know today is World Malaria Day? Join MLS WORKS and Nothing But Nets to help protect children, refugees, and families in sub-Sahara Africa from malaria, by taking The Million Nets Pledge.  The Million Nets Pledge is a two-year pledge by the United Nations Foundation's Nothing But Nets campaign to protect refugee families with one million bednets by 2016, the campaign's 10 year anniversay.

Brek Shea, today announced his committment to helping defeat malaria.  Brek will donate 30 bed nets for every team win, 10 bed nets for every tie and 10 bed nets for every goal he scores during Orlando City SC and USMNT matches.

Nothing But Nets is a global grassroots campaign to raise awareness and funding to fight malaria, a leading cause of death among children in Africa.

Every 60 seconds a child dies from malaria.  In sub-Saharan Africa, families worry that their children will get bitten by a disease-carrying mosquito, but one $10 bed net can mean the difference between life and death.  

Join MLS WORKS, Brek Shea and Nothing But Net  in the fight to defeat malaria. Learn more

24 April 2:41 pm

Ladies and gentleman, week 8 is here and one of our most heated rivalries is renewed (Sunday at 9:30 pm ET, Fox Sports 1 in the US, MLS LIVE in Canada) for the first time this season.  That’s right, Seattle Sounders FC host the Portland Timbers to write another chapter in their competitive history.  If the pure intensity of this match isn’t enough, why not add the fact that if Portland comes out with a win, they could leapfrog Seattle in the Western Conference standings? Rolling on over to the eastern side of the country, Columbus Crew SC looks to continue their undefeated run as they take on the Philadelphia Union at home.  Now folks, although Earth Day is over, we urge you to continue scoring #GreenerGoals at home and in the office and in case you haven’t done so already, make sure you take a look at how your clubs are making a difference!  

The Football Effect: Barry O'Driscoll of City in the Community

 

LA Galaxy's 20 for Twenty continues Saturday with March of Dimes walk

 

New York Red Bulls celebrate Wings for Life Night

 

Winning classrooms announced

 

Global Relay Community Club

 

Sounders FC launces Impace Seattle Week

 

2015 Impact Seattle Week

 

Earthquakes Kick off Get Earthquakes Fit Program for Seventh Year

 

Todd Dunivant and Baggio Husidic volunteer at Kick for Kids clinic

 

D.C. United teams with Southwest Community Gardens, Mom Made Foods for Earth Day

23 April 12:05 pm

Montréal a réalisé un exploit ce mercredi soir au stade Azteca en tenant l’America Mexico en échec 1-1 lors du match aller de la finale de la Ligue des champions. Suspense, but surprise en début de rencontre, grosse pression, polémiques d’arbitrage et même plus : tous les ingrédients ont été rassemblés pour rendre la soirée mythique.

Alors qu’on s’attendait à un début en trombe de l’équipe locale, on a rapidement compris que malgré la confiance qui l’habitait, elle respectait son adversaire. Et après un quart d’heure, elle s’est fait surprendre par un but de Piatti, parachèvement d’un beau travail collectif dans lequel Ciman, Camara, Oduro et Duka ont également été impliqués. Par la suite, il a fallu défendre, beaucoup défendre, et les arrières se sont particulièrement illustrés comme en témoigne ce bulletin de notes individuelles.

Car l’ouverture du score a bien entendu réveillé les joueurs de l’America, qui, dès lors, ont poussé 75 minutes durant. Les attaques s’enchaînaient comme des vagues incessantes, mais tantôt la défense, tantôt le gardien, tantôt la maladresse locale, tantôt la chance permettaient à l’Impact de conserver son avance. Jusqu’à ce que la tête de Peralata ne prolonge au fond des filets un coup franc à l’avant-dernière minute du temps réglementaire. Une égalisation qui n’était pas volée, au vu du bombardement en règle subi par l’Impact durant 90 minutes : 25 tirs à 3 et 16 corners à 2, ce sont des chiffres qui en disent long.

C’était, à vrai dire, le deuxième but de la soirée inscrit par l’équipe locale, mais celui d’Arroyo en première mi-temps avait été annulé pour un hors-jeu très limite. Les deux équipes ont eu droit à leur polémique puisque juste avant la pause, alors qu’il s’apprêtait à tenter de dribbler le gardien Munoz sorti à sa rencontre, Oduro s’est fait retenir par le maillot par Martinez. Tout Montréal souhaitait l’exclusion du fautif, mais l’arbitre n’a pas jugé l’occasion de but assez manifeste et s’est contenté de lui donner un carton jaune.

Ce n’est pas le seul bristol jaune controversé de la soirée, puisque en toute fin de rencontre, Evan Bush a gardé le ballon en mains pour empêcher un adversaire de s’en emparer, avant de le dégager sur Paul Aguilar. Cela a quelque peu échappé aux caméras, mais les journalistes sur place ont vu la sanction infligée par l’arbitre, qui ne susciterait pas autant de réactions si elle ne provoquait pas la suspension du gardien montréalais pour le match retour. Son second, Eric Kronberg, ne peut pas jouer en Ligue des champions avec Montréal car il y a déjà pris part avec Kansas City. Le club fait donc face à un casse-tête monumental, et a décidé d’essayer de faire annuler le carton jaune.

À la sortie des vestiaires, les décisions arbitrales étaient au cœur des réactions des Montréalais, qui s’estimaient floués à plus d’un titre même si pendant le match, ils ont tenté d’y penser le moins possible. Certains préféraient tout de même ne pas emprunter la voie de la polémique. Et puis, il y avait bien entendu aussi beaucoup de choses à dire sur le match et son superbe résultat : fierté, grand jour et confiance en soi revenaient souvent dans des propos où s’entremêlaient la hauteur  de l’exploit de la soirée et la conscience qu’il faudra confirmer tout cela dans une semaine.

Les Montréalais vivent plus qu’un rêve, un petit miracle est à leur portée. Si les 59020 personnes ayant acheté un billet se présentent toutes au Stade olympique le 29 avril, ils auront déjà remporté une première bataille puisque l’America Mexico a annoncé 56783 entrées payantes hier. Mais ce qu’ils convoitent, c’est évidemment le trophée remis au vainqueur de la Ligue des champions et la place en Coupe du monde des clubs. Ils n’en sont plus qu’à 90 ou peut-être 120 minutes… mais elles n’auront rien d’une promenade de santé.

23 April 11:42 am

MLS WORKS in conjunction with Music for Relief, celebrated Earth Day by offering twitter followers the unique opportunity to assist families with little or no access to electricity around the world.  MLS WORKS and Music for Relief agreed to donate a SOCCKET ball by Uncharted Play on behalf of any twitter follower who tweeted how they create a cleaner, healthier environment and included the hashtag #GreenerGoals.  

Thanks to the generosity of our followers, MLS WORKS and Music for Relief will provide off-grid power that's good for people and good for the earth.  The SOCCKET balls will allow children to do homework and parents to attend to household duties after sundown.  Not only have our twitter followers helped provide families with a source of eletricity and clean power but they also provided kids with a tangible reason to play.

We sincerely thank all of our twitter followers that participated in yesterday's promotion.  As promised, a SOCCKET will be donated on your behalf to a family in need.

22 April 12:01 pm

Ça y est, c’est le grand soir ! Enfin, le premier de deux grands soirs. La finale aller de la Ligue des champions entre l’America Mexico et l’Impact de Montréal se joue aujourd’hui sur le coup de 21h00 (HE / 20h00 heure locale) au stade Azteca (direct TVA Sports 2, Sportsnet World, Fox Sports 2, Unimas).

Il ne faut pas se le cacher, les Mexicains sont les grandissimes favoris de cette finale. Et pour cause : depuis 2006 (et une victoire… de l’America), aucun club d’un autre pays n’a remporté la compétition de clubs phare de la Concacaf. L’équipe locale a de quoi faire peur, surtout pour ceux qui ont vu sa demi-finale retour contre Herediano. Mais elle s’est récemment inclinée 0-4 chez elle en championnat…

Ainsi, dans les rangs montréalais, on préfère ne pas s’emballer dans un sens ou dans l’autre, et rester concentrer sur son match. Une chose ressort nettement des déclarations des joueurs depuis leur arrivée au Mexique : il n’y a aucune raison de stresser, il faut y croire et savourer cette finale à sa juste valeur. Même si les pronostiqueurs les donnent battus, a fortiori pour ce match aller, les visiteurs ne veulent pas envisager la défaite, pas même si elle représente un « résultat positif » dans les esprits. En coulisses, ce discours n’est certes pas répété par tout le monde, mais il n’y fait aucun doute que l’ambiance est au beau fixe.

S’ils acceptent volontiers leur rôle de favori et parlent sans gêne déjà de la Coupe du monde des clubs (ce que certains joueurs de l’Impact avaient également fait après la demi-finale retour, ne l’oublions pas), les Mexicains respectent leur adversaire qui « n’est pas là par hasard » et savent qu’il y a une finale à gagner avant de composter son billet pour le Japon.

– ÉCOUTEZ COUP FRANC POUR TOUT SAVOIR AVANT AMERICA MEXICO - MONTRÉAL –

D’ailleurs, de quoi aura l’air ce match sur le terrain d’un club au palmarès riche et regorgeant de vedettes ? Montréal doit-il jouer à onze derrière ? Quelles sont les stratégies offensives favorites de l’America Mexico ? Comment surprendre l’équipe locale de manière efficace ? Quels pièges les deux équipes peuvent-elles tendre à leur adversaire ? Axe du jeu et vitesse risquent d’être les maîtres mots de la soirée, mais une analyse détaillée des forces et faiblesses des protagonistes permet de mieux comprendre où et comment pourra se présenter le danger devant les deux buts.

Les conditions de jeu auront certainement aussi une influence sur le match. À ce sujet, le fait d’avoir joué non loin de là, à Pachuca, en quart de finale permet aux Montréalais d’avoir davantage de repères pour gérer l’altitude et la pollution. Et pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions possibles, le club n’a pas lésiné sur les moyens financiers.

Aussi bien préparés soient-ils, les joueurs découvriront le mythique stade Azteca, où près de 105 000 supporters locaux feront chauffer l’ambiance à blanc. Au milieu de cette foule, une soixantaine de Montréalais ayant effectué le déplacement. S’il n’y aura pas le moindre siège vide lors du match aller, ce sera aussi le cas dans une semaine puisque tous les billets pour le match retour sont déjà vendus.

À distance, Montréal aura évidemment ses supporters derrière lui, mais également l’appui de toute la MLS qui veut mettre fin à l’hégémonie continentale des clubs mexicains. Les deux équipes ont dû batailler ferme pour en arriver à ce stade de la compétition. Des milliers de clubs des pays de la Concacaf, ils étaient 524 en lice pour une place en Ligue des champions il y a deux ans. Ils ne sont aujourd’hui plus que deux. À plusieurs reprises, Montréal est passé par le chas de l’aiguille à quelques secondes près. Notamment grâce au but de Porter contre Pachuca, mais déjà en demi-finale de la Coupe du Canada, contre un club de D2. Comme quoi, cela tient à peu de choses…

Mais ceux qui regardent dans le passé dans les rangs des bleu-blanc-noir ont un rétroviseur qui réfléchit bien plus loin que ça. Des Québécois comme Patrice Bernier et Mauro Biello, présents dans l’équipe au début des années 2000 et même avant, se rendent compte des pas de géant effectués par le club depuis lors et de l’importance historique de ce match

22 April 11:50 am

THIS EARTH DAY... GIVE THE GIFT OF ENERGY

How can a soccer ball help families without electricity?

SOCCKET, a fun, clean energy tool, is a soccer ball that functions as a portable generator.  Just one (1) hour of play will provide hours of light for a family in need.

To celebrate Earth Day, MLS WORKS in conjunction with Music for Relief, will offer twitter followers the unique opportunity to assist families with little or no access electricity around the world.  MLS WORKS will donate SOCCKET balls by Uncharted Play on behalf of their followers. 

The promotion will run throughout the day on April 22nd.  MLS WORKS followers that tweet how they create a cleaner, healthier environment and include the hashtag #GreenerGoals will have a SOCCKET donated on their behalf.  

What is a SOCCKET & how does it work?

The SOCCKET is a portable, power generating soccer ball designed to promote physical activity and spread awareness about the global energy problem.

The SOCCKET gets charged up during normal game play.  The more the ball rolls, the more power that's generated.  The SOCCKET is designed to power the energy efficent, 3-LED lamp.  To access the power, pull back the rubber stopper, and plug the lamo down into the center of the ball.

Join MLS WORKS in providing reliable energy to those in need with SOCCKETs by Uncharted Play.  Tweet @MLSWORKS using #GreenerGoals to have a SOCCKET donated on your behalf.

21 April 12:30 pm

Le match aller de la finale de la Ligue des champions se joue ce mercredi et l’émission de cette semaine (que vous pouvez également écouter ici) y est évidemment consacrée. Olivier Tremblay est en direct de Mexico, d’où il nous donne les dernières nouvelles du front, alors que vous connaîtrez également toutes les forces et faiblesses de l’adversaire de l’Impact de Montreal, l’America Mexico.

  • À quel point ce match est-il important dans l’histoire du club montréalais ?
  • Pourquoi le fameux stade Azteca est-il aussi mythique ?
  • Les Mexicains prennent-ils leur adversaire de haut ?
  • Dans quel état d’esprit les Montréalais sont-ils à quelques heures du match ?
  • Jouer à onze derrière, bonne stratégie ou gros risque pour l’Impact ?
  • Par où les attaques montréalaises doivent-elles passer pour aller jusqu’au bout ?
  • Comment Oduro et compagnie peuvent-il développer des contres efficaces ?
  • Y a-t-il un moment du match où Montréal pourrait exploiter une baisse de régime adverse ?
  • Dans quels pièges l’Impact doit-il faire attention de ne pas tomber ?
  • Quels choix offensifs Frank Klopas va-t-il effectuer ?
  • Qui sera dans le onze de départ de l’Impact ?
  • Quelle est la stratégie offensive favorite de l’America Mexico ?
  • Doit-on s’attendre à un départ en trombe de l’équipe locale, comme contre Herediano ?
  • Quelles sont les individualités à surveiller, et pourquoi ?
  • Qu’attendre des phases arrêtées, des deux côtés du terrain ?
  • Où regarder le match si vous êtes à Montréal ?

L'émission Coup Franc est disponible sur Stitcher et iTunes. N'hésitez pas à réagir ci-dessous, par courriel, sur Facebook ou sur Twitter (@CoupFrancMLS).

20 April 11:39 am

Les deux premiers du classement restaient sur deux rencontres pénibles, mais Vancouver et Dallas ont retrouvé leur niveau : les premiers en allant infliger à Salt Lake sa première défaite de la saison, les seconds en battant Toronto à l’issue d’une soirée interminable. Seule équipe toujours invaincue, New York a une nouvelle fois confirmé son bon début de saison.

Le sommet indéniable de la journée opposait Salt Lake, une des deux seules formations qui n’avait pas encore perdu cette saison, à Vancouver, premier du classement qui venait cependant de prendre un point sur six. Mais le leader a gardé la maîtrise de ses nerfs, contrairement à son adversaire, qui a fini à neuf. Premier exclu, alors que le score était toujours vierge, Saucedo assumait sa responsabilité dans la défaite. Néanmoins, avant cela, son équipe n’avait pas réussi à prendre l’avance face à des visiteurs qui ont appliqué avec grand sérieux les nouvelles consignes de leur entraîneur avant de profiter de leur supériorité numérique pour porter le coup de grâce.

Autre équipe du haut du classement qui tournait au ralenti, Dallas a retrouvé la position de l’accélérateur, sur lequel il a appuyé dès les premiers instants contre Toronto, puisque Castillo a inscrit après 29 secondes le but le plus rapide de l’histoire du club. Le marquoir affichait 3-0 à deux minutes de la mi-temps, moment où des éclairs ont forcé une interruption du match… longue de trois heures et demie. Malgré tout, on a joué trois minutes avant de refaire une pause d’un quart d’heure et de disputer une deuxième mi-temps qui a fini en trombe, avec deux buts de Toronto. Au coup de sifflet final, à près d’une heure du matin et devant une poignée de fidèles, les Texans étaient bien heureux d’avoir pris trois points dans des circonstances aussi difficiles.

La journée avait commencé vendredi soir par la victoire de New York 2-0 contre San José, débuts réussis d'une série de trois rencontres à domicile que les hommes de Jesse Marsch veulent conclure avec neuf points de plus en poche. Même s’ils sont les seuls de la compétition à ne toujours pas avoir perdu et malgré leur succès somme toute aisé, ils pointaient avant tout les progrès à accomplir, se montraient sévères envers eux-mêmes et déclaraient ne pas être encore à leur meilleur niveau. Tenus en échec chez eux par Houston, les joueurs de DC United maniaient également l’autocritique après un deuxième partage consécutif à domicile qui, selon eux, aurait dû se conclure en victoire.

New England remonte discrètement et s’est imposé à Philadelphie, où les mauvais résultats continuent de s’accumuler, à l’issue d’une soirée marquée par les retours, que ce soit celui au marquoir après avoir été mené au score, mais aussi celui de Woodberry sur un terrain. L’équipe reste à la même hauteur que deux autres favoris du début de saison : Seattle, où Martins a encore montré l’étendue de ses qualités techniques, et le LA Galaxy, qui doit ses trois points à Gonzalez rentré en toute fin de match pour marquer le but de la victoire contre Kansas City.

Notons également que Columbus semble avoir trouvé son rythme de croisière et a emmagasiné une bonne dose de confiance en battant Orlando, où Ramos est passé à côté de son sujet, alors que Portland a enfin fait preuve de pragmatisme pour s’imposer à New York City.

LES RÉSULTATS
New York RB - San José
DC United - Houston
Columbus - Orlando
Dallas - Toronto
Colorado - Seattle
Salt Lake - Vancouver
LA Galaxy - Kansas City
Philadelphie - New England
New York City - Portland

 
2-0
1-1
3-0
3-2
1-3
0-1
2-1
1-2
0-1

Classement général
Cliquez sur un résultat pour voir le résumé vidéo

 

17 April 3:19 pm

Major League Soccer kicks off week 7 at Red Bull Arena.  Coming off a stellar win against the MLS overall leaders, Vancouver Whitecaps FC, the San Jose Earthquakes will travel to Harrison, NJ with momentum to beat the undefeated Red Bulls.  Houston Dynamo will head over to the east coast to take on D.C. United for the only time this season.  After their 3-0 win over the Montreal Impact last week, the Dynamo will look to capitalize and beat D.C. on the road.  Before watching your team lace up their cleats and battle on the pitch, make sure to take a look at their good work in the community.

New England Revolution Charitable Foundation to reward recyclers with reusable water bottles on April 25

 

Registration is now open for the 10th Annual Tommy Bahama Island Cowboy Classic golf tournament

 

D.C. United Partners with Most Valuable Kids on 2015 Ticket Donation Program

 

Galaxy unveil commemorative match poster for Sporting Kansas City match

 

LA Galaxy visit Children’s Hospital Los Angeles

 

48 Seconds with Levesque: United in Green, Sounders in Schools and upcoming events

 

Red Bulls host first Youth Soccer Festival with Long Island Junior Soccer League

 

Rowe gets haircut for charity

17 April 12:20 pm

L’équipe de Montréal est arrivée au Mexique ce jeudi, afin de mieux préparer sa finale de Ligue des champions. Pour l’aider à briller sur la scène continentale, plusieurs de ses rencontres de championnat ont également été reportées. Est-ce vraiment si difficile que cela d’être performant sur les deux tableaux en même temps ?

Pour le savoir, regardons les chiffres et le passé. Le tout à partir des quarts de finale, toujours synonymes pour les clubs de MLS de début de nouvelle saison, mais aussi souvent d’état d’esprit différent au moment d’en découdre dans la compétition phare pour les clubs de la Concacaf. Entre 2011 et 2014, dix équipes de MLS ont dû jongler avec la combinaison championnat - Ligue des champions.

Leur calendrier a régulièrement été accommodé (notamment pour leur éviter de jouer entre le match aller et le match retour quand ceux-ci avaient lieu deux semaines consécutives). Elles ont disputé un total de 26 rencontres de MLS lors du week-end juste avant ou juste après un match de Ligue des champions. Le bilan est médiocre : 25 points sur une possibilité de 78 (de quoi terminer environ 16e sur 20 à la fin de la saison régulière). Ajoutons que quelques fois, le calendrier de la MLS était adapté pour mettre aux prises deux formations toujours présentes sur la scène continentale, donnant aux deux adversaires un handicap similaire. Ce fut encore le cas cette année avec DC United - Montréal.

De ces dix équipes, une est allée en finale (Salt Lake en 2011) et trois autres en demi-finale (Seattle et le LA Galaxy en 2013, Toronto en 2012). Cela a donc fait quinze tours de Ligue des champions à gérer. Mais de ces quinze possibilités entre 2011 et 2014, il n’est arrivé que quatre fois de voir une équipe exempte de championnat tant avant son match aller qu’avant son match retour. Toronto en a profité en quart de finale en 2012 et a éliminé le LA Galaxy, alors que ça n’a pas permis à Seattle d’écarter Santos Laguna au même stade de la compétition la même année. En 2011, Salt Lake a pu préparer sa demi-finale victorieuse contre Saprissa de la sorte, tout comme la finale face à Monterrey, perdue en jouant le match retour à domicile.

Autre question lancinante : après les émotions fortes continentales, est-il facile de se concentrer à nouveau sur le championnat ou la suite de la saison est-elle en péril ? Oublions les quarts de finalistes, qui n’ont pas eu à jouer sur les deux tableaux longtemps. La mémoire collective canadienne retient surtout le parcours catastrophique de Toronto en 2012, qui a lamentablement terminé dernier en MLS après avoir été en demi-finale de la Ligue des champions en début d’année. C’est toutefois davantage l’exception que la règle.

En effet, il y a deux ans, après avoir fait partie du carré d’as de la Concacaf, le LA Galaxy et Seattle ont respectivement terminé 5e et 6e (sur 19) du championnat à l’issue de la saison régulière. Et en 2011, Salt Lake, qui était jusqu’ici le seul finaliste de MLS de la Ligue des champions depuis qu’elle a été rebaptisée, a terminé 3e (sur 18). Il faut dire que l’équipe avait commencé le championnat en force : alors qu’elle jouait sur les deux tableaux en même temps, elle a pris 12 points sur 15. Elle a subi sa première défaite à Portland, quelques jours après sa finale continentale. Et la suite de son calendrier s’annonçait chargé, puisqu’à ce moment-là, elle comptait quatre rencontres de retard sur la plupart de ses concurrents.